Ihamziyen (Illoula Oumalou) : 1 ère Edition du Festival de la robe kabyle

11
625
Robe kabyle
Robe kabyle

CULTURE (Tamurt) – L’association culturelle Tagmat, en collaboration avec le comité de village d’Ihamziène, dans la commune d’Illoula Oumalou (Tizi-Ouzou), organise la première édition du festival de la robe kabyle, qui se tiendra du 30 et 31 juillet, à l’école primaire du village.

Plusieurs associations et artisans sont présents ce matin du 30 juillet à l’évènement, dans ce petit village de près de 600 habitants. L’inauguration de cette manifestation a été entamé par une visite du village. Au sein de l’école primaire, ont lieu des expositions, sur l’artisanat et la couture notamment.

Pour le deuxième jour (le 31 juillet) le programme s’annonce riche. Des conférences, portant sur le thème de la robe kabyle notamment, seront animées par d’éminents universitaires et écrivains. Citons Dr Saïd Chemakh, Pr Dahmanie et l’écrivain Rabia Boualem. Des défilés de mode ont été aussi prévus, exposition d’habits traditionnels kabyles, de la danse, une chorale et des pièces théâtrales.
Dans la soirée aura lieu l’élection de la meilleure robe kabyle pour l’année 2010 et la remise des prix.

Cet événement, qui porte le slogan: «Tradition, préservation, modernisation et culture», sera clôturé par une soirée musicale avec la présence de Oulahlou, Lani Rabah et d’autres figures artistiques.

Hacene kezzouli

11 COMMENTS

  1. Il est temps aussi de penser a la tenue de la garde republicaine de la nation kabyle, de la police et des gendarmes kabyles. La tenue des Zouaves (tenue de guerriers Kabyles) a ete usurpee par les colons arabes d’Alger! Il faudra s’expliquer sur cette usurpation! Il faudra aussi penser a une tenue traditionelle de l’homme kabyle qui doit etre perfectionnee pour porter nos couleurs (comme celle des Igawawen –zouaves–nos ancetres que je trouve tres belles et authentiques) et generalisee pour les circonstances comme les mariages ou les ceremonies traditionelles et officielles! Y’en a marre des cravates costumes en burnous ou des qamis jouha des arabes! La cravates, costumes sont pour tous les jours comme tous les peuples du monde.

    Enfin il faut tout remettre a sa place! Les peuples dignes c’est ce qu’ils font!

    Je proposerais aussi qu’on choisissent par election une jeune reine kabyle pour nous representer pendant cinq ans non renouvelable. Ainsi nous pourons choisir au bout de cinq ans une autre reine de differentes confederations kabyle qui sera le porte flambeau de la nation kabyle a l’interieur et a l’exterieur de notre patrie! L’impact psychologique d’une telle initiative sur la femme kabyle sera extraordinairement emancipateur et positif ! Bien sur notre reine doit maitriser parfaitement le kabyle, l’anglais et le francais pour pouvoir s’exprimer aisement et doit avoir un niveau universitaire!

    Bon, je crois que je fais un reve premature non?

  2. Il est temps aussi de penser a la tenue de la garde republicaine de la nation kabyle, de la police et des gendarmes kabyles. La tenue des Zouaves (tenue de guerriers Kabyles) a ete usurpee par les colons arabes d’Alger! Il faudra s’expliquer sur cette usurpation! Il faudra aussi penser a une tenue traditionelle de l’homme kabyle qui doit etre perfectionnee pour porter nos couleurs (comme celle des Igawawen –zouaves–nos ancetres que je trouve tres belles et authentiques) et generalisee pour les circonstances comme les mariages ou les ceremonies traditionelles et officielles! Y’en a marre des cravates costumes en burnous ou des qamis jouha des arabes! La cravates, costumes sont pour tous les jours comme tous les peuples du monde.

    Enfin il faut tout remettre a sa place! Les peuples dignes c’est ce qu’ils font!

    Je proposerais aussi qu’on choisissent par election une jeune reine kabyle pour nous representer pendant cinq ans non renouvelable. Ainsi nous pourons choisir au bout de cinq ans une autre reine de differentes confederations kabyle qui sera le porte flambeau de la nation kabyle a l’interieur et a l’exterieur de notre patrie! L’impact psychologique d’une telle initiative sur la femme kabyle sera extraordinairement emancipateur et positif ! Bien sur notre reine doit maitriser parfaitement le kabyle, l’anglais et le francais pour pouvoir s’exprimer aisement et doit avoir un niveau universitaire!

    Bon, je crois que je fais un reve premature non?

  3. Y aura pas de gendarmes en Kabylie !!!! On n’a besoin que de la police. Et le corps de la gendarmerie n’existe qu’en France et en Algérie non?

    Les Zouaves étaient des militaires. On peut s’inspirer de leur habit pour la police kabyle peut-être mais pas pour la tenue traditionnelle ! Et personnellement, un Burnous au dessus d’un Costumes me parait parfait !

    Pour la reine kabyle, je pense que ça pourrait être une bonne idée mais faut que la femme kabyle se réveille et se batte pour ca ! Elles sont la pour le combat identitaire, pour la démocratie et toutes les valeurs universelles mais elles ne sont pas dans le combat féministe. Ce que je ne comprends pas d’ailleurs. Elles se jalousent au point où chacune ne regarde que sa propre émancipation? Et des exemples ou la femme kabyle se laisse faire ne manquent pas !

  4. {{Aït Yahia : Le festival du tapis clôturé}}

    Le 3 Aout 2010

    Prévue pour quatorze heures, la cérémonie de clôture du festival local du tapis d’Aït Hichem, a contre toute attente, été avancée à dix heures, du 1er Août dernier. Hasard de calendrier ou contrainte dont on ne cerne pas les causes ? En tout cas, les journalistes non avisés de ce changement d’horaire, pris de court, ont dû se contenter d’informations recueillies par ci, par là, auprès des exposants. Nous apprenons que c’est le secrétaire général de la wilaya de Tizi- Ouzou, accompagné du directeur de la culture et de quelques responsables, qui a procédé à la fermeture officielle de cette manifestation, la première du genre. A cette occasion, des médailles ont été remises à des tisseuses du village d’Aït Hichem, uniquement, provoquant la frustration des exposantes, issues des villages voisins. En cours de journée, des tableaux d’honneur devaient être remis par la suite, aux exposants avant que la clôture définitive ne se fasse avec un gala où doivent se produire les Abranis. Auparavant, les lauréats d’Aït Hichem, aux différents examens, devaient être distingués.

    Ce qui mettrait fin à ce premier festival qui aura connu maintes péripéties. Comme nous l’avions annoncé, une frange de la population d’Aït Hichem, avait remis en cause le principe même de cette manifestation, lui préférant la traditionnelle « fête du tapis ». Interrogées sur les bénéfices tirés de cette exposition, la plupart des artisanes se plaignent des méventes de leur produit. « Les visiteurs, intéressés par le tapis, ont été, de loin, moins nombreux que ceux qui viennent assister aux galas », nous dit une vieille tisseuse, habituée de la fête du tapis.

    Un artisan, venu de Ouargla avoue que « les produits de l’artisanat sont chers. Ils devraient être subventionnés par l’Etat, ne serait-ce que, lors de ce genre de manifestations, pour pousser les visiteurs à mettre la main à la poche ».

    Tous sont unanimes à reconnaître le peu d’engouement suscité par l’artisanat. Avec de l’expérience, le prochain festival sera, sans doute, d’une autre dimension et mieux organisé.

    A. O. T.

  5. {{Aït Yahia : Le festival du tapis clôturé}}

    Le 3 Aout 2010

    Prévue pour quatorze heures, la cérémonie de clôture du festival local du tapis d’Aït Hichem, a contre toute attente, été avancée à dix heures, du 1er Août dernier. Hasard de calendrier ou contrainte dont on ne cerne pas les causes ? En tout cas, les journalistes non avisés de ce changement d’horaire, pris de court, ont dû se contenter d’informations recueillies par ci, par là, auprès des exposants. Nous apprenons que c’est le secrétaire général de la wilaya de Tizi- Ouzou, accompagné du directeur de la culture et de quelques responsables, qui a procédé à la fermeture officielle de cette manifestation, la première du genre. A cette occasion, des médailles ont été remises à des tisseuses du village d’Aït Hichem, uniquement, provoquant la frustration des exposantes, issues des villages voisins. En cours de journée, des tableaux d’honneur devaient être remis par la suite, aux exposants avant que la clôture définitive ne se fasse avec un gala où doivent se produire les Abranis. Auparavant, les lauréats d’Aït Hichem, aux différents examens, devaient être distingués.

    Ce qui mettrait fin à ce premier festival qui aura connu maintes péripéties. Comme nous l’avions annoncé, une frange de la population d’Aït Hichem, avait remis en cause le principe même de cette manifestation, lui préférant la traditionnelle « fête du tapis ». Interrogées sur les bénéfices tirés de cette exposition, la plupart des artisanes se plaignent des méventes de leur produit. « Les visiteurs, intéressés par le tapis, ont été, de loin, moins nombreux que ceux qui viennent assister aux galas », nous dit une vieille tisseuse, habituée de la fête du tapis.

    Un artisan, venu de Ouargla avoue que « les produits de l’artisanat sont chers. Ils devraient être subventionnés par l’Etat, ne serait-ce que, lors de ce genre de manifestations, pour pousser les visiteurs à mettre la main à la poche ».

    Tous sont unanimes à reconnaître le peu d’engouement suscité par l’artisanat. Avec de l’expérience, le prochain festival sera, sans doute, d’une autre dimension et mieux organisé.

    A. O. T.

  6. Azul a tout le monde
    Ca nous fait enormement plaisir de voire des activites aussi riches sur la culture et l’Artisanat Amazigh. J’encourage tous les Artisans Kabyles et Amazigh qui travaillent dur pour sauvegarder notre chere culture. Pour cela, je serai honoré d’aider ces personnes a publier leurs articles sur la culture sur notre site Amazigh http://BerberoSaharan.com et aussi de se faire connaitre dans le monde. Veuillez nous contacter.

    Hacene Baleh
    Directeur de
    http://BerberoSaharan.com

  7. Azul a tout le monde
    Ca nous fait enormement plaisir de voire des activites aussi riches sur la culture et l’Artisanat Amazigh. J’encourage tous les Artisans Kabyles et Amazigh qui travaillent dur pour sauvegarder notre chere culture. Pour cela, je serai honoré d’aider ces personnes a publier leurs articles sur la culture sur notre site Amazigh http://BerberoSaharan.com et aussi de se faire connaitre dans le monde. Veuillez nous contacter.

    Hacene Baleh
    Directeur de
    http://BerberoSaharan.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here