Amirouche, le héros kabyle, sera-t-il trahi cette fois-ci par les siens?

22
654

KABYLIE (Tamurt) – La guerre d’Algérie est riche en enseignements et faits historiques susceptibles de nous éclairer sur notre avenir pour peu que l’on analyse le rôle décisif et capital joué par la Kabylie, en tant que région autonome, sur les plans, militaires, politique, économique et social.

Dès le début de la guerre, il était question de partager la Kabylie en deux parties, l’une rattachée au Constantinois, l’autre à l’Algérois. Sans la clairvoyance de Krim Belkacem qui avait refusé d’emblée pour des raisons d’efficacité dans le combat, mais surtout pour préserver l’unité, l’identité et l’homogénéité de cette région, l’issue aurait été différente.

L’organisation de la Kabylie par Krim, Abane, puis essentiellement par Amirouche en une région autonome, généreuse, et fraternelle envers les autres wilayas, son apport et son aide logistique et financière puis l’envoi de plusieurs centaines d’hommes en renfort vers les autres régions ont fait d’elle une cible privilégiée à détruire par l’armée coloniale.

Le colonel Amirouche, grand visionnaire et fin stratège militaire, a tenu en échec la quatrième puissance mondiale qui n’a réussi à l’assassiner en 1959 qu’avec la trahison des responsables de l’armée des frontières.

Tous les historiens qui ont écrit sur la guerre d’Algérie s’accordent à dire qu’avec son génie il a donné un tournant décisif et déterminant à l’issue de la révolution par son organisation moderniste des maquis et ses actions militaires et politiques spectaculaires.

En effet, c’est grâce à sa sensibilité, son humanisme, son sens de l’équité et de la justice et ses grandes qualités d’homme d’État qu’Amirouche a réussi à mettre fin à la guerre fratricide entre les combattants des Aurès après la mort de Ben Boulaid.

Le congrès de la Soummam n’aurait jamais pu se tenir sans sa minutieuse organisation de la sécurité de tous les congressistes en provoquant des offensives contre l’ennemi sur un pourtour de plus de cinquante kilomètres pour créer la diversion et détourner son regard d’Ouzelaguene.

Dans son remarquable livre « Amirouche, une vie, deux morts, un testament », le Dr Saadi écrit à la page 38 :

« Comment et par quels moyens a-t-il fait de la wilaya III non seulement une machine de guerre contre l’ennemi, mais également un modèle d’organisation politique, sociale et administrative qui a servi tout à la fois d’exemple, de zone de repli et de source de financement et de soutien organique à de nombreuses autres régions du pays? »

Puis à la page 370 :

« Il y a une qualité que les détracteurs les plus malveillants d’Amirouche lui-même s’interdiront de remettre en cause : la capacité d’organisation. Avec sa nomination, la wilaya III était devenue un mini État. »

Même s’il était un grand nationaliste soucieux de l’unité algérienne, il a toujours défendu et protégé sa région et son peuple en utilisant la langue kabyle comme moyen de communication quotidienne et en y organisant une justice sociale, par l’aide à toutes les familles nécessiteuses de Kabylie. Il était convaincu que ce n’est que par cette politique d’autonomie qu’il renforcera l’unité de l’Algérie.

Le fait que Boumediene et ses alliés par leur haine des Kabyles, démontrée par l’assassinat d’Abane, et plus tard par celui de Krim, l’ont privé de sépulture en cachant les restes de ses ossements dans le sous-sol d’une gendarmerie constitue pour tous les Kabyles une deuxième mort de leur légendaire héros.

Écrire sur Amirouche pour le réhabiliter et montrer aux nouvelles générations son exemple de sacrifice est une très bonne initiative, mais qui ne suffira certainement pas, nous avons le devoir, sinon l’obligation de continuer et de faire aboutir son projet d’organisation de la Kabylie pour pouvoir démocratiser et moderniser le reste de l’Algérie.

Les valeurs de démocratie et de liberté que les Kabyles en tant que minorité s’entêtent, à appliquer à toute l’Algérie depuis plus de 25 ans seront toujours rejetée et combattues. Elles n’ont aucune chance de s’enraciner dans le reste de l’Algérie, traditionnellement et fondamentalement hostile à l’émancipation et le développement de la langue et de la culture kabyles.

De très nombreux Algériens souhaitent ardemment l’application de la charia en sachant que c’est le seul outil avec lequel ils éradiqueront définitivement cette langue. Les ennemis de cette dernière s’acharnent sur la démocratie même en prenant le risque de diviser ou de détruire entièrement ce pays par leur promotion de la violence et leur soutien au terrorisme islamiste.

Depuis bientôt un demi-siècle avec les organisations politiques et culturelles telles que le FFS, le MCB, le RCD, le mouvement citoyen (aarouch), que nous quémandons, tels des mendiants nos droits identitaires, nos droits linguistiques, nos droits de citoyens Algériens à part entière. De cette Algérie, que pourtant nos parents ont libérée du colonialisme Français, nous n’avons obtenu comme réponses que la violence ou dans le meilleur des cas le mépris.

Si pour des raisons aussi diverses que variées propres à chacun d’entre nous, par peur, par simple naïveté, par démission face à l’injustice ou encore par calcul politique étroit nous ne pouvions un jour démocratiser la Kabylie, par le projet d’autonomie, à l’image de l’organisation initiée par Amirouche, pendant la guerre, nous aurions alors trahi ce dernier une fois de plus. Nous donnerions alors raison de façon active ou passive à Boumediene, Boussouf, Ben Bella et à tous ceux qui s’opposent encore à une Algérie moderne, libre démocratique et sociale.

L’élite politique kabyle actuelle sera doublement responsable devant l’histoire par sa complaisance devant le processus de dépersonnalisation et de normalisation de la Kabylie qui, s’il arrive à son terme fera de l’Algérie une dictature théocratique irréversible à l’image de ses consœurs où le pouvoir héréditaire repose sur la violence, le népotisme, le rejet de l’humanisme, de la tolérance et du savoir.

Le destin de l’Algérie dépend de celui de la Kabylie, notamment par la capacité du personnel politique kabyle à bien décoder le message d’Amirouche afin de redonner à la Kabylie son autonomie.

22 COMMENTS

  1. Article magistral de lucidité et de sagesse. Je souhaite que la majorité des Kabyles arrive à secouer cet état de torpeur qui s’est emparé d’eux, afin de libérer la Kabylie de l’impérialisme de fait et des idées.

  2. Article magistral de lucidité et de sagesse. Je souhaite que la majorité des Kabyles arrive à secouer cet état de torpeur qui s’est emparé d’eux, afin de libérer la Kabylie de l’impérialisme de fait et des idées.

  3. Les seuls qui ont trahis Amirouche et les autres,sont en train de pousser les algériens au désespoir . C’est pour cela que je dis clairement que ,quel que soit , ce que l’on pense de la démarche du MAK et du GPK,la destinée du peuple Kabyle a pris une autre tournure prometteuse . Il est indéniable,que rien de bien ne se verra dans ce pays ,tant que les Kabyles n’auront pas , tous leurs droits , en entier . Apparemment l’arabo-islamisme,n’a fait le bonheur ,des apprentis arabes,encore moins celui des berbères et en particulier celui des Kabyles . !. Je suis de plus en plus certain que le salut des Algériens ne peut venir de ce déni identitaire berbère et de cette gouvernance diabolique,sadique et sous développée .

  4. Les seuls qui ont trahis Amirouche et les autres,sont en train de pousser les algériens au désespoir . C’est pour cela que je dis clairement que ,quel que soit , ce que l’on pense de la démarche du MAK et du GPK,la destinée du peuple Kabyle a pris une autre tournure prometteuse . Il est indéniable,que rien de bien ne se verra dans ce pays ,tant que les Kabyles n’auront pas , tous leurs droits , en entier . Apparemment l’arabo-islamisme,n’a fait le bonheur ,des apprentis arabes,encore moins celui des berbères et en particulier celui des Kabyles . !. Je suis de plus en plus certain que le salut des Algériens ne peut venir de ce déni identitaire berbère et de cette gouvernance diabolique,sadique et sous développée .

  5. Il est temps de rapatrier les ossements de Amirouche pour qu’il puisse enfin se reposer en paix. L’enterrer dans le même cimetière que ceux qui ont confisqué sa dépouille, trahi la cause pour laquelle il s’est battu est une énième insulte à ce grand homme.

  6. Il est temps de rapatrier les ossements de Amirouche pour qu’il puisse enfin se reposer en paix. L’enterrer dans le même cimetière que ceux qui ont confisqué sa dépouille, trahi la cause pour laquelle il s’est battu est une énième insulte à ce grand homme.

  7. Azzul fellawen, Asseggas ilhan d Yennayer n ssava.
    La plupart des leaders kabyles de la révolution ont été tous plus ou moins formés au moule jacobin négateur de l’histoire, de la sociologie, des identités.
    Revendiquer l’indépendance de l' »Algérie » comme un bloc, c’est se couper totalement des réalités d’avant la colonisation. Revendiquer l’indépendance de l' »Algérie » dans ses tracés frontalier; dans son mode d’organisation, en somme, telle que revendiquée par les colons eux mêmes, c’est revendiquer l’indépendance d’un pays créé de toutes pièces par le colonialisme. L’Algérie n’est pas plus homogène que l’Irak, que le Soudan, que la Cote d’Ivoire, que la Maurétanie, que le Mali, Niger, etc… Pour ces pays, admirons le résultat et regardons ce qui se passera dans les jours à venir.
    Pour revenir aux élites Kabyles de 1954, signalons qu’ils sont déjà en déphasage total par rapport à 1949, cinq années plus tôt, pas plus. Comment se fait-il qu’aucun garde fou n’y a pas été élevé ? En terme de mémoire, il faut reconnaitre que ces hommes, tout grands qu’ils sont, avaient du chemin à faire. Ces élites sont encore en plus grand déphasage par rapport aux réalités d’avant l’état civile de 1891. Elles sont déjà dans la négation par rapport à l’avant l’annexion de 1871. Elles sont en coupure totale avec ce qui a
    précédé les premières incursions des Français en territoire kabyle. Sinon, alors, comment expliquer leur refus d’une indépendance acquise de haute lutte en 1957 ?
    Ceci dit, il ne faut pas oublier que ce sont les erreurs du passé, tout ce vécu en plus du recul qui nous permettent aujourd’hui de voir plus clair. Tout ça était-il évitable ? Je dirais qu’il ne s’agit pas d’émettre des jugements sur les hommes, mais disons que la vision critique du passé faisait défaut. Le présent colonial a accaparé les énergies au point où ces hommes ont oublié à qui ils tenaient la main, comment s’y prendre avec, etc… La sanction a été terrible, l’histoire impitoyable et résultat cinglant aussi bien pour ces hommes eux mêmes que pour la cause et leurs descendants. Quand je regarde des députés kabyles se faire « charrier » par les fréquentations des ainés… n’est ce pas une récolte bien trop maigre ? Nos ancêtres, des siècles et des siècles ne nous ont-ils pas mis en garde contre les fréquentations hasardeuses ? Malheureusement les voix de ces ancêtres lointains et récents ont été ignorées par ces ainés; C’est ce fil qui nous vient de très loin que les élites kabyles de 1954 ont complètement laché.
    Revenons au présent pour témoigner du fait qu’au jour d’aujourd’hui, seuls le MAK et le Gouvernement Provisoire Kabyle restent les plus fidèles possibles de la voix profonde et lointaine de la Kabylie.

  8. Azzul fellawen, Asseggas ilhan d Yennayer n ssava.
    La plupart des leaders kabyles de la révolution ont été tous plus ou moins formés au moule jacobin négateur de l’histoire, de la sociologie, des identités.
    Revendiquer l’indépendance de l' »Algérie » comme un bloc, c’est se couper totalement des réalités d’avant la colonisation. Revendiquer l’indépendance de l' »Algérie » dans ses tracés frontalier; dans son mode d’organisation, en somme, telle que revendiquée par les colons eux mêmes, c’est revendiquer l’indépendance d’un pays créé de toutes pièces par le colonialisme. L’Algérie n’est pas plus homogène que l’Irak, que le Soudan, que la Cote d’Ivoire, que la Maurétanie, que le Mali, Niger, etc… Pour ces pays, admirons le résultat et regardons ce qui se passera dans les jours à venir.
    Pour revenir aux élites Kabyles de 1954, signalons qu’ils sont déjà en déphasage total par rapport à 1949, cinq années plus tôt, pas plus. Comment se fait-il qu’aucun garde fou n’y a pas été élevé ? En terme de mémoire, il faut reconnaitre que ces hommes, tout grands qu’ils sont, avaient du chemin à faire. Ces élites sont encore en plus grand déphasage par rapport aux réalités d’avant l’état civile de 1891. Elles sont déjà dans la négation par rapport à l’avant l’annexion de 1871. Elles sont en coupure totale avec ce qui a
    précédé les premières incursions des Français en territoire kabyle. Sinon, alors, comment expliquer leur refus d’une indépendance acquise de haute lutte en 1957 ?
    Ceci dit, il ne faut pas oublier que ce sont les erreurs du passé, tout ce vécu en plus du recul qui nous permettent aujourd’hui de voir plus clair. Tout ça était-il évitable ? Je dirais qu’il ne s’agit pas d’émettre des jugements sur les hommes, mais disons que la vision critique du passé faisait défaut. Le présent colonial a accaparé les énergies au point où ces hommes ont oublié à qui ils tenaient la main, comment s’y prendre avec, etc… La sanction a été terrible, l’histoire impitoyable et résultat cinglant aussi bien pour ces hommes eux mêmes que pour la cause et leurs descendants. Quand je regarde des députés kabyles se faire « charrier » par les fréquentations des ainés… n’est ce pas une récolte bien trop maigre ? Nos ancêtres, des siècles et des siècles ne nous ont-ils pas mis en garde contre les fréquentations hasardeuses ? Malheureusement les voix de ces ancêtres lointains et récents ont été ignorées par ces ainés; C’est ce fil qui nous vient de très loin que les élites kabyles de 1954 ont complètement laché.
    Revenons au présent pour témoigner du fait qu’au jour d’aujourd’hui, seuls le MAK et le Gouvernement Provisoire Kabyle restent les plus fidèles possibles de la voix profonde et lointaine de la Kabylie.

  9.  » Vous devez TOUT CHANGER ! Saut vos femmes et vos enfants !!  »

    C’est ainsi qu’un PDG de Samsung s’est adressé à ses employers !

    La Corrée du sud est devenue en 50 ans un Géant Mondial, num 2 en construction navale, num 1 devant google et consors …

    {{En 2011, les KABYLES EUX AUSSI DOIVENT TOUT CHANGER ! SAUFS NOS FEMMES ET NOS ENFANTS ! IL S’AGIT D’UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT EN TANT QUE PEUPLE ET INDIVIDUS !}}

    VIVE LE MAK, VIVE LE GPK ! VIVE LE PEUPLE KABYLE ! VIVE LA KABYLIE INDÉPENDANTE

  10. azul

    chaque kabyle oû qu’il soit doit mediter cette bravoure et ce courage et le sens d’organisation de AMIROUCHE. Nos anciens de 1954 avaient gagné la bataille contre le colon francais,nous devons leur rendre un grand hommage. ils avaient rever et imaginer une algerie à l’image de la kabylie . nos anciens se sont organiser comme une armée proffessionnelle mais ils ne s’attendaient pas en 1962 à decouvrir dejà l’organisation terroriste qui leur viennent de l’exeterieur et soutenu par la culture socialo-communisto-baathiste-terroriste (en 1956,les communistes et les oulemas les peres des islamo-terroriste avait refusé d’entrer dans la guerre en tant qu’organisation) . et le resultat ils avient perdu la bataille en 1962-63 contre l’organisation terroriste qui avait remplacer l’OAS souvenez-vous!

    au fil des années nous nous sommes tous en tant que kabyles rendus compte que l’algerie ne forme pas une nation et que le peuple d’algerie n’existait pas et ne pourra jamais exister comme le rever certains qui ont raté une etape d’evolution.
    le peuple et la nation kabyle courrent à sa perte si nous continuons à rever de l’algerie comme l’ont revé nos peres liberateurs de l’algerie.

    tanemirt

  11. Cher ami, il ne s’agit pas de juger nos parents et grands parents, et encore moins de remettre en cause leur bravoure et la grandeur de leurs accomplissements. Je dis simplement que nous, qui avons la chance d’avoir le recul sur les évènements, chance qu’ils n’avaient malheureusement pas, il est de notre devoir de tirer les conséquences de toutes ces expériences.
    Ceci dit, je rejoins entièrement votre point de vue quant à la dite nation algérienne. Elle peut être à la rigueur un ensemble fédéral, si toutes ses composantes en expriment la volonté; sans plus. De nation algérienne, il n’y en avait pas avant 1830; ça été un ensemble de peuples enchainés durant la colonisation; la guerre de 1954 a esquissé une organisation plus ou moins conforme aux réalités. La mainmise étrangère sur la révolution par l’intermédiaire de l’armée des frontières après le nettoyage des maquis des années 1959, 60 .. a abouti à une indépendance confisquée aux peuples.

    Dans ce sens, la Kabylie avant tout (qu’ils n’avaient pas pu mettre en avant en leur temps) devrait guider nos pas. Plus question pour nous de bouger le petit doigt sans savoir exactement ce que cela rapporterait à la Kabylie à court, à moyen et à long terme. J’irai plus loin en disant que la seule façon possible d’aider les peuples d’Algérie est de penser d’abord à la Kabylie. Il n’existe pas d’autre façons de faire. Ne dit-on pas qu' »on ne peut poser la toiture avant d’élever les murs » ?

  12. je suis kabyle Je suis née le 17/05/1950 en 62 j ais 12 ans mais je n’accuse personne si la guerre ma mére mort en 57 tue par l’arme française mais si la guerre que nest rien gagné pour moi l’algerie na pas la dépendance la populations ils ont rien gagné moi je vis en frances plus de 40 ans? pour moi amirouche d’autres pour moi tous les méme luis aussi l’a fait du massacres beaucoups personnes de la populations

  13. Je vous conseille vivement le livre du Dr Sadi sur cet illustre personnage,vous changerez certainement d’avis et vous découvrirez ,un homme plus en phase avec l’amour que lui vouait les Kabyles . J’ai déjà lu quelques livres d’histoire,mais la lecture de celui ci , m’a permis d’avoir une autre opinion de ce martyr,qui n’a été épargné,ni par ses ennemis,encore moins par ses soi disant compatriotes,pas du tout patriotes d’ailleurs !.

  14. {{ AMIROUCHE : LA FIERTE DE LA SOUMMAME, DE LA KABYLIE}}
    AMIROUCHE, tu est le libérateur de notre terre.On ne peut te le dire assez.
    Tu t’es sacrifié en premier lieu pour l’Algérie et en second lieu pour la Kabylie et les tiens sans faire de distinction.Tu était le père, le formateur, et le serviteur de tout tes campagnons.
    Moi personnellement je ne saurais comment me montrer reconnaissant; je ne fais que pleurer pour toi. TU NOUS A QUITTE TRES TÔT. AVEC TOI, L’ALGERIE D’AUJOURD’HUI AURAIT UN AUTRE VISAGE.
    j’ESPERE QU’ON ARRIVERA UN JOUR A FAIRE PAYER TES ASSASSINS ,QUI PRETENDENT ENCORE AUJOURD’HUI ÊTRE LES VRAIS LIBERATEURS,LES VRAIS HEROS DE NOTRE CHERE ALGERIE
    TonFils Nourredine nous fait HONNEUR.Il dit trés haut ce qu’il pense sans craindre de brusquer les habitudes de certains ni le « livre qui sait tout » . Ses recherches aboutissent toujours.Dans son langage, je ne trouve pas de discourts « politiciens…il va droit au but. BRAVO VIVE LA kABYLIE ET L’ALGERIE

  15. {{ AMIROUCHE : LA FIERTE DE LA SOUMMAME, DE LA KABYLIE}}
    AMIROUCHE, tu est le libérateur de notre terre.On ne peut te le dire assez.
    Tu t’es sacrifié en premier lieu pour l’Algérie et en second lieu pour la Kabylie et les tiens sans faire de distinction.Tu était le père, le formateur, et le serviteur de tout tes campagnons.
    Moi personnellement je ne saurais comment me montrer reconnaissant; je ne fais que pleurer pour toi. TU NOUS A QUITTE TRES TÔT. AVEC TOI, L’ALGERIE D’AUJOURD’HUI AURAIT UN AUTRE VISAGE.
    j’ESPERE QU’ON ARRIVERA UN JOUR A FAIRE PAYER TES ASSASSINS ,QUI PRETENDENT ENCORE AUJOURD’HUI ÊTRE LES VRAIS LIBERATEURS,LES VRAIS HEROS DE NOTRE CHERE ALGERIE
    TonFils Nourredine nous fait HONNEUR.Il dit trés haut ce qu’il pense sans craindre de brusquer les habitudes de certains ni le « livre qui sait tout » . Ses recherches aboutissent toujours.Dans son langage, je ne trouve pas de discourts « politiciens…il va droit au but. BRAVO VIVE LA kABYLIE ET L’ALGERIE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here