Séminaire à Tizi-Ouzou sur la violence et les droits de l’Homme en Algérie : « Beaucoup reste à faire en Kabylie», selon le Dr Mahmoud Iboudarene

47
563
ligue droits de l'Homme

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Invité à animer une conférence autour du thème : « violence et droits de l’Homme » et devant une assistance attentionnée, le conférencier, psychiatre de son métier et non moins député, agissant sous les couleurs politiques du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), a développé un discours sans la moindre concession ni à la vulgarité ni à la situation réelle qui prévaut dans le pays en matière de violence, laquelle se répercute directement sur les doits de l’Homme.

Fidèle à l’exigence de son statut d’homme de science, le conférencier a d’abord défini et largement explicité les différents concepts de la violence . Celle-ci est répertoriée par le Dr Iboudarène en sept points, à savoir : le lieu d’expression de la violence, la violence sexuelle dans la famille et la vie conjugale, la violence à l’école, l’université, dans l’entreprise, violence vis-à-vis des animaux et champ politique (répression de la revendication des libertés). Abordant ensuite le chapitre relatif à la violence symbolique, le conférencier la classifie comme suit : pauvreté et misère, chômage et injustice sociale, manque de loisirs, rôle et statut de la femme, altération de la qualité de vie (environnement), absence de liberté et de démocratie, Etat autoritaire et Etat fasciste, absent ou démissionnaire (climat d’insécurité). Le Dr Iboudarène a été prolixe. Il ne pouvait être autrement, vu que le sujet ne pouvait qu’être vaste.

Cependant, il y a lieu de retenir que pour appuyer sa thèse sur un manque à gagner en matière des droits de l’Homme, l’invité de la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen de Tizi-Ouzou que dirige un groupe d’hommes dont M. Arezki About, a cité comme exemple les multiples kidnappings perpétrés en Kabylie et l’inaction de l’Etat . » En matière d’emploi », signale encore le Dr Iboudarène, « rien qu’au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou, pas moins de I0.000 demandes d’emploi sont enregistrées annuellement « . Faisant ensuite le parallèle entre les entrepreneurs et autres investisseurs qui ne voient pas les conditions d’investissement réunies puisque la menace de kidnapping pèse sur eux et les chômeurs dont le nombre augmente d’année en année, cela ne peut aboutir qu’à la désertion de la région. En effet, l’investisseur va chercher des cieux plus cléments pour investir son argent et son savoir-faire et le chômeur va également chercher un emploi ailleurs.

Le conférencier n’a pas omis également de parler de la volonté du pouvoir de singulariser la Kabylie. Amené à citer des preuves de ses allégations, le député du RCD cite l’exemple de l’affaire Caps Igli (Béjaia) qui remonte à I979, où l’Etat a parachuté des armes sur la plage et a voulu montrer du doigt les Kabyles désireux de destabiliser le pays. L’invité de la Maison des Droits de l’Homme et du Citoyen de Tizi-Ouzou cite également le cas de » la campagne d’évangélisation » menée en Kabylie. « Or, clame le Dr Iboudarène, l’évangélisation est plus importante aussi bien à Constantine qu’à Oran ».

Nonobstant le constat qui prête au pessimisme et au découragement, le conférencier dit haut et fort que rien n’est perdu et que l’espoir est plus que jamais permis. Le Dr Iboudarène, au sang froid indiscutable, est allé jusqu’à souligner les acquis considérables obtenus depuis I980 à ce jour. Là encore, il appuie sa thèse par des exemples. « En effet, dit-il, aujourd’hui, nous jouissons du droit de nous réunir ici pour discuter et débattre des droits de l’Homme, alors que cela aurait impossible avant le Printemps amazigh. Aujourd’hui encore, ajoute-il, nous pouvons transcrire des textes en tamazight en toute légalité, etc. ».

Enfin, le conférencier a plaidé pour le dialogue franc et la tolérance entre toutes les parties concernées pour arriver à une synergie capable d’endiguer les différents maux dont souffre la Kabylie et, du coup, faire valoir les droits de l’Homme et de l’être humain.

47 COMMENTS

  1. De deux choses l’une;
    Soit vous êtes naïfs en croyant ,toujours et éternellement,et ce depuis 1948,que les tenants du panarabisme colonial algérien qui oppressent la kabylie et son peuple méditerranéen occidental ,africain du nord, donneront ,par le dialogue ,dites vous, le droit à la kabylie et à son peuple de s’autodéterminer et de recouvrer ses droits identitaires ,territoriaux,sociaux et culturels,alors que ces tenants du pouvoir maffieux assassin d’alger et ce depuis toujours en guise de dialogue ,assassinent et détruisent tout ce qui peut entraver l’araboislamisation de la kabylie

    Soit vous êtes ,encore et toujours,pour l’ araboislamisaion de la kabylie et de son peuple ,avec comme option,comme le panarabisme algérien l’a toujours décidé pour la kabylie,juste l’enseignement du kabyle comme 2é langue nationale, et une kabylie bérbére araboislamisée par l’islam!!!
    Dans les deux cas ,la kabylie ne se relévera plus du joug arabomusulman algérien et sera ,tôt ou tard,vouée à disparaître comme terre kabyle méditerranéenne occidentale et rejoindra ces terres d’afrique du nord devenues TERRE DU MAGHREB ARABE!

  2. De deux choses l’une;
    Soit vous êtes naïfs en croyant ,toujours et éternellement,et ce depuis 1948,que les tenants du panarabisme colonial algérien qui oppressent la kabylie et son peuple méditerranéen occidental ,africain du nord, donneront ,par le dialogue ,dites vous, le droit à la kabylie et à son peuple de s’autodéterminer et de recouvrer ses droits identitaires ,territoriaux,sociaux et culturels,alors que ces tenants du pouvoir maffieux assassin d’alger et ce depuis toujours en guise de dialogue ,assassinent et détruisent tout ce qui peut entraver l’araboislamisation de la kabylie

    Soit vous êtes ,encore et toujours,pour l’ araboislamisaion de la kabylie et de son peuple ,avec comme option,comme le panarabisme algérien l’a toujours décidé pour la kabylie,juste l’enseignement du kabyle comme 2é langue nationale, et une kabylie bérbére araboislamisée par l’islam!!!
    Dans les deux cas ,la kabylie ne se relévera plus du joug arabomusulman algérien et sera ,tôt ou tard,vouée à disparaître comme terre kabyle méditerranéenne occidentale et rejoindra ces terres d’afrique du nord devenues TERRE DU MAGHREB ARABE!

  3. En effet beaucoup reste à faire !. Tant que notre langue reste interdite dans pas mal d’institutions et qu’on nous oblige à ânonner cette langue étrangère,qu’est l’arabe,on ne sera pas sorti de l’auberge arabo-islamique . Les Kabyles sont un peuple à part entière,cet arabo-islamisme est la négation de notre culture et de notre existence . (Petit point à corriger à Mr Tissegouine :le fameux parachutage d’armes de 1979 , a eu lieu ,au sud de Cap Sigli sur les hauteurs dominants ce phare et non au, niveau de la plage ,plus éloignée à l’ouest . L’endroit exacte est situé à droite et à gauche du, chemin muletier,descendant du petit hameau nommé La3ziv N’Tizouiar,vers Cap Sigli ).

  4. En effet beaucoup reste à faire !. Tant que notre langue reste interdite dans pas mal d’institutions et qu’on nous oblige à ânonner cette langue étrangère,qu’est l’arabe,on ne sera pas sorti de l’auberge arabo-islamique . Les Kabyles sont un peuple à part entière,cet arabo-islamisme est la négation de notre culture et de notre existence . (Petit point à corriger à Mr Tissegouine :le fameux parachutage d’armes de 1979 , a eu lieu ,au sud de Cap Sigli sur les hauteurs dominants ce phare et non au, niveau de la plage ,plus éloignée à l’ouest . L’endroit exacte est situé à droite et à gauche du, chemin muletier,descendant du petit hameau nommé La3ziv N’Tizouiar,vers Cap Sigli ).

  5. azul

    effectivement que beaucoup reste à faire. la premiere chose a faire est de cesser a votre niveau monsieur le docteur de faire croire aux kabyles qu’ils vivent dans Etat normal au lieu de leur dire, aux kabyles quelque que soit à 100% kabyle ou à 1%kabyle,qu’ils vivent sous une colonisation arabo_islamo-baathiste et sous une domination la plus atroce de son histoire.
    quand vous demarrez par une realité vecu par le kabyle vous pouvez avoir des opinions qui vont eclaircir le citoyen kabyle. mais quand vous prenez vos reves pour des realités je vous accorde une centaine d’années pour pouvoir comprendre la situation des droits de l’homme en kabylie et la situation d’un kabyle tout court mais à ce moment là,ça sera trop tard.

    svp arretez d’endormir les citoyens kabyles. tanemirt

  6. azul

    effectivement que beaucoup reste à faire. la premiere chose a faire est de cesser a votre niveau monsieur le docteur de faire croire aux kabyles qu’ils vivent dans Etat normal au lieu de leur dire, aux kabyles quelque que soit à 100% kabyle ou à 1%kabyle,qu’ils vivent sous une colonisation arabo_islamo-baathiste et sous une domination la plus atroce de son histoire.
    quand vous demarrez par une realité vecu par le kabyle vous pouvez avoir des opinions qui vont eclaircir le citoyen kabyle. mais quand vous prenez vos reves pour des realités je vous accorde une centaine d’années pour pouvoir comprendre la situation des droits de l’homme en kabylie et la situation d’un kabyle tout court mais à ce moment là,ça sera trop tard.

    svp arretez d’endormir les citoyens kabyles. tanemirt

  7. Manifeste pour des droits et libertésadminLe 25 janvier 2011 à 21 h 39 min

    Près d’un demi siècle après le recouvrement par notre pays de sa souveraineté nationale, la construction de « l’État démocratique et social » dans « le respect des libertés fondamentales » telle qu’énoncée par la Déclaration du 1er novembre 1954 et la Plate-forme du Congrès de la Soummam est à l’arrêt.

    Les promesses nées de l’ouverture d’octobre 1988 sont laminées par un nouveau processus de légitimation dévoyé par de multiples verrouillages et la fraude électorale, tandis que le maintien pour une durée indéterminée de l’état d’urgence fait régresser les libertés publiques.

    Une normalisation à marche forcée entrave les forces sociales et bloque le règlement pacifique des conflits. Toute contestation est ainsi poussée à s’exprimer par la violence.

    Étouffée, la classe politique est dangereusement réduite à la sauvegarde des appareils.

    En l’absence de séparation des pouvoirs, de contre-pouvoirs institutionnels et non étatiques, l’impunité devient la règle et la corruption prolifère.

    Le droit de la force l’emporte sur la force du droit.

    Cette situation ne peut plus durer !

    Les femmes et les hommes épris de justice et de liberté sont interpellés pour faire coïncider l’indépendance avec la liberté et la République avec la démocratie.

    •Considérant que le Mouvement national, dans son programme de façon constante et dans ses sigles par deux fois – en 1944 (Amis du Manifeste et des libertés) et 1946 (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) – a fait explicitement référence aux libertés ;
    •Considérant que l’Algérie ne peut rester en dehors de l’aspiration universelle à la démocratie ;
    •Considérant que les autorités en place ne peuvent aller à l’encontre des textes juridiques algériens, notamment de la Constitution qui énonce en son chapitre IV un ensemble de dispositions garantissant les droits et libertés ;
    •Considérant que les libertés et l’État de droit sont les meilleurs moyens pour la défense des plus faibles ;
    •Considérant que l’égalité des droits, notamment entre les hommes et les femmes, l’égalité de traitement entre les langues arabe et tamazight, sont les garants de la cohésion sociale et de l’intégration nationale ;
    •Considérant que le maintien de l’état d’urgence, depuis près de deux décennies, viole la Constitution et nuit à l’exercice effectif des droits de l’Homme, aux valeurs démocratiques ainsi qu’à l’image du pays ;
    Proclamons par le présent Manifeste pour les droits et libertés la nécessité urgente de rétablir la perspective démocratique par :

    •la levée de l’état d’urgence comme condition première pour jouir pleinement des droits de l’Homme et des libertés publiques garantis par la Constitution et les conventions internationales ratifiées par l’Algérie ;
    •l’ouverture des espaces politique, syndical, associatif et médiatique nécessaires à la promotion et au respect du pluralisme, indispensable à la vitalité du pays et à son développement ;
    •la défense des droits sociaux, dont l’accès au travail, à la protection sociale, au logement, à l’éducation et à la santé sont le minimum vital d’une société solidaire;
    •la construction de l’État de droit, condition sine qua non à l’indépendance de la justice et à l’égalité de tous devant la loi ;
    •la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire comme fondement essentiel de l’équilibre des pouvoirs ;
    •la séparation des champs politique et religieux pour garantir l’autonomie individuelle, socle de la modernité politique ;
    •le respect des droits de l’Homme dans leur intégralité et l’égalité des droits, indispensables à l’épanouissement de la dignité humaine et à l’exercice de la citoyenneté pleine et entière ;
    •la légitimité du suffrage universel, expression de la souveraineté populaire sur la base de la garantie des droits fondamentaux de toute (s) minorité(s) et de l’alternance au pouvoir.
    Déclarons agir en faveur d’un mouvement d’opinion pour la concrétisation, par des moyens pacifiques, des objectifs énoncés à travers cette plateforme que nous sous-signons.

    Ce mouvement d’opinion est un regroupement informel, libre et ouvert à toute personne qui en accepte les idées.

    Inscrit dans le sens de l’intérêt général, le Manifeste pour les droits et libertés ambitionne d’ancrer la culture civique, d’agir pour le changement afin de faire triompher la citoyenneté pleine et entière et permettre aux Algériennes et Algériens de travailler et de vivre en personnes libres.

  8. Manifeste pour des droits et libertésadminLe 25 janvier 2011 à 21 h 39 min

    Près d’un demi siècle après le recouvrement par notre pays de sa souveraineté nationale, la construction de « l’État démocratique et social » dans « le respect des libertés fondamentales » telle qu’énoncée par la Déclaration du 1er novembre 1954 et la Plate-forme du Congrès de la Soummam est à l’arrêt.

    Les promesses nées de l’ouverture d’octobre 1988 sont laminées par un nouveau processus de légitimation dévoyé par de multiples verrouillages et la fraude électorale, tandis que le maintien pour une durée indéterminée de l’état d’urgence fait régresser les libertés publiques.

    Une normalisation à marche forcée entrave les forces sociales et bloque le règlement pacifique des conflits. Toute contestation est ainsi poussée à s’exprimer par la violence.

    Étouffée, la classe politique est dangereusement réduite à la sauvegarde des appareils.

    En l’absence de séparation des pouvoirs, de contre-pouvoirs institutionnels et non étatiques, l’impunité devient la règle et la corruption prolifère.

    Le droit de la force l’emporte sur la force du droit.

    Cette situation ne peut plus durer !

    Les femmes et les hommes épris de justice et de liberté sont interpellés pour faire coïncider l’indépendance avec la liberté et la République avec la démocratie.

    •Considérant que le Mouvement national, dans son programme de façon constante et dans ses sigles par deux fois – en 1944 (Amis du Manifeste et des libertés) et 1946 (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques) – a fait explicitement référence aux libertés ;
    •Considérant que l’Algérie ne peut rester en dehors de l’aspiration universelle à la démocratie ;
    •Considérant que les autorités en place ne peuvent aller à l’encontre des textes juridiques algériens, notamment de la Constitution qui énonce en son chapitre IV un ensemble de dispositions garantissant les droits et libertés ;
    •Considérant que les libertés et l’État de droit sont les meilleurs moyens pour la défense des plus faibles ;
    •Considérant que l’égalité des droits, notamment entre les hommes et les femmes, l’égalité de traitement entre les langues arabe et tamazight, sont les garants de la cohésion sociale et de l’intégration nationale ;
    •Considérant que le maintien de l’état d’urgence, depuis près de deux décennies, viole la Constitution et nuit à l’exercice effectif des droits de l’Homme, aux valeurs démocratiques ainsi qu’à l’image du pays ;
    Proclamons par le présent Manifeste pour les droits et libertés la nécessité urgente de rétablir la perspective démocratique par :

    •la levée de l’état d’urgence comme condition première pour jouir pleinement des droits de l’Homme et des libertés publiques garantis par la Constitution et les conventions internationales ratifiées par l’Algérie ;
    •l’ouverture des espaces politique, syndical, associatif et médiatique nécessaires à la promotion et au respect du pluralisme, indispensable à la vitalité du pays et à son développement ;
    •la défense des droits sociaux, dont l’accès au travail, à la protection sociale, au logement, à l’éducation et à la santé sont le minimum vital d’une société solidaire;
    •la construction de l’État de droit, condition sine qua non à l’indépendance de la justice et à l’égalité de tous devant la loi ;
    •la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire comme fondement essentiel de l’équilibre des pouvoirs ;
    •la séparation des champs politique et religieux pour garantir l’autonomie individuelle, socle de la modernité politique ;
    •le respect des droits de l’Homme dans leur intégralité et l’égalité des droits, indispensables à l’épanouissement de la dignité humaine et à l’exercice de la citoyenneté pleine et entière ;
    •la légitimité du suffrage universel, expression de la souveraineté populaire sur la base de la garantie des droits fondamentaux de toute (s) minorité(s) et de l’alternance au pouvoir.
    Déclarons agir en faveur d’un mouvement d’opinion pour la concrétisation, par des moyens pacifiques, des objectifs énoncés à travers cette plateforme que nous sous-signons.

    Ce mouvement d’opinion est un regroupement informel, libre et ouvert à toute personne qui en accepte les idées.

    Inscrit dans le sens de l’intérêt général, le Manifeste pour les droits et libertés ambitionne d’ancrer la culture civique, d’agir pour le changement afin de faire triompher la citoyenneté pleine et entière et permettre aux Algériennes et Algériens de travailler et de vivre en personnes libres.

  9. Signataires du Manifeste pour des droits et libertésSignataires du Manifeste pour des droits et libertés :
    Samy ABANE, Cadre en chômage ; Omar ABBAS, Étudiant ; ABBAS, Universitaire ; Arezki ABBOUTE Fonctionnaire, militant des droits de l’homme ; Mohamed ABCHICHE, Retraité ; Boudjemaa ABDELLI, Intendant ; Nora ABDERRAHIM, Cadre : Kamel ABDOUN Retraité ; Mustapha ABDOUN, Cadre ; Hania ABDOUN TAMZALI ; Ramdane ACHAB Éditeur ; Toufik ACHAT, Salarie ; Faouzi ADJED, Étudiant ; Mohand AGHARMIW, Artiste-Informaticien ; Lyès AHMANACHE, Informaticien ; Slimane AHMANACHE, Commerçant ; Muhand AIBECHE, Technicien BTP ; Kahina AINOUCHE, Chirurgienne ; Khélifa AINOUCHE, Exilé ; Lynda AISSATI, Fonctionnaire ; Djamel AIT AHMED, Citoyen algérien ; Sakina AIT AHMED, Écrivain et syndicaliste ; Ouali AIT AHMED, Ancien officier de l’ALN ; Hamou AIT BENAMER, Responsable d’agence ; Madjid AIT BRAHEM, Sécurité incendie ; Achour AIT HAMICHE Étudiant ; Farida AIT HAMOU, Enseignante universitaire ; Louisa AIT HAMOU, Universitaire, militante féministe ; Walid AIT HOCINE, Étudiant ; Samy AIT IDIR, Salarié ; Farid AIT IHEDDADEN, Enseignant d’université ; Madjid AIT MAAMAR, Cadre supérieur d’entreprise ; Mourad AIT MEZIANE, Journaliste ; A. AIT MOUHEB, Enseignant-chercheur ; Samir AIT OUARAB, Gérant d’entreprise ; Malek AIT RABAH, Ingénieur ; Malek AIT RABEH, Ingénieur ; Hassan AIT SAID, Comptable ; Mohand AIT SAIDI, Ouvrier ; Taos AIT SI SLIMANE, Médiatrice scientifique ; Souraya AKKOUCHE ; Ramdane AKOU, Commerçant ; Yasmina ALI OULHADJ, Collaborateur de député ; Abdeslam ALI RACHEDI, Ex-député ; Rachid ALLEL, Conseiller technique ; Aaz ALOUI, Artiste ; Mohamed AMAMRA, Journaliste ; Nayla AMARA KORBA, Publicitaire ; Amar AMEZIANE, Enseignant-chercheur ; Samy AMIR, Technicien en bâtiment ; Samir AMMAR KHODJA ; Lahlou AMOURA, Enseignant ; Rachid AMRAOUI, Enseignant ; Kamel AMRI, Enseignant ; Mohamed AMRIOUI ; Ali AMROUCHE, Consultant ; Mohand Tahar AMROUCHE, Médecin ; Farida AMROUNE, Femme au foyer ; Zoubir ANNOUNE, Architecte; Arezki ANOU, HSE Master Trainer/Assessor ; Kamel ANSEUR, Étudiant ; Samir AOUAR, Ingénieur ; Rinas AOUCHICHE, Étudiant ; Karim AOUCHTA, Écologiste ; Farid AOUDIA, Médecin spécialiste ; Arab AOUDJ, Commissaire aux comptes ; Karim AOUGHILAS, P/APC ; Kahina AOULI, Ingénieure ; Boudjema AOULI, Chirurgien ORL ; Sid Ali AOUN, Retraité ; Ali AOUNZA, Chercheur ; Mohand Cherif AOURAGH, Retraité ; Djillali AOURANE Médecin ; Chérifa ARABDIOU, Cadre du sport ; Mohamed ARABDIOU, Auteur et journaliste en retraite ; Radja ARAMA ; Zoubir AROUS, Enseignant universitaire ; Ahmed ARRAD, Cadre supérieur de la nation Retraité, Moudjahed ; Ahcène ASSEMGHOUNE, Gérant de société ; Mohammed AYACHE, Commandant au Long-Cours ; Mohand AZIRI, Journaliste ; Abdelmadjid AZZI, Syndicaliste ; Nadira AZZOUG, Enseignante ; BADEL, Commerçant ; Anis OUNZAIN, Étudiant

    Fatma BABA AISSA, Interprète-traductrice ; Messaoud BABADJI, Enseignant de droit à l’université de Sidi Bel Abbès ; Fadhel BADREDDINE, Retraité ; Malik BACHA, Fonctionnaire ; Mohamed BACHIR ; Salem BADACHE, Commerçant ; Hacene BADACHE, Ancien syndicaliste, enseignant universitaire ; Ahmed BADAOUI, Cadre des douanes ; Aïssam BADRICI, Animateur associatif ; Mohamed BAGHDADI, professeur d’université ; Nadjim BAKI, Étudiant ; Athmane BANOUH, Ingénieur ; Bahri BEDIAR, Ingénieur ; Madjid BEGTACHE, Député ; Mounira BEKARI, Commerciale ; Malek BEKHOUCHE, Syndicaliste ; Noureddine BEKHTI, chômeur ; Yasmine BELABED, Lycéenne ; Abderahmane BELAID, Professeur en psychiatrie ; Naïmi BELAKHDAR, Retraité ; Sofiane BELARBI, Étudiant ; Abdelkader BELHADI, Réalisateur ; Djelloul BELHAI, Professeur universitaire ; Karim BELKACEM, Médecin ; BELKHATIR, Retraité ; Hind BELKHIR, Ingénieur de recherche en biologie ; Hakim BELKHIRI, Export manager ; Abderrahmane BELLAL, Étudiant ingénieur ; Mohammed BELMADI, Enseignant ; Zaida BELMADI, Enseignante Rachid BELMELLAT, Cadre en retraite ; Boualem BELOUAR, Gérant de société ; Mustapha BENABBOU, Retraité ; Mehieddine BENABDERRAHMANE, Retraite ; Taleb BENALI, Retraité ; Ali BENAMEUR, Infirmier ; Brahim BENAMIRA, Directeur d’agence d’assurance ; Nadjma BENAZIZA, Architecte, Vice-présidente CFDA ; Abdou BENBERRAH, IT ; Cid BENBOUDJEMAN, Chirurgien-dentiste ; Abdellah BENDAOUD, Cadre supérieur de la fonction publique ; Hizia BENDJEBAR, Animatrice d’association ; Abdelghani BENDJENNI Juriste ; Slimane BENELHADJ Cadre d’entreprise ; Nachida BENHAROUN, Enseignante ; Tahar BENHOUMAR, Ex-député ; Mouloud BENIDIR, Étudiant ; Salim BENKHELIFA, Étudiant ; Youcef BENKHETOU, Directeur d’entreprise ; Madani BENKHOUDA, Libraire ; Nassima BENLAGHA, Monteuse à la retraite ; BENLAGHA, Gérant ; Billal BENMAMMAR, Étudiant en cycle supérieur ; Mohamed Saïd Karim BENMERAR, Étudiant ; Rédouane BENMOKHTAR, Consultant en informatique ; Brahim BENNADJI P/APC de Tinebdar ; Habib BEN RAMDANE ; Directeur de société ; Djamel BENSEBA, Cadre associatif ; Djamel BENYAHIA, Artiste ; Nacera BERKANE, Médecin ; Djamila BEY, Architecte ; Brahim BOUABDELLI Retraité ; Amara BOUALA, Enseignant ; Mohamed BOUARIF, Retraité ; Brahim BOUBRIT, Cadre supérieur ; Mokrane BOUCHACHI Universitaire ; Dallal BOUCHAREB, Trader ; Mohamed BOUDISSA, Avocat ; Djamel BOUDJAOUI, Cadre supérieur ; Karim BOUDJAOUI, Ex-député ; Hacène BOUDJEMAA, Cadre ; Chahrazad BOUDRAA, Professeur de lycée ; Lamine-Khaled BOUFEDJI Informaticien ; BOUHAMAM, Journaliste ; Djamel BOUHARIS, Chef d’entreprise ; Nadir BOUHITEM, Informaticien ; Abderrahmane BOUKENTAR Négociant ; Abdelmalek BOUKHENOUFA, Ingénieur de recherche ; Salma BOUKIR ; Yasmine BOULAHIA, Étudiante ; Kader BOULAHNECHE, Retraité ; Mohamed BOULANOUAR, Ouvrier paysagiste ; Djamel BOULMAALI ; Hocine BOUMAZA, Retraité ; Nadir BOUMAZA ; Mouloud BOUMGHAR Professeur de droit public ; Omar BOURABA, Gérant de société ; Djamel Eddine BOURAGBA, Architecte Urbaniste ; Mahmoud BOURKAIB, Architecte ; Nassima BOUROUIBA, Responsable commerciale ; Said BOURRAS, Agent PAO ; Yacine BOUSEFSAF, Cadre supérieur de société ; Ihaddadène BOUSSAD, Cadre retraité ; Mouhend Ameziane BOUSSEKINE, Chauffeur ; Kamel BOUTALBI, Retraité ; Abderrahmane BOUZIANE, Ingénieur Expert en Retraite ; Lyazid BRAHAMI, Informaticien ; Ali BRAHIMI, Député ; Kader BRAHIMI, Cadre informatique ; Karima BRAHIMI, Poétesse ; Inès BRAHIMI, Étudiante ; Amazigh BRAHIMI Lycéen ;

    Aissa CHAAB, Fonctionnaire ; Assia CHABANE, Femme au foyer ; Samir CHABATI, Fonctionnaire ; Larbi CHACHOU, Retraité, ancien directeur du C.O.U.S ; Djamel CHAFA, Journaliste ; Omar CHAMI, cadre et ancien Papc ; Nawal CHAMI, Architecte ; Fayçal CHAMI, commerçant ; Yacine CHAMI, Fonctionnaire ; Smail CHAOU, Chirurgien ; Omar CHAOUI Retraité ; Saâdeddine CHEBAIKI Ingénieur G. Civil ; Houria CHELLAI, Employé ; Chabane CHEMROUK, Enseignant universitaire ; El Hassan CHERAFT, Vice P/Apc ; Ali CHERARAK, Journaliste ; Zine CHERFAOUI, Journaliste ; Lahouaria CHERIF Informaticienne-graphiste ; Mohamed CHERIF, Directeur d’auto-école ; Ahmed CHERIFI, Retraité ; Mohand Ouali CHERIFI, Fonctionnaire ; Arezki CHERIGUI, Employé ; Hichem CHERRAD, Enseignant ; Louisa CHETTI Ancienne Sénatrice ; Mohand CHETTI, Enseignant ; Aziz CHOUAKI, Écrivain

    Bachir DAHAK, Juriste ; Ali DAHMANE, Expert-consultant ; Nacer DAHMANE, Cadre en travail social ; Kamel DAHMANI, Citoyen ; Labiba DAIFALLAH-DJERMANI, Consultante ; Nour-Eddine DAOUADJI, Fonctionnaire ; Amastan DELSIN, Infographiste ; Karim DEMIL, Enseignant ; Bachir DERRAIS, Cinéaste ; Mourad DERRIDJ, Profession libérale ; Amar DJADOUNE, Enseignant d’université ; Réda DJEBBAR, Enseignant d’université ; Farès DJEBARA, Chef d’entreprise ; Salah DJELOUAH ; Iddir DJEMA, Enseignant ; Hamid, DJERNINE Surveillant général ; Louisa DJIDEL, Enseignante ; Salah DJOUAH, PDG de société en France ; Ahcene DJOUZI, Comédien ; Sonia DOUMENG-ALI RACHEDI, Chef de projet ;

    Dalila IAMARENE, Militante féministe ; Ihsene El KADI, journaliste ; Arezki ISSAD, Psychopédagogue ; Hacéne ISSAOUN, Étudiant ; Mohammed ETTAIEB, Informaticien ;

    Djabir FANI, Chômeur ; Amar FEDJKHI, Journaliste ; Yasmine FELLAHI, Esthéticienne ; Djamel FERDJELLAH, Député ; Abderazak FERDJI, commerçant ; Abderrahmane FERNANE, Enseignant universitaire ; Noureddine FETHANI, Consultant ; Laïd FIRAD, Retraité de l’éducation ; Med. Sadek FODIL, Enseignant universitaire

    Mokrane GACEM, Retraité ; Salah GALIA, Technicien en génie civil ; Mohamed GAMRA, Enseignant ; Salah GAOUA, Artiste ; Jallel GASMI, Retraité ; Lezehar GHAZI, Étudiant en économie et gestion Paris 8 ; Boudjemaa GUECHIR, Avocat, militant des droits de l’homme ; Tarek GHECHIR, Avocat ; Arkya GHEDDOU, Retraitée ; Aziz GHEDIA, Chirurgien, Rédacteur Agora vox ; Amar GHEGAD, Cadre ; Med Chabbi GUEHRIA, Ancien Magistrat ; Smaïl GHELLAB, Journaliste ; Lamine GHEMATI, Cadre informaticien ; Djamel GHRIBI Ingénieur télécoms ; Nacer GHERBI, Informaticien ; Mohamed GHRISS, Auteur-journaliste indépendant ; Khaled GUERZA, Consultant en Stratégie ; Abdelhalim GRAINE Gérant commercial ; Larbi GRAINE, Journaliste ; Wardia GRAINE, Étudiante ; Saida GRAY, Chef d’entreprise ; Boudjema GUECHIR, Avocat ; Abdelkader GUIDJOU, Salarié ;

    Noureddine HABIBECHE, Cadre administratif ; Belhadj HABIBES, Commerçant ; Mourad HACHID ; Belaid HACHOUR, Enseignant ; Youcef HADBI, Architecte; Hamid HADDAK, Entrepreneur ; Mouloud HADIOUCHE, Responsable Management qualité et sécurité ; Karim HADJAZE, Résident en chirurgie ; Yasmina HADJAZI, Cadre retraitée ; Ramdane HAKEM, Économiste ; Fouad HAKIKI, Économiste ; Zohra HAMADACHE ; Ramdane HAMADI, Commerçant ; Sofiane HAMDI, Cadre supérieur ; Arezki HAMAMI ; Djilali HAMDAOUI, Retraité ; Hamid HAMI, Inspecteur d’enseignement secondaire ; Florence HAMIMI, Fonctionnaire internationale ; Karim HAMIMI, Agriculteur ; Rafik HAMIMI, Urbaniste ; Lyès HAMIMI, infirmier anesthésiste ; Mohamed HAMIMI, Médecin ; Madjid HAMIDOUCHE, Enseignant ; Hamid HAMITOUCHE, Médecin ; Mokhtar HAMITOUCHE, Professeur de formation professionnelle ; Nazim HAMNI, Démarcheur ; Arif HAMOUDI, Universitaire ; Samir HAMRANI, Notaire stagiaire ; Med Tahar HAMROUCHI, Directeur Agence Maritime ; Mohamed HAMROUNI, Opticien ; Soad HAMROUR ; Zahir HANI, P/Apc de Semaoun ; Djamel HASSISSI, Élu Apc ; Mohamed HECHICHE, Retraité ; Mohammed El Mekki HEFIEDH, Juriste ; Mokane HENDEL, Gérant de société ; Essaid HERGAZ, Chef d’entreprise ; Hakim HERMEZ ; Samir HESSAS, Manager ; Hocine HIHAT, Diplômé sans emplois ; D. HOUAS, Assistante Technico Commerciale ; Abdelkader HOUCHI ;

    Rachida IBRAHIM, Directrice de crèche ; Lahlou ICHALAL, diplômé en aéronautique, chômeur, artiste peintre autodidacte ; Mohand ISSAD, Professeur de droit ; Mohamed Arab IZAROUKEN, Consultant

    Zahir JOURDA, Éducateur spécialisé

    Houria K. Yahouni ; Mohand-Saïd KABOUB, cadre en sport(MJS) ; Chaineze KABOUYA, Adjointe au Maire de Vénissieux ; Ahmed KACI, Journaliste ; Ahmed KACI Journaliste ; Salem KADI, Étudiant ; Samia KAID, Psychologue ; Mustapha KAIDI, En instance ; Kheireddine KAOUTHAR, Architecte ; Mohamed KARAOUZENE, Cadre ; Rayan KARFA, Ouvrier ; Karima KECHAD ; Ali KECHID, Avocat ; Fouad KECILI, Assureur directeur ; Azedine KEDADOUCHE, Enseignant ; Yazid KEFIF, Romancier Médecin ; Amar KEMILA, Étudiant ; Abdelaziz KEMOUCH, Cadre ingénieur ; Yasmine KESSACI, Manager de marque ; Yazid KHABER Journaliste ; Maya KHALDI Médecin ; Ahcène KHAN, Informaticien ; Cherifa KHEDDAR, Sœur de Med Redha et Leila Kheddar assassinés par les islamistes, le 24 juin 1996 ; Hamida KHEFFACHE, Chercheur ; Ali KHELFI Fonctionnaire ; Zaki KHELIFATI, Étudiant ; Asma KHELIFATI, Enseignante ; Farid KHELIFATI, Journaliste ; Feriel KHELIFATI, Chargée de projets ; Ali KHELIFI, Fonctionnaire ; Mouhand Saddek KHELLADI, Élu Apw ; Yazid KHELOUFI, Artiste plasticien ; Nadir KHENE Retraité ; Kamel KILANI, Médecin ; Azyadé Merième KORICHE, Étudiante ; Djilali KRABA, Engineering Financier

    Souad LABBIZE, Formatrice ; Hocine LADJISSI, Directeur Logistique ; Lamara LADOUL, Cadre retraité ; Ferhaoui LAID, Président ass. Mouvement Culturel amazighe des Aurès, Ingénieur ; Zoubir LAINCEUR, Ex-député ; Belgacem LAMINE ; Samia LARDJANE, Cadre ; Lila LASSAL, Cadre ; Rezki LAZIB, Fonctionnaire ; Ahmed LEBBAD, Retraité ; Zoheir LEBKIRI, Enseignant ; Yazid LHADJ MOHAND, Informaticien ; Mokhtar LIAMINI, Étudiant ; Mehdi LOTFI, Chercheur (Docteur) ; Yazid LOUBAR, Gérant d’entreprise ; Lies LYES Ingénieur

    M’HENI ; Ali MADANI, Doctorant ; Karim MADANI, Employé ; Mohamed MADDI, Ingénieur ; Saïd MADJOUR, Ex-député ; Sélim MADJOUR, Étudiant ; Samir MADJOUR, Ingénieur en Informatique, Commerçant ; Lyes MAHFOUDIA, Gestionnaire entreprise ; Mohamed MAHIOU, Médecin privé ; Madjid MAHLOUL, Cadre en retraite ; Djamilla MAHMOUD, Comptable ; Mohand Salah MAKHLOUF, Inspecteur des impôts ;Cif MALEK, Web developper ; Seddikm MALKI, Ingénieur génie civil ; Khalfa MAMMERI, Ancien Ambassadeur et Auteur ; Abdelhamid MAMMERI ; Rabah MANSOUR, Enseignant retraité ; Lila MASSARD, Coiffeuse Association France Palestine ; Louisa MATI, Secrétaire ; Mohamed MAIZ, Médecin ; MAZOUZI, Clinicien ; MEBARKI, Maitrise ; Mohamed MEBARKI, Cadre d’entreprise ; Myriam MEBARKI, Étudiante en médecine ; Mokrane MEBARKI Retraité ; Mouloud MECHICHE, Artisan ; Nacer MECHKOUR, Cadre supérieur ; Karim MECHOU, Étudiant ; Madjid MECHOU, Retraité ; Nordine MECHOU, Cadre ingénieur ; Omar MED, Enseignant-chercheur ; Redouane MEDDANE, Riendutoutiste ; Adlène MEDDI, Journaliste et auteur ; Tahar MEDDOURI, Étudiant ; Miloud MEDJAMIA, Libre penseur ; Abdelaziz MEDJDOUBA, Avocat, militant des droits de l’homme ; Rafik MEDJKOUAH, Cadre ; Menouer MEDKOUR, Retraite ; Salim MEFTAH, Soudeur ; Ramdane MEFTAHI, Retraité ; Kamel MEHDID ; Redouane MEKAOUI Architecte ; Fatiha MEKKAOUI Chercheuse ; Djoher MEKKI, Engineering ; Kernel MELAZ, Chercheur ; Cherrif MELBOUCI, Ex-cadre d’entreprise ; Mohamed MELIANI, Électronicien ; Djillali MENOUER, Retraité/ENNA ; Imaine MERABET, Rédacteur – assurances ; Kamel MERARDA, Enseignant ; Kahina MERZELKAD, Étudiante ; El Hacène MERZOUK, Ex-député ; Chouaib MESAMAH, Médecin ; Rachid MESBAHI, Cadre exécutif ; Mustapha MESSAI,Médecin ; Nacer MEZAR, Ex-député ; Abderrahmane MEZIANE, Ingénieur ex cadre d’entreprise nationale ; Mohend MEZIANE Expert Financier ; Mostefa MILOUDI Sans emploi ; Hanene MIRA Cadre commerciale ; Moussa MIRA, Artisan ; Tarik MIRA, Député ; Abdelmadjid MOHAMDI, Retraité ; Mériem MOHAMMEDI, Kinésithérapeute ; Mohamed MOHAMMEDI ; Slimane MOHAMMEDI, Commissaire Aux Cptes ; Abdel MOHELLEBI Technicien ; Belkhir MOKDADA Ingénieur Réservoir ; Abderrezak MOKHEBI Élu Apw ; Hachemi MOKRANE, Plasticien-calligraphe ; Selim MOKRANI Commercial ; Dalila MORSLY, Professeur Université ; Toufik MOSTEFAOUI Enseignant universitaire ; Sofiane MOUHALI Étudiant ; Salima MOULTI Architecte ; Raouf MOUSSA Consultant ; Lyès MOUSSI, Mentalist Libre ; Mestafa MOUSSI, Auteur / Chroniqueur / Paris ; Omar MOUSSI Acteur associatif ; Mounir MRABET Gestionnaire de stock ;

  10. Signataires du Manifeste pour des droits et libertésSignataires du Manifeste pour des droits et libertés :
    Samy ABANE, Cadre en chômage ; Omar ABBAS, Étudiant ; ABBAS, Universitaire ; Arezki ABBOUTE Fonctionnaire, militant des droits de l’homme ; Mohamed ABCHICHE, Retraité ; Boudjemaa ABDELLI, Intendant ; Nora ABDERRAHIM, Cadre : Kamel ABDOUN Retraité ; Mustapha ABDOUN, Cadre ; Hania ABDOUN TAMZALI ; Ramdane ACHAB Éditeur ; Toufik ACHAT, Salarie ; Faouzi ADJED, Étudiant ; Mohand AGHARMIW, Artiste-Informaticien ; Lyès AHMANACHE, Informaticien ; Slimane AHMANACHE, Commerçant ; Muhand AIBECHE, Technicien BTP ; Kahina AINOUCHE, Chirurgienne ; Khélifa AINOUCHE, Exilé ; Lynda AISSATI, Fonctionnaire ; Djamel AIT AHMED, Citoyen algérien ; Sakina AIT AHMED, Écrivain et syndicaliste ; Ouali AIT AHMED, Ancien officier de l’ALN ; Hamou AIT BENAMER, Responsable d’agence ; Madjid AIT BRAHEM, Sécurité incendie ; Achour AIT HAMICHE Étudiant ; Farida AIT HAMOU, Enseignante universitaire ; Louisa AIT HAMOU, Universitaire, militante féministe ; Walid AIT HOCINE, Étudiant ; Samy AIT IDIR, Salarié ; Farid AIT IHEDDADEN, Enseignant d’université ; Madjid AIT MAAMAR, Cadre supérieur d’entreprise ; Mourad AIT MEZIANE, Journaliste ; A. AIT MOUHEB, Enseignant-chercheur ; Samir AIT OUARAB, Gérant d’entreprise ; Malek AIT RABAH, Ingénieur ; Malek AIT RABEH, Ingénieur ; Hassan AIT SAID, Comptable ; Mohand AIT SAIDI, Ouvrier ; Taos AIT SI SLIMANE, Médiatrice scientifique ; Souraya AKKOUCHE ; Ramdane AKOU, Commerçant ; Yasmina ALI OULHADJ, Collaborateur de député ; Abdeslam ALI RACHEDI, Ex-député ; Rachid ALLEL, Conseiller technique ; Aaz ALOUI, Artiste ; Mohamed AMAMRA, Journaliste ; Nayla AMARA KORBA, Publicitaire ; Amar AMEZIANE, Enseignant-chercheur ; Samy AMIR, Technicien en bâtiment ; Samir AMMAR KHODJA ; Lahlou AMOURA, Enseignant ; Rachid AMRAOUI, Enseignant ; Kamel AMRI, Enseignant ; Mohamed AMRIOUI ; Ali AMROUCHE, Consultant ; Mohand Tahar AMROUCHE, Médecin ; Farida AMROUNE, Femme au foyer ; Zoubir ANNOUNE, Architecte; Arezki ANOU, HSE Master Trainer/Assessor ; Kamel ANSEUR, Étudiant ; Samir AOUAR, Ingénieur ; Rinas AOUCHICHE, Étudiant ; Karim AOUCHTA, Écologiste ; Farid AOUDIA, Médecin spécialiste ; Arab AOUDJ, Commissaire aux comptes ; Karim AOUGHILAS, P/APC ; Kahina AOULI, Ingénieure ; Boudjema AOULI, Chirurgien ORL ; Sid Ali AOUN, Retraité ; Ali AOUNZA, Chercheur ; Mohand Cherif AOURAGH, Retraité ; Djillali AOURANE Médecin ; Chérifa ARABDIOU, Cadre du sport ; Mohamed ARABDIOU, Auteur et journaliste en retraite ; Radja ARAMA ; Zoubir AROUS, Enseignant universitaire ; Ahmed ARRAD, Cadre supérieur de la nation Retraité, Moudjahed ; Ahcène ASSEMGHOUNE, Gérant de société ; Mohammed AYACHE, Commandant au Long-Cours ; Mohand AZIRI, Journaliste ; Abdelmadjid AZZI, Syndicaliste ; Nadira AZZOUG, Enseignante ; BADEL, Commerçant ; Anis OUNZAIN, Étudiant

    Fatma BABA AISSA, Interprète-traductrice ; Messaoud BABADJI, Enseignant de droit à l’université de Sidi Bel Abbès ; Fadhel BADREDDINE, Retraité ; Malik BACHA, Fonctionnaire ; Mohamed BACHIR ; Salem BADACHE, Commerçant ; Hacene BADACHE, Ancien syndicaliste, enseignant universitaire ; Ahmed BADAOUI, Cadre des douanes ; Aïssam BADRICI, Animateur associatif ; Mohamed BAGHDADI, professeur d’université ; Nadjim BAKI, Étudiant ; Athmane BANOUH, Ingénieur ; Bahri BEDIAR, Ingénieur ; Madjid BEGTACHE, Député ; Mounira BEKARI, Commerciale ; Malek BEKHOUCHE, Syndicaliste ; Noureddine BEKHTI, chômeur ; Yasmine BELABED, Lycéenne ; Abderahmane BELAID, Professeur en psychiatrie ; Naïmi BELAKHDAR, Retraité ; Sofiane BELARBI, Étudiant ; Abdelkader BELHADI, Réalisateur ; Djelloul BELHAI, Professeur universitaire ; Karim BELKACEM, Médecin ; BELKHATIR, Retraité ; Hind BELKHIR, Ingénieur de recherche en biologie ; Hakim BELKHIRI, Export manager ; Abderrahmane BELLAL, Étudiant ingénieur ; Mohammed BELMADI, Enseignant ; Zaida BELMADI, Enseignante Rachid BELMELLAT, Cadre en retraite ; Boualem BELOUAR, Gérant de société ; Mustapha BENABBOU, Retraité ; Mehieddine BENABDERRAHMANE, Retraite ; Taleb BENALI, Retraité ; Ali BENAMEUR, Infirmier ; Brahim BENAMIRA, Directeur d’agence d’assurance ; Nadjma BENAZIZA, Architecte, Vice-présidente CFDA ; Abdou BENBERRAH, IT ; Cid BENBOUDJEMAN, Chirurgien-dentiste ; Abdellah BENDAOUD, Cadre supérieur de la fonction publique ; Hizia BENDJEBAR, Animatrice d’association ; Abdelghani BENDJENNI Juriste ; Slimane BENELHADJ Cadre d’entreprise ; Nachida BENHAROUN, Enseignante ; Tahar BENHOUMAR, Ex-député ; Mouloud BENIDIR, Étudiant ; Salim BENKHELIFA, Étudiant ; Youcef BENKHETOU, Directeur d’entreprise ; Madani BENKHOUDA, Libraire ; Nassima BENLAGHA, Monteuse à la retraite ; BENLAGHA, Gérant ; Billal BENMAMMAR, Étudiant en cycle supérieur ; Mohamed Saïd Karim BENMERAR, Étudiant ; Rédouane BENMOKHTAR, Consultant en informatique ; Brahim BENNADJI P/APC de Tinebdar ; Habib BEN RAMDANE ; Directeur de société ; Djamel BENSEBA, Cadre associatif ; Djamel BENYAHIA, Artiste ; Nacera BERKANE, Médecin ; Djamila BEY, Architecte ; Brahim BOUABDELLI Retraité ; Amara BOUALA, Enseignant ; Mohamed BOUARIF, Retraité ; Brahim BOUBRIT, Cadre supérieur ; Mokrane BOUCHACHI Universitaire ; Dallal BOUCHAREB, Trader ; Mohamed BOUDISSA, Avocat ; Djamel BOUDJAOUI, Cadre supérieur ; Karim BOUDJAOUI, Ex-député ; Hacène BOUDJEMAA, Cadre ; Chahrazad BOUDRAA, Professeur de lycée ; Lamine-Khaled BOUFEDJI Informaticien ; BOUHAMAM, Journaliste ; Djamel BOUHARIS, Chef d’entreprise ; Nadir BOUHITEM, Informaticien ; Abderrahmane BOUKENTAR Négociant ; Abdelmalek BOUKHENOUFA, Ingénieur de recherche ; Salma BOUKIR ; Yasmine BOULAHIA, Étudiante ; Kader BOULAHNECHE, Retraité ; Mohamed BOULANOUAR, Ouvrier paysagiste ; Djamel BOULMAALI ; Hocine BOUMAZA, Retraité ; Nadir BOUMAZA ; Mouloud BOUMGHAR Professeur de droit public ; Omar BOURABA, Gérant de société ; Djamel Eddine BOURAGBA, Architecte Urbaniste ; Mahmoud BOURKAIB, Architecte ; Nassima BOUROUIBA, Responsable commerciale ; Said BOURRAS, Agent PAO ; Yacine BOUSEFSAF, Cadre supérieur de société ; Ihaddadène BOUSSAD, Cadre retraité ; Mouhend Ameziane BOUSSEKINE, Chauffeur ; Kamel BOUTALBI, Retraité ; Abderrahmane BOUZIANE, Ingénieur Expert en Retraite ; Lyazid BRAHAMI, Informaticien ; Ali BRAHIMI, Député ; Kader BRAHIMI, Cadre informatique ; Karima BRAHIMI, Poétesse ; Inès BRAHIMI, Étudiante ; Amazigh BRAHIMI Lycéen ;

    Aissa CHAAB, Fonctionnaire ; Assia CHABANE, Femme au foyer ; Samir CHABATI, Fonctionnaire ; Larbi CHACHOU, Retraité, ancien directeur du C.O.U.S ; Djamel CHAFA, Journaliste ; Omar CHAMI, cadre et ancien Papc ; Nawal CHAMI, Architecte ; Fayçal CHAMI, commerçant ; Yacine CHAMI, Fonctionnaire ; Smail CHAOU, Chirurgien ; Omar CHAOUI Retraité ; Saâdeddine CHEBAIKI Ingénieur G. Civil ; Houria CHELLAI, Employé ; Chabane CHEMROUK, Enseignant universitaire ; El Hassan CHERAFT, Vice P/Apc ; Ali CHERARAK, Journaliste ; Zine CHERFAOUI, Journaliste ; Lahouaria CHERIF Informaticienne-graphiste ; Mohamed CHERIF, Directeur d’auto-école ; Ahmed CHERIFI, Retraité ; Mohand Ouali CHERIFI, Fonctionnaire ; Arezki CHERIGUI, Employé ; Hichem CHERRAD, Enseignant ; Louisa CHETTI Ancienne Sénatrice ; Mohand CHETTI, Enseignant ; Aziz CHOUAKI, Écrivain

    Bachir DAHAK, Juriste ; Ali DAHMANE, Expert-consultant ; Nacer DAHMANE, Cadre en travail social ; Kamel DAHMANI, Citoyen ; Labiba DAIFALLAH-DJERMANI, Consultante ; Nour-Eddine DAOUADJI, Fonctionnaire ; Amastan DELSIN, Infographiste ; Karim DEMIL, Enseignant ; Bachir DERRAIS, Cinéaste ; Mourad DERRIDJ, Profession libérale ; Amar DJADOUNE, Enseignant d’université ; Réda DJEBBAR, Enseignant d’université ; Farès DJEBARA, Chef d’entreprise ; Salah DJELOUAH ; Iddir DJEMA, Enseignant ; Hamid, DJERNINE Surveillant général ; Louisa DJIDEL, Enseignante ; Salah DJOUAH, PDG de société en France ; Ahcene DJOUZI, Comédien ; Sonia DOUMENG-ALI RACHEDI, Chef de projet ;

    Dalila IAMARENE, Militante féministe ; Ihsene El KADI, journaliste ; Arezki ISSAD, Psychopédagogue ; Hacéne ISSAOUN, Étudiant ; Mohammed ETTAIEB, Informaticien ;

    Djabir FANI, Chômeur ; Amar FEDJKHI, Journaliste ; Yasmine FELLAHI, Esthéticienne ; Djamel FERDJELLAH, Député ; Abderazak FERDJI, commerçant ; Abderrahmane FERNANE, Enseignant universitaire ; Noureddine FETHANI, Consultant ; Laïd FIRAD, Retraité de l’éducation ; Med. Sadek FODIL, Enseignant universitaire

    Mokrane GACEM, Retraité ; Salah GALIA, Technicien en génie civil ; Mohamed GAMRA, Enseignant ; Salah GAOUA, Artiste ; Jallel GASMI, Retraité ; Lezehar GHAZI, Étudiant en économie et gestion Paris 8 ; Boudjemaa GUECHIR, Avocat, militant des droits de l’homme ; Tarek GHECHIR, Avocat ; Arkya GHEDDOU, Retraitée ; Aziz GHEDIA, Chirurgien, Rédacteur Agora vox ; Amar GHEGAD, Cadre ; Med Chabbi GUEHRIA, Ancien Magistrat ; Smaïl GHELLAB, Journaliste ; Lamine GHEMATI, Cadre informaticien ; Djamel GHRIBI Ingénieur télécoms ; Nacer GHERBI, Informaticien ; Mohamed GHRISS, Auteur-journaliste indépendant ; Khaled GUERZA, Consultant en Stratégie ; Abdelhalim GRAINE Gérant commercial ; Larbi GRAINE, Journaliste ; Wardia GRAINE, Étudiante ; Saida GRAY, Chef d’entreprise ; Boudjema GUECHIR, Avocat ; Abdelkader GUIDJOU, Salarié ;

    Noureddine HABIBECHE, Cadre administratif ; Belhadj HABIBES, Commerçant ; Mourad HACHID ; Belaid HACHOUR, Enseignant ; Youcef HADBI, Architecte; Hamid HADDAK, Entrepreneur ; Mouloud HADIOUCHE, Responsable Management qualité et sécurité ; Karim HADJAZE, Résident en chirurgie ; Yasmina HADJAZI, Cadre retraitée ; Ramdane HAKEM, Économiste ; Fouad HAKIKI, Économiste ; Zohra HAMADACHE ; Ramdane HAMADI, Commerçant ; Sofiane HAMDI, Cadre supérieur ; Arezki HAMAMI ; Djilali HAMDAOUI, Retraité ; Hamid HAMI, Inspecteur d’enseignement secondaire ; Florence HAMIMI, Fonctionnaire internationale ; Karim HAMIMI, Agriculteur ; Rafik HAMIMI, Urbaniste ; Lyès HAMIMI, infirmier anesthésiste ; Mohamed HAMIMI, Médecin ; Madjid HAMIDOUCHE, Enseignant ; Hamid HAMITOUCHE, Médecin ; Mokhtar HAMITOUCHE, Professeur de formation professionnelle ; Nazim HAMNI, Démarcheur ; Arif HAMOUDI, Universitaire ; Samir HAMRANI, Notaire stagiaire ; Med Tahar HAMROUCHI, Directeur Agence Maritime ; Mohamed HAMROUNI, Opticien ; Soad HAMROUR ; Zahir HANI, P/Apc de Semaoun ; Djamel HASSISSI, Élu Apc ; Mohamed HECHICHE, Retraité ; Mohammed El Mekki HEFIEDH, Juriste ; Mokane HENDEL, Gérant de société ; Essaid HERGAZ, Chef d’entreprise ; Hakim HERMEZ ; Samir HESSAS, Manager ; Hocine HIHAT, Diplômé sans emplois ; D. HOUAS, Assistante Technico Commerciale ; Abdelkader HOUCHI ;

    Rachida IBRAHIM, Directrice de crèche ; Lahlou ICHALAL, diplômé en aéronautique, chômeur, artiste peintre autodidacte ; Mohand ISSAD, Professeur de droit ; Mohamed Arab IZAROUKEN, Consultant

    Zahir JOURDA, Éducateur spécialisé

    Houria K. Yahouni ; Mohand-Saïd KABOUB, cadre en sport(MJS) ; Chaineze KABOUYA, Adjointe au Maire de Vénissieux ; Ahmed KACI, Journaliste ; Ahmed KACI Journaliste ; Salem KADI, Étudiant ; Samia KAID, Psychologue ; Mustapha KAIDI, En instance ; Kheireddine KAOUTHAR, Architecte ; Mohamed KARAOUZENE, Cadre ; Rayan KARFA, Ouvrier ; Karima KECHAD ; Ali KECHID, Avocat ; Fouad KECILI, Assureur directeur ; Azedine KEDADOUCHE, Enseignant ; Yazid KEFIF, Romancier Médecin ; Amar KEMILA, Étudiant ; Abdelaziz KEMOUCH, Cadre ingénieur ; Yasmine KESSACI, Manager de marque ; Yazid KHABER Journaliste ; Maya KHALDI Médecin ; Ahcène KHAN, Informaticien ; Cherifa KHEDDAR, Sœur de Med Redha et Leila Kheddar assassinés par les islamistes, le 24 juin 1996 ; Hamida KHEFFACHE, Chercheur ; Ali KHELFI Fonctionnaire ; Zaki KHELIFATI, Étudiant ; Asma KHELIFATI, Enseignante ; Farid KHELIFATI, Journaliste ; Feriel KHELIFATI, Chargée de projets ; Ali KHELIFI, Fonctionnaire ; Mouhand Saddek KHELLADI, Élu Apw ; Yazid KHELOUFI, Artiste plasticien ; Nadir KHENE Retraité ; Kamel KILANI, Médecin ; Azyadé Merième KORICHE, Étudiante ; Djilali KRABA, Engineering Financier

    Souad LABBIZE, Formatrice ; Hocine LADJISSI, Directeur Logistique ; Lamara LADOUL, Cadre retraité ; Ferhaoui LAID, Président ass. Mouvement Culturel amazighe des Aurès, Ingénieur ; Zoubir LAINCEUR, Ex-député ; Belgacem LAMINE ; Samia LARDJANE, Cadre ; Lila LASSAL, Cadre ; Rezki LAZIB, Fonctionnaire ; Ahmed LEBBAD, Retraité ; Zoheir LEBKIRI, Enseignant ; Yazid LHADJ MOHAND, Informaticien ; Mokhtar LIAMINI, Étudiant ; Mehdi LOTFI, Chercheur (Docteur) ; Yazid LOUBAR, Gérant d’entreprise ; Lies LYES Ingénieur

    M’HENI ; Ali MADANI, Doctorant ; Karim MADANI, Employé ; Mohamed MADDI, Ingénieur ; Saïd MADJOUR, Ex-député ; Sélim MADJOUR, Étudiant ; Samir MADJOUR, Ingénieur en Informatique, Commerçant ; Lyes MAHFOUDIA, Gestionnaire entreprise ; Mohamed MAHIOU, Médecin privé ; Madjid MAHLOUL, Cadre en retraite ; Djamilla MAHMOUD, Comptable ; Mohand Salah MAKHLOUF, Inspecteur des impôts ;Cif MALEK, Web developper ; Seddikm MALKI, Ingénieur génie civil ; Khalfa MAMMERI, Ancien Ambassadeur et Auteur ; Abdelhamid MAMMERI ; Rabah MANSOUR, Enseignant retraité ; Lila MASSARD, Coiffeuse Association France Palestine ; Louisa MATI, Secrétaire ; Mohamed MAIZ, Médecin ; MAZOUZI, Clinicien ; MEBARKI, Maitrise ; Mohamed MEBARKI, Cadre d’entreprise ; Myriam MEBARKI, Étudiante en médecine ; Mokrane MEBARKI Retraité ; Mouloud MECHICHE, Artisan ; Nacer MECHKOUR, Cadre supérieur ; Karim MECHOU, Étudiant ; Madjid MECHOU, Retraité ; Nordine MECHOU, Cadre ingénieur ; Omar MED, Enseignant-chercheur ; Redouane MEDDANE, Riendutoutiste ; Adlène MEDDI, Journaliste et auteur ; Tahar MEDDOURI, Étudiant ; Miloud MEDJAMIA, Libre penseur ; Abdelaziz MEDJDOUBA, Avocat, militant des droits de l’homme ; Rafik MEDJKOUAH, Cadre ; Menouer MEDKOUR, Retraite ; Salim MEFTAH, Soudeur ; Ramdane MEFTAHI, Retraité ; Kamel MEHDID ; Redouane MEKAOUI Architecte ; Fatiha MEKKAOUI Chercheuse ; Djoher MEKKI, Engineering ; Kernel MELAZ, Chercheur ; Cherrif MELBOUCI, Ex-cadre d’entreprise ; Mohamed MELIANI, Électronicien ; Djillali MENOUER, Retraité/ENNA ; Imaine MERABET, Rédacteur – assurances ; Kamel MERARDA, Enseignant ; Kahina MERZELKAD, Étudiante ; El Hacène MERZOUK, Ex-député ; Chouaib MESAMAH, Médecin ; Rachid MESBAHI, Cadre exécutif ; Mustapha MESSAI,Médecin ; Nacer MEZAR, Ex-député ; Abderrahmane MEZIANE, Ingénieur ex cadre d’entreprise nationale ; Mohend MEZIANE Expert Financier ; Mostefa MILOUDI Sans emploi ; Hanene MIRA Cadre commerciale ; Moussa MIRA, Artisan ; Tarik MIRA, Député ; Abdelmadjid MOHAMDI, Retraité ; Mériem MOHAMMEDI, Kinésithérapeute ; Mohamed MOHAMMEDI ; Slimane MOHAMMEDI, Commissaire Aux Cptes ; Abdel MOHELLEBI Technicien ; Belkhir MOKDADA Ingénieur Réservoir ; Abderrezak MOKHEBI Élu Apw ; Hachemi MOKRANE, Plasticien-calligraphe ; Selim MOKRANI Commercial ; Dalila MORSLY, Professeur Université ; Toufik MOSTEFAOUI Enseignant universitaire ; Sofiane MOUHALI Étudiant ; Salima MOULTI Architecte ; Raouf MOUSSA Consultant ; Lyès MOUSSI, Mentalist Libre ; Mestafa MOUSSI, Auteur / Chroniqueur / Paris ; Omar MOUSSI Acteur associatif ; Mounir MRABET Gestionnaire de stock ;

  11. Walid NAAS, Chef d’entreprise ; Mokrane NABET, Cadre sup A.T en retraite ; M’hamed NACER, Universitaire et Syndicaliste ; Rabah NACERI, Ancien p/Apw (1997_2002) ; Mohamed NAILI, Journaliste ; Nacer NAIT-ALI, Chargé de recherche ; Rabia NAIT CHABANE, Salarié ; Tarik NAIT CHABANE, Commerçant ; Mohamed NAMAOUI, Cadre supérieur de société ; Amar NASRI, Ingénieur-chômeur ; Madjid NATH CHERIF, Fonctionnaire ; Hocine NIA, économiste ; Amel NOUAOURIA BOUHARIS, Universitaire ; Abdennour NOUIRI, Universitaire, écrivain, président d’associations

    Boussaad OUADI, Éditeur ; OUAGLAL, Manager ; Lekrim OUAHIOUNE, Doctorant ; Hacèn OUALI, Journaliste ; Malek OUARET, Architecte gérant ; Arezki OUAZAR, Cadre d’entreprise ; Hamid OUAZAR, Ex-député ; Larbi OUAZIB, Commerçant ; Mohamed OUCHALLAL, Retraité, ex PAPW ; Khellaf OUDJEDI Poète ; Youcef OUFFAD, Gérant d’entreprise ; Mahieddine OUFERHAT, Directeur de centre de formation ; Mourad OUFERHAT, Encadrant technique ; Smaïl OUHARZOUN, Cadre à la retraite ; Rachid OUFFAD, Coordonnateur ; Rachida OUKRIF, Traductrice ; Belkacem OULD ABDERRAHMANE, Entrepreneur ; Abdenour OULDFELLA, Universitaire ; Rachid OULEBSIR,É crivain, romancier, essayiste ; Saïd OUMAKHLOUF, Étudiant ; Nabil OUNZAIN, Cadre technique ; Mohamed OUNZAIN, Inspecteur de l’éducation retraité ; Azedine OUNZAIN, Ingénieur ; Radia OUNZAIN, Ingénieur ; Abdenour OUYAHIA, Cadre chimiste ; Nouar OUYAHIA, Logisticien.

    Yasmina R., Fonction libérale ; Malika RAMI, Étudiante ; Kamel RAMTANI, Cadre financier ; Samir REKIK, Responsable des ressources humaines ; Samir REKKIK, Journaliste ; Ahmed REZINE, Chercheur ; Youcef REZZOUG, Journaliste ; Lamine ROUABAH, Avocat junior ; Abdelhamid Merwan ROUABHIA, Étudiant ; Djamel ROUANI, Enseignant ; Abdelmalek ROULA, Professeur ; Zoheir ROUIS, Président de Forum Démocratique

    Zahir SAAD BOUZID, Chef de projet informatique ; Abdelhamid SAADI, Commerçant ; Ahmed SAADI, Responsable commercial ; Achour SACI, Elu Apw ; Djoudi SIDANI, Doctorant ; Mazouni SAHNOUN, Commerçant ; Naïma SAHRAOUI, Enseignante d’université ; Mahdia SAIDI, Médecin ; Djamel SAIDI, Gérant d’entreprise ; Amina SALEM, Directrice de production ; Saïd SALHI, Animateur associatif ; Nacira SALVAN, Chef de projet ; Salim SAMAI, Enseignant ; Aziz SAMAR, Médecin ; Boussaad SARAOUI, Ex-député ; Ali SAYAD, Homme de lettres ; Massinissa SEBAI, Cadre supérieur d’entreprise ; Khadra-Hayat SEBBAH, Cadre supérieur ; Rachid SEDKAOUI Syndicaliste ; Zohra SEMAR, Ingénieur ; Ahmed SEMINE, Chargé de cours ; Souad SI ABDERAHMANE, vétérinaire au chômage ; Yasmina SI ABDERRAHMANE, Cadre supérieure ; Mourad SI L’HOCINE, Cadre supérieur ; Mohamed SID, Docteur en génie civil ; Nedjib SIDI MOUSSA, Chercheur ; Malika SILEM, Militante féministe ; Kamel SILI Enseignant d’anglais ; Mohamed SKENAZI Retraité ; Hamadi SLAMA Comptable ; Fariza SLIMANI, Directrice de crèche ; Mourad SLIMANI, Journaliste ; Nabila SMAIL, Avocate ; Ali SOLLY, Consultant international ; Nabil SOUAMI, Gérant de société ;

    Arab TAFOUGHALT, Enseignant ; Djahida TALANTIKITE, Enseignant-chercheur ; Amara Abderrahmane TALBI, Président association algérienne des peches en haute mer ; Oussama TALBI, Student ; Samir TALBI, Architecte ; Nourdine TALEB, T.S ; Wassyla TAMZALI, Militante féministe ; Nader TARFAYA, Étudiant ; Abdelkrim TANDJAOUI, Cadre retraité ; Azedine TARIGHT, Retraité ; Mourad TARZALT, Ingénieur cadre SH ; Fodil TATA, Cadre EPE ; Abdelhamid TATAR, Militant syndicaliste retraité ; Brahim TAZAGHART, Éditeur ; Mourad TAZALT ; Abdelhafid TEDJINI, Informaticien ; Salah TFYECHE, Ingénieur ; Omar TIAB, Infirmier diplômé d’État en soins ; Mohand TIGHILT Enseignant ; Djamila TIGHZERT Femme au foyer ; Mustapha TIGHZER, Retraité, ancien professeur CFPA Bejaia ; Ouerdia TIGHZERT, Éducatrice spécialisée ; Ahmed TIMIZAR, Enseignant d’université ; Boualem TIMRI, Commerçant ; Mahiddine TINEBDAR, Fonctionnaire ; Azzedine TINOUCHE, Élu Apw ; Mohamed Ali TIROUCHE, Étudiant ; Antar TIZZAOUI, Fonctionnaire ; Sofian TOUAIBIA, Consultant ; Nassim TOUATI, Lycéen ; Mouhend TOUAZI, Gérant de société ; Omar TOUKAL, Informaticien système ; Azzedine TRACHI, Ingénieur en télécommunications ; Hamed TRIQUI, Employé ;

    Naïma YACEF, Ingénieur ; Nadir YADOUZ ; Rabah YAHI, Topographe ; Mohamed Rachid YAHIAOUI, Retraité ; Rafik YAHIOUNE, Cuisinier ; Yanis YAHOUNI, Opérateur dans les réseaux GAZ ; Hanane YAKER, Directrice artistique ; Khirdine YAYA, Gérant entreprise ; Nouredine YOUNSI, Entrepreneur ; Nesroulah YOUS, Artiste – militant des droits Humains ; Rachid YOUSFI, Fonctionnaire ;

    Mériem ZAABOUB, Designer ; Mustapha ZAHAF, Informaticien ; Zoheir ZAIDAT Commercial ; Houria ZBIRI, Architecte ; Steeve ZEGGAR, Informaticien ; Sofiane ZIANI, Commercial ; Hocine ZINAI, Cadre dirigeant en retraite ;

  12. Walid NAAS, Chef d’entreprise ; Mokrane NABET, Cadre sup A.T en retraite ; M’hamed NACER, Universitaire et Syndicaliste ; Rabah NACERI, Ancien p/Apw (1997_2002) ; Mohamed NAILI, Journaliste ; Nacer NAIT-ALI, Chargé de recherche ; Rabia NAIT CHABANE, Salarié ; Tarik NAIT CHABANE, Commerçant ; Mohamed NAMAOUI, Cadre supérieur de société ; Amar NASRI, Ingénieur-chômeur ; Madjid NATH CHERIF, Fonctionnaire ; Hocine NIA, économiste ; Amel NOUAOURIA BOUHARIS, Universitaire ; Abdennour NOUIRI, Universitaire, écrivain, président d’associations

    Boussaad OUADI, Éditeur ; OUAGLAL, Manager ; Lekrim OUAHIOUNE, Doctorant ; Hacèn OUALI, Journaliste ; Malek OUARET, Architecte gérant ; Arezki OUAZAR, Cadre d’entreprise ; Hamid OUAZAR, Ex-député ; Larbi OUAZIB, Commerçant ; Mohamed OUCHALLAL, Retraité, ex PAPW ; Khellaf OUDJEDI Poète ; Youcef OUFFAD, Gérant d’entreprise ; Mahieddine OUFERHAT, Directeur de centre de formation ; Mourad OUFERHAT, Encadrant technique ; Smaïl OUHARZOUN, Cadre à la retraite ; Rachid OUFFAD, Coordonnateur ; Rachida OUKRIF, Traductrice ; Belkacem OULD ABDERRAHMANE, Entrepreneur ; Abdenour OULDFELLA, Universitaire ; Rachid OULEBSIR,É crivain, romancier, essayiste ; Saïd OUMAKHLOUF, Étudiant ; Nabil OUNZAIN, Cadre technique ; Mohamed OUNZAIN, Inspecteur de l’éducation retraité ; Azedine OUNZAIN, Ingénieur ; Radia OUNZAIN, Ingénieur ; Abdenour OUYAHIA, Cadre chimiste ; Nouar OUYAHIA, Logisticien.

    Yasmina R., Fonction libérale ; Malika RAMI, Étudiante ; Kamel RAMTANI, Cadre financier ; Samir REKIK, Responsable des ressources humaines ; Samir REKKIK, Journaliste ; Ahmed REZINE, Chercheur ; Youcef REZZOUG, Journaliste ; Lamine ROUABAH, Avocat junior ; Abdelhamid Merwan ROUABHIA, Étudiant ; Djamel ROUANI, Enseignant ; Abdelmalek ROULA, Professeur ; Zoheir ROUIS, Président de Forum Démocratique

    Zahir SAAD BOUZID, Chef de projet informatique ; Abdelhamid SAADI, Commerçant ; Ahmed SAADI, Responsable commercial ; Achour SACI, Elu Apw ; Djoudi SIDANI, Doctorant ; Mazouni SAHNOUN, Commerçant ; Naïma SAHRAOUI, Enseignante d’université ; Mahdia SAIDI, Médecin ; Djamel SAIDI, Gérant d’entreprise ; Amina SALEM, Directrice de production ; Saïd SALHI, Animateur associatif ; Nacira SALVAN, Chef de projet ; Salim SAMAI, Enseignant ; Aziz SAMAR, Médecin ; Boussaad SARAOUI, Ex-député ; Ali SAYAD, Homme de lettres ; Massinissa SEBAI, Cadre supérieur d’entreprise ; Khadra-Hayat SEBBAH, Cadre supérieur ; Rachid SEDKAOUI Syndicaliste ; Zohra SEMAR, Ingénieur ; Ahmed SEMINE, Chargé de cours ; Souad SI ABDERAHMANE, vétérinaire au chômage ; Yasmina SI ABDERRAHMANE, Cadre supérieure ; Mourad SI L’HOCINE, Cadre supérieur ; Mohamed SID, Docteur en génie civil ; Nedjib SIDI MOUSSA, Chercheur ; Malika SILEM, Militante féministe ; Kamel SILI Enseignant d’anglais ; Mohamed SKENAZI Retraité ; Hamadi SLAMA Comptable ; Fariza SLIMANI, Directrice de crèche ; Mourad SLIMANI, Journaliste ; Nabila SMAIL, Avocate ; Ali SOLLY, Consultant international ; Nabil SOUAMI, Gérant de société ;

    Arab TAFOUGHALT, Enseignant ; Djahida TALANTIKITE, Enseignant-chercheur ; Amara Abderrahmane TALBI, Président association algérienne des peches en haute mer ; Oussama TALBI, Student ; Samir TALBI, Architecte ; Nourdine TALEB, T.S ; Wassyla TAMZALI, Militante féministe ; Nader TARFAYA, Étudiant ; Abdelkrim TANDJAOUI, Cadre retraité ; Azedine TARIGHT, Retraité ; Mourad TARZALT, Ingénieur cadre SH ; Fodil TATA, Cadre EPE ; Abdelhamid TATAR, Militant syndicaliste retraité ; Brahim TAZAGHART, Éditeur ; Mourad TAZALT ; Abdelhafid TEDJINI, Informaticien ; Salah TFYECHE, Ingénieur ; Omar TIAB, Infirmier diplômé d’État en soins ; Mohand TIGHILT Enseignant ; Djamila TIGHZERT Femme au foyer ; Mustapha TIGHZER, Retraité, ancien professeur CFPA Bejaia ; Ouerdia TIGHZERT, Éducatrice spécialisée ; Ahmed TIMIZAR, Enseignant d’université ; Boualem TIMRI, Commerçant ; Mahiddine TINEBDAR, Fonctionnaire ; Azzedine TINOUCHE, Élu Apw ; Mohamed Ali TIROUCHE, Étudiant ; Antar TIZZAOUI, Fonctionnaire ; Sofian TOUAIBIA, Consultant ; Nassim TOUATI, Lycéen ; Mouhend TOUAZI, Gérant de société ; Omar TOUKAL, Informaticien système ; Azzedine TRACHI, Ingénieur en télécommunications ; Hamed TRIQUI, Employé ;

    Naïma YACEF, Ingénieur ; Nadir YADOUZ ; Rabah YAHI, Topographe ; Mohamed Rachid YAHIAOUI, Retraité ; Rafik YAHIOUNE, Cuisinier ; Yanis YAHOUNI, Opérateur dans les réseaux GAZ ; Hanane YAKER, Directrice artistique ; Khirdine YAYA, Gérant entreprise ; Nouredine YOUNSI, Entrepreneur ; Nesroulah YOUS, Artiste – militant des droits Humains ; Rachid YOUSFI, Fonctionnaire ;

    Mériem ZAABOUB, Designer ; Mustapha ZAHAF, Informaticien ; Zoheir ZAIDAT Commercial ; Houria ZBIRI, Architecte ; Steeve ZEGGAR, Informaticien ; Sofiane ZIANI, Commercial ; Hocine ZINAI, Cadre dirigeant en retraite ;

  13. Je ne suis pas psychiatre, mais bon sang de bonsoir, tout sur la psychiatrie est sur google!
    Sans aller dans l’aspect sexuel de la chose, quand un abuseur n’est pas confronte, sur le champs et mis hors d’etat de nuir, toute autre demarche n’est autre qu’une negotiation. Faire croire qu’il possible de jouir de quelconque dignite’ avec ces mules est une tricherie, a moins qu’il ait trouve’ son compte, c.a.d. ce qui l’arrange. Ce que fint tous les energumen de d ce parti. Ils pretent tous serment en arabe et en versets coraniques. EN d’autres termes, il ce qui est meme au centre de labus. Je peux etre une exception, mais entre moi et c pays il ne peut y avoir que la guerre – c.a.d. c’est eux ou c’est moi – et je suis decide’ a ce que ce soit moi – sans la moindre ambiguite’ depuis 30 ans, c.a.d mon adolescence.

  14. Je ne suis pas psychiatre, mais bon sang de bonsoir, tout sur la psychiatrie est sur google!
    Sans aller dans l’aspect sexuel de la chose, quand un abuseur n’est pas confronte, sur le champs et mis hors d’etat de nuir, toute autre demarche n’est autre qu’une negotiation. Faire croire qu’il possible de jouir de quelconque dignite’ avec ces mules est une tricherie, a moins qu’il ait trouve’ son compte, c.a.d. ce qui l’arrange. Ce que fint tous les energumen de d ce parti. Ils pretent tous serment en arabe et en versets coraniques. EN d’autres termes, il ce qui est meme au centre de labus. Je peux etre une exception, mais entre moi et c pays il ne peut y avoir que la guerre – c.a.d. c’est eux ou c’est moi – et je suis decide’ a ce que ce soit moi – sans la moindre ambiguite’ depuis 30 ans, c.a.d mon adolescence.

  15. Je ne suis pas psychiatre, mais bon sang de bonsoir, tout sur la psychiatrie est sur google!
    Sans aller dans l’aspect sexuel de la chose, quand un abuseur n’est pas confronte, sur le champs et mis hors d’etat de nuir, toute autre demarche n’est autre qu’une negotiation. Faire croire qu’il possible de jouir de quelconque dignite’ avec ces mules est une tricherie, a moins qu’il ait trouve’ son compte, c.a.d. ce qui l’arrange. Ce que fint tous les energumen de d ce parti. Ils pretent tous serment en arabe et en versets coraniques. EN d’autres termes, il ce qui est meme au centre de labus. Je peux etre une exception, mais entre moi et c pays il ne peut y avoir que la guerre – c.a.d. c’est eux ou c’est moi – et je suis decide’ a ce que ce soit moi – sans la moindre ambiguite’ depuis 30 ans, c.a.d mon adolescence.

  16. Je ne suis pas psychiatre, mais bon sang de bonsoir, tout sur la psychiatrie est sur google!
    Sans aller dans l’aspect sexuel de la chose, quand un abuseur n’est pas confronte, sur le champs et mis hors d’etat de nuir, toute autre demarche n’est autre qu’une negotiation. Faire croire qu’il possible de jouir de quelconque dignite’ avec ces mules est une tricherie, a moins qu’il ait trouve’ son compte, c.a.d. ce qui l’arrange. Ce que fint tous les energumen de d ce parti. Ils pretent tous serment en arabe et en versets coraniques. EN d’autres termes, il ce qui est meme au centre de labus. Je peux etre une exception, mais entre moi et c pays il ne peut y avoir que la guerre – c.a.d. c’est eux ou c’est moi – et je suis decide’ a ce que ce soit moi – sans la moindre ambiguite’ depuis 30 ans, c.a.d mon adolescence.

  17. Des manifestes ,des pétitions,……mais vous vous rendez compte que pour ce pouvoir illégitime d’alger,antikabyle,islamomilitaropanarabiste,lire vos protestations ,s’il daigne encore les lire,c’est du pain béni,car celà dénote de la part de protestataires par l’action de manifestes signés et polycopiés à l’égard de ce pouvoir de voyous et de maffieux arabomusulmans d’alger,de la faiblesse et du manque de courage à l’action la vraie ,celle que nos péres et méres kabyles ,en libérant l’algérie,du colonialisme militaroappartheid français, en croyant libérer la kabylie, a permis au joug colonial francais de se briser.

    Cet autre joug colonial arabomusulman que le pouvoir kabylophobe d’alger maintient sur le peuple kabyle et la kabylie ne se brisera pas ,JAMAIS,par la lâcheté de nos pétitions et de nos manifestes mais par la force,et la révolte jusqu’à notre libération de ce colonialisme panarabomusulman d’alger.

    Abdelaziz bouteflika ,le repris de justice ,qui a volé 23millions de dollars actualisés aux taux actuel,et son bras armé militaire ,le négationniste kabyle ,médienne toufik alias mohamed médienne de guenzet ,terre kabyle qui,hélas, a enfanté un monstre ,comme l’autre monstre rejeton kabyle harki de l’araboislamisme colonial ,ouyahia,pour détruire ses fondements identitaires non arabomahométans,ne lâcheront colonialement la kabylie que lorsque les kabyles les combattront jusqu’à la libérté totale de la kabylie.

  18. Cette initiative se veut une tentative de ligitimer le colonialisme terroriste arabo-islamo-khoubzisme du regime d’Alger en vue de mener a terme le programme de l’extermination du peuple kabyle!

    Sans l’autonomie de la Kabylie, je ne m’inscrirait dans aucune action politique qui vise a perpetuer le centralisme genocidaire antikabyle du regime colonial d’Alger! Nous ne devons pas nous laisser berner par nos ennemis qui chantent nos valeurs (pour lesquelles des milliers de Kabyles sont morts) rien que pour assurer notre extermination en nous balancant etre reves et cauchemars dans le gouffre colonial arabo-islamiste algerien! En d’autres mots, ne vous laissez pas seduire par des serpents a sonnette ou par des veuves noires!

    Sauver la nation et le peuple kabyle du genocide programme contre lui depuis 1962 devrait etre la seule urgence du moment pour chaque citoyen kabyle! Une fois notre existence est hors danger avec notre autonomie qui nous permettra d’avoir notre propre gouvernement, nous pouvons alors commencer a nous interesser aux affaires algeriennes et internationales!

    L’Algerie est un pays amazigh constitue de peuples amazighes arabises et islamises par des despotes sanguinaires arabo-islamo-maffieux! Pourquoi aucun algerien ne parle de l’urgence humanitaire qui consiste a garantir le droit a l’existence et a la vie des differents peuples amazighes d’Algerie dont fait partie le vaillant peuple kabyle?!

    Restant vigilants chers amis! Car sans notre droit a l’existence en tant que peuple et nation kabyle, nous n’avons rien a foutre de la democratie gencocidaire pronee par les fascistes arabo-islamo-zombies d’Algerie !

    Vive la nation kabyle libre! Vive le peuple kabyle, et vive le GPK!!!!!!!!!!!

  19. On est toujours au stade des analyses des explications tous azimuts .

    Mais quand est-ce que les kabyles s’entendront-ils pour sauver ce quoi reste de la délabration ,
    de la dépersonnalisation de la Kabylie avec la politique liberticide et racistes du pouvoir arabiste avec ses salafistes?..

    Allons-nous attendre une fois que c’est trop tard?

    L’urgence veut que tout kabyle aimant sa Kabylie doit laisser de coté son égo ses intérets mais placer au moins le temps de sauver cette Kabylie agonisante avant tout?

    Les kabyles leur restent-ils un brin de dignité vue l’urgence?

    Messieurs les responsables ayez un peu pitié de l’état de la Kabylie à trouver en urgence une solution salvatrice en mettant de coté vos divergence vous aurez tout loisir de polémiquer ,de faire du business.. De grâce, assez de blabla, unifiez les rangs et menons des actions d’intérêts de Kabylie au plus vite, la maison brûle..

    A bon entendeur..

  20. On est toujours au stade des analyses des explications tous azimuts .

    Mais quand est-ce que les kabyles s’entendront-ils pour sauver ce quoi reste de la délabration ,
    de la dépersonnalisation de la Kabylie avec la politique liberticide et racistes du pouvoir arabiste avec ses salafistes?..

    Allons-nous attendre une fois que c’est trop tard?

    L’urgence veut que tout kabyle aimant sa Kabylie doit laisser de coté son égo ses intérets mais placer au moins le temps de sauver cette Kabylie agonisante avant tout?

    Les kabyles leur restent-ils un brin de dignité vue l’urgence?

    Messieurs les responsables ayez un peu pitié de l’état de la Kabylie à trouver en urgence une solution salvatrice en mettant de coté vos divergence vous aurez tout loisir de polémiquer ,de faire du business.. De grâce, assez de blabla, unifiez les rangs et menons des actions d’intérêts de Kabylie au plus vite, la maison brûle..

    A bon entendeur..

  21. On est toujours au stade des analyses des explications tous azimuts .

    Mais quand est-ce que les kabyles s’entendront-ils pour sauver ce quoi reste de la délabration ,
    de la dépersonnalisation de la Kabylie avec la politique liberticide et racistes du pouvoir arabiste avec ses salafistes?..

    Allons-nous attendre une fois que c’est trop tard?

    L’urgence veut que tout kabyle aimant sa Kabylie doit laisser de coté son égo ses intérets mais placer au moins le temps de sauver cette Kabylie agonisante avant tout?

    Les kabyles leur restent-ils un brin de dignité vue l’urgence?

    Messieurs les responsables ayez un peu pitié de l’état de la Kabylie à trouver en urgence une solution salvatrice en mettant de coté vos divergence vous aurez tout loisir de polémiquer ,de faire du business.. De grâce, assez de blabla, unifiez les rangs et menons des actions d’intérêts de Kabylie au plus vite, la maison brûle..

    A bon entendeur..

  22. On est toujours au stade des analyses des explications tous azimuts .

    Mais quand est-ce que les kabyles s’entendront-ils pour sauver ce quoi reste de la délabration ,
    de la dépersonnalisation de la Kabylie avec la politique liberticide et racistes du pouvoir arabiste avec ses salafistes?..

    Allons-nous attendre une fois que c’est trop tard?

    L’urgence veut que tout kabyle aimant sa Kabylie doit laisser de coté son égo ses intérets mais placer au moins le temps de sauver cette Kabylie agonisante avant tout?

    Les kabyles leur restent-ils un brin de dignité vue l’urgence?

    Messieurs les responsables ayez un peu pitié de l’état de la Kabylie à trouver en urgence une solution salvatrice en mettant de coté vos divergence vous aurez tout loisir de polémiquer ,de faire du business.. De grâce, assez de blabla, unifiez les rangs et menons des actions d’intérêts de Kabylie au plus vite, la maison brûle..

    A bon entendeur..

  23. vive la kabylie libre et indipendante regarder mes freres amazigh nos enemis arabes ne comprond que la force le sud soudan a votez 99/100 pour l indendance apres 25 ans de guerre regardez le kurdistan

  24. vive la kabylie libre et indipendante regarder mes freres amazigh nos enemis arabes ne comprond que la force le sud soudan a votez 99/100 pour l indendance apres 25 ans de guerre regardez le kurdistan

  25. vive la kabylie libre et indipendante regarder mes freres amazigh nos enemis arabes ne comprond que la force le sud soudan a votez 99/100 pour l indendance apres 25 ans de guerre regardez le kurdistan

  26. vive la kabylie libre et indipendante regarder mes freres amazigh nos enemis arabes ne comprond que la force le sud soudan a votez 99/100 pour l indendance apres 25 ans de guerre regardez le kurdistan

  27. La Kabylie est notre ruche, et nous en sommes les abeilles. Sans elle, il n’y aura ni miel ni avenir!

    Les Algeriens, un ensemble de peuples amazighs sous colonialisme arabo-franco-islamo-terroriste qui les a arabises et islamises de force, sont devenus les champions du ghyulisme au point que la seule chose qui les preoccupe est comment s’autocoloniser en perpetuant l’imperialisme barbare et despotique des tyrants fascistes arabo-islamistes du moyen orient en Algerie amazighe! Et, en ce moment, ils veulent instaurer une democratie algero-coloniale et genocidaire antikabyle en particulier et antiamazighe en general!

    La seule chose qui interesse les Algeriens c’est de trouver un moyen de perpetuer le colonialisme nazi allaho-arabo-islamique en instaurant une democratie genocidaire qui servira de cheval de Troie pour se donner le temps d’exterminer doucement mais surement tous les peuples amazighes d’Algerie (dont fait partie le vaillant peuple kabyle) qui sont sans defense!

    Urtentsamneth !!!!!!! Dadawen n tudert !!!!!!!!!!!!!!

  28. La Kabylie est notre ruche, et nous en sommes les abeilles. Sans elle, il n’y aura ni miel ni avenir!

    Les Algeriens, un ensemble de peuples amazighs sous colonialisme arabo-franco-islamo-terroriste qui les a arabises et islamises de force, sont devenus les champions du ghyulisme au point que la seule chose qui les preoccupe est comment s’autocoloniser en perpetuant l’imperialisme barbare et despotique des tyrants fascistes arabo-islamistes du moyen orient en Algerie amazighe! Et, en ce moment, ils veulent instaurer une democratie algero-coloniale et genocidaire antikabyle en particulier et antiamazighe en general!

    La seule chose qui interesse les Algeriens c’est de trouver un moyen de perpetuer le colonialisme nazi allaho-arabo-islamique en instaurant une democratie genocidaire qui servira de cheval de Troie pour se donner le temps d’exterminer doucement mais surement tous les peuples amazighes d’Algerie (dont fait partie le vaillant peuple kabyle) qui sont sans defense!

    Urtentsamneth !!!!!!! Dadawen n tudert !!!!!!!!!!!!!!

  29. La Kabylie est notre ruche, et nous en sommes les abeilles. Sans elle, il n’y aura ni miel ni avenir!

    Les Algeriens, un ensemble de peuples amazighs sous colonialisme arabo-franco-islamo-terroriste qui les a arabises et islamises de force, sont devenus les champions du ghyulisme au point que la seule chose qui les preoccupe est comment s’autocoloniser en perpetuant l’imperialisme barbare et despotique des tyrants fascistes arabo-islamistes du moyen orient en Algerie amazighe! Et, en ce moment, ils veulent instaurer une democratie algero-coloniale et genocidaire antikabyle en particulier et antiamazighe en general!

    La seule chose qui interesse les Algeriens c’est de trouver un moyen de perpetuer le colonialisme nazi allaho-arabo-islamique en instaurant une democratie genocidaire qui servira de cheval de Troie pour se donner le temps d’exterminer doucement mais surement tous les peuples amazighes d’Algerie (dont fait partie le vaillant peuple kabyle) qui sont sans defense!

    Urtentsamneth !!!!!!! Dadawen n tudert !!!!!!!!!!!!!!

  30. La Kabylie est notre ruche, et nous en sommes les abeilles. Sans elle, il n’y aura ni miel ni avenir!

    Les Algeriens, un ensemble de peuples amazighs sous colonialisme arabo-franco-islamo-terroriste qui les a arabises et islamises de force, sont devenus les champions du ghyulisme au point que la seule chose qui les preoccupe est comment s’autocoloniser en perpetuant l’imperialisme barbare et despotique des tyrants fascistes arabo-islamistes du moyen orient en Algerie amazighe! Et, en ce moment, ils veulent instaurer une democratie algero-coloniale et genocidaire antikabyle en particulier et antiamazighe en general!

    La seule chose qui interesse les Algeriens c’est de trouver un moyen de perpetuer le colonialisme nazi allaho-arabo-islamique en instaurant une democratie genocidaire qui servira de cheval de Troie pour se donner le temps d’exterminer doucement mais surement tous les peuples amazighes d’Algerie (dont fait partie le vaillant peuple kabyle) qui sont sans defense!

    Urtentsamneth !!!!!!! Dadawen n tudert !!!!!!!!!!!!!!

  31. azul

    il ya du monde pour signer la mort de la nation kabyle qu’on veut integrer dans le monde arabo-islamo-terroriste.je demande a tous ces individus qui ont signé de faire un effort pour remettre en cause leur idées fixes et faire une rupture avec cette pensée qu’on leur avait servi depuis une cinquantaine d’année.
    la nation kabyle vous attend pour vous acceuillir comme des femmes et des hommes libres et fiere de l’etre. c’est a vous et a nous de faire notre histoire à tous,un peu de courage et essayer d’ouvrir un peu vos yeux. vos enfants ,on leur ferme les yeux par la drogue,la religion et l’alcool.

    je veux bien que vous nous donnez la localisation geographique de chaque signataire pour faire comprendre tout le monde et ainsi nous pouvons mieux vous comprendre et vous donnez des remedes a votre situation.

    Votre republique n’est qu’un reve qui a été revé par nos ancetres et nos parents. revenons à notre realité et à nous meme sinon nous risquons tous de devenir des objets ou des etres sans identités comme le sont beaucoup de ces gens que vous appelez algeriennes et algeriens.

    VIVE LE PEUPLE KABYLE

    VIVE LA NATION KABYLE

  32. MOI ALGERIEN ARABE ET MUSULMAN NE SOUHAITE QU UNE CHOSE QUE L ALGERIE SE DEBARASSE DE CETTE GANGRENE PARCE QUE C EN EST UNE DE KABYLIE. JE SUIS VOTRE MEILLEUR SUPPORTER POUR VOTRE INDEPENDANCE.BON DEBBARAS LA KABYLIE ON NE VOUS RETIENT PAS

  33. MOI ALGERIEN ARABE ET MUSULMAN NE SOUHAITE QU UNE CHOSE QUE L ALGERIE SE DEBARASSE DE CETTE GANGRENE PARCE QUE C EN EST UNE DE KABYLIE. JE SUIS VOTRE MEILLEUR SUPPORTER POUR VOTRE INDEPENDANCE.BON DEBBARAS LA KABYLIE ON NE VOUS RETIENT PAS

  34. MOI ALGERIEN ARABE ET MUSULMAN NE SOUHAITE QU UNE CHOSE QUE L ALGERIE SE DEBARASSE DE CETTE GANGRENE PARCE QUE C EN EST UNE DE KABYLIE. JE SUIS VOTRE MEILLEUR SUPPORTER POUR VOTRE INDEPENDANCE.BON DEBBARAS LA KABYLIE ON NE VOUS RETIENT PAS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here