Les citoyens de Bouandas ferment le siège de la daïra

11
382

BOUANDAS (Tamurt) – D’après quelques témoins que nous avons approchés, cette manifestation est intervenue suite au mépris affiché par l’administration à l’égard des citoyens kabyles rattachés administrativement à Setif.

Il y a lieu de souligner que ce genre de mécontentement ne date pas d’aujourd’hui, confirme le témoin.

Les citoyens constatent des inégalités flagrantes dans le domaine du développement local de leur région par rapport aux autres régions arabophones.

Par la fermeture du siège de la daïra, les citoyens exigent l’impartialité de l’administration dans le partage des
projets de développement local entre les communes arabophones et kabyles ou alors leur rattachement administratif à la wilaya de Bougie.

Il est à noter que des renforts de gendarmerie arrivent sur les lieux du mécontentement. Le risque des affrontements n’est pas à écarter !

Nous y reviendrons.

11 COMMENTS

  1. Il y a des descriminations à l’encontre des régions Kabyles de la wilaya de Sétif. J’ai constaté cela à propos de l’agrément des associations culturelles Kabyles. Tout au début, soit on accepte d’intégrer dans les statuts et les objectifs de la future association des éléments qui ne sont pas dans les objectifs des créateurs, (qui n’ont rien à voir avec la culture kabyle par ex., dans le cas d’une association culturelle) soit on se voit tout simplement refuser l’agrément. Il existe des associations qui attendent l’agrément depuis maintenant des années; cela ne les a heureusement pas empeché d’activer avec des moyens dérisoires de ses membres et font même, sur le fond, un meilleur travail que celui des associations agréées.
    Une fois agréée, les pressions se renouvellent chaque année au moment de recevoir les financements destinés aux associations du territoire algérien, notamment à l’approche des élections. On vous tend un papier sans entete en vous demandant de rédiger un engagement de soutenir les « partis ». Pas de signature, pas de financement pour vos activités. Donnant donnant. La direction compétente au niveau de la wilaya de Sétif agit comme un cabinet informel de prosélytisme et de lobbying au profit de cetains partis « politiques ».
    Les Kabyles sous administration de Sétif souffrent, en plus du déni de notre identité, de divers chantages administratifs, de vexations. Ils ne peuvent même pas se réunir pour défendre des problèmes bien spécifiques à la région kabyle, : désenclavement de la région par des routes le long de la voie naturelle de l’Oued Boussellam. qui unit le Sud Est de Kabylie. On préfère maintenir les voies et chemins de chèvre sur les crêtes hérités de l’époque coloniale pour maintenir l’isolement de notre région et faire en sorte qu’elle ne soit pas liée à la Soummam.. Ceci, nos élus ne peuvent pas le défendre de crainte d’être taxés de sectariste, si ce n’est plus…
    On impose par exemple à radio Soummam un volume horaire en arabe alors qu’elle s’adresse à un auditoiret entièrement kabyle. En même temps, radio Hidhab, de Sétif qui compte deux daira kabyles, plussieurs autres communes et villages kabyles et chawi (au sud-est) emet à 100 % en arabe, oriental en plus. Et au bout du compte, va leur expliquer qu’il y a du racisme institionnel dans ce pays à l’encontre des kabyles..
    Dans le cas de Bouandas, je crois comprendre que la descrimination concerne toute la daira. Tout simplement parce que toutes ses communes sont kabyles, et même au dela de ses limites. Le même problème se pose pour la daira d’Ith Urthiran (Ait Ourthilane).
    Bien entendu, la solution est de rattacher les région Kabyles à Vgyeth ou, mieux, de lier cette région à Aqvu (Akbou) par la voie naturelle de l’Oued Bussellam, qui rejoint la Soummam justement au niveau d’Aqvu (Akbou).

  2. Il y a des descriminations à l’encontre des régions Kabyles de la wilaya de Sétif. J’ai constaté cela à propos de l’agrément des associations culturelles Kabyles. Tout au début, soit on accepte d’intégrer dans les statuts et les objectifs de la future association des éléments qui ne sont pas dans les objectifs des créateurs, (qui n’ont rien à voir avec la culture kabyle par ex., dans le cas d’une association culturelle) soit on se voit tout simplement refuser l’agrément. Il existe des associations qui attendent l’agrément depuis maintenant des années; cela ne les a heureusement pas empeché d’activer avec des moyens dérisoires de ses membres et font même, sur le fond, un meilleur travail que celui des associations agréées.
    Une fois agréée, les pressions se renouvellent chaque année au moment de recevoir les financements destinés aux associations du territoire algérien, notamment à l’approche des élections. On vous tend un papier sans entete en vous demandant de rédiger un engagement de soutenir les « partis ». Pas de signature, pas de financement pour vos activités. Donnant donnant. La direction compétente au niveau de la wilaya de Sétif agit comme un cabinet informel de prosélytisme et de lobbying au profit de cetains partis « politiques ».
    Les Kabyles sous administration de Sétif souffrent, en plus du déni de notre identité, de divers chantages administratifs, de vexations. Ils ne peuvent même pas se réunir pour défendre des problèmes bien spécifiques à la région kabyle, : désenclavement de la région par des routes le long de la voie naturelle de l’Oued Boussellam. qui unit le Sud Est de Kabylie. On préfère maintenir les voies et chemins de chèvre sur les crêtes hérités de l’époque coloniale pour maintenir l’isolement de notre région et faire en sorte qu’elle ne soit pas liée à la Soummam.. Ceci, nos élus ne peuvent pas le défendre de crainte d’être taxés de sectariste, si ce n’est plus…
    On impose par exemple à radio Soummam un volume horaire en arabe alors qu’elle s’adresse à un auditoiret entièrement kabyle. En même temps, radio Hidhab, de Sétif qui compte deux daira kabyles, plussieurs autres communes et villages kabyles et chawi (au sud-est) emet à 100 % en arabe, oriental en plus. Et au bout du compte, va leur expliquer qu’il y a du racisme institionnel dans ce pays à l’encontre des kabyles..
    Dans le cas de Bouandas, je crois comprendre que la descrimination concerne toute la daira. Tout simplement parce que toutes ses communes sont kabyles, et même au dela de ses limites. Le même problème se pose pour la daira d’Ith Urthiran (Ait Ourthilane).
    Bien entendu, la solution est de rattacher les région Kabyles à Vgyeth ou, mieux, de lier cette région à Aqvu (Akbou) par la voie naturelle de l’Oued Bussellam, qui rejoint la Soummam justement au niveau d’Aqvu (Akbou).

    • Je suis de Bouandas, Mais vous dites n’importe quoi ?
      Allez visiter les commeunes la wilaya de Bejaia ?

      Mais vous êtes qui et vous travaillez pour qui ? et arrêtez de parler à nôtre nom .

      Occupez-vous de vous même , personne ne vous a demandé quoique ce soit

  3. azul fellawen

    il me semble qu’il y a une erreur dans l’article il fallait écrire : les citoyens exigent {{l’impartialité}} de l’administration dans le partage des projets de développe

    tanmmirt

  4. azul fellawen

    il me semble qu’il y a une erreur dans l’article il fallait écrire : les citoyens exigent {{l’impartialité}} de l’administration dans le partage des projets de développe

    tanmmirt

      • If you rlaely want verbosity like a pro user then install the package from the command like a pro user. The whole point of the GUI "is" to dumb down the installation experience in the first place.

  5. L’indépendance de la kabylie vis a vis de cette Ane giri et vis a vis de ces traitres ane girien ces colons,, est la seule solution pour notre peuple kabyle

    la kabylie doit etre un pays indépendant

  6. L’indépendance de la kabylie vis a vis de cette Ane giri et vis a vis de ces traitres ane girien ces colons,, est la seule solution pour notre peuple kabyle

    la kabylie doit etre un pays indépendant

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here