Allocution de M. Kéchadi, élu RCD, à l'APW de Tuvirett (Bouira), le 28 Juin 2011 : Ostracisme et tribalisme dans la wilaya de Tuvirett (Bouira)

15
273
RCD
RCD

TUVIRET (Tamurt) – En tant que membre de la commission de l’Agriculture, Forêts et Hydraulique, j’ai effectué des sorties avec mes camarades au niveau de toute la wilaya.

Dans toutes les daïras visitées, je relève :

1- Malgré les sommes colossales consenties par l’Etat, les fruits du développement ne sont pas encore là. C’est ainsi que les programmes qui sont sensés alléger les souffrances des populations rurales et améliorer leur cadre de vie ainsi que leurs conditions socio-économiques, je veux parler ici des fameux PPDRI (Projet de Proximité de Développement Rural Intégré), n’ont pas atteint leurs objectifs. Je peux donc parler de l’échec de ces programmes.
La cause est que ces programmes qui sont multisectoriels, et que, mis à part l’effort dans le secteur des forets et à un degré moindre celui de l’agriculture, les autres secteurs n’ont pas suivi du tout. Et ceci malgré la validation de ces programmes au niveau de CTW (Comité technique de wilaya), présidée par M le Wali.

N’est-il pas temps de réfléchir à un mécanisme pour remédier à ce problème ?

À mon avis il faut la création d’un fonds commun pour la réalisation des PPDRI, qui reste la seule lueur d’espoir du monde rural. D’autant que l’expérience des PPDRI pilotes (1 par daïra) financés dans le cadre des PCD-DR (Plans Communaux de Développement-Développement Rural) parait porter tous ses fruits. Ne serait-il pas judicieux de généraliser cette expérience ?

2 – Le 2ème point que j’ai relevé dans ma tournée à travers les daïras est l’existence de programmes supplémentaires destinés exclusivement à certaines daïras et qui ne bénéficient pas aux autres daïras de la wilaya.

Je suis sûr que beaucoup de mes camarades élus ignorent tout de ces programmes.
Il s’agit de :

– Les PPLCD (Programme de Proximité de Lutte Contre la désertification)
– Le HCDS (Haut Commissariat au Développement de la Steppe)
– Le PER (I et II) Programme d’Emploi Rural, co-financé par la Banque Mondiale.

Tous ces programmes n’ont bénéficié qu’à deux (2) daïras, à savoir : Sour El Ghozlane et Bordj Khris (10 communes)

La question qui se pose est la suivante : Pourquoi confiner la lutte contre la désertification dans 10 commune de la wilaya et exclure les communes voisines, qui doivent participer à cette lutte contre l’avancée du désert ?
La désertification est un problème mondial, et même l’Europe inscrit cette lutte comme une priorité.

De même pour ce qui concerne le développement de la steppe. Des communes qui présentent le même relief et climat, au sud de la wilaya, n’ont jamais bénéficié de ces programmes.

Que dire alors du programme de l’Emploi Rural qui devrait normalement concerner des dizaines de commune déshéritées ?
Comment ne pas parler d’une injustice flagrante, et même de tribalisme primaire de notre administration.

Comment se fait-il que ce sont toujours les mêmes qui bénéficient de plusieurs programmes à la fois, tandis que les autres régions sont ignorées ?

Tout cela en plus du colossal programme des Hauts Plateaux [[Programme spécial et supplémentaire de tous secteurs confondus estimé à 1700 milliards de centimes]], dont j’ai personnellement déjà soulevé les incohérences lors de précédentes sessions. Le programme Hauts-Plateaux (HP) est figé dans les mêmes communes et n’a jamais bénéficié aux autres communes avoisinantes qui pourtant vivent les mêmes conditions climatiques, géographiques, sociales, etc.

Nous avons déjà tiré la sonnette d’alarme pour que l’Exécutif prenne conscience du problème pour réaliser un glissement vers d’autres communes, comme cela s’est fait chez nos voisins de Médéa qui ont élargi le programme pour toucher plus de 50 % des communes au lieu des 4 communes choisies au départ.

M. le wali, M. le Président ;

Malgré toutes nos interpellations durant tout le mandat, j’ai le regret de constater qu’au lieu de rectifier les injustices, au contraire l’Exécutif n’a fait que les renforcer.

M. le wali,

Votre prédécesseur, dont vous revendiquez la continuité de l’œuvre, avait officiellement, ici-même devant notre auguste assemblée, affirmé que si notre wilaya a bénéficié du programme Hauts-Plateaux, c’est grâce au Secrétaire Général du Gouvernement, originaire de la localité bénéficiaire.

Chers camarades,

Sommes-nous dans une république qui doit fonctionner selon les lois et en respect des institutions et de leurs missions ou bien sommes-nous dans une royauté où le fait du prince l’emporte sur toute logique républicaine et toute gestion rationnelle ?
Pour ma part, j’estime que cet état de fait est le résultat d’un fonctionnement, ou plutôt d’un dysfonctionnement, de notre administration, qui a toujours fonctionné sur des critères tribalistes et subjectifs.

J’accuse l’administration de notre wilaya de pratiquer l’injustice, le tribalisme et l’ostracisme.

J’accuse notre administration de continuer à fonctionner selon des schémas préétablis, archaïques et anachroniques, mais en totale cohérence avec la politique du pouvoir en place depuis 1962.
Les premières implantations industrielles [[Programmes d’Equipements Locaux (PEL) des années soixante dix]] dans la wilaya ont imprimé une tendance qui s’est confirmée et s’est renforcée jusqu’à nos jours.

– Un complexe de fabrication de peintures à Lakhdaria
– Une cimenterie géante à Sour El Ghozlane, plus une usine de détergents
– Un complexe avicole à Aïn Bessam
Rien à M’chedallah [[M’chedallah est la Daira mère de la partie kabyle de Bouira]] .

Ce régionalisme continue toujours. Sinon comment expliquer que M’chedallah soit toujours la dernière à être servie dans tous les projets. Pire encore, comment expliquer que le versant sud du Djurdjura n’a bénéficié d’aucun projet de retenue collinaire pour préserver le précieux liquide ?

Achour Kechadi, Elu RCD à l’Assemblée Populaire de la Wilaya de Tuvirett (Bouira)

Tuvirett, le 28 juin 2011

15 COMMENTS

  1. Heureux de constater que le RCD, parti kabyle par essence, se réveille sur la réalité du pays. Chercher à réajuster la politique nationale n’étant qu’utopie, il s’agira, désormais, de s’inscrire et de s’assumer en tant qu’acteur politique (incontournable?) dans ses limites géographiques objectives.
    Un proverbe de chez nous assène: » si tu m’isoles, moi, je serai perdu et toi tu resteras seul. »

  2. Heureux de constater que le RCD, parti kabyle par essence, se réveille sur la réalité du pays. Chercher à réajuster la politique nationale n’étant qu’utopie, il s’agira, désormais, de s’inscrire et de s’assumer en tant qu’acteur politique (incontournable?) dans ses limites géographiques objectives.
    Un proverbe de chez nous assène: » si tu m’isoles, moi, je serai perdu et toi tu resteras seul. »

  3. Le cancer qui ronge la Kabylie et que ne dénoncent pas les élus de ce parti ce n’est pas le retard dans les projets de développement rural mais bel et bien l’ARABISATION. Les Kabyles ont besoin de renouer avec leur identité au lieu de perdre leur âme en revendiquant des miettes économiques.

    Que les élus du RCD prononcent leurs discours en KABYLE et ce sera mieux que n’importe quel message…

    Arrêtons d’encourager les timides déclarations de ces élus et dénonçons plutôt le tort qu’ils portent à la Kabylie en faisant tout pour retarder son autonomie. Pendant que des Salva Kiir proclament la liberté de leur peuple, nous restons suspendus aux gesticulations subliminales du rcd…

  4. Le cancer qui ronge la Kabylie et que ne dénoncent pas les élus de ce parti ce n’est pas le retard dans les projets de développement rural mais bel et bien l’ARABISATION. Les Kabyles ont besoin de renouer avec leur identité au lieu de perdre leur âme en revendiquant des miettes économiques.

    Que les élus du RCD prononcent leurs discours en KABYLE et ce sera mieux que n’importe quel message…

    Arrêtons d’encourager les timides déclarations de ces élus et dénonçons plutôt le tort qu’ils portent à la Kabylie en faisant tout pour retarder son autonomie. Pendant que des Salva Kiir proclament la liberté de leur peuple, nous restons suspendus aux gesticulations subliminales du rcd…

  5. certainement , vous vous êtes fourrez le nez dans un engrenage qui a prit des proportions alarmantes depuis 1962 ,cependant je salut tous vos efforts consenties en vus d’établir des constats ,des faits ou autres enquête ,mais concrètement ca ne changera absolument rien . pour ma part cet : »ostracisme et tribalisme « comme vous le dites et autres régionalisme négatif ne rodent pas autour de bouira seulement mais ca concerne toute la Kabylie. et si vous continuez comme vous aurez du pain sur la planche éternellement !

  6. certainement , vous vous êtes fourrez le nez dans un engrenage qui a prit des proportions alarmantes depuis 1962 ,cependant je salut tous vos efforts consenties en vus d’établir des constats ,des faits ou autres enquête ,mais concrètement ca ne changera absolument rien . pour ma part cet : »ostracisme et tribalisme « comme vous le dites et autres régionalisme négatif ne rodent pas autour de bouira seulement mais ca concerne toute la Kabylie. et si vous continuez comme vous aurez du pain sur la planche éternellement !

  7. Justement il faut toujours apporter des arguments solides et concrets pour appuyer une thèse. Je ne contente pas uniquement des analyses des autres. Je pense que l’effet que mon intervention a fait est beaucoup plus important relativement à des déclarations ou autres sur la net parce que je suis un élu de wilaya et mon travail a été fait à l’intérieur même des institution de la République.

  8. Tout d’abord je suis un élu du peuple donc des concitoyens ont voté démocratiquement pour mon parti RCD ainsi que pour moi. Je faisait régulièrement des interventions en tamazight devant une assemblée cosmopolite (Arabes et Kabyles) et trans-partisane (RCD, FLN, RND, FNA, HMS, FFS).
    Qu’ils déplaisent aux gens qui veulent que la Kabylie soit représentée par un seul courant politique (et quel courant de surcroit)
    La Kabylie a besoin des projets structurants pour qu’elle se développent en utilisant toutes ses naturelles et humaines. Elle n’est pas une métropole pour des gens qui vivent à l’étranger et voient d’elle que le côté exotique (soleil, Djurdjura, couscous….).
    Mes concitoyens luttent au quotidien contre le système en place. Ils veulent la démocratie, une bonne formation, un travail décent, un mode de vie élevé à la hauteur des espérances.
    A bon entendeur salut

  9. @ l’élu de Tuviret :

    En vous focalisant exclusivement sur les problèmes économiques, qui sont certes bien réels, vous prenez les Kabyles pour des tubes digestifs.

    Par ailleurs, les clés des problèmes économiques ne sont pas entre vos mains (mains du rcd), et dire que vous pouvez changer quoi que ce soit à la situation des Kabyles personne ne peut vous croire quand tout le monde sait que les cordons de la bourse sont chez les tenants du pouvoir. Je ne vois pas par quel moyen vous pouvez « arracher » au pouvoir les financements des projets utiles à la Kabylie. Un Etat voyou qui pratique le clientélisme à outrance et qui est de surcroit anti Kabyle ne peut lâcher que des miettes pour la Kabylie et ses élus. Vous voyez qu’il ne suffit pas d’avoir des projets, il faut aussi et surtout les financer.

    De la part d’un élu du peuple, on s’attendrait pas à mettre à l’indexe les « gens qui vivent à l’étranger » . Vous enfourchez là un cheval qui appartient au pouvoir algérien. Et les gens qui « vivent à l’étranger » aiment la Kabylie autant que vous… et ont le droit d’exprimer leur opinion.

    En plus de l’impuissance de votre parti (ce qui n’est pas de sa faute) à résoudre les problèmes économiques Kabyles, vous ajouter un plus qui est de votre faute à savoir l’abandon du combat identitaire : pourquoi le drapeau AMAZIGH ne trouve pas grâce à vos yeux ? Pourquoi le changement auquel appelle votre parti pour l’algérie serait il incompatible avec les symboles AMAZIGHS ?

    Quant à la démocratie dont se targue votre parti elle va pour vous jusqu’à défiler avec les éléments du fis mais avec une règle : mépriser le MAK et faire comme s’il n’existe pas en Kabylie. Vous avez le droit de refuser et de vous opposez comme le fait votre parti de toutes ses forces contre l’autonomie de la Kabylie, mais vous faites partie des perdants dans cette affaire : en l’absence d’autonomie la wali nommé et désigné par le pouvoir algérien a plus de pour et prérogatives que le président d’APW issu de votre parti : Les décisions sur les projets qui touchent la Région ne sont pas du ressort de l’élu des Kabyles mais du bien vouloir de celui qui est parachuté à Tizi par le pouvoir. Le résultat de l’inconséquence de votre politique.

    Vous pouvez toujours espérer arriver au pouvoir en algérie : dans quelques siècles je vous répondrai…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here