Wikileaks révèle: La Kabylie au cœur des débats entre Bouteflika et Mohamed VI

18
407

KABYLIE (Tamurt) – C’est un câble diplomatique portant sur des pourparlers entre le président algérien Abdelaziz Bouteflika et le souverain marocain Mohamed VI, qui a été publié récemment sur le site.

Le câble, numéro 05RABAT1767, (pour lire le câble traduit en arabe : http://hespress.com/politique/37443.html) publié dans son intégralité, reprend une discussion entre les deux hommes. Cette rencontre a eu lieu en 2005. Souvenons nous, le souverain marocain avait boudé les travaux de l’Union du Maghreb arabe, UMA, à cause « des provocations » attribuées à la partie algérienne au sujet du dossier du Sahara occidental.

Le câble rend compte de la rencontre entre Mohamed VI et le sénateur américain Richard Lugar à Tétouan en août 2005. La discussion qui n’avait durée qu’une quarantaine de minutes fut un compte-rendu présenté par le roi marocain au sénateur concernant sa rencontre avec le président algérien. Si la question du Sahara occidental a dominé la discussion, selon le roi, il n’en demeure pas moins que la Kabylie s’est « immiscée » dans les débats.

Selon le câble, le président algérien considère que la question du Sahara occidental est « une question qui concerne uniquement le peuple marocain ». Sur ce, il souhaite « une meilleure clarification du sens donné par le royaume aux élections proposées pour les Sahraouis ».

Au cours de la discussion, le roi du Maroc « a demandé l’avis de Bouteflika sur un éventuel soutien du Maroc à l’indépendance de la Kabylie ».

Le câble nous laisse malheureusement sur notre faim, car, la réponse du président algérien n’a pas été mentionnée. En posant cette question, le roi marocain voulait mettre le président algérien dans l’embarras, car pour celui-ci, le statut d’autonomie de la Kabylie revendiqué par le MAK « est synonyme d’indépendance », alors qu’au même moment, le statut de large autonomie proposé par le Maroc lors des négociation avec le front Polisario est considérés par l’Algérie comme « une atteinte au droit du peuple sahraoui à son autodétermination ».

La question à laquelle le pouvoir algérien sera appelé à répondre est comment qualifier de demande d’indépendance les revendications de quelques milliers de Sahraouis, manipulés par les services algériens, et eu même temps ignorer royalement la légitime revendication autonomiste de millions de Kabyles ?

Amnay 2001

18 COMMENTS

  1. Un câble wikileaks dresse un état des lieux accablant
    La situation en Kabylie et la «théorie du complot»
    Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

    le 07.09.11 | 01h00 Réagissez
    zoom

    ImprimerPDF Envoyer à un ami Flux RSS Partager

    Le câble relève qu’entre le 12 octobre 2006 et le 28 août 2008, la région a été victime de pas moins de 18 opérations terroristes.

    Un câble WikiLeaks, daté du 12 septembre 2008 et signé simplement Pearce, sans doute en référence à l’ancien ambassadeur américain à Alger David Pearce, est consacré à la situation sécuritaire et sociale en Kabylie. Prenant appui sur une série d’attentats kamikazes qui avaient ciblé la région durant l’été 2008, le câble dresse un état des lieux accablant en pointant du doigt les relations compliquées qu’entretient la population locale avec le «gouvernement central d’Alger».
    Le rédacteur de ce mémo commence par une présentation générale de la Kabylie et des Kabyles en insistant sur le fait que c’est une région connue pour «sa culture berbère séculaire» et en soulignant que «la région a toujours servi de refuge aux foyers de guérillas qui tirent profit de son relief accidenté».

    L’auteur du câble rappelle que ces mêmes montagnes imprenables étaient le fief des «combattants de la liberté», allusion au passé héroïque de la Wilaya III. «Aujourd’hui, les terroristes exploitent ces mêmes maquis (…) mais la population kabyle ne partage pas leur cause et ne comprend pas leurs objectifs.» Et de relever comment la population locale avait tout fait pour chasser les gendarmes après les événements de 2001, elle qui se sentait «négligée par un pouvoir central qui ne pensait qu’à réprimer la culture berbère plutôt que de prodiguer la sécurité à la Kabylie». «Aujourd’hui, la population souffre de cette carence d’autorité et se sent à la merci des terroristes perchés sur les collines, au-dessus de leurs maisons.» Cette colère contre les autorités, la source diplomatique américaine en voit la parfaite traduction dans le boycott massif des élections municipales de novembre 2007.

    Citant un décompte d’El Watan, le câble relève qu’entre le 12 octobre 2006 et le 28 août 2008, la région a été victime de pas moins de 18 opérations terroristes. «En raison de la situation sécuritaire, aucun diplomate américain n’a mis les pieds à Tizi Ouzou depuis 15 ans», affirme l’auteur du câble. Dans la foulée, le câble rapporte le témoignage d’un des employés locaux de l’ambassade, originaire de Beni Yenni, et qui fait régulièrement le trajet Alger-Ath Yenni. L’employé en question évoque ainsi l’enfer du trajet en raison des interminables barrages qui ponctuent la route, provoquant, déplore-t-il, un «trafic congestionné». «Il doit traverser en moyenne dix barrages, entre Alger et Tizi Ouzou», note le diplomate US, avant d’ajouter : «Notre collègue de Beni Yenni nous a dit que lorsque l’armée lance une offensive contre les terroristes embusqués dans les montagnes, on peut voir les troupes massivement déployées tout au long de l’autoroute plusieurs jours à l’avance ainsi qu’une rangée d’ambulances qui annoncent le début des opérations.»

    «Le fossé entre le gouvernement et la Kabylie reste large»

    L’ambassadeur rappelle ensuite le climat insurrectionnel qui a suivi l’assassinat de Lounès Matoub en 1998 puis les événements du printemps noir de 2001. Le diplomate américain convoque également l’analyse d’élus kabyles qui dénoncent le manque cruel d’investissements et d’infrastructures dans la région et le chômage endémique qui frappe la jeunesse de Kabylie. Il cite notamment les déclarations faites par le P/APC de Yakouren, Tahar Issadei, à El Watan où il martèle : «C’est la catastrophe. Il y a un manque total d’investissements.»
    L’ex-ambassadeur US rapporte au passage cette anecdote : «Selon nos agents consulaires, un large pourcentage de postulants au visa ‘‘diversité’’ (la loterie pour l’immigration aux States, ndlr) sont issus de la wilaya de Tizi Ouzou ».

    L’auteur du câble se fait l’écho de l’indignation de la population qui se sent abandonnée à son sort. Il relaie l’insistance de nombre de citoyens qui attestent que «les terroristes ne sont pas originaires de la région». «Nos contacts affirment qu’un nombre croissant de terroristes, qui activent en Kabylie, sont des islamistes qui ont participé au mouvement insurrectionnel des années 1990 et qui ont été libérés de prison à la faveur de la loi sur la réconciliation nationale.» Le câble WikiLeaks observe que beaucoup de gens en Kabylie en sont venus à adhérer à une «théorie conspirationniste selon laquelle le gouvernement est complice de l’instabilité qui règne dans la région».
    La population est convaincue que le pouvoir «utilise des hors-la-loi pour justifier l’oppression du peuple kabyle, réprimer les mouvements autonomistes berbères et étendre les pouvoirs des forces de police». «Nos collègues kabyles nous disent être victimes d’islamistes qui agissent dans leur région sans être de leur région. Ces derniers multiplient les faux barrages (…). Ils sermonnent les gens, reprochent aux femmes de s’habiller d’une façon indécente et tancent les hommes qui boivent de l’alcool. (…) Ces check-points sont aussi utilisés pour récupérer de l’argent et des moyens logistiques.»

    Le même document constate que les terroristes ont tenté d’exploiter l’hostilité éprouvée par la population de Kabylie envers le régime.
    Il note toutefois que «ces sentiments sont en train de changer». Toujours en se basant sur le témoignage de collègue kabyles, le diplomate américain écrit : «A chaque voyage à son village, il (le collègue) remarque des signes de coopération entre la population et les forces de l’ordre.» Et de conclure : «Le gouvernement à Alger a la possibilité de se réaffirmer dans la région de Kabylie. (…) Mais même si une série de projets d’infrastructures témoigne de la sensibilisation du gouvernement sur la nécessité du développement économique [dans la région], le fossé entre les Kabyles et le gouvernement central reste large (…) Le principal défi pour le régime d’Alger sera de profiter de cette ouverture en veillant à heurter le moins possible la fierté culturelle berbère.»

    M. B.

  2. Le premier regime producteur de terrorisme dans le monde, le regime fasciste, predateur et pillard arabo-islamo-genocidaire d’Alger, accueille une conference internationale sur « la lutte contre le terrorisme. »

    Quelqu’un peut-il nous expliquer l’aveuglement de la communaute internationale qui s’associe a un regime terroriste pour lutter contre le terrorisme ?

  3. Merci pour cette remarque. Algérie premier producteur mondial de terroristes.Meme ceux qui n ont pas le courage de prendre les armes,ils endoctrinent tout ce qui bouge.

  4. Selon un sondage en cours sur kabyle.com, 72% des votants sont pour l’independance de la Kabylie!

    Voici les resultats:

    Etes-vous pour la création d’un Etat Kabyle libre et indépendant ?

    oui ……. 72%

    non ……. 24%

    sans avis …… 4%

    Total 829 votants

  5. je suis pour l’autonomie mais sans l’aide du maroc, j’accepte l’aide d’israel mais pas celle du maroc, s’il etait pour le federalisme pourquoi ne le fait-il pas pour les rifin chleuhs…

    le pouvoir arabo islamo integriste d’alger est le premier production de terrorristes dans le monde, il depasse l’arabie seoudite et l’iran, par ses ecoles sa television ses mosqués, ses admistrations sa jstice souvenez vous de cette justice qui a été actionnée contre les nons jeuneurs et les chretiens kabyles.

    il entretien et nourrit la matrice idéologique du fondamentalisme , dans le seul but d’eradiquer la culture la langue et la civilisation kabyle.

    enfin la cause kabyle commence à s’internationnaliser. l’onu devrait avoir la meme préocupation pour la kbylie comme elle le fait pour le sahara occidental.

  6. que ce soit l’ais, le gspc ou qmi ce sont des créations des nazillons arabo-faschistes au pouvoir en anegerie,d’ailleurs avec la Kabylie, le sahel subit la même terreur des hordes criminels des neo-hillaliens,dons le but et de nuire aux touaregs contre les régimes raciste du mali et du niger.l’agmi au sahel est composé de « barabiches » arabes maures qui formaient les troupes de l’fiaa milice téléguider par alger pour saboter et imposer une composante arabisante dans une lutte essentiellement amazirghs des touaregs.

  7. et les clans kabyles et debiles de la securite militaires qui manient des maquis et des contre maquis en kabylie
    colonel bahloul smail mira et leur dauphin mhenna djebbar

    Dans le but de negocier leur position et leur clan au niveau du pouvoir central
    le presedent de la republique est souverain il a la charge de proteger les populations et il peut arreter ces criminels kabyles

    savez vous ce que smail a declare au journal arabophone concernant le meurtre qu`il a perpetre contre un jeune de sa region tazmalt

    voici une partie de l article
    Le député Smaïl Mira aurait été placé sous contrôle judicaire par le juge d’instruction du tribunal d’Akbou (Béjaïa), affirme que le quotidien arabophone El Khabar dans son édition d’aujourd’hui. M. Mira a été entendu par la justice qui aurait également introduit une demande visant à obtenir la levée de l’immunité parlementaire du député de Tazmalt, également à la tête « patriotes » locaux.

    Le 24 juillet dernier, le jeune Kamel Saâdi, 31 ans, est décédé après avoir été blessé par balles quelques jours auparavant par Smaïl Mira. Ce dernier a, selon plusieurs témoignages, ouvert le feu sur sa victime, qui effectuait un jogging dans une région non-habitée de Tazmalt, dans des circonstances peu claires. Le jeune homme aurait en effet été tué pour avoir refusé de présenter ses papiers au député qui patrouillait en compagnie d’autres « patriotes ». Smaïl Mira aurait alors tiré sur lui à deux reprises à l’aide de son pistolet. Atteint à l’abdomen, Kamel Saadi a été opéré à l’hôpital d’Akbou mais n’a pas survécu à ses blessures.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here