Le FFS viole ses statuts et règlements en installant la commission de candidatures aux législatives avant que son conseil national l’eût décidé

27
184
FFS
FFS

KABYLIE (Tamurt) – Et c’est cette même instance du parti qui est habilitée à décider de la participation ou non du FFS à une course électorale après avoir naturellement recueilli l’avis de la base militante. Or, il se trouve que le Conseil National du FFS n’a été convoqué à tenir son conseil que vendredi prochain, soit le 2 mars à Alger, pour se réunir à cet effet alors que la commission du choix de candidatures s’est déjà réunie il y a une semaine de cela.

Il semble même que la liste des candidats aux législatives du dix mai a été finalisée. D’ailleurs, même deux noms parmi ces candidats sont parvenus à nos oreilles. L’autre point sur lequel « l’Etat-major » du plus vieux parti d’opposition a piétiné le propre terrain de son Conseil National est naturellement ce choix de participation.

En effet, la « décision » de participation aurait été arrêtée il y a plusieurs mois de cela déjà. Aussi, il est à se demander pourquoi convoquer le Conseil National du parti pour étudier et se prononcer sur des questions qui sont déjà étudiées et tranchées ? Il se trouve dès lors en droit d’interpeller vendredi prochain son Secrétaire National à l’Information et à la Communication sur les raisons qui l’ont « poussé » à garder le secret. Cette interpellation serait des plus légitimes.

Pourquoi effectivement le premier responsable à l’information et à la communication du FFS n’a pas tenu informé le Conseil National sur la décision de participation aux élections, arrêtée depuis très longtemps, et sur la liste de candidatures déjà confectionnée ? Lorsqu’on tient un poste aussi sensible que l’information et la communication, on connaît naturellement bien des choses.

Pourquoi est-ce que les membres du Conseil National du FFS doivent attendre l’écrit de Tamurt. Info pour connaître les petits « secrets » de la maison FFS ? Ce que le commun des mortels sait, c’est que les détenteurs réels du pouvoir algérien ont supplié les responsables du FFS à faire participer leur parti à cette prochaine course électorale, car « c’est lui seul qui est capable de rivaliser avec la déferlante islamiste ». Ce que l’on ignorait en revanche, c’est cette petite politique de « clientélisme » menée en cachette à l’intérieur du parti.

Pourquoi tenir à l’écart la base militante du parti qui avait pourtant à ses débuts une culture de transparence et une tradition démocratique ? La résurgence du clientélisme et l’ostracisme dont sont victimes des milliers de compétences et d’honnêtetés semblent à présent être érigés en règle absolue au sein du FFS. Les Fédérations du parti semblent être mises aujourd’hui devant le fait accompli. Toutefois, c’est la base militante du parti qui risque de subir cette fois-ci encore le plus grand choc. Après avoir durant des années bénéficié d’un enseignement sur la culture et la pratique de la démocratie et des valeurs sociales authentiques, la voilà cette même famille militante qui découvre à ses dépens le mensonge. Bien sûr, le tout n’est pas encore joué au sein du parti de Hocine Aît-Ahmed. Les tenants de la politique clientéliste et les partisans du siège de l’APN contre le salaire peuvent encore se retrouver non seulement sur le banc des accusés mais aussi surtout sur le banc des condamnés.

En effet, selon des échos qui nous sont parvenus de la réunion du conseil fédéral de Tizi-Ouzou, tenue hier, il est question d’exiger « la non participation à la course électorale des membres de la commission du choix et la sélection de la candidature ». Il reste à savoir si d’autres Fédérations du parti comptent emboîter le pas à leur consœur de Tizi-Ouzou. Il est même possible que la base militante du parti réussisse à exiger de ses responsable l’application stricte de ses choix opérés depuis belles lurettes déjà ; à savoir le rejet ou à défaut le boycott de ce rendez-vous électoral.

En effet, dans ses calculs, la base militante du FFS est arrivée à conclure que le pouvoir d’Alger cherche entraîner son parti dans sa chute. Dans l’affrontement aux conséquences incertaines entre le pouvoir et la mouvance islamiste, il n’y a pas du tout lieu de salir l’image du FFS. Et d’autant plus que quelle que soit l’issue de la partie de bras de fer entre les deux belligérants (islamistes et pourvoir), la Kabylie ne s’en sortira que perdante.
En somme, en ce qui concerne la Kabylie, seule son autodétermination peut être garante de sa sécurité et de sa prospérité . Il se trouve justement que la vaillante et éclairée base militante du FFS le sait depuis longtemps.

Saïd Tissegouine

27 COMMENTS

  1. Helas il lui ont promis les fameux 19 sieges a l’assemble et notre Da Lho est interesse par ces strapentins. Laisser le se faire envouter dans sa republique suisse faites de regions autonomes , mais ne lui parler pas de Kabylie ou d’autonomie. Je ne sais pourquoi le FFS ne change pas de leader.. il seras bientot trop tard si ce n’est deja.

  2. le FFS est devenu comme le FLN, même pratique la seule différence ou zizi el ho se trompe c’est que la base militante du ffs sont ceux abandonner a leurs sort l’ors des intempérie et sont des kabyles dignes ,zi el ho vas recevoir une raclaquer le 10 mai qu’il va emporter dans sa tombe
    je propose aux kabyles de chasser tout candidat qui va oser venir prêcher leurs baratins en Kabylie.

  3. WOW!! une découverte de Mr Tissegouine!!!
    Mais on s’en balance des statuts du FFS!!! Nous ne sommes pas du FFS!!
    Le FFS est une entité libre et indépendante. De quoi je me mèle?
    Franchement aami Said, k’fanak, ur tes3dara dacu adinid.

  4. Qu’il participe ou qu’il ne participe pas ,il ne faut s’y fier à Ait Ahmed.Celui ci ne finit jamais le travail qu’il entame ,il change souvent de positions aux grès de ses peurs.
    Pendant qu’on fusillait les soldats de L’ANP à Lakhdaria pour avoir refusé de monter combattre en Kabylie ,lui il a préféré se rendre à Ben Bella de Ait Zellal ,prenant de court tous les combattants du FFS..

    Qu,il fasse ce qu’il veut il est libre

  5. Ma grande mère avait l’habitude, comme la majorité de ses semblables, au lendemain de la fameuse indépendance de mettre son doigt dans le cloaque des poules pour savoir si oeuf il y aura ! Franchement, on n’a pas eu besoin de faire la même chose, pour deviner que le FFS allait participer à cette énième mascarade !

  6. Azul Imazighen,
    Unissons nous et travaillons ensemble pour décider un avenir à notre belle Kabylie, le reste on s’en fout « ffs=fln c’est la même sauce »
    L’avenir est entre nos mains.
    Restons LIBRE, restons AMAZIGH.

  7. et allez donc ! encore un article zarabiste !

    le FFS est un parti islamo-arabiste qui veut le « maghreb-arabe » ! c’est un parti lié aux salafistes de belhadj, c’est un parti qui vomit les kabyles ! C’est un parti fantoche qui sert d’alibi au pouvoir ângérien pour crever la Kabylie ! c’est un parti de chialeuses-professionnelles !

    P…. ! faut tout vous apprendre !

    canard zaama MAKiste… c’est tout ce que vous avez à nous dire ? !

    vous êtes franchement la honte !

  8. azul

    La vaillante et eclairée base du FFS savait depuis longtemps que le comportement de houhou « ait ahmed »est un comportement dictatorial au sein du parti et tout le monde savait surtout pour notre philosophie kabyle :qu’un ancien voleur et brigand ne peut pas devenir sage . Nous savons que ses mains sont tachés de sangs d’innoçants de 1963 quand lui disait publiquement 7ans barakat apres la mort de plus de 400 valeureux combattants kabyles. » mais sur ça ,il ya toujours une questions qui se pose: avait-il organiser leur assassinat pour diminuer la force de la kabylie ? quand on sait qu’il n’etait pas chef de la kabylie a cette epoque mais il avait agit pour le compte du groupe de benbella et d’ailleurs ce qu’il fait toujours et jusqu’à present et c’est ce qu’il farait toujours.

    CET ancien NARCO-ISLAMO-ARABO-TERRORISTE ne doit jamais inspirer confiance et espoir chez tout kabyle ITEFEN DI TEQVAYELITIS. cet fidele de ben bella,de boumediene,de nacer,de saddam,de assad et de l’ideologie de michel aflaq n’est là que pour le deshonneur des kabyles,il n’est là que pour faire soumettre les kabyles et cet homme là a la haine du kabyle jusqu’à l’os. il a la haine meme de l’huile d’olive parce qu’on appelle l’huile kabyle.

    chaque kabyle doit chercher a comprendre d’oû vient son malheur.nous ne devons jamais et au grand jamais confier le sort de la kabylie et du peuple et de la nation kabyle a une seule personne.
    La nation kabyle a le devoir et le droit de rejeter ces elections qui vont lui apporter le malheur pour longtemps. attention si on a projeter et comparer que ces elections sont semblables a novembre 54 ,c’est pour le malheur de la kabylie. 54 pour la kabylie est symbole de larmes , de misere,d’injustice,de banditisme,d’orphelin et d’orpheline,54 est une defaite politique,economique pour la kabylie.54 a donne le resultat de l’humiliation et la soumission du peuple kabyle. il y a beaucoup de chose à dire et une bonne partie des kabyles l’affiche sur leur visage.

  9. Quelle honte! Quel opprobre! Participer à la mascarade éléctorale de mai c’est cautionner le Régime militaro-mafieux.

    Grave, trés grave!

    Il faut dénoncer cette compromission avec les Gébnéraux mafieux.

    Fini, ce parti est foutu, fini !

    Aucune crédibilité!

  10. hocine A A est une personnalité difficile a cerner : démocrate convaincu, pacifiste a ses vieux jours; guerrier quand il le fallait et vieux renard de la politique et en toute sincérité je n »arrive pas a comprendre la décision du FFS de participer aux élections.
    pour ma part j’ai toujours de l’admiration et du respect pour le bonhomme même si l’histoire lui a refusé ses lauriers : il n’a pas réussi dans son combat pour la constituante et la démocratisation de l’Algérie.
    le fait est qu’il appartient a la mémoire collective kabyle et sa chute ferait très mal pour certains et beaucoup de plaisir pour ceux qui veulent nier le rôle primordial des kabyles dans la, libération du pays .
    un boycott massif des élections voudrait dire la chute de dal’ho et le peu d’importance que les kabyles accordent a leurs héros, en fait c’est peut être ce que veut le pouvoir : le crépuscule des aigles et l’effacement de certains grands noms de la mémoire des algériens.
    pour ma part je suis pour le boycott . .

  11. Vive Da ElHocine, l’Homme Historique et Grand qu’il est. Coupe le chemin aux extrémistes qui ne savent que insulter les autres Algériens, leurs religion et langue, et mentir. Qui sont contre l’intérêt des Kabyles, et qui oeuvrent pour causer l’extermination des Kabyles. Vive La Kabylie au sein de l’Algérie riche, vaste et généreuse pour tous ses citoyens y Compris les Kabyles.

  12. on avez pas d’issu nous les kabyles, et on sait pas quoi dire, quoi faire et on tournent , et quand le notre prend une décision de faire bouger les choses comme MASS FERHAT nos intellectuelles le sabote ,quand le F.F.S prend part au élèctions on crient au chacal , donnez nous des arguments valables pour finir d’abord avec l’islam en suite ces journalistes du systèmes qui sèment la HAINE entre Kabyles comme ce SAID , je suis pour le BOYCOTT et je ferais campagne pour le rejet , mais on tant que démocrate que faire des kabyles des F.L.N. R.N.D. et meme les islamistes kabyles on les laissent gouverner au niveau locale bénéficier encore quelque un des salaires des députés , au lieu que ses les notre qui vont bénéficier , certes politiquement ça va réussir SI le rejet est total , QUI va nos garantir ça c’est ce Said , pourquoi quand le F.F.S boycott les autres suivent et personne ne dénonces les mascarades du passé ,?aujourd’hui si vraiment on veut le rejet des législatives il nos faut une continuité une vision global , comment ? la quelle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  13. on avez pas d’issu nous les kabyles, et on sait pas quoi dire, quoi faire et on tournent , et quand le notre prend une décision de faire bouger les choses comme MASS FERHAT nos intellectuelles le sabote ,quand le F.F.S prend part au élèctions on crient au chacal , donnez nous des arguments valables pour finir d’abord avec l’islam en suite ces journalistes du systèmes qui sèment la HAINE entre Kabyles comme ce SAID , je suis pour le BOYCOTT et je ferais campagne pour le rejet , mais on tant que démocrate que faire des kabyles des F.L.N. R.N.D. et meme les islamistes kabyles on les laissent gouverner au niveau locale bénéficier encore quelque un des salaires des députés , au lieu que ses les notre qui vont bénéficier , certes politiquement ça va réussir SI le rejet est total , QUI va nos garantir ça c’est ce Said , pourquoi quand le F.F.S boycott les autres suivent et personne ne dénonces les mascarades du passé ,?aujourd’hui si vraiment on veut le rejet des législatives il nos faut une continuité une vision global , comment ? la quelle !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  14. Ghozali reproche à l’état de ne pas avoir retenu la leçon de l’expérience islamiste, et pense qu’il « est pire que le FIS dont les résultats s’il avait pris le pouvoir n’aurait pas été plus catastrophique que les résultats de la gestion de l’état »», ajoutant que « l’Etat est pire que le FIS…c’est un fait parce que la mauvaise situation qu’il a causé va nous amener à l’effondrement. Cela serait une grave erreure si le FFS dit oui au vote ! la Kabylie se souviendra toujours!

  15. Les élections de mai sont pipées et piégées d’avance : les fraudes, les menaces, les pressions et entorses diverses seront au rendez-vous : des pratiques « inhérentes au système militaro-mafieux », des us et coutume du Régime militaire depuis 1962. Y participer, revient à voter non pas pour le changement radical dont le pays a urgemment besoin, mais plutôt, en faveur du statu quo, c’est-à-dire de la stagnation, du blocage, de l’asphyxie qui prévalent depuis cinq décennies. Le boycott est une exigence du bon sens, du patriotisme, de l’attachement au véritable changement …
    Le Régime militaro-mafieux continue de leurrer, tromper et induire en erreur. Le but est de reporter et repousser à jamais la « fronde révolutionnaire » qui doit s’amarrer au mouvement en cours chez nos voisins…Le Pouvoir illégitime est en quête désespérée pour un minimum de crédibilité sur la scène internationale, il trouvera dans la participation de l’Opposition aux prochaines mascarades électorales une planche de salut inespérée. Quelque soient les pressions internationales, vu l’état de désillusion de la majorité de la population, le FFS commettra une erreur monumentale s’il participe à cette énième supercherie. Ce Régime criminel est installé par la violence (force), pratique la violence, manipule la violence, vit avec la violence, ne dépérira que par la force de la révolution populaire, pacifique, comme en Tunisie, Égypte…
    « Faut pas rêver » : rien n’est possible tant que le Régime militaire est là. Il suffit de suivre ce qui se passe en Egypte, ce pays où le Commandement / la Junte militaire persiste absolument à demeurer au pouvoir absolu, « inféodée» aux États-Unis impérialistes et l’État d’Israël colonialiste…En Algérie, comme en Égypte, nous avons affaire à des Régimes autoritaires qui reposent sur un trépied : la Police politique, le Commandement militaire et les Clans rivaux / unis contre le peuple, et qui ne cèderont que par un «rapport de force politique» puissant, un rapport de force qui provoquera leur «défaite politique» (et non militaire) induite par une « pression intérieure accrue » (révolution) conjugué à une «pression extérieure accrue» (diaspora, communauté internationale)…. Les dirigeants du FFS ne doivent pas nous décevoir, ils doivent dire clairement leur refus de verser dans l’opprobre et la honte, éviter la chute finale. Car s’ils persistent dans la «stratégie participationniste», ce serait leur fin, la dernière des dernières…
    La communication de certains dirigeants du FFS est ambiguë, obscure, illisible. Ils donnent l’impression de pencher vers la participation de certains partis aux prochaines mascarades électorales. Ce serait grave et pour l’Opposition, et pour ce qui reste de l’Opposition oppositionnelle, et pour le pays tout entier… L’Opposition, le FFS en particulier, doit boycotter, c’est de son intérêt ! Si elle participera à la prochaine mascarade, ce serait fini, une fois pour toutes ! L’Opposition oppositionnelle doit sommer les dirigeants Du FFS, les avertir, les mettre en garde sévèrement, fermement… Ces dirigeants doivent renouer avec une attitude d’Opposition oppositionnelle ! Un positionnement radical, direct et frontal contre le Régime militaro-mafieux et ses alliés «les extrémistes de tous bords»…Sinon, ce sera sa fin, leur fin!
    Une «Lettre ouverte» doit être adressée aux Directions de ces partis, ils doivent être sommés, mis en garde, avertis. Car ce serait grave pour le pays, pour l’Opposition, pour ces partis…
    C’est le Régime criminel et ses alliés objectifs qui gagneraient par cette éventuelle caution d’une partie de l’Opposition, le FFS notamment… On aura alors le «TOUS POURRIS» intégralement. Et c’est la «voie ouverte vers l’extrémisme, l’absolutisme», et la catastrophe totale…..
    La dernière chance pour le FFS, c’est le boycott, le refus ferme et catégorique des prochanes mascarades et supercheries électorales. Il doit s’approcher des mouvements del’Opposition oppositionnelle pour une »action commune, unitaire, unioniste », et développer une ligne plus ferme, radicale, directe. Produire un discours offensif contre le Pouvoir dictatoial millitaire…qui coninue à leurrer, tromper, réprimer, liquider ce qui reste ! De nos jours, le FFS est effrité, quasiment neutralisé par ces micro-partis crées par le Pouvoir militaire, mais aussi par son option «participationniste» (aux échéances municipales et législatives des années 90), et d’autres erreurs majeures……
    Les militants sincères ont le devoir et sont en droit d’émettre de sévères mises en gardes, ou même des «sommations» à l’adresse des dirigeants du FFS, qui sont entrain d’adopter un profil bas, un langage mou et doux, une critique maigre, quelques petits mots sur «les modalités de fonctionnement du Régime», et non une remise en cause du Pouvoir militaire en général et en particulier, globalement et dans le détail, où la nature militaire du pouvoir est escamotée, sa structure clanique non dite, ses pratiques meurtrières, assassines, criminelles tues. On est en droit de douter, d’émettre des soupçons sur d’éventuels « accords secrets » ou autres conciliabules !
    Ah ! ces temps obscures du «désengagement militant», du renoncement, du défaitisme, du fatalisme, de l’individualisme effréné, des syndicats effrités, des partis décimés, l’opposition neutralisée, la société abattue… par le Pouvoir militaro-mafieux, les faux-opposants, les pseudo-démocrates, les arrivistes, les carriéristes, les opportunistes…. le pays délabré, le lien national délité, la division totale, la dispersion générale, l’écartement des positions vers les extrêmes, l’avenir hypothéqué pour des millions de jeunes, le désespoir et la haraga, la drogue comme refuge, le proxénétisme et la prostitution partout, les suicides et les meurtres, la terreur d’Etat, la torture comme méthode de pouvoir, la machine de mort toujours en fonction, l’omniprésence et l’omnipotence de la Gestapo locale, les assassinats politiques, les massacres de masse, la répression permanente…intrinsèque et inhérente à la nature militaire dictatoriale du Pouvoir en place depuis 1962….

  16. Les élections de mai sont pipées et piégées d’avance : les fraudes, les menaces, les pressions et entorses diverses seront au rendez-vous : des pratiques « inhérentes au système militaro-mafieux », des us et coutume du Régime militaire depuis 1962. Y participer, revient à voter non pas pour le changement radical dont le pays a urgemment besoin, mais plutôt, en faveur du statu quo, c’est-à-dire de la stagnation, du blocage, de l’asphyxie qui prévalent depuis cinq décennies. Le boycott est une exigence du bon sens, du patriotisme, de l’attachement au véritable changement …
    Le Régime militaro-mafieux continue de leurrer, tromper et induire en erreur. Le but est de reporter et repousser à jamais la « fronde révolutionnaire » qui doit s’amarrer au mouvement en cours chez nos voisins…Le Pouvoir illégitime est en quête désespérée pour un minimum de crédibilité sur la scène internationale, il trouvera dans la participation de l’Opposition aux prochaines mascarades électorales une planche de salut inespérée. Quelque soient les pressions internationales, vu l’état de désillusion de la majorité de la population, le FFS commettra une erreur monumentale s’il participe à cette énième supercherie. Ce Régime criminel est installé par la violence (force), pratique la violence, manipule la violence, vit avec la violence, ne dépérira que par la force de la révolution populaire, pacifique, comme en Tunisie, Égypte…
    « Faut pas rêver » : rien n’est possible tant que le Régime militaire est là. Il suffit de suivre ce qui se passe en Egypte, ce pays où le Commandement / la Junte militaire persiste absolument à demeurer au pouvoir absolu, « inféodée» aux États-Unis impérialistes et l’État d’Israël colonialiste…En Algérie, comme en Égypte, nous avons affaire à des Régimes autoritaires qui reposent sur un trépied : la Police politique, le Commandement militaire et les Clans rivaux / unis contre le peuple, et qui ne cèderont que par un «rapport de force politique» puissant, un rapport de force qui provoquera leur «défaite politique» (et non militaire) induite par une « pression intérieure accrue » (révolution) conjugué à une «pression extérieure accrue» (diaspora, communauté internationale)…. Les dirigeants du FFS ne doivent pas nous décevoir, ils doivent dire clairement leur refus de verser dans l’opprobre et la honte, éviter la chute finale. Car s’ils persistent dans la «stratégie participationniste», ce serait leur fin, la dernière des dernières…
    La communication de certains dirigeants du FFS est ambiguë, obscure, illisible. Ils donnent l’impression de pencher vers la participation de certains partis aux prochaines mascarades électorales. Ce serait grave et pour l’Opposition, et pour ce qui reste de l’Opposition oppositionnelle, et pour le pays tout entier… L’Opposition, le FFS en particulier, doit boycotter, c’est de son intérêt ! Si elle participera à la prochaine mascarade, ce serait fini, une fois pour toutes ! L’Opposition oppositionnelle doit sommer les dirigeants Du FFS, les avertir, les mettre en garde sévèrement, fermement… Ces dirigeants doivent renouer avec une attitude d’Opposition oppositionnelle ! Un positionnement radical, direct et frontal contre le Régime militaro-mafieux et ses alliés «les extrémistes de tous bords»…Sinon, ce sera sa fin, leur fin!
    Une «Lettre ouverte» doit être adressée aux Directions de ces partis, ils doivent être sommés, mis en garde, avertis. Car ce serait grave pour le pays, pour l’Opposition, pour ces partis…
    C’est le Régime criminel et ses alliés objectifs qui gagneraient par cette éventuelle caution d’une partie de l’Opposition, le FFS notamment… On aura alors le «TOUS POURRIS» intégralement. Et c’est la «voie ouverte vers l’extrémisme, l’absolutisme», et la catastrophe totale…..
    La dernière chance pour le FFS, c’est le boycott, le refus ferme et catégorique des prochanes mascarades et supercheries électorales. Il doit s’approcher des mouvements del’Opposition oppositionnelle pour une »action commune, unitaire, unioniste », et développer une ligne plus ferme, radicale, directe. Produire un discours offensif contre le Pouvoir dictatoial millitaire…qui coninue à leurrer, tromper, réprimer, liquider ce qui reste ! De nos jours, le FFS est effrité, quasiment neutralisé par ces micro-partis crées par le Pouvoir militaire, mais aussi par son option «participationniste» (aux échéances municipales et législatives des années 90), et d’autres erreurs majeures……
    Les militants sincères ont le devoir et sont en droit d’émettre de sévères mises en gardes, ou même des «sommations» à l’adresse des dirigeants du FFS, qui sont entrain d’adopter un profil bas, un langage mou et doux, une critique maigre, quelques petits mots sur «les modalités de fonctionnement du Régime», et non une remise en cause du Pouvoir militaire en général et en particulier, globalement et dans le détail, où la nature militaire du pouvoir est escamotée, sa structure clanique non dite, ses pratiques meurtrières, assassines, criminelles tues. On est en droit de douter, d’émettre des soupçons sur d’éventuels « accords secrets » ou autres conciliabules !
    Ah ! ces temps obscures du «désengagement militant», du renoncement, du défaitisme, du fatalisme, de l’individualisme effréné, des syndicats effrités, des partis décimés, l’opposition neutralisée, la société abattue… par le Pouvoir militaro-mafieux, les faux-opposants, les pseudo-démocrates, les arrivistes, les carriéristes, les opportunistes…. le pays délabré, le lien national délité, la division totale, la dispersion générale, l’écartement des positions vers les extrêmes, l’avenir hypothéqué pour des millions de jeunes, le désespoir et la haraga, la drogue comme refuge, le proxénétisme et la prostitution partout, les suicides et les meurtres, la terreur d’Etat, la torture comme méthode de pouvoir, la machine de mort toujours en fonction, l’omniprésence et l’omnipotence de la Gestapo locale, les assassinats politiques, les massacres de masse, la répression permanente…intrinsèque et inhérente à la nature militaire dictatoriale du Pouvoir en place depuis 1962….

  17. Votre article donne la nausée, franchement! Sans être militant du FFS, je trouve que vous évoluez dans les caniveaux de le réflexion et de l’analyse! Ikmiwghan a  » tamurt » !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here