Démission collective de 25 militants du FFS dont 3 élus à Ouadhias (Tizi Ouzou) : Sale temps pour le FFS

7
153

TIZI-OUZOU (Tamurt) – On pourra lire dans le document en question, outre la dénonciation de la participation aux élections législatives du 10 mai dernier et le « parachutage » de certains noms cités nommément et aujourd’hui députés dont le tête de liste Rachid Halet, cette « sentence » qui en dit long sur les pratiques au sein du parti. « Aux questionnements politiques, pertinents et légitimes des militants, le secrétariat national adopte une politique tyrannique faite de menaces, de manœuvres et de sanctions ». L’exemple est vite donné par les signataires du document. Lors de l‘AG de la section de Ouadhias tenue le 13 juillet dernier, le fédéral, écrivent-ils dans la déclaration, avait tenu des propos jugés « graves ». « Le militant n’a pas le droit de contester les décisions du parti, il doit obéir » ou encore « le militant n’a pas le droit de demander pourquoi le parti a changé de couleur. Il doit seulement obéir » et « tous les militants qui refusent d’exécuter seront radiés ». Tels sont, entre autres, les propos reprochés par les démissionnaires frondeurs qui considèrent que la situation de marasme organique que vit le FFS a généré un autisme viscéral au sein de la direction.

Les démissionnaires reprochent aussi la « confiscation » du parti par une équipe qui active dans une démarche « à l’opposé de sa ligne stratégique », laquelle démarche « vise à l’inscrire dans un processus de normalisation ». C’est pourquoi ils disent refuser et surtout rejeter « ce brusque revirement stratégique opéré par l’actuelle direction et la marche forcée vers la participation aux législatives », ceci tout en dénonçant la nouvelle trajectoire prise par le parti qui s’apprête, à ne pas en douter, à prendre part au rendez-vous électoral des locales du 29 novembre prochain.

Ces nouvelles défections au sein du parti d’Aït Ahmed allongent inexorablement celles enregistrées il y a quelques semaines dont la démission de 159 cadres et militants du parti, suivie par toute une section qui jette l’éponge, à savoir celle d’Ath Laziz dans la wilaya de Bouira dont les membres ont accusé nommément, dans une déclaration rendue publique à cet effet, la fédération de la wilaya de Bouira d’avoir imposé « un bureau parallèle », avec en sus une dénonciation de l’attitude du secrétariat national accusé de « s’être confiné dans son silence bien qu’il ai été saisi à cet effet ».

Lounes O

7 COMMENTS

  1. C’est partout la meme chose, pas seulement en Kabylie ou seulement le FFS… par le politique, les gens enttendent DECENTRALISATION… ou en tout court, un federalisme depuis la base !!! Mais voila, qu’on reproche exactement la meme chose au MAK et a ses leaders organisateurs et createurs… qui ne sont ni des separatistes, ni des infidels, encore moins des fransistes… Dans leur MAJORITE’, ce sont les enfants DE MARTYRS ET COMBATTANTS, par famille, village et Aarch… en tete de fil, Mas Ferhat !

    C’est dingue, mais il se passe la meme chose meme chez les barbouses et meme les arabistes !- La preuve, que l’approche du MAK n’est pas une conception ideologique, mais rationnelle, qui se base sur l’adhesion a titre complet, et une action qui change mais qui decoule sans arret de la Libre Volonte’ des uns et autres vers un concensus commun.

    C’est bien de savoir que la majorite’ des Kabyles, surtout ceux qui ont flingue’ l’ecole algerienne, ont compris et enregistre’ ce concept pourtant si simple et si puissant, il y a longtemps. C’est tout le sens de Tamazight, comme une philosophie et un sens de la libre volonte’ comme un paradigm qui y en est code’ ! C’est l’essence de l’occidentalisme, qui retour au nid !

    Bref, il faut des guarde-fous a l’interieur desquels, il faut donner parole et sens de l’action a tous ces deserteurs…

  2. azul

    la direction du ffs a bien tété dans les mammelles du baath;à commencer par si houhou. il est l »herityer de saddam et des assad.disant simplement qu’il n a jamais été au pouvoir,sinon il aurait fait comme comme assad et plus que bouteflika. il est de la meme famille politique que boutef,belkhadem,ouyahia,zerhouni….;c’est un produit pur jus de son maitre messali el hadj. il ne faut pas croire ceux qui disent qu’il etait a l »origine de la crise berberiste de 1949 ou de ceux qui disent qu’il etait derriere le soulevement du printemps 1980. il est et il etait qu’un simple voleur de la poste d’oran et il va continue a fuire meme apres sa mort. vive la suisse pour lui

    vive le peuple et la nation kabyle pour nous

  3. Rien ne peut arreter la marche d’ un peuple vers sa liberté.Ces braves gens n Iwadiyen ont comprit que seule l’autodédétermination du peuple Kabyle revendiquée par le MAK peut sauver la kabylie.Le MAK y arrivera. Voyez ce qu’est devenu l’ancienne ex – Yougoslavie ou l’ ex-superpuissane URSS. Même un rideau de fer (de Berlin) a volé en éclat grâce à la volonté du peuple.
    Ce n’est sûrement pas les quelques barbes puantes qui vont vont changer la nature du peuple Kabyle.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here