Promesse d’une grandiose fête à Iferhounène jeudi prochain – Inauguration de la stèle aux 1 600 Martyrs

10
250

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Selon, M. le premier magistrat de cette commune, M. Hamid Aït-Saïd, que nous avons contacté par téléphone, la stèle en question relève de l’inédit sur la forme physique et le plan architecturale. Implanté sur un terrain d’une superficie de 300 m2 environ, sont venus se greffer aux côtés de l’érection de la stèle un ensemble de bâtiments et de constructions lesquels sont destinés à abriter des bureaux pour les Moudjahidine et les enfants de Chouhada, un musée, une salle de réunions, une d’études et de conférences pour les universitaires et chercheurs en histoire, une salle d’exposition et des espaces de commodités indispensables au personnel devant assurer le service permanent de l’édifice.

Le coût global de l’ouvrage, affirme notre interlocuteur, avoisine 5 milliards de centimes. « Un montant de 17.000.000, 00 DA sont prélevés des PCD (projets communaux de développement) dont a bénéficié notre commune et 300.000.000, 00 DA nous ont été octroyés par la wilaya, plus exactement par le biais de la direction de l’urbanisme et de la construction (DUC) », précise encore M. Hamid Aït-Saïd. Concernant l’aspect culturel et le message historique de la guerre de libération nationale contenus par la stèle en question, ils sont fournis par les portraits des héros de la guerre d’indépendance dont les noms suivent : Abane Ramdane, Krim Belkacem, Amar Ath-Chikh, colonel Mohand Oulhadj, colonel Amirouche,colonel Si l’Houas, colonel Mustapha Ben Boulaïd, Larbi Ben M’hidi, Didouche Mourad, colonel Ali Mellah, colonel Si Salah Zammoum et Zirout Youcef. Les portraits de ces héros nationaux sont incrustés dans du marbre et les architectes ayant travaillé là-dessus ont veillé à ce que l’œuvre résiste aux temps. Le président d’APC d’Iferhounène n’a pas hésité à dire que le monument en question est conçu à demeurer intact durant des milliers d’années. S’agissant du lieu d’implantation de la stèle aux 1 600 Martyrs, il est baptisé désormais « Le Carrefour des Lions ». Autrefois, ce lieudit était connu sous l’appellation de « Col des Lions ».

Il ne fait aucun doute sur la touche inédite apportée à cet ouvrage qui rend grâce à la sanglante guerre que livra le FLN à l’une des plus grandes puissances de ce monde pour libérer de ses griffes ce pays appelé « Algérie ». C’est pourquoi nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Saïd Tissegouine

10 COMMENTS

  1. Azul,
    La guerre de 54 – 62, certes importante, n’est qu’une étape des multiples résistances qui ont forgé l’identité et l’âme du peuple kabyle et des peuples amazighes en général.
    Aujourd’hui les falsificateurs continuent l’oeuvre coloniale en pérennisant son leg : limiter notre horizon à la création coloniale de l’état centralisateur et négateur. Ils bornent la perspective sur notre passé à ce bref épisode de notre longue histoire. Ils limitent les symboles de notre identité à un passé trop récent pour être significatif et occultent déliberement les phases cruciales de notre histoire.

  2. j’aurais tout de meme voir ces scultures au sommet des rochers de la haute Kabylie – de ce genrehttp://wownesia.com/wp-content/uploads/2011/04/mt_rushmore-300×198.jpg

  3. Voici toute l’histoire de la colonisation du village Issers Djedian (Sidi Daoud) de Kabylie (Boumerdes):

    – [DES ALPES-MARITIMES AUX RIVES DE L’OUED SEBAOU->http://www.cg06.fr/cms/cg06/upload/decouvrir-les-am/fr/files/rr65-1978-01.pdf]

    – [DE Issers Djedian A Sidi Daoud et de BOIS-SACRE A ABBO : LE NOM DU VILLAGE->http://abboboissacre.canalblog.com/]

    Bonne lecture

  4. Encore une source traitant de [L’Histoire de la colonisation du village kabyle Issers Djedian->http://encyclopedie-afn.org/index.php/Historique_Abbo_-_Ville]

  5. Du moment que l’Algerie a été » liberé », des momnuments dédier aux héros de cette révolution, bien entendu et un bien fait. Mais seulement les monuments et l’histoire de la véritable Algeire (antique) en été tout simplemnt confisquer. L’histoire oui mais par les débuts

  6. Sous l’occupation romaine, toutes les cites kabyles étaient indépendantes.

    « Plus que de mesures particulières, il s’agit donc d’un véritable système de gouvernement : la colonie romaine s’installe à côté de {{la cité indigène qui conserve une autonomie réelle, son droit et son gouvernement,}} dirigé généralement par ces sufïètes que les inscriptions nous font connaître jusqu’au III siècle. {{Rome n’impose pas ses formes administratives, mais respecte ostensiblement, au contraire, les libertés locales}} ; le rayonnement de la cité voisine suffit, aidé par les vanités bourgeoises et le prestige des titres municipaux. . . .

    Le christianisme apparaît à Tigzirt dès le IIIeme siècle et Marcienne, martyrisée à Gaesarea sous le règne de Dioclétien, vient de Rusuccuru; nous connaissons plusieurs évêques du Ve siècle, et nous savons que la crise donatiste n’épargnapa s le pays, puisque deux évêques rivaux le représentent en
    411 à l’assemblée de Carthage. Mais tout le reste n’est que supposition: nous devons supposer la menace des Quinquegentanei qui tiennent la montagne, en révolte constante depuis le 11e siècle ; nous pouvons entrevoir le rôle de Rusuccuru, base de ravitaillemenet et de repli éventuel pour les troupes qui surveillent la vallée du Sebaou et isolent au nord la tache de dissidence du Djurdjura, comme l’isole au sud le limes d’Aumale. »

    Source 1:– [L’histoire municipale de Tigzirt : Rusuccuru colonia et municipium, – article ; n°1 ; vol.67, pg 126-146->http://www.youscribe.com/catalogue/presse-et-revues/savoirs/autres/l-histoire-municipale-de-tigzirt-rusuccuru-colonia-et-municipium-1052176]

    Source 2–[L’histoire municipale de Tigzirt : Rusuccuru colonia et municipium->http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mefr_0223-4874_1955_num_67_1_7397]

  7. Au lieu de faire bon usage de l’argent et reloger les sans domiciles fixes, continuez à construire n’importe quoi.
    Les martyrs ne veulent pas de monument, mais savoir leur descendance libre et leur patrie libre.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here