Un an après la fin du régime du colonel Kadhafi – La Libye coupée en trois

2
153

– En Cyrénaïque où deux guerres se déroulent, les fondamentalistes musulmans dont le fief est la ville de Derna s’opposent aux « traditionalistes » rassemblés derrière les confréries soufi cependant que les partisans d’une Libye bicéphale, fédérale ou confédérale refusent l’autorité de Tripoli.

– En Tripolitaine, la ville de Misrata dont est originaire le général Youssef al-Mangouch, à la fois chef de l’armée et coordinateur des milices « ralliées » au pouvoir de Tripoli, tente de prendre le contrôle de toute la région. Auréolées par la capture de l’ancien guide, ses forces viennent de s’emparer de la ville de Bani Walid, « capitale » de la tribu des Warfalla [1]. Dans la lutte traditionnelle contre ses rivaux du sud, Misrata a donc marqué un point.
Das l’ouest de la Tripolitaine, les milices berbères (berbérophones ou arabophones) du jebel Nefusa jouent une carte clairement régionale cependant que le «pouvoir central» de Tripoli doit négocier avec les diverses milices pour tenter d’exister.

– Le grand sud est devenu une zone grise où le « pouvoir », ancré sur le littoral méditerranéen n’est obéi ni des Touareg, ni des Toubou, ces derniers devant périodiquement faire face à des raids lancés contre eux par des tribus arabes.

L’attaque contre Bani Walid était destinée à conforter la domination de Misrata sur la Libye centrale tout en affaiblissant les forces de l’ouest de la Tripolitaine en faisant tomber leur « allié » warfalla. Le prétexte de ce rezzou tribal fut la mort d’Omran Ben Chaaban Osman, un des assassins du colonel Kadhafi. Blessé à Bani Walid lors d’une précédente tentative de prise de la ville par les miliciens de Misrata, il y fut fait prisonnier et longuement torturé. Finalement libéré aux termes de ténébreuses tractations, c’est aux frais du contribuable français qu’il fut transporté à Paris par avion sanitaire pour y être soigné. Il y mourut dès son arrivée.

Désormais, dépendant totalement de Misrata, la seule marge de manœuvre du « gouvernement » de Tripoli va être de louvoyer entre ses puissants soutiens et les autres milices… jusqu’au prochain épisode car les différentes composantes tribalo miliciennes de Libye sont unies dans une commune détestation des habitants de Misrata…
Dans un proche avenir nous allons assister à une crispation sur le front ouest où l’armée gouvernementale – lire les milices de Misrata -, va tenter de mettre au pas les forces du jebel Nefusa et de Zenten. Le prétexte de la guerre tribale qui s’annonce sera le sort de Seif al-Islam, le fils du colonel Kadhafi que les miliciens de l’ouest refusent de remettre aux autorités de Tripoli. Cette question sera un test permettant de mesurer le véritable rapport de force sur le terrain.

Bernard Lugan

2 COMMENTS

  1. Attention ou alerte au future cocktail de monsenge par les neo-colonisateurs qui va se prépare ou déjà préparer par une pièce theatrale sur la question d´ auchtone : Touareg et les comparés a la force neo-francarabis .
    Elle ( Clinton) se précise bien l´objectif sans erreure ( military intervention against radical Islamists) , mais la force coloniale se précise par un alibi Francarabis que le coup et la décision sur consulat de Benghazi vient du Nord du Mali , donc ici ils ont semer le flou entre les différentes fractions ( les pro-francarabis coloniale et la force neo colonisatrice des Touareg ) , donc ils ont fait toute une pièce theatrale entre le pays coloniale et les pseudo-pays coloniale comme si l´Algerie prenne des décisions sans la consultation du headquater .

    WASHINGTON (AP) — Secretary of State Hillary Rodham Clinton is on a five-day trip overseas to increase pressure on Mali’s al-Qaida-linked rebels and help Balkan nations end long-simmering ethnic and political disagreements.

    Clinton left for Algeria Sunday, moving up her departure by a day to beat the onslaught of an East Coast storm.

    With Algeria’s president, she’ll discuss the crisis to the south in Mali, where European and African countries are considering military intervention against radical Islamists.

    Clinton then visits Bosnia, Serbia, Kosovo and Albania.

    She is aiming to advance each of their NATO and European Union aspirations. Serbia doesn’t recognize Kosovo, and the two dispute borders and minority issues. Bosnia’s power is divided among ethnic lines.

    Clinton also visits Croatia, a new NATO member and an EU state as of next year.

  2. toujours vivant ce batard ? quand au cintribuable francheese, c’est plutot liraanium Nigerien ou peut-etre l’aluminium Malien ou est-ce le gaz gratos des anegeriens?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here