Kabylie : 13ème édition du festival du film Amazigh – Les scandales financiers à répétition de Khalida Toumi

6
51939

CULTURE (Tamurt) – L’évènement dure 6 jours: du 23 ou 28 mars. Le coût de ce festival dépasse l’entendement. Pas moins de 15 milliards de centimes, selon une source de la direction de la Culture bien confirmée. cette lourde enveloppe sera dépensée en l’espace d’une petite semaine seulement.
Pas moins de 600 personnes, dont la majeure partie n’a rien à avoir avec le septième art, sont prises en charge.

L’ensemble des participants, les mêmes chaque année d’ailleurs, n’ont rien à avoir ni de près ni de loin avec le septième art. Ils sont, pour la plupart des algérois qui ne savent même pas parler kabyle, d’autres sont des personnes qui activent au sein des associations satellitaires de soutien au président de Bouteflika et des amis d’El Hadi Ould Ali et du commissaire du festival, El Hachemi Assad.

Les soit-disants participants prennent des suites dans les hôtels luxueux de Tizi-Ouzou. Ils ramènent leur famille pour séjourner et ils n’assistent même pas aux projections de films.
D’autres responsables administratifs trouvent la meilleure occasion pour passer des nuits gratuitement dans des hôtels huppées, situés sur le littoral, avec leurs amantes. On peut dire que durant ce festival il y a de tout sauf du cinéma.

Le ministère de la Culture jette des milliards par la fenêtre, alors que les pauvres citoyens n’arrivent même pas subvenir aux besoins de leurs familles.

Les films Amazigh Marocains et Libyens écartées

La nouveauté de l’actuelle édition est que les films amazighs Marocains et Libyens ne sont plus retenus en compétition. « Désormais il n’y a que les films Algériens qui sont retenus, pour la simple et bonne raison que c’est un festival national et non international », justifie El Hachemi Assad, commissaire de ce festival, que les Kabyles qualifie de festi..vol d’argent.

A vrai dire les films Amazighs marocains et libyens sont écartés pour d’autres rasions. Premièrement, le pouvoir central d’Alger ne veut aucun contacts culturels entre les autres amazigh de l’Afrique du nord. Ils veulent isoler au maximum la Kabylie. D’ailleurs lorsque ce festival est organisé en dehors de la Kabylie, les films étrangers sont de la partie et sont sélectionnés, mais ce n’est que pour ce festival qui est sédentarisé en Kabylie par Khalida Toumi que les films Amazigh des autres pays d’Afrique du nord ne sont plus autorisées.
L’autre raison, c’est le niveau médiocre du cinéma algérien. Lors des éditions précédentes, les films marocains ont raflé tous les prix. Donc les autorités algériennes ont été dans la gêne lorsque les marocains avec des moyens dérisoires ont rehaussé le niveau de leur cinéma, alors que les algériens gaspillent des milliards de centimes pour présenter des navets.

Il est à noter qu’une délégation de journalistes et d’hommes de cultures Kabyles et Algériens a été empêchée le mois de novembre dernier par les autorités de se rendre au festival du film Amazigh organisé pour la première fois en Libye.

Youva Ifraouèn

6 COMMENTS

  1. En anglais : scrambled culture ! un cocktail des faux kabyles ( les déracinés ! des Canards yakhou kabyle) !!!!!! Ghetto cultures entraine de se construise en kabylie et sur toute l´Algerie , le regionalisme culturelle ( Tizi avec le festival du films amazigh ) ( Oran avec le festival du films Arabe ) , un déséquilibre culturelle qui reunis pas les régions ! et plus tout le reste les ruines des grandes villes
    Amazigh ( Tlemcen et Constantine ) sont forcés de les peindre comme des villes Indo-Arabo-Gitano »Roms »-andalou-othmano-musulmane ( tellement l´ADN ont position de perdure de repère du compasse ethnique et raciale )

    Prenant l´example dans le monde évolué : Festival du Cannes , ils ne pratique pas le racisme regionale ou continentale , la culture n´a pas de frontière d´une région à une autre jamais .
    La ministre ayant un passé compléxée et une carrière d´enseignante dans une région anti-kabyle , l´usure de ce complexe appriori la culture dominante sur la scène nationale .
    Donc servir pour la région dominante ? veut dire de se déraciner totalement de la natalité !

  2. On mesure mieux le sens de la phrase de khalida toumi qui disait à une époque  » qu ‘ elle ne peut rien refuser à boutek-likha « .

    Sa soumission aux ordres et à la volonté de  » l ‘ imposteur  » d ‘ el-mouradia , n’ a d ‘ égal que les largesses et avantages qu ‘ il lui a accordés .

    voir le lien suivant qui illustre en profondeur la vraie personne incarnée par cette corrompue , qui a rejoint le clan du roitelet , en contribuant à la faillite du pays .

    :http://jcalgerie.com/?p=2779 à diffuser

  3. Azul akkwit s-umata,

    Iuksa y annegh s’uskkarkes agi nsen, assa nebbedh ar tmezzrag d aya ar agh-d ikksen azaglu d’irukkwidhen bba araben, imi nukkwni s ‘Imazighen s-umata isefkk ad nesseghdhel anabadh amcum!!

    Isefkk ad nebges akken ad nsbedd AGHLAN ENNEGH AMAZIGH AMAYNU!! Skud ur neddukkul ara ghef iswi agi agh-d ssbibben tamara bbw alddun ar tagara. Isefkk ad akwim ay atmaten ttiysmatin ghef taddarfit n tmurt ennegh, inexdallasen d’inuggwen bbw ugdud gzil-ghwzif ad rezzemen s temzzal d’inectillaten,

    Gher-wet awen ssegwnen s’uskkarkes negh s tedrimt, imi ala d’issegh ig yeskin ghef tidett, tagratin n’tmurt ttimuzgha d y ‘issegh lakwd tagwmatt d ‘anect-a igh-d edjan imewura!!

    Ihi yal yiwen deg nnegh isefkk ad yerzzem imezzughen ad yesmuzgut akken ad yagh abrid bb ul.

    Tanemmirt

    AGWZUL

  4. KHALIDA TOUMI et ses complices peuvent mettre autant d’ embûches qu ‘elle veulent , mais les résultats sont là . les amazighs marocains et leur frères kabyles conjuguent leur efforts dans le domaine de la recherche et de l’ enseignement sous l ‘ égide de L’ IRCAM ( institut royal pour la culture Amazigh)

    Le MAROC a eu l’ honneur de consacrer et de généraliser le tifinagh dans l’ enseignement , l ‘audio-visuel, et l ‘ environnement social du pays .( édifice publics , noms des rue etc…)

    La chaine nationale Marocaine NO 8 , TAMAZIGHT sur le satellite hotbird est une fierté pour l’ ensemble des amazighs au vu du travail colossal réalisé sur le terrain par leur techniciens .

    journal télévisé en amazigh titré en tifinagh ( traduction arabe pour les non berbérophones) films , dessins , animés , documentaires , cours en tamazight .

    Nos frères lybiens suivront dans un proche avenir .

  5. Mais quand Khalida organisme ses festivals « arabes », elle invite tous les arabes de la planete inclus les danceuses de cabaret egyptiennes et lybanaises a coup de milliers d’euros.! Deux poids deux mesures. Il n y a rien a dire de ces gens sans principes, sans coherence dans la parole et les actes , sans scrupules a la tete du pays.

  6. merci pour la virité dans cette article vraiment vous avez touché la réalité de la chose je suis vraiment contente de cela . je mapel saadi karima .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here