Bougie / Saison estivale – Le grand rush attendu pour l’après l’Aïd

0
130

Dans la wilaya de Bougie, l’après l’Aïd s’annonce le moment des plus mouvementés de l’année. Incommodés par le ramadhan, les travailleurs ont opté, dans leur majorité, pour les deux dernières semaines du mois d’août pour partir en vacances.

C’est ainsi que durant le ramadhan, les hôtels et campings étaient lamentablement déserts alors que pour les trois semaines restantes du mois d’août, non seulement, ils affichent d’ores et déjà complets mais aussi même les agences immobilières ont été prises d’assaut pour la location d’appartements mis à leur disposition par des particuliers, en quête d’argent pour arrondir les fins de mois. « Mis à part, trois appartements que j’ai pu louer au début du mois de juillet à des familles venues du sud pour une semaine, durant le mois de ramadhan j’ai chômé. Par contre pour la période du 12 au 30 août, je n’ai plus aucun appartement ni tente au niveau des campings à mettre en location » dira Salah, gérant d’une agence immobilière à Bejaia. Il en est de même pour les hôtels qui affichent complets pour la dite période.

Contactés la veille du mois de ramadhan par un confrère, les directeurs des hôtels « El Djorf Edhahabi » de Melbou, « Les Hammadites » et « Club Alloui » de Tichy, ont été unanimes à déclarer que malgré des formules alléchantes, il n y avait aucune demande de réservation pour le mois de ramadhan alors que pour les vingt derniers jours du mois d’août, presque toutes les chambres sont réservées. Le grand rush est donc attendu pour le dimanche 11 du mois et cela est appréhendé par les autochtones qui ne seront pas en congé car craignant pour les difficultés qu’ils rencontreront dans le transport entre leur lieu de résidence et leur lieu de travail. « Non seulement le réseau routier est obsolète donc les embouteillages seront de retour mais aussi malgré le système de navette, accordé aux transporteurs durant la saison estivale, la demande dépassant l’offre fera que les bus seront complets tout le temps » s’inquiétera Achour, résident à Aokas, employé dans une entreprise étatique dont le siège est au chef-lieu de wilaya.

En s’incrustant dans la saison estivale, le mois de ramadhan a quelque peu perturbé le tourisme, ce facteur économique qui peut fort bien remplacer le pétrole notamment pour la Kabylie, gâtée par la nature.

Amaynut

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here