Ali Idefflawen a égayé Aokas, le vendredi soir

1
159

Il n’était pas possible de suivre son concert sans être bousculé par un spectateur, tellement il y avait beaucoup de monde.

Organisée par l’association « Rahmani Slimane » du centre culturel d’Aokas et l’association socioculturelle « Tadukli » du quartier d’Ait Aissa, de la même commune, cette soirée musicale a permis à des jeunes talents de la localité de se produire aux côtés du grand chantre de la chanson Kabyle engagée.

Le groupe « Sanzala », la sympathique Nina et le jeune Idir, tous enfants de la station balnéaire d’Aokas, s’en sont merveilleusement bien sortis lors de cette belle soirée en gratifiant de leurs refrains l’assistance fort nombreuse.

De son côté, Ali, égal à lui-même, avait, encore une fois, séduit son assistance, en chantant ses plus belles chansons, reprises en chœur par ses fans. Les organisateurs ont pensé à tout. Pour permettre aux familles de suivre le gala, sans être dérangées; un espace leur a été réservé.

Dommage que les servies de police ne faisaient que faire des rondes en voitures sans tenter de réguler au moins la circulation et les véhicules qui étaient en stationnement anarchique aux alentours de la scène improvisée. « Si c’était un chanteur à la solde du pouvoir, les services de sécurité auraient renforcé leurs effectifs pour lui assurer une certaine sécurité » dira Kamel, un fan d’Ali Idefflawen, venu de la commune voisine de Tizi N’Berber, pour voir de près son idole.

Cette situation a été confirmée par le président de l’une des associations organisatrices qui semblait étonné que la police s’éloigne à chaque fois que son association organise un gala.

Amaynut,.info

1 COMMENT

  1. Eǧteɣ aγriḍ anƐeddi, un hymne kabyle à lui seul.

    Ali Ideflawen et ses accords, une douceur de vivre que nous aimons tous.

    Tanemirt a- Ali.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here