Deux journées d’étude à Tizi-Ouzou sur le patrimoine villageois amazigh depuis le 19ème siècle à ce jour

10
101

CULTURE (Tamurt) – Le patrimoine villageois amazigh (XIXème – XXIème) siècle : tel est le sujet du colloque de deux jours organisé par le Haut Commissariat à l’Amazighité (HCA) et dont les travaux ont démarré aujourd’hui à la maison de la culture Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Signalons d’emblée que pour une rencontre scientifique, c’en est bien une, car seuls les universitaires ont eu droit à une intervention dans le cadre du traitement des différents sujets retenus.

Pour cette première journée, dans la matinée, l’attention a été retenue par l’intervention de Youcef Merahi dont les travaux scientifiques sur tamazight font à présent autorité, Azzedine Kinzi du département des langues et cultures amazighes de l’université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou, Brahim Salhi de la même université et enfin de Farid Assiakh du département de sociologie de l’université de Béjaia.

En effet, en sa qualité de secrétaire général du HCA, Youcef Merahi n’a pas mis de gant pour dénoncer la politique du gouvernement en matière de prise en charge de la langue et culture amazighes. « Qu’en est-il de l’enseignement de tamazight en Algérie aujourd’hui ? », a commencé son intervention ce haut responsable du HCA pour répondre aussitôt sans l’ombre d’amphibologie que l’enseignement, au grand regret de « nous tous, est toujours au stade expérimental ».

Pour ce scientifique, l’expérience, de par sa définition, doit avoir une fin pour ensuite relever des manquements et apporter des correctifs à la chose expérimentale. Pour justifier sa diatribe à l’endroit de celles et ceux jouissant du pouvoir politique nécessaire quant à la prise en charge de tamazight, Youcef Merahi souligne : « Tamazight est toujours considérée dans nos écoles comme matière facultative alors qu’elle doit être obligatoire dans les régions où elle est enseignée comme en Kabylie, Batna et le Sud algérien ».

Quant au développement de cette langue, en dehors de l’école officielle, Youcef Merahi a suggéré la création d’un journal public en tamazight tout en mettant en avant « l’interrogation » de la nature de l’alphabet à utiliser. « Quand j’ai vu le ministre de la communication, il y a moins d’un an de cela, à propos de cette nécessité de création d’un journal public en tamazight, a-t-il dit, il a soulevé cette question portant sur le choix de l’alphabet dans la transcription ». Pour le secrétaire général HCA, le choix de l’alphabet ne constitue pas et ne devrait aucunement constituer un problème puisque « jusqu’à maintenant, le choix de la Kabylie a porté sur les lettres latines, à Batna sur l’alphabet arabe et dans le Sud algérien sur tifinah ». « Et jusqu’au jour d’aujourd’hui, regrette Youcef Merahi, aucune suite n’a été donnée quant à la création de ce journal public en tamazight ».

Toujours dans le cadre de la vulgarisation et l’enrichissement de tamazight, le secrétaire général du HCA a plaidé à ce que les chaînes de radios locales, et ce en dehors de celles émettant en Kabylie comme radio Djurdjura et radio Soummam dont l’apport est considérable, consacrent régulièrement des émissions à cet effet ».

Abordant ensuite le délicat problème portant l’inscription des prénoms amazighs au niveau de l’état-civil algérien, Youcef Merahi a jeté la pierre dans le seul camp du gouvernement. « Les fonctionnaires des services de l’état-civil, a crié haut et fort le secrétaire général du HCA, qui refusent d’inscrire les prénoms qui ne sont pas contenus dans la liste des prénoms algériens ont raison ». Se voulant plus explicite en matière juridique, Youcef Merahi a affirmé que la dernière liste des prénoms algériens datent de 1981. « Selon la loi, a-t-il ajouté, cette liste de prénoms doit être révisée et complétée tous les trois ans ; malheureusement ce n’est pas le cas ». Et pour conclure, Youcef Merahi plaidera pour l’implication de l’université dans cette quête de la valorisation et la revalorisation du patrimoine amazigh « où il y a beaucoup à faire ».

En ce qui le concerne, Azzedine Kinzi du CLCA de l’université de Tizi-Ouou dont l’intervention a porté autour du thème « Patrimoine amazigh dans le champ anthropologique à l’université », lequel sujet a fait l’objet d’un Master, a signalé la nécessité d’élargir les matières à enseigner au niveau du département des langues et cultures amazighs et « cela ressort de la compétence des spécialistes ».

Quant à l’universitaire Brahim Salhi qui a fait une communication autour du thème « Patrimoine : entre utopie et réalité », il a plaidé pour la méfiance vis-à-vis du folklore car celui-ci ne reflète pas l’authenticité, et par conséquent, ne crée pas la symbiose entre le passé dont dépend le présent et de celui-ci le futur. Citant le cas du patrimoine vernaculaire, Brahim Salhi a affirmé qu’il a commencé à céder le pas au profit du produit colonial à partir de la période se situant entre 1870 et 1880. L’intervenant expliquera également les raisons de la domination du produit colonial sur le produit local dont la source remonte également à la même période.

Said Tissegouine

10 COMMENTS

  1. Les enfants de Tihia ecrivent donc leur langue en arabe! Ahlil Ahlil anda yewedh u Cawi meskin!

    Il faut decoloniser notre langue en l’eloigner par tous les moyens de l’ennemi arabe

    Icawiyen pour Tifinagh!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • OEUVRER EN DEHORS DE LA SPHERE DU POUVOIR.
      Un colloque ,une réflexion pour instaurer une école de tamazight dans chaque village.
      voilà ce à quoi il faut méditer et vite..

      Tout ce qui se fera au nom de tamazight sous l’autorité arbo raciste ne sera que de la poudre au yeux..

      Messieurs les responsables et les intellectuels ne faites pas perdre encore du temps à tamazight chercher comment fédérer la société et arrimez-vous à la création d’un état kabyle qui vous donnera tous les moyens pour développer notre langue.
      En 5 ans vous aurez fait un bon de 10 ans à tamazight et rendu service à ses enfants..Cessez de quémander à nos ennemis ce qui nous revient de droit et bien à nous.

      L’arabo colonisateur n’est là que pour nous soumettre nous imposer et le pire ce sont imazighens ,les kabyles qui lui donnent un coup de mains avec leur comportement de soumis.

      Pourquoi ne pas sensibiliser chaque village pour qu’il prennent en charge une école kabyle .

      On construit ,on finance et bien nos prisons à ciel ouvert pour nous engluer .on les prend bien en charge ces mosquées on donne bien chaque vendredi à ceux qui empoisonnent la vie avec leur drogue quotidienne sadaqa. on on paie la zakat à Agoumallah pour qu’ils nous insultent ,roule en 4/4 et bientôt construira des centre commerciaux dans 10 wilaya avec les 55 milliards récoltés chaque année. Et on est incapable de prendre en charge une école pour notre salut..
      c’est à croire que les kabyles sont sommes devenus fous et qu’ils méritent mérité leur sort..

      A près 13siècles de servitude on arrive pas encore à comprendre ce qui nous a détruit et continue de nous achever.. Réveillez-vous !! VOUS ÊTES TOUJOURS COLONISES..
      L’arabo colonisateur ne fera rien de bon pour ce qui touche à la renaissance de ce qu’elle a combattu depuis des siècles, elle signera sa mort…
      A allez-vous comprendre messieurs les kabyles..

  2. Mr MERRAHI vous n’avez pas plaider ni à vous mépriser. Tout le monde sait que la création du HCA à l’issue de l »accord complot du 22 AVRIL 95,le sort de l’enseignement de Tamazight sera une purée tournée. Depuis,bientôt vingt années, aucun poste budgétaire pour enseigner Tamazight. Elle demeure toujours forfaitaire. Où sont-ils ceux qui ont signé cet accord compromettant et ceux qui l’ont soutenu.

  3. La question de l écriture de tamazight ca revient. Au spécialiste de la langue amazigh ,ni les politicien et encor les citoyens qui qui va décédé de son écriture,une chose qui est claire éviter. L écriture en langue. Arabes. C non la mort de tamazight qui est programmé définitivement,ya rien a aspirai de langue arabes qui à tous les moyens du monde Pour. Ce devlope,résultat,en l utilise juste pour des fatwa et blague , tout tamazight a le choix entre sont alphabet originale le tifinagh ou le latin c ou specialist de décider.longue vie a nôtre langues tamazight .

  4. {{L’urgence de mettre en place un ÉTAT KABYLE pour les Kabyles !!}}

    Cette urgence d’avoir un état Kabyle est criarde car les kabyles ont droit a un état … Kabyle ! je viens de dire une lapalisse …

    Notre patrimoine matériel et surtout immatériel est gravement menacé par l’Algérie exclusivement arabo islamique et même si demain cette algérie négatrice inclue Tamazight c,est juste pour bien lui tordre le cou !! Nos frères Kabyles qui se disent amazighs algériens doivent y penser à deux reprises avant de mettre Tamazight entre les mains de l’État algérien négateur et assassin de notre identité.
    Tamazight dans la constitution est UN DÉBAT OBSOLÈTE , EST UN NET RECULE ET MET EN PÉRIL L EXISTANCE DE CE QUE NOUS SOMMES …

    {{AUCUN PEUPLE A TRAVERS LE MONDE N’A DÉPOSÉ SES VALEURS, SES REPÈRES, SON IDENTITÉ, SON PRÉSENT, SON FUTUR ENTRE LES MAINS D’UN AUTRE PEUPLE ET D’UNE AUTRE IDÉOLOGIE …}}

    Alors pourquoi les Kabyles le feront-il à travers Tamazght langue officielle en Algérie ????

    {{Alors tous et toutes pour l’édification d’un ÉTAT KABYLE POUR LES KABYLES SUR TOUT LE TERRITOIRE DE LA KABYLIE HISTORIQUE.}}

    Arezki

  5. Un journal public en TAMAZIGHT ne peut être que médiocre, à l’image de TV TAMAZIGHT (chaîne 4)! dés lors pourquoi attendre que la gestapo d’alger le fasse à notre place, il est clair que si l’état agérien décide un jour de créer ce journal, c’est pour nous détruire du fait qu’il optera (pour nous contrarier) pour les caractères arabes. l’AMAZIGH n’est pas sorti de l’auberge, et c’est toujours le problème de l’alphabet qui refait surface, décidément les AMAZIGHS ont perdu le nord, ils veulent que l’état voyou (l’ennemi juré des AMAZIGHS) décide pour eux, je ne comprend plus rien, on a perdu 14 siècles à nous chercher ou mazal. Votre frère Kabyle.

  6. azul felawen

    il faut arrêter de rêver de dire que le HCA ou autre structure étatique algérien fera quelque chose de bénéfique pour tous ce qui amazhir c’est plutôt sa mort qui programme par cette etat
    il n’y a qu’a voir le panneau de bienvenue des passager a l’aéroport d’Alger ils souhaite la bienvenue dans plusieurs langues sauf en berbère même le chinois a plus d’importance que notre langue maternel puisque lui au moins et présent sur panneau
    seules ce qui aiment cette langue et cette culture pourront la sauver c’est-à-dire les kabyles eux même
    il faut arrêter d’être schizophrénique

  7. azul felawen

    il faut arrêter de rêver de dire que le HCA ou autre structure étatique algérien fera quelque chose de bénéfique pour tous ce qui amazhir c’est plutôt sa mort qui programme par cette etat
    il n’y a qu’a voir le panneau de bienvenue des passager a l’aéroport d’Alger ils souhaite la bienvenue dans plusieurs langues sauf en berbère même le chinois a plus d’importance que notre langue maternel puisque lui au moins et présent sur panneau
    seules ce qui aiment cette langue et cette culture pourront la sauver c’est-à-dire les kabyles eux même
    il faut arrêter d’être schizophrénique

  8. la question sur comment on ecrira tamazight la majorité des linguistes s accordent à utiliser le latin, les gens qui suivent ce debats savent bien les raisons avancé par s. shaker et tant d autres. mais bon a mon opignon il faut tout fois mettre un peu de tifinagh comme par exple les titres afin d etre en contact avec ce system original, car à l avenir on pourai revenir vers ce system ancien et pourquoi pas le developer, l innover afin de l ecrire en italique comme toutes les langues.mais ça c est long terme.mais pour l moment il faut se contenter d ecrir en latin.
    donc ces gens ils veulent echaper aux vrai problem qui est devloper tamazight en trouvant à chaque fois une raison.peut etre un etat kabyle pourait le faire?j espere bien.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here