Mizrana – Les villageois d’Azru B’aar s’insurgent

2
137

La colère des villageois à Tizi-Ouzou va crescendo. Toutes les localités sont touchées. Chaque jour, on signale la fermeture de sièges de mairies et de daïra un peu partout. Les élus locaux et les commis d’Etat sont vomis par la population. Les représentants du pouvoir, y compris les élus, ne font que maintenir le statut quo. Alors que la mairie d’Ath Yenni et celle de Makouda sont toujours fermées depuis plus de 15 jours, un autre mouvement de protestation est signalé ce matin de côté de la commune de Mizrana, au nord de Tizi-Ouzou.

Les citoyens du village Azru B’aar ont décidé de fermer le siège de la mairie pour une durée illimitée. Un rassemblement des villageois est observé, depuis ce matin, devant le siège de l’Assemblée locale.

Les habitants de ce grand village sont très en colère face aux coupures de courant. Ils dénoncent l’insouciance de la direction de la Sonelgaz face à ce sujet.
La dégradation de l’école primaire de leur village est aussi soulignée. Les protestataires d’Azru B’aar exigent des travaux de réfection et de réhabilitation pour cette école gagnée par la vétusté.

Les habitants de ce village ont décidé aussi de manifester à la ville de Tigzirt, 50 km vers le nord de la ville de Tizi-Ouzou. Ils réclament la réouverture du bureau de poste de leur village fermé depuis 2007, pour des raisons sécuritaires.

Rien ne va plus au niveau des APC à Tizi-Ouzou, une année après les élections locales. Alors que l’argent coule à flot, le sous-développement persiste au niveau local. En 2013, des citoyens réclament encore de l’électricité et des bureaux de postes !

R.Moussaoui

2 COMMENTS

  1. tant que la kabylie est sous le joug d’alger,ca sera toujours comme ca,comme dirait fellag.oui ,a quoi peut servir un maire en l’etat actuel des choses,ni pouvoir ni prerogatives,si ce n’est pour renvoyer l’ascenseur aux maffias partisanes qui l’ont elu?

  2. Les choses se precisent mieux. Il n’y a pas de differences entre « elus » et « commis » de l’etat algerien (a travers le wali et chef-de-daira), c’est la meme volonte’ et autorite’, celle de bouteflika et son appareil d’appartheid arabo-islamique.

    Ces artifices administratifs ne sont rien d’autre que ce qu’etaient les bureaux arabe/indigenes du temps de la france coloniale. Il n’y a pas d’autres moyens d’en finir avec eux, que de les remplacer par ceux qui signent un contrat avec la population – Celui(contrat) d’annuler tout autorite’ emanant d’ailleurs. Le code communal (bouteflika-Zehouni) est a annuler.

    Cela ne paut marcher, que si les communes voisinantes font pareil, afin de se liberer ensemble du dictat de la daira, etc….. de bouteflika et du systeme qu’il represente !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here