Tizi-Ouzou : vibrant hommage aux martyrs de la révolution de la famille Challal

9
576
Guerre d'Algérie
Guerre d'Algérie

HOMMAGE (Tamurt) – La famille Challal du village de Tissegouine, commune de Boudjima et aârch d’Ath-Ouaguenoun a participé activement à la guerre sanglante qu’a livrée le FLN à la France pour libérer le pays. Hormis les neuf Moudjahidine qui ont survécu à ces années de feu dont il ne reste à présent que deux vivants, la famille challal a enregistré sept (07) martyrs.

Il s’agit de Ali Moh-Saïd, Ali Kaci, Saïd n’Hand Oussaïd, Arezki et son frère Ramdane, fils de Mohamed et enfin, Belkacem fils d’Amar. Ali Moh-Saïd ont pris les armes le Premier novembre 1954 à zéro heure. Le premier cité a pris part à l’attaque ayant ciblé la brigade de gendarmerie et le commissariat de police de Tigzirt. Le second a pris part à l’attaque de la brigade de gendarmerie de Blida. Le plus jeune de ces martyrs est Belkacem. Il n’avait pas encore 16 ans quand les forces coloniales, après d’effroyables tortures qu’ils ont infligées à son frêle corps d’adolescent, n’ont pas hésité à vider sur lui les chargeurs de leurs pistolets-mitrailleurs.

Pour rendre hommage à ces martyrs, initiative qui revient en premier à la famille Challal, à sa tête Moh-Saïd Kaci , Moudjahid et frère cadet du martyr Ali-Kaci, le rendez-vous est donné aujourd’hui au siège du Musée du Moudjahid de M’douha (Tizi-Ouzou) où des plusieurs centaines de personnes des deux sexes et de tous les âges l’ont honoré de leur présence. En sus de la jeunesse, toute issue de la famille révolutionnaire, l’ONM a été également fortement représentée.

La cérémonie fut entamée par le dépôt d’une gerbe de fleurs au carré des Martyrs laquelle fut suivie d’une minute de silence à la mémoire des martyrs et la lecture de la fatiha. De retour à la grande salle de conférence, le coup d’envoi des travaux lesquels sont traduits par des témoignages de celles et ceux ayant connu et côtoyé les 07 martyrs et fut marqué l’écoute du chant national.

Le premier témoignage a été fait par le Moudjahid Ahmed Kacimi. L’homme, qui a rejoint les rangs de l’ALN-FLN au mois de février 1956 a fait un récit poignant sur Ali Moh-Saïd, Ali-Kaci et Saïd n’Hand Oussaïd. A travers ces témoignages, l’assistance, les jeunes notamment, a appris que la prise des armes n’a fait que suivre un long processus du mouvement politique. Ceux qui avaient surtout pris les armes le premier novembre 1954 ont mené auparavant de longues activités politiques.

Les témoignages ont révélé que c’était au domicile d’Ali-Moh-Saïd que se tenaient les réunions des militants. « C’est aussi à son domicile qu’ Ali-Moh-Saïd recevait Krim Belkacem et Ali Mellah pour mettre au point les préparatifs du déclenchement de la guerre » a souligné le Moudjahid Ahmed Boukherroub.

Quant au président de l’APC de Boudjima, Smaïl Boukherroub, lui-même issu de la famille révolutionnaire, a tenu à souligner le rôle « prépondérant » qu’ont joué les habitants des villages de Tissegouine, Tarihant, Yaskren pour ne citer que ceux-là dans la guerre d’indépendance de l’Algérie.

Les intervenants ont également expliqué que l’adhésion à la révolution reposait souvent sur le lien parental. Autrement dit, quand quelqu’un embrasse le FLN, il entraîne souvent avec lui le reste de sa famille et de ses parents et amis. De même, le premier magistrat de la commune de Boudjima a déclaré que la région de Boudjima est l’une des premières, voire la première à être habitée dans toute l’Afrique du Nord.

Smaïl Boukherroub, qui est connu pour ses compétences en matière d’histoire et d’anthropologie, citera l’exemple du rocher appelé « Azrou Imiyazène » sur lequel sont gravées des gravures rupestres. Ce rocher, déjà visité à plusieurs reprises par des équipes scientifiques, se trouve à la sortie sud des villages de Tissegouine et Tarihant, sur la piste menant vers l’Azaghar. En fin, avant de poser le micro, Smaïl Boukherroub s’est violemment attaqué à celles et ceux prêchant le discours selon lequel la France a « octroyé » l’indépendance à l’Algérie ou « ceux qui ont arraché l’indépendance du pays sont bien morts ». « Est-ce donc à déduire que le général GIAP qui a survécu à la guerre n’a pas participé à la guerre d’indépendance de son pays ? », martèle l’intervenant en guise de réponse aux détracteurs de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

En ce qui le concerne, le chercheur en histoire et non moins officier de l’ALN, Ouali Aït-Ahmed en l’occurrence plaidera pour la thèse de chaque village avec son association culturelle qui s’occupera de l’écriture de l’histoire de son village, notamment concernant le volet portant sur la guerre d’indépendance du pays. Ouali Aït-Ahmed a insisté sur l’urgence et l’importance de l’écritoire de l’histoire.

A l’instar de Smaïl Boukherroub, l’officier de l’ALN a réussi à démontrer que les tenants du discours « c’est Charles de Gaules qui a octroyé l’indépendance à l’Algérie » sont ceux qui soufrent d’un déficit patriotique. Ouali Aït-Ahmed ira jusqu’à expliciter la portée de l’hymne national algérien « Kassaman ».

Quant au premier responsable de l’ONM de Tizi-Ouzou, il révélera à l’assistance que beaucoup de martyrs de la wilaya de Tizi-Ouzou ne sont pas encore reconnus jusqu’à maintenant. Ce responsable de l’ONM a clamé haut et fort que le nombre réel de martyrs au niveau de « notre wilaya dépasse de loin le nombre officiel qui est de 20.000 ». « Ce n’est que maintenant, dit-il, que nous avons reçu carte blanche des pouvoirs publics pour que nous procédions aux rectificatifs nécessaires ».

Les enfants de Chouhada furent également nombreux hier à ce mémorable rendez-vous. La grande famille des enfants de Chouhaha a été représentée par Lounès Benziad et Moh-Saïd Chara lesquels ont prononcé des discours fort élogieux non seulement à l’endroit de la famille Challal mais aussi à l’endroit de toutes celles et tous ceux qui ont donné leur sang et leur sueur pour faire retrouver au peuple algérien la dignité de tous les peuples libres.

9 COMMENTS

  1. « LA LÉGITIMITE POLITIQUE ET HISTORIQUE  » DE LA KABYLIE, érigée par la haute lutte et le combat permanent contre l’arbitraire, l’injustice, les conquérants, le colonialisme, la dictature militaire…Par ses batailles livrées par ses héros, ses glorieux martyrs, ces  » Hommes qui ont dit  » non !  » , des personnalités de haut rang, de haute envergure (surtout si le Régime ne les a pas  » cassé  » ). Ceux-là mêmes dont les noms sont inscrits dans les Annales de l’Histoire universelle, comme des Libérateurs, des Juste parmi les Justes. Le Pouvoir dictatorial militaro-mafieux a tout fait pour effacer leurs noms, après avoir liquidé physiquement bon nombre d’entre eux, car les Colonels, puis les Généraux actuels, sont atteints de cette  » maladie sénile  » qu’est  » la hantise de l’illégitimité historique « , eux qui étaient des traitres, des serviteurs zélés de l’Armée coloniale française, autoproclamés sous le nom pudique DAF (hum!), ou planqués paisiblement au Maroc ou en Tunisie dans l’Armée des Frontières…..Le criminel Boumedienne, alias Boukharrouba, est, opprobre suprême, allé jusqu’à séquestrer les ossements des Colonels Amirouche et Haouès, parce qu’il ne pouvait supporter les voir enterrer à El Alia : même morts, ils le dérangeait, ils lui faisaient de l’ombre, lui qui était Taleb dans une medersa, puis Caporal, et directement Colonel, sans gravir les échelons, un faux grade qui lui était attribué conventionnement et injustement par le sanguinaire Boussof (l’architecte de la Dictature militaire) pour en faire de lui  » l’exécutant « , et il était devenu le parfait exécutant

    Le Congrès de la Soummam, les Grandes batailles, les Grands noms, les Colonels, les Commandants, le Groupe des 22, l’OS, le PPA, les Commandos de la Zone autonome d’Alger, de la Fédération de France du FLN…..tout ça fait la Grande Histoire, L’Histoire en majuscule, qui font une  » image de marque « , qui font  » la légitimité historique  » de la Kabylie, qui font que cette région pèse autant….

    La  » légitimité politique et historique » de la Kabylie, est un capital en or, inestimable, son capital principal….qu’il faut préserver, fructifier, glorifier, éternellement ! C’est ce qui fait son poids politique déterminant, et rien ne peut se faire sans la Kabylie, c’est le fer de lance, le bastion principal, la plate-forme de la révolution, la place-forte

    • « {{ {Le Congrès de la Soummam, les Grandes batailles, les Grands noms, les Colonels, les Commandants, le Groupe des 22, l’OS, le PPA, les Commandos de la Zone autonome d’Alger, de la Fédération de France du FLN…..tout ça fait la Grande Histoire, L’Histoire en majuscule, qui font une  » image de marque « , qui font  » la légitimité historique  » de la Kabylie, qui font que cette région pèse autant »} }}
      Trop de gras est nocif pour la santé!
      Les vieilles de la kabylie détestent meme de voir leur bête trop grossi!

      • Mais. En a gagné KWA dans tout ça la Kabylie a sacrifier tout la crème de ces hommes de routeur même leurs langue. Maternelle et sacrifier encore. Voila la pseudo. Indépendance que n’a arraché, en a l habitude. De se sacrifier. Pour les autres, maintenant les choses. Sont clairs je me batterai et donner ma vie seulement pour ma Kabylie.pour ne pas tombé dans les mêmes.erreurs que nos parent en commis.

      • Azul

        Je discutait avec un enfant d’un combattant algérien assassiné par la France coloniale durant la guerre d’Algérie 1954-1962 concernant le nombre des combattants algériens assassinés durant cette guerre, il me disait que ce nombre ne peut dépasser 500 000 algériens assassiné par La France coloniale durant cette période . Si on raisonne numériquement le chiffre de 1 500 000 est inventé par les ennemis de l’Algérie algérienne car selon ce nombre si on considéré que la durée de la guerre d’Algérie 54-62 est de 8 ans x 365 = 2920 jours disant 3000 jours, si on divise 1 500 000 sur 3000 , on aura 500 combattants algériens assassiné par la France coloniale (CAAFC) durant la guerre d’Algérie , cé impossible. Le deuxième critère et c’est le plus important ,si le pouvoir assassin d’Alger annonce le chiffre véritable des CAAFC , hormis les wilayas historiques WI (Aurès-Nmamca) – W III -Kabylie et la W IV -L’Algérois- le nombre de CAAFC dans les autres wilayas historiques est négligeable relativement aux W I -III et IV et cela n’arrangera pas les traitres de l’Algérie algérienne , les créateur du parti unique et des organisation des enfants de chouhada bis pour les soutenir et légitimer leurs crimes contre le peuple algérien et humilier la véritable famille révolutionnaire . Je lance un appel pour les associations de la Kabylie pour recenser le nombre de nos CAAFC pour faire taire les traitres de l’Algérie algérienne et instauré un état INDÉPENDANT KABYLE.Un état de droit, où la justice sera indépendante et où on ouvrira des relations diplomatiques avec les USA , le Royaume Uni, Le Maroc , notre pays frère et on séparera de la France qui nous a humilié en nous imposant des DAF qui sont à l’origine de la tragédie algérienne depuis l’assassinat de l’architecte de la révolution algérienne ABANE RAMDANE.

        Assegwas amegaz , Happy new year

        • Certain démagogue du fln suppose que le mythique Aban été l´origine de kassamen, en effet sur son ordre que Moufdi zakria avait fait de 54-62 une histoire de kassamen?
          C´est comme l´ouvertur et la fin de son congré en 56 à été enflamé par les trompèttes et la basse{( orchestre,)} de l´armée de Nacer, or que la bande du fln aux caire à leur tete Benbelle, n´ont pas étaient invité par les congressistes de la soumam!
          Exigeon un Etat kabyle, car l´histoire ne peut pas se reduit à une époque et quelque soit cea durée, surtout ses acteurs sont grandi dans les mileux hétéroclite sans aucune harmonie envers l´un de l´autre.

      • CEUX QUI VEULENT ÉPUISER CETTE LÉGITIMITÉ POLITIQUE ET HISTORIQUE de la Kabylie sont instrumentalisés par le Pouvoir militaire, le DRS en l’occurrence. Ce sont ceux qui œuvrent dans le sens de l’affaiblissement et la casse de la Kabylie. Pour la diviser totalement, l’isoler définitivement, et la séparer des autres régions amazighs….puis la frapper ! Déplacer  » l’axe de la violence  » vers la Kabylie, par le biais de manipulations, provocations, conspirations, manœuvres et comùplots….il ont déjà essayé ! Assassinats politiques, kidnappings, enlèvements, ….tout presque !

    • Un article qui donne des frissons comme ils n,en existent pas ,qui donne beaucoup de courage
      a continuer le combat de nos aieux et se dire le gene se transmet de generation en generation
      Bravo encore pour votre commentaire

  2. Le peuple kabyle a fait la guerre au colonialisme romain, puis il a fait la guerre au colonialisme arabo-islamiste, puis il a fait la guerre a la tyrannie islamo-turque, puis il a fait la guerre au colonialisme français, ET aujourd’hui, le peuple kabyle toujours rationnel et universaliste mène une guerre pacifique mais sans pitié au colonialisme mafio-franco-arabo-islamiste!

    Tout comme les résistants et les combattants kabyles d’hier, les résistants et les combattants kabyles d’aujourd’hui luttent pour le même idéal–la liberté du peuple kabyle et de tous les peuples amazighs de Tamazgha!

    Et chaque époque a ses moyens et sa manière de lutte pour la liberté humaine !

    Vive la Kabylie indépendante et vive Tamazgha indépendante!

    • {Tout comme les résistants et les combattants kabyles d’hier, les résistants et les combattants kabyles d’aujourd’hui luttent pour le même idéal—la liberté du peuple kabyle et de tous les peuples amazighs de Tamazgha »}

      Dábord mettre tout les energies au profit l´indépandence de kabylie de la sphère algerieniste, par la suite les autres amazighs si sont vraiment convaincu par la justesse du combat de la kabylie, c´est eux de faire la meme chose.
      Les arabes pourtant nombreux mais devant l´Etat juif, ils peuvent rien faire, la palistine n´est pas le sujet de leur conviction, cea existe que dans leur imaginaire parcontre sellon la vue des juifs, cette terre n´a pas été et serait jamais la propariété des autres(les arabes) que celle du peuple d’Israële.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here