Arrêtés arbitrairement par les services de sécurité – Libération de huit Mozabites à Ghardaïa

2
209
soutien au mzab
soutien au mzab

Les prisonniers ont été arrêtés arbitrairement depuis plusieurs mois par les services de sécurité et de graves chefs d’inculpations ont été retenus contre eux. Ils risquaient des dizaines d’années d’emprisonnement.

Devant la mobilisation des Mozabites et surtout avec la marche du week-end dernier qui a mobilisé des milliers de jeunes Mozabites, le pouvoir raciste d’Alger a fini par flancher et libérer huit prisonniers.
Il s’agit de Ouhi Etoumi, Nour Smaïl Baba, Dyahem Hadjadaj, Ibrahimi Boussagh, Djaber Oubaba, Slimane Khettara et Riki Aouf. Un non lieu a été prononcé par le tribunal.

La nouvelle a fait le tour de toute la région des Mozabites et les détenus ont été libérés le jour même. Une foule nombreuse les a accueillis devant la maison d’arrêt de Ghardaïa.

Les Mozabites sont tous unis comme un seul homme pour d’abord assurer leur sécurité et faire face aux assauts des arabes, mais pour réclamer au pouvoir la libération de tous les détenus d’opinion.

Une bonne partie de la jeunesse Mozabite revendiquent leur autonomie afin d’assurer la gestion de leur région eux même et dans les meilleure conditions.

Saïd F.

2 COMMENTS

    • Ghardaïa : des affrontements après un nouveau meurtre d’un Mozabite

      Actualité – le 10 juillet 2014 à 10 h 34 min – Hadjer Guenanfa. tsa

      De nouveaux affrontements ont éclaté, dans la matinée de ce jeudi 10 juillet, à Souk Lahteb à Ghardaïa après la mort d’un Mozabite ; victime d’un jet de pierres, a appris TSA auprès de Khodir Babaz, membre de la Cellule de coordination et de suivi des événements dans cette wilaya.

      « Cette personne a été victime d’un jet de pierre à Aïn Lobo. Elle est morte exactement de la même manière que le jeune Aouf yassa », dénonce la même source.

      Selon la police, Aouf Yassa, qui était à bord d’une moto, a été victime d’un accident de la route.

      Dimanche, plusieurs dizaines de Mozabites se sont rassemblés à Alger et Ghardaïa pour dénoncer l’insécurité et revendiquer « l’annulation de toutes les poursuites contre les personnes arrêtées alors qu’elles défendaient de façon légitime leur intégrité physique et leurs biens ».

      Mardi, huit Mozabites accusés d’attroupement armés et d’agression sur des agents de sécurité ont été acquittés par le tribunal de Ghardaïa.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here