AOKAS : La gestion de la saison estivale contestée

1
162
AOKAS (Tamurt) – Réunis vendredi matin au centre culturel de la ville d’Aokas, des citoyens venus de différents villages et représentants des associations de la même daïra se sont élevés contre la gestion de la saison estivale par les autorités locales.  
Les intervenants de cette réunion consacrée au débat sur les préoccupations de la population locale,  ont mis le point sur notamment le climat d’insécurité qui règne dans la ville en ces jours d’ambiance estivale.
Les agissements irresponsables de certains commerçants et le phénomène du commerce informel qui pullule en ces jours de vacances ont été aussi mis sur le tapis.
Des commerçants saisonniers osent d’installer des baraques de fortune dans plusieurs endroits de la ville, sans se soucier de l’aspect esthétique de la ville,  des normes d’hygiène et le risque qui plane sur la santé du consommateur.
D’autres commerçants, soulignent les intervenants, squattent les trottoirs pour élargir leurs commerces, devant le silence des autorités locales.
Sur les plages, des baraques de fortune règnent en maitre pour servir de restaurants, cafétérias et dortoirs clandestins…
Ces baraques encouragent le poisonnement de toutes les débauches dont notamment les réseaux de trafic de drogue et de prostitution.
Les intervenants de cette réunion ont évoqué aussi le foisonnement des dancings «familiaux»  à proximité des habitations et sur les plages dans un climat d’insécurité.
En effet, a-t-on constaté de visu, des touristes, faute de structures d’hébergement, passent des nuits en l’aire libre sur les abords de la RN°09, à proximité des sièges de l’APC et du commissariat de police, polluant ainsi les endroits devant le désagrément des Aokassiens.
Hakim Tazrourt

1 COMMENT

  1. l’une des plus belle région du monde clochardisée, salie, bref, aucun qualificatif ne peut la décrire.
    entre temps, on construit des hôtels huppés, des chaines internationales à oran, tlemcen, canstantine, annaba, setif, skikda… le pouvoir angerien aménage toute la cote angerienne sauf Bougie et Tizi. les chiffres sont à l’appui.

    et on trouve encore des kabyles qui ont quelque chose à redire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here