ALGERIE : Sainte-ignorance

38
210
Algérie Constitution
Algérie Constitution

ALGERIE (Tamurt) – Légataires d’un régime tentaculaire aux pouvoirs maléfiques, l’impéritie est devenue monnaie courante. À défaut de focaliser toute leur énergie sur la formation, l’éducation et le savoir, les têtes dirigeantes tournent le dos à tout ce qui touche aux vertus de la science.

S’enorgueillir des résultats obtenus au baccalauréat et autres acquis ne peut en aucun cas refléter la réalité du terrain. Le rapport quantitatif survole le rapport qualitatif, et ce n’est pas anodin qu’une pléthore d’observateurs avisés tire la sonnette d’alarme, alertant les pouvoirs publics sur la déchéance du secteur de l’éducation au point d’en produire des diplômés illettrés.

Les rares universitaires qui tirent leur épingle du jeu ne sont que l’arbre qui cache la forêt. Une hirondelle ne fait pas le printemps ! Les licenciés ou ingénieurs frais émoulus ne savent pas où donner de la tête en se butant à une ribambelle d’embûches.

Une kyrielle de lacunes béantes entache le tableau souvent présenté comme reluisant. La médiocrité exsude comme la sueur sourd du front d’un bonhomme halé par les dards du soleil. Le monde a tellement changé qu’il ne tolère plus l’amateurisme et le dilettantisme, de surcroît, nos dirigeants passeraient pour des champions en la matière.

Le meilleur investissement reste l’investissement humain. Former l’élite de demain semble le dernier souci de nos responsables politiques. Une politique timorée qui se veut de garder tant bien que mal la même équipe de perdants. Il est vrai que dans notre pays, on ne change pas une équipe qui perd !

La majeure partie de leurs réformes est accompagnée de velléité populiste sans résultat concret. Ce n’est vraiment pas la panacée. Depuis 1962 à nos jours, l’obscurantisme est hissé à son paroxysme. Le retour au tropisme naturel fait que la classe dirigeante s’interdit de promouvoir le savoir de crainte que le ″petit peuple″ ne puisse s’arroger ce qui est soi-disant réservé aux enfants du système. « Le fils du paysan restera paysan ». Telle était la devise du l’ex-président algérien ″Chadli″ que ses successeurs promeuvent avec minutie, ne laissant entrevoir un quelque fléchissement sur cette question. Une théorie absconse, indigeste et insipide. Le pays qui a vu naître Abane Ramdhane est aspiré par un vortex d’ignorance crasse. Il est grand temps de sortir des sentiers battus.

L’ignorance abyssale des adeptes de l’inculture ne fait qu’affaler le pays aux entrailles du cataclysme. La fuite des cerveaux est une véritable hémorragie qui se poursuit depuis deux décennies d’une manière effrénée. L’écrémage se fait au su et au vu de nos hauts responsables, qui trouvent leur compte de cette perte à profusion. Ces têtes pensantes et trouveurs de solutions font le bonheur des pays ayant su récupérer ces perles rares.

Le conflit générationnel tend à prendre de l’ampleur, de surcroît, une minorité de personnes valétudinaires tient mordicus à garder leur hégémonie sur le destin de toute une nation, arguant que l’engagement et la maturité politique de la nouvelle génération sont aux antipodes. L’agenda désuet et caduc des patriarches aux ambitions plus grandes que le nombre de jours affiché à leur compteur évoque la lancinante question du passage du flambeau à la nouvelle génération abondant d’optimisme et de volonté à terrasser les montagnes. Mais peut-on exciper de cette légitimité historique au détriment du potentiel des jeunes ? Ce sujet à controverse laisse pantois plus d’un, sinon comment expliquer la phraséologie de nos dirigeants quant à l’importance de cette catégorie sociale, les jeunes, de facto censés être les légataires de la nouvelle Algérie. Une Algérie qui ne peut se cacher derrière le pseudo « unité nationale », car en réalité tout converge à dira que le fossé se creuse davantage entre les communautés de divers horizons. Les Kabyles nourrissent le sentiment d’arracher leur vraie indépendance en s’émancipant pleinement dans leur terre natale.

Par ailleurs, dans un pays qui n’accorde de crédits au savoir ne peut prétendre à un meilleur avenir. Lorsque ces jeunes désabusés déchanteront de leur désillusion, il serait peut-être tard de les ramener à de meilleurs sentiments. L’Algérie n’est pas à l’abri d’un coup de Trafalgar.  « Lire est le seul moyen de vivre plusieurs fois », disait Pierre Dumayet.

Amnay

38 COMMENTS

  1. L’obscurantisme a commencé bien avant 1962 si ce n’est depuis des siècles du temps où l’actuel Algérie était un no man’s land, territoire ouvert à tous les conquistador accourant depuis les quatre points cardinaux pour goûter aux délices des conquêtes à moindre frais. L’Algérie d’aujourd’hui résulte de celle de 62, qui est l’aboutissement de celle de 54, qui tire ses sources du cheminement du mouvement nationaliste depuis les années 20… et ainsi de suite pour remonter jusqu’aux confins de l’histoire lointaine de ce pays qui n’en est toujours pas un puisque ses peuplades continuent à se débattre de leur phobie existentialistes et à se chercher des issues salvatrices. La mesure du temps de 1962 à ce jours équivaut à une goutte d’eau dans l’océan ou une journée dans la vie d’un Homme. 53 ans d’existence dans la vie d’un pays,c’est insignifiant comme durée et c’est à la fois énorme pour ceux qui savent gérer le temps pour en tirer profit. Les USA est parmi les pays si ce n’est le plus jeune pays dans l’histoire de l’humanité et paradoxalement, il règne en maître sur le monde, alors que la CHINE, pays millénaire à commencé à émerger timidement depuis les années 90. Tout comme il aura fallu 08 à 09 ans à l’ex République Fédérale d’Allemagne (1945-1953) pour se reconstruire et redresser son potentiel économique et scientifique, pendant que d’autres pays comme l’AFGHANISTAN, la SOMALIE replongent gaiement vers les temps immémoriaux de l’âge de pierre. Quant à l’Algérie, si elle fait un pas en avant, elle en fait trois en arrière pour se retrouver en train de tourner en rond c.a.d pour aller nul part. Ce n’est pas non plus faute d’avoir disposer d’élites qui ont échoué lamentablement dans leur mission parce que non préparées, non encadrées suffisamment, en déphasage avec les réalités du terrain, éloignées et coupées des préoccupations de la base, naviguant à vue sans orientation claire. Les élites Algériennes faute de vision à long terme et de nobles objectifs à atteindre, se sont contentés de rôle de subalternes d’une République bananière pour finir par devenir les harkis du système pour reprendre l’un d’eux, SAG pour ne pas le nommer. Toutes les grandes nations sont l’oeuvre de leurs élites qui, avant d’entreprendre et d’avancer ont mis le cap droit devant et se sont affranchies des tutelles nuisibles et réfractaires au progrès. Que peut- on espérer des élites Algériennes constamment ballottées entre les tenants d’un nationalisme débridé, l’orthodoxie des religieux inquisiteurs et la chape de plomb des sergents Garcia croulant sous le poids de leur stupidité, de leur ignorance crasse et de leur cupidité sans fin. A quoi peuvent bien servir les élites aussi nombreuses et aussi qualifiées soient-elles s’il n’ y a pas un réceptacle pour canaliser leur potentiel et le mettre au service d’un projet de société clair et sans bavure et qui serait le parfait reflet de la société pour laquelle il est destiné. Et tout projet de société est le produit de valeurs qui constituent l’essence même de la société. Or en Algérie il n’existe pas de projet de société pour la bonne et simple raison que les véritables valeurs de ce pays ont été substituées par d’autres qui lui sont complètement étrangères.
    La régression de ce pays est une conséquence logique des deux fameuses constantes que sont l’arabité et l’islamité. Le jour où on consacrera la liberté, la justice, le progrès et la dignité humaine comme seules constantes, nos élites pourront alors se remettre au travail au service exclusif du pays et du peuple … Kabyle? On l’espère.

  2. Merci pour ce sujet , prenons l´example si simple et plutot c´est eux qui disent soit disant les fondateurs de l´Andalousie par ces architectures arabo-musulmans , malheureusement On
    voit rien du tout sur l´example de leur savoir ???? On voyant leur nouvelle mosquée sera construite par une architecture Allemande :

    Une vingtaine d’ingénieurs du bureau d’études allemand Kuk (Krebs Kiefer) ne peuvent plus accéder au chantier depuis mai dernier suite à une note de l’Agence nationale de réalisation et de gestion de la Grande Mosquée d’Alger (Anagerma)

    Une architecture moderne sera esthétiquer par des mosaique arabèsque mais sur le profond
    de cette architecture est une église luthérienne ( Campanile of modern Church ) mais nos responsables sont aveugles et appauvris par leur savoir , des mains prêtent tout le temps à brader les richesses du pays pour un savoir extérieure et supérieure à eux .

    Ce qu´ils ont hérités actuellement de l´andalousie que le Trouvères et le Caftan style de matador pour les femmes dominatrices de leur taureau hommes .

  3. ils sont la pour detruire l,algerie et la science . il ya l,argent du petrol qui partagent avec leurs cousins germains . les indigenes ce n,est pas leur probleme . les arabes possedent 16 pays malgre´ ca les syriens et les iraquiens sont des millions sur les iles grecques et italiennes . ils s,aident meme pas entre eux et tu veux qu,ils vont faire du bien a l,agerie et son peuple . c,est de la folie .

  4. La qualité des articles de Tamurt Info est en train de s’améliorer d’une manière significative !
    Merci à tous les contributeurs pour leur éclairage. Que leur sagesse, leur expérience et leur clairvoyance ne restent pas dans l’ombre et il sera au service de notre Kabylie Libre

  5. Les programmes actuels sont à jeter à la poubelle.
    Dans les lives de littérature,il faut tout de suite axer sur les auteurs nationaux et nationalistes algériens.Ceux qui avec leur redoutables plumes ont porté le non de l’Algérie au sommet des pays du monde.
    Je cite KATED YACINE , DIB , HADDAD, MAMMERI MIMOUNI , FERRAOUN , DJAOUT ,ASSIA DJEBBAR entre autre.
    Sans oublier les héros qui ont arraché l’Algérie aux griffes des français : BOUDIAF ,KRIM BELKACEM, BEN M4HIDI ,ZABANA, ALI LA POINTE, LOTFI, BEN BOULAID, ZIGHOUD, AMIROUCHE ,BADJI MOKHTAR ,EL HOUES entre autres.
    Arretez de programmer dans les livres scolaires des auteurs de pacotille du moyens orient et d’Arabie que personne ne lit ni ne connait dans le monde.
    Oui pour l’aouverture au monde,mais en faisant connaitre à nos enfants les auteurs universels qui ont montré du génie dans la littérature,dans les sciences ,dans les lettres,dans les arts,et dans toutes les disciplines d’éveil.
    Arretons d’abrutir nos chérubins par des textes d’auteurs qui sont à mille lieu de la civilisation !
    Les progammes scolaires actuels sont mortels pour nos enfants.Ils les préparent pour la pauvreté,la misère,le racisme,le sectarisme,le régionaliste,le fanatisme ,l’inculture le terrorisme et les guerres de religions et autres.
    Les programmes actuels sont à détruire radicalement afin de passer à l’élaboration en urgence et quoi que ça coute de programmes plus adapter à l’Algerie réelle ,à son histoire vraie et à sa situation géographique.L ‘Agérie est algérienne ert unique dans cette planète de part ces us et coutumes.Elle choisi désormais le progrès et l’universalité par son école

  6. PAUVRE ALGERIE!LE COLONEL BEN AOUDA (qui prétend etre l’un des déclancheur de la guerre de novembre 54)SE MELE DU SECTEUR DE L’EDUCATION DU PAYS ET BLAME LA MINISTRE DE L’EDUCATION QU’IL TRAITE D’IGNORANTE !!
    Au pays des aveugles,le borgne est roi !Ou quand le chat n’est pas là ,la souris danse.
    Qui connait ce Monsieur ,qui d’un coup nous apprends qu’il est une personnalité influente et importante dans la révolution de novembre ?
    Les grands héros de la révolution sont connus de tous !
    Ah ,ou es-tu SDI BOUDIAF !!!.Nous aimerions que tu sois là pour boucler la boucle à ces sans culottes,qui en ton vivant se terraient comme des rats,car ils se savent minables.
    Que peut peser ce BENAOUDA sorti de nulle part,devant les Zighoud,Ben boulaid,El houès,Lotfi,KHIDER,Benyahia ,Ferhat Abbas,Zabana,Chaabani,Didouche ,Amirouche ,Krim,Abane,Debaghine,…pour ne citer que ceux là ?
    En l’absence des vrais héros,cet intru s’érige en expert dans les science de léducation et en fanatique de la division du peuple en vocifèrant des affirmations très grave qui touche meme à l’unité de la Nation.Il voudrais semer la zizanie en dressant les citoyens les uns contre les autres,et en voulant corriger un Minitre Professeur chercheur qui voudrait mettre sur rail un système éducatif sinistré par la faute de non érudits comme ce BENAOUDA qui se mèlent de ce qui ne les regarde pas.
    Ceci au lieu de precher la sagesse et d’encourager les expert dans le domaine à refonter l’école de manière à ce qu’elle dispense le savoir universel afin de sortir le pays du marasme dans lequel l’ont mis BENAOUDA et ses acolytes.
    Quand on est ignorant ,il vaut mieux se taire

  7. Cette erreur dans le nom de l’auteur survenu dans le sujet de langue arabe au BAC met à nu les programmes scolaires bidons dispensés à nos élèves.
    Si les textes de ces auteurs sont donnés dans les épreuves du BAC dont on connaît l’importance dans la vie d’un citoyen,c’est que les œuvres de ces auteurs sont inscrites avec force dans les programmes scolaires.
    Ce qui est très grave,car ces auteurs d’orient et d’arabie ne sont pas des foudres de guerre dans l’écriture ou la poèsie sur la place académique universelle.
    Voilà un des problème qui a fait de l’école algérienne une école sinistrée qui forme des illétrés.
    Quand on bourre nos chérubins de textes et d’idées d’auteurs plumitifs d’Egypte,de SYRIE ,de Palestine,du LIBAN,et d’autres pays d’orient qui sont à mille lieu des sciences de la civilisation et du progrès,on ne peut s’attendre à ce que notre école soit celle des sciences et du progrès.
    L’algérie possède des sommités en ce qui concerne le roman,le livre,la poèsie et les sciences ,qui dépassent de loin celles du moyens orient.
    APULEE DE MADAURE(de M’DAOUROUCH à SOUK AHRAS ) en est une référence.Son œuvre est lue et commentée dans le monde entier.Il est connu comme le premier auteur dans le monde d’un roman d’aventure à tendance philosophique.
    Et dire que cet illustre auteur n’est pas enseigné dans nos écoles.Il n’est meme pas connu par nos élèves !
    N’en parlons pas de l’illustre ST AUGUSTIN,de med DIB,de malek Haddad,ASSIA DJEBBAR,de KATEB YACINE,de MIMOUNI,de FERRAOUN,de DJAOUT,mouloud MAMMERI,et d’autres nombreux encore.

    Je suis certain que ces auteurs de chez nous ,illustres et lus pourtant dans le monde entier ne figurent pas dans les programmes scolaires des pays Arabes(Egypte,Syrie,Palestine ,Liban,Arabie Saoudite,Irak,..)
    Qu’est ce que c’est que ces courbettes que nos ignards de concepteurs des programmes scolaires n’arretent pas de faire aux pays du moyens et proche orient dont nous ne partageons rien,absolument rien ?
    Il est temps de faire une révolution pour assainir le système éducatif des ces programmes scolaires bidons qui bourrent l’esprit de nos enfants d’idées rétrogrades et mortelles.
    Qu’attendons nous des programmes qui portent l’ignorance ,les violences et la non érudiction ?
    Nos élèves ont droit à des programmes qui portent les textes d’auteurs mondialement connus et qui représentent l’élite de ce monde dans tout les domaines des sciences ,de l’art et de la littérature.
    Je pense qu’il est temps de balayer le MINISTERE de l’Education de la racaille de Responsables qui s’y trouve.
    Les programmes doivent etre refontés radicalement.
    Les programmes bidons actuels doivent etre jetés à la poubelle !
    Si on ne remédie pas tout de suite à cette donne,le pays sera rayé de la carte du golbe,si ce n’est déjà fait

    • Le gouvernement arabe algeriens fières des résultats excellent du pays kabyle dans tout les examains confondu que le régime propose (bac,bem,la sixième), ce qui est et surprenant et meme temps bète dans ces resultats , c´est que les pays arabe d´algerie(Timura baaraven) avaient obtenu le teaux de réussite trés faibles paraport aux pays kabyle malgrés que l´arabe est l´outil parincipale de l´education du régime, fait partie de leur langue maternelle et pas celle des scolarisés en pays kabyle.
      Alors le Qi est plus élevé chez les anfans des parents kabyle que chez les anfants des prents arabe en dépit de l´avantage que leur offre la langue utilisé en l´occurence « tabaan el aarbia » !

  8. A quelque chose malheur est bon !
    Cette erreur dans le sujet du BAC vient de lever le voile sur un problème d’une extreme gravité,qui ronge la nation et toute la société.
    Dans un examen aussi prestigieux que le BAC ,on apprend qu’au ministère on donne des textes d’auteurs étrangers dans les sujets de l’examen.
    Si c’était au moins des auteurs de grosses pointures mondiales ou nobelisés !!!Ce sont de pauvres auteurs de PALESTINE et de SYRIE que personne ne lit dans le monde.
    Dans les sujets de BAC de tout les pays du monde,on axes sur les auteurs nationaux.En ALGERIE nous avons des auteurs de grande renommée dans le monde.Ils sont redoutables et très prisés(Assia Djebbar,Mouloud Mameri, MIMOUNI,DAOUD,Ferraoun,DIB,Djaout,Malek Haddad,…).
    Ce qui ont osé mettre des textes d’auteurs Palestiniens et autre pays lointains d’arabie au détriment de nos grands auteurs algériens,se sont érigés dans la bassesse extreme en serpillières des pays arabes ,pays dans lesquels l’ignorance est la non érudiction ont élues domicile.Nul n’ignore que ces pays là vivent à l’époque de la pierre et ne se civiliserons jamais car ils en sont impéméables.Est-il concevable que l’Algérie de BEN M’HIDI les prennent comme exemple ?
    Il ressort aussi que les programmes scolaires algériens sont bidons,car ils ont pour objectif de pousser nos enfants à perdre leur temps en étudiant les œuvres de ces plumitifs d’auteurs d’arabie au lieu d’étudier les œuvres des grands prix Nobel de ce monde.Résultat , de nos écoles sortent des ignorants et des terroristes de tout genre.
    Il est temps de jeter à la poubelle les programmes scolaires conçus pour former des ignorants et terroristes et de suspendre la pacotille de pseudos cadres qui se trouvent au ministère,payés par l’état algériens et qui font office de représentants spéciaux des pays arabes de l’orient.
    L’Algérie doit appartenir aux algériens autochtones qui sont prets à se sacrifier uniquement pour ce pays.Contrairement à ces HARKIS qui défendent l’arabie au détriment de la chère Algérie.
    A force de fréquenter éxagèremment les pays en panne d’érudiction,l’Algérie est devenu la risée du monde civilisé.
    Il est temps que le peuple autochtone d’Algérie se réveille.
    Qu’attendez vous d’une école qui enseigne ou plutot qui gave ses élèves d’écrits d’auteurs de Palestine,de Syrie,d’Egypte,.. ?
    L’ALGERIE va droit vers l’abime

  9. je suis d’accord avec vous pour les résultats et pour le constat actuel sur l’échec du système éducatif Algérien. En réalité nous n’avons pas de système éducatif, nous n’avons aucun programme. c’est une garderie d’enfant de 6 ans à 24 ans avec quelques programmes d’animation que nous avons. (au primaire on récite quelques versets coraniques, au moyen, on interprète quelques versets coraniques, et au terminal on commente certains versets coraniques, au final de l’université, on pense vraiment qu’on détient la vérité absolue sur tout. et nous pensons la raison de l’échec, c’est de passer à coté des vrais valeurs musulmanes, et que notre fatalité c’est le manque d’application des lois devines). donc finalement nous auront des juges qui cherchent dans les livres coraniques pour peser entre le mal et le bien, un médecin qui donne des conseilles selon la charia, comment pratiquer le ramadan avec le diabète. un enseignant à nouveau dans le cercle qui va pousser l’enseignement vers la pratique de la religion, parce que lui même pense qu’on lui a caché la vérité pendant sa formation. et au sommet de la pyramide un premier ministre qui va dire aux 40 millions d’algériens, les militaires assassinés vont y aller au Paradis.

    j’aimerai bien croire le premier ministre.

    donc vous voyez monsieur Brahim, on est pas du tout dans l’enseignement, on est dans une colonie de vacances des scouts chacun improvise, pour trouver un chemin, et on ne sait pas ou aller.

    ça fait plus de 20 ans que je me posait la question, pourquoi on s’en va pas juste chercher ce que les autres humains ont déjà découvert et mis en marche et qui est fonctionnel, au lieu de réinventer la roue. et pourtant nous avons des avions récents, des voitures des bateaux encore dans leurs sacs d’emballage, des meubles des électroménagers, des belles maisons. importés du monde civilisé. mais pas les lois, pas le savoir faire, pas la politesse, pas la politique, pas l’économie, pas le savoir tout cour. vous savez pourquoi?

    parce que nous pensons toujours que nous détenant la vérité suprême. et que dieu nous préfère des autres société. et que nous avons de la chance d’être des musulmans, et pas n’importe quel musulman non encore meilleurs que tous les autres.

    La fierté d’être des nuls

  10. Passons sur l’erreur !
    Il y une sagesse à saisir et d’une grande gravité.
    Un texte d’un auteur PALESTINIEN ou SYRIEN dans les sujet du BAC algérien.Quel humiliation pour ce peuple et pour notre glorieux pays !
    A croire que la grande ALGERIE est orpheline de grand auteurs.
    On comprend aussi que dans les programmes scolaire de notre école figurent à profusion les écrits de cette pacorille d’ auteurs de pays arabes.
    Est-ce que nos auteurs Algériens sont étudiés avec autant d’importance en Palestine,en Egypte,en Syrie,…
    Je suis certain que les grands Djaout,Mimouni ,DIB ,Mammeri, KATEB YACINE,Haddad,FERRAOUN, n’ont pas ces faveurs dans les programmes scolaires des pays arabes.
    Et puis Les SCIENCES se trouvent dans les grands pays occidentaux et puissants(USA,Allemagne,ANGLETERRE,CHINE,RUSSIE, ).Ce sont les écrivains et penseurs de ces pays là qu’il faut faire étudier à nos élèves pour emerger dans ce monde.
    Un grand blame à toute l’équipe responsable des programmes scolaires au ministère de l’éducation.
    Tout les DIRECTEURS CENTRAUX DE CE MINISTERE devraient etre suspendus puis radiés pour trahison à la patrie et sabotage des innocents élèves

  11. Le ridicule ne tue pas !
    Voilà le HIC !!!
    Un syndicat UNPEF qui saisit la présidence pour manifester son refus d’introduire les dialectes locaux(à vrai dire les langues locales des autochtones) dans les premières années d’enseignement primaire.
    Quand on sait le niveau scolaire des membres de ce boiteux syndicat qui ne sert absolument à rien et qui vivent en parasites sur le dos du secteur,on ne peut que s’arracher les cheveux,car ils chient plus haut que leurs culs,sachant que les programmes scolaires et les approches pédagogiques pour inculquer le savoir au chérubins est du ressort exclusif d’experts et de chercheurs émérites de rangs de professeurs universitaires ,qui ont brillés dans le monde par leurs excellents travaux de recherche dans les domaines du savoir.
    Voilà qu’on s’installe dans l’anarchie la plus totale et que n’importe qui pale de n’importe quoi et n’importe quand.
    Un point d’ordre s’impose.Que chacun face son métier et les vaches seront mieux gardées.
    De quelles grandes université mondialement connue sortent ces charlatans non érudits de l’UNPEF pour oser s’immisser d’un domaine aussi complexe et pointilleux que celui de dispenser le savoir aux enfants ?Je parie qu’aucun d’eux ne sait meme pas ce qu’une situation problème ou une taxonomie veulent dire.
    Ces tonneaux vides font beaucoup de bruit sans que personne ne vienne leur boucler la boucle.
    L’Algérie est –elle descendu aussi bas ?
    Si ces pseudos syndicalites étaient de bons enseignants,il ne se seraient pas réfugiés dans le syndicats pour lècher les bottes des Responsables et faire les larbins afin de vivre en prasite et sans travailler sur le dos des vrai enseignants.
    Je parie qu’ils ne savent meme pas ce que syndicat et syndicalisme veut dire et en quoi ça consiste !
    Si c’état le cas ,ils se seraient attaqués à ceux qui ont pillé les millier de milliards d’argent des œuvres sociales.Ils auraient dénoncé la nomination par piston de faux cadres sous diplomés et très médiocres sur des postes clefs au Ministère et dans les Direction d’Education de Wilaya,chose qui a précipité le secteur dans la médiocrité et l’abime.On trouve des Directeurs d’Académies qui n’ont meme pas le niveau du BEM et l’UNPEF n’as jamais dénoncé cette mascarade.
    Avec leur complicité ,des promotions et des postes d’emploi se vendent indument à des dizaines de millions de centimes au niveau des académies de plusieurs wilayas du pays.
    Quand aux programmes scolaires,à la pédagogie,aux conceptions des apprentissages,c’est une affaires exclusive d’experts universitaires émérites dans le domaines des science et du savoir en général.Ce n’est pas l’affaires des charlatans,ni des cheikhs de Zaouia,ni des imams,ne d’autres religieux moins encore de simples enseignants convertis dans le syndicalisme pour se reposer c,rouler les pouces ,guetter l’argent des œuvres sociales pour le détourner et bénéficier indument de promotions sur des postes supérieurs.
    Résumé : Vous venez de laver vos visages avec des urines.Vous n’etes plus crédicles.Vous chiez plus haut que vos culs.
    Les dés sont pipés pour vous !Il ne vous reste plus qu’à démissionner.
    Le Ministre du travail est appelé à résilier leur agrément et à, les remettre dans leurs établissements pour travailler et gagner leur croute come leur semblables fonctionnaires du secteur

    • A tlemcen d’origine le nom de TLEMCEN C’est TALAMCEN c’est berber amazigh. ´´´ ton grand Algérie c’est la nation colonial artificiel de bâtard Vive la nation et le peuple KABYLE ,? J’ai rien avoir avec l’éducation de la langue colonial étranger arabo qui vien de arabi saoudit. Et le Yémen La langue de okba teroriste on nom de diable et l’arabe c’est la langue de diable

  12. Plusieurs victimes de l’arabisation forcée, qui ont vu leur vocation perdue à cause de cette conversion absurde et illégale qui a détruit leurs espoirs, ne se remettront jamais de cette ineptie qui leur a fait perdre un avenir radieux malheureusement

  13. L’audacieuse démarche de Nouria Benghebrit pour réformer l’école
    «Dégraisser le mammouth».
    Nouria Benghebrit, ministre de l’Education nationale
    Imprimer Envoyer à un ami Flux RSS Partager

    Démagogie idéologique contre pédagogie rationnelle. Cela résume le conflit qu’a éveillé la proposition d’introduire l’enseignement de la langue maternelle à partir du préscolaire et les deux premières années primaires.

    Une des 200 propositions formulées par des spécialistes et assumées par la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, destinées à réformer une école sinistrée. Aussitôt cette proposition, bien que déjà pratiquée par les enseignants, a suscité une levée de boucliers chez les tenants d’une idéologie linguistique dogmatique.

    Un rappel des troupes est sonné pour «défendre» une langue arabe érigée en dogme.
    Un étendard sacré qui serait menacé par l’arabe vivant et dans lequel la création artistique et littéraire est évidente. Dans leur stratégie d’attaque, les gardiens du temple d’un arabe classique s’appuient sur la religion, qui serait intimement liée à cette langue, pour faire valoir un argumentaire qui s’avère intenable.

    Pis, des islamistes — de Abdallah Djaballah jusqu’aux chef de l’Association des oulémas, en tirant des oubliettes le fossile Mohamed-Cherif Kharoubi — se mobilisent pour faire barrage contre une innovation pédagogique qui, sans doute, donnera la fraîcheur dont l’école algérienne a grandement besoin.

    «L’intervention de la langue maternelle est là pour faciliter l’apprentissage et pour permettre à l’enfant de se familiariser, au début, avec ce nouveau code linguistique qu’on lui enseigne. A travers la langue maternelle, on transmet des valeurs et un imaginaire», soutient l’universitaire Khaoula Taleb-Ibrahimi. Mais les adversaires idéologiques d’une école moderne et ouverte refusent d’aller sur le terrain du débat scientifique et serein. A l’unisson, ils crient au complot élaboré ailleurs pour porter atteinte à l’arabe, à la religion et, au final, à la personnalité algérienne authentiquement «arabo-musulmane pure».

    Paradoxalement, ils n’apportent aucun argument scientifique pour soutenir leur «thèse». A la démonstration scientifique des pédagogues et autres experts, les partisans d’un statu quo linguistique répondent par une démagogie à la limite de l’hypocrisie. Car nombre de ces défenseurs acharnés de la langue arabe classique scolarisent leurs enfants dans des écoles privées, où les cours sont dispensés dans la langue de Molière.

    A l’image du chef de file des députés FLN, Mohamed Djemai, qui somme la ministre d’«apprendre d’abord à parler arabe» alors que lui-même a scolarisé sa progéniture au lycée international Alexandre Dumas (lycée français) de Ben Aknoun et non pas à l’école publique.

    Comble de l’hypocrisie ! Le cas Djemai est loin d’être isolé et surtout n’est pas nouveau. Lorsque Boumediène avait décidé une arabisation à la hussarde, les partisans de l’arabisation de l’éducation et de l’enseignement envoyaient leurs enfants au lycée Descartes. Pour s’élever contre cet état de fait, le romancier Amine Zaoui a utilisé une expression forte, mais d’une réalité implacable : «Nous sommes dans une société intellectuellement hypocrite, perfide, sournoise et fausse !»

    L’audace de Mme Benghebrit et la fébrilité du Gouvernement

    Mais la réaction épidermique et violente de ces dépositaires de l’enseignement de l’arabe classique — qui, faut-il le rappeler, n’est pas remis en cause — ne révèle-t-elle pas une farouche résistance à toute tentative de réforme de l’école algérienne ? Tout porte à croire que l’objectif recherché est de ne pas «dégraisser le mammouth» qu’est l’éducation nationale. Conçue comme un appareil servant à reproduire le discours dominant, l’école a de tout temps été otage des luttes idéologiques sectaires et fortement brutalisée par les vicissitudes de l’histoire.

    Par manque de courage politique, Bouteflika n’a pas pu tenir sa promesse de refondation de l’école — ni d’ailleurs d’autres secteurs aussi stratégiques que déterminants pour l’avenir du pays. Le rapport de la commission Benzaghou, qui avait suscité un espoir, a vite été enterré sous les coups de boutoir des tenants du conservatisme. Par souci de préserver une alliance islamo-conservatrice, Bouteflika a sacrifié l’école.

    Nouria Benghebrit, une des animatrices actives de la commission Benzaghou, n’entend pas reculer dans son projet de sauver l’école. Elle fait face avec audace à ceux qui l’attaquent et les défie de lui apporter une démonstration scientifique et rationnelle défendable. Cependant, l’accueil réservé à sa démarche rappelle étrangement l’épisode malheureux réservé à Mustapha Lacheraf du temps où il était ministre de l’Education nationale. Emblématique figure de l’intelligentsia algérienne, Lacheraf avait subi les foudres des secteurs les plus rétrogrades de la société.

    Par calcul de pouvoir, Boumediène avait fini par se séparer de lui pour s’assurer le soutien des conservateurs. Nouria Benghebrit va-t-elle connaître le même sort que Lacheraf, dont elle assume ouvertement l’influence ? Force est de constater que cette femme, dont l’audace se confond avec la rigueur scientifique, agit dans un gouvernement fébrile, prompt à «sacrifier» un membre plutôt que de se mettre à dos une partie de l’opinion somme toute infime. A la solidarité gouvernementale s’est substituée la distance, voire de la critique.

    Pour l’instant, les voix qui soutiennent la ministre de l’Education nationale ne sont pas nombreuses. Hormis le Parti des travailleurs, le RCD et les principales organisations syndicales et quelques intellectuels, les autres courants font profil bas. Le gouvernement Sellal commettrait une erreur stratégique s’il venait à se séparer d’une femme qui porte en elle l’espoir de reconstruire une école performante, moderne et ouverte.

  14. L’Algérie compte 4700 millionnaires.
    Voilà à quoi sont occupés les algériens qui prétendent etre l’élite de ce pays!L’école ce n’est pas leur soucis car leurs enfants résident et sont scolarisés en Europe!

    L’Algérie est classée au 7e rang des pays africains comptant le plus de millionnaires avec 4 700 personnes, selon un récent classement réalisé par un cabinet de conseil sud-africain, New World Wealth, et repris par le site américain Quartz.

    Selon ce rapport, le millionnaire est défini comme étant une personne possédant un patrimoine équivalent ou supérieur à 1 million de dollars à investir. Au Maghreb, l’Algérie arrive à la seconde place en nombre de millionnaires, devancée par le Maroc (4800). Ce palmarès de l’année 2015 est dominé par l’Afrique du Sud avec 46 800 millionnaires, suivie de l’Egypte (20 200), du Nigeria (15 400), du Kenya (8500) et de l’Angola (6400). A

    n bas du tableau, on retrouve l’île Maurice (3200 millionnaires), la Namibie (3100) et l’Ethiopie (2800). Le rapport du cabinet de conseil sud-africain a relevé que, depuis 2000, le nombre de personnes en Afrique avec des avoirs financiers équivalant au moins à un million de dollars a augmenté de 145%, soit le double de la moyenne mondiale sur la même période. Au 31 décembre 2014, le continent comptait quelque 161 000 personnes détenant une fortune cumulée de 660 milliards de dollars. Le cabinet New World Wealth s’attend à ce que le nombre de fortunés africains augmente de 45% au cours des dix prochaines années, pour atteindre environ 234 000 d’ici 2024.

    Selon le même rapport, le revenu par habitant a connu également une hausse de 133% en Afrique en 14 ans, alors que la moyenne mondiale est de 63%. La proportion de millionnaires par rapport à la population est la plus élevée en île Maurice (2469), suivie de la Namibie (1348), l’Afrique du Sud (833) et l’Angola.

    A ce propos, l’Algérie se positionne à la 8e place avec 120 millionnaires pour un million d’Algériens. S’agissant des villes africaines comprenant une plus grande concentration de millionnaires sur le continent africain, la ville de Johannesburg (Afrique du Sud) arrive en première position avec 23 400 millionnaires, suivie par Lagos (9100), Nairobi (6200), Luanda (4900) et Accra (2250).

    • Ha quel république bananière, vous parlez de millionnaires et milliardaires qui devraient êtres pendus au bout d’une corde dans n’importe république digne de ce nom, pas la votre, vos riches ne sont riches que par le vol, la spoliation, corruption tout azimuts des ressources d’un pays riches, je j’appellerai ceux la des riches mais des criminels mafieux et ils n’ont jamais travaillé de leurs vies, ils ont juste confondu les richesses du pays avec leurs cptes personnels, je n’ai aucun problème avec l’argent et les personnes qui gagnent de l’argent honnêtement et en travaillant, sauf que vous pseudos milliardaires sont purement des voleurs de haute volé donc qualifié des criminels en honnêtes hommes cela me dérange beaucoup et cela prouve que cette populace Angerienne est un coq qui aime chanter les pieds dans la merde.

    • Tous des voleurs, des criminels mafieux, des prédateurs qui se sont enrichis grâce à la rapine et la corruption tout azimuts des ressources nationales, vous milliardaires que vous citez au dessus ne sont des Bill Gates ou des Warren buffet, ils ne sont pas des self made man, mais plutôt de vulgaires voleurs de la pire espèce, dans n’importe quelle république digne, ils seraient enfermés à vie, c’est une honte de glorifier de tels criminels mafieux , mais bon rien nous étonne dans des pseudos bourgades de m…. ou le vice est érigé en vertu nationale, encore une fois le contraire aurait étonnant n’Est-ce pas? Mais il n’y a rien de glorieux la dedans, c’est scandaleux.

  15. L’arabe , langue du coran , selon Djemai du groupe parlementaire FLN à l’APN, est déterrée comme une hache de guerre contre tout ceux et celles qui ne pensent pas ou qui ne réfléchissent pas comme eux . Une hache de guerre pour opérer sa purge, son nettoyage ethnique, sa bleuite contre le Hizb França et tutti-quanti , pour réduire au silence et tétaniser l’intelligentsia du pays exactement comme l’avaient fait le système colonial et les barbouzes de l’OAS. Nul ne doit échapper à la potion et au code d’honneur  » Arabité , islamité, amazighité  » mélangeant exprès les langues et la religion pour y laisser des stigmates et être membre à part entière du troupeau de moutons que les dirigeants du parti unique postindépendance ont tenu à former et surveiller dans un enclos : l’Algérie.

  16. Le syndrome de la bleuite et les vieux démons de la pensée unique
    Nouria Benghebrit sous les feux des arabo-islamistes
    Nouria Benghebrit sous les feux des arabo-islamistes

    Le récent « débat » sur l’utilisation du dialecte algérien à l’école montre que les vieux démons n’ont pas encore quitté l’esprit de ceux qui voient en l’autre l’ennemi, l’agent de l’étranger, le néo-harki, etc.

    Pendant la guerre d’indépendance, le capitaine Paul-Alain Léger, des services français, avait créé le Groupe de Renseignements et d’Exploitation (GRE), pour frapper le FLN, en utilisant des Algériens, ses bleus pour l’infiltrer, le noyauter, le détruire de l’intérieur. La désinformation, l’intoxication et la manipulation du FLN par des procédés psychologiques ont conduit à des purges, qui ont surtout touché prés de 4000 étudiants et intellectuels qui ont pris le maquis, ces enfants, ces cadres cette intelligentsia qui a manqué à l’Algérie indépendante, furent tués a tort par leurs frères algériens.

    Aujourd’hui on assiste a un remake du déjà vécu. Les partisans de la pensée unique, figée à l’ère stalinienne, paranoïaques pathologiques, n’ont pas encore guéris du poison que leur avait inoculé le capitaine Leger, croient dur comme fer, que tous ceux qui ne pensent pas comme eux sont des traitres vendus à la France qu’ils détestent » -pas vraiment- !!!

    Heureusement qu’ils n’ont pas le droit de vie ou de mort sur leurs concitoyens, autrement Kim Jong-un ne serait qu’un enfant de chœur à côté d’eux. Posons les problèmes sur la table et discutons sereinement et librement sans insultes et invectives, comme le fait le monde qui avance, le monde dominant, le monde créatif et innovant, le monde des conquêtes spatiales, le monde des lumières, le monde que l’humanité sans lui ne serait encore qu’ à l’ère de la torche.

  17. Alors que la gestion du secteur par l’académie de Béjaia se fait d’une manière BORDELIQUE et D’après le dernier journal officiel,Bouteflika vient de relever les directeurs des académies de Ain DEFLA,TISSEMSILT,RELIZANE,CHLEF de leurs fonction.
    Cette mesure devrait toucher en premier lieu le Directeur de l’académie de BEJAIA .Non seulement il n’as aucun niveau d’étude et il semblerait meme qu’il est illétré et analphabète,mais aussi il est d’une médiocrité et d’une incompétence inégallées.Il a foutu le bordel dans la wilaya de Béjaia d’après les citoyens et les cadres du secteur de cette wilaya.
    Son caractère véreux et ripoux a oté toute la discipline déjà existante dans le secteur dans cette wilaya.
    Il n’a fait qie siphonner les budgets octroyés au secteur dans cette wilaya.
    Il a fait du business son crédo !
    Lmes autorités centrales d’ALGER semblent fouler au pied les doléances des citoyens .Pour eux l’intérets de l’élève n’est pas une priorité.
    Ils encouragent la corruption,le business et le laisser aller !
    Voilà comment on détruit des géné rations d’élèves par la mauvaise gestion.
    Dommage pour notre pays

  18. Mme la MINISTRE doit se rendre à l’évidence que BEJAIA mérite les première places dans les résultats scolaires tout paliers confondus.
    Alors que Tizi ouzou décroche les premières places,Béjaia continue à manger du pain noir par la faute de quelques énérgumènes qui ont accroché du plomb au ailes de l’école dans cette wilaya.
    Le mal vient de l’académie qui est une coquille vide,étant peuplée d’un personnel incompétent,ripoux,véreux et très vicié et vicieux.
    Quand on sait que le DIRECTEUR de cette académie est un ASE(adjoint des services économique) et les chefs de services et de bureaux tous sous diplomés et plus incompétents et médiocres les uns que les autres et se comptent parmi le personnel le plus véreux ,paresseux et vilain que compte le secteur,on comprends tout de suite pourquoi le secteur est à la traine dans cette wilaya.
    Cette situation chaotique est entretenue par certaines personnes qui tirent leur épingle.L’académie est la chasse gardée de KHOULALENE LOUHAB,BENMOUHOUB,HAMALOUI,BEKKOUCHE,TAZIBT,KACI, etr quelques autres larbins qui leur ressemblent.Sans oublier d’autres syndicalistes appartenant aux syndicat libres qui cautionnent cette situation catastrophique,contre quelques os que leur jette le pseudo DIRECTEUR en place.
    Ces cupides de larbins de collaborateurs d’un autre genre trouvent normal ce bordel qu’a créé cet illettré et analphabète de DIRECTEUR depuis 2009.Pourvu que eux et leurs familles et amis soit servis indument en promotions,en postes d’emploi,en logements sociaux et d’astreinte,en dotation en postes qui se situent aux centres des villes,en admission des leurs indument aux examens de recrutement.Pourvu aussi qu’ils soient payés sur des postes fictifs sans travailler dans un établissement quelconque.L’académie tel qu’elle est gérée actuellement est une vache à traire.C’est leur maison de retraite ,en plus ils font des affaires en vendant des postes d’emploi et des prestations indues diverses aux pauvres citoyens désespérés , à coup de dizaines de millions de centimes.
    Cette faune de voyous a massacré le secteur dans la wilaya a signé sa mise à mort.A aucun moment ils ont daigné dénoncé ce DIRECTEUR pourtant illettré,ripoux,incompétent et médiocre.Ils n’ont eu aucune pitié pour les pauvres élèves qui en milliers subissent la déperdition scolaire chaque année,par la faute de cette ctadelle du mal qu’est l’académie.
    Cette faune de voyous bien organisée dresse des obstacles devant quelques cadres universitaires très compétents qui ont voulu hisser le secteur dans la wilaya.
    A chaque fois que l’académie a la chance d’avoir un cadre universitaire compétent en son sein,cette bande de voyous se mobilise pour le dégouter et le pousser vers la porte de sorti et faire prdurer le statu quo qui est plus porteur pour eux.L’intérêt de l’élève ils n’en ont cure !
    C’est ainsi que l’académie est devenu un lieu de business,de corruption,de trafic en tout genre,de falsification de documents officiels,de triche ,de fraudes,de transactions illégales,de pots de vin,…
    Les citoyens de la wilaya,malgré leurs milliers de doléances, n’arrivent pas à s’expliquer pourquoi les autorités à tout les niveaux n’ont rien fait pour purifier ce lieu insalubre qu’est l’académie de Béjaia.
    Ils est temps de donner un coup de pied dans cette fourmilière pour permettre enfin à l’école de fonctionner sereinement dans cette wilaya,jadis réputée pour ses bonnes performances scolaires

  19. En Visite à Béjaia,il n’a pas semblé utile voire urgent à la Ministre de limoger le DIRECTEUR de l’académie et les chefs de services et de bureaux de cette académie qui ont foutu et foutent toujours le bordel au sein de cette institution tutelle du sensible secteur éducatif de la wilaya.
    Pour rappel,ce DIRECTEUR intronisé on ne sait comment est illétré et ne connais rien à l’éducation ni au savoir,c’est juste un A.S.E de corps d’origine,donc de niveau collège.Meme chose pour les chefs de services et de bureaux,qui se comptent parmi le personnel le moins diplomé et les plus médiocre que comptent le secteur dans la wilaya.
    Par cet acte la MINISTRE VIENS de fouler au pied les Directives du Président de la république durant le dernier conseil des ministres ,qui a instruit les ministres à limoger tout les Responsables médiocres qui ont foutu le bordel dans leurs secteurs.
    Le Directeur et l’ensemble des responsables et autres fonctionnaires de l’académie de BEJAIA sont médiocres ,incompétents.sous diplomés ,voyous,véreux et ripoux.
    La ministre n’a pas jugé utile de les limoger malgré les milliers de doléances des citoyens.Il y a anguille sous roche

  20. le secteur de l’éducatiion dans la wilaya de Béjaia est moribond!L’incompétence et la médiocrité au sein de l’académie ont sellé définitivement l’avenir du secteur.

    Un nouveau wali vient d’etre installé à BEJAIA après que la wilaya à subi un état statique sur tout les plans .Notamment l’Education,les travaux publics et les routes,l’eau et l’énérgie et les mines.
    Les cadres du secteur de l’éducation et l’ensemble des citoyens de la wilaya sollicitent et exhortent le nouveau wali à donner un coup de pied dans la fourmilière qu’est l’Académie de Béjaia qui est la source de la régression et de l’état catastrophique que vit le secteur dans cette wilaya ,notamment depuis 2009 date de l’installation de cet indu Directeur de l’éducation en place.
    De niveau très élémentaire(c’est juste un ASE de corps d’origine),il ignore meme les rudiment de l’éducation,de la pédagogie et du savoir.On dit de lui que c’est illettré.Il s’est entouré de pseudos Responsables qui n’ont souvent meme pas le niveau terminal .Il dresse des barrières contre tout cadre universitaire compétent qui voudrait prendre un poste supérieur au niveau de l’académie,juste pour maintenir le statu quo et faire pérdurer la médiocrité et l’incopmpétence,afin de siphonner les budgets destinés à la prise en charge de la bonne scolarité des élèves.
    Depuis son arrivée à BEJAIA le secteur dans la wilaya à regressé de plus de 10 ans.L’Académie est réduit en un lieu de business et de trafique et de falsification de documents officiels.Tout se marchande indument,dans l’illégalité contre des pots de vin et des commissions en dizaines de millions de centimes.Des promotions diverses sur des postes supérieurs,aux satisfactions de demandes de rapprochement,aux admissions dans les examens et concours de recrutements,aux détachements des enseignants pour aller se reposer dans les bureaux de l’académie tout en vidant lers établissements d’enseignants et Directeus du primaire,au payement de dizaines d’enseignants et autre intendants,surveillants et Directeurs sur des postes fictifs,à la livraison et l’introduction de fausses pièces administratives dans les dossiers des enseignants pour leur permettre d’accéder indument aux postes de promotions ,la vente des clefs de logements d’astreinte au plus offrant tout en privant ceux qui ouvre droit à ces logements.
    Une simple vérification de la part d’experts mettra à nu le pot aux roses.
    C’est vous dire que l’académie et tout à fait hors jeu,car elle est peuplée de voyous,ripoux et véreux,qui sont là juste pour du business et l’enrichissement par la corruption et la fraude.
    La priorité des priorité dans cette wilaya,c’est le nettoyage au KARSHER de cette Académie ,source du déclin du secteur .
    A présent,rien ne va plus dans le secteur et la confiance est rompu à jamais.
    Pour la faire revenir,il est urgent d’appeler à la rescousse des cadres universitaires très compétents dans le domaine,pour parer au plus pressé et sortir le secteur du marasme actuel.
    Les gens qui se trouvent actuellement à l’académie sont la cause du mal du secteur.D’ailleurs,80°/° du personnel de l’académie est en surnombre,notamment les Directeurs et les enseignants du primaire qui sont détachés par piston pour se reposer dans les bueaux et faire des affaires au lieu d’aller travailler dans les écoles qui manquent cruellement d’enseignants et autres fonctionnaires.
    Nous insistons pour commencer par l’assainissement de l’académie,car les enfants sont massacrés par la mauvaise gestion due au personnel médiocre de cette académie.
    Les autres secteur ne sont pas en reste.ça va mal à BEJAIA

  21. L’éducation de nos enfants est une affaire trop sérieuse pour laisser des Amar Ghoul ou des Louisa Hanoune s’en entremêler!
    Les derniers remous concernant les réformes envisagées par Madame Benghebrit ne peuvent laisser indifférents tous ceux qui ont à cœur de sauver les générations futures de l’emprise dévastatrice de l’idéologie islamiste. Une idéologie ensemencée par une arabisation empressée et très mal gérée par les tenants du pouvoir depuis Ben Bella. Du haut d’un QI qui ne doit pas excéder celui d’une poule qui caquette derrière un grillage, incapable d’avoir le réflexe de contourner la clôture pour atteindre une ration de grains placée de l’autre côté, Amar Ghoul (certainement à l’issue d’un p’tit foot(ing) avec aâmou Tewfik) délimite une ligne rouge à ne pas franchir concernant la langue arabe, la cause principale de la faillite de notre système éducatif ! Ce système absurde qui a permis à des Ghoul de se retrouver à la tête de grands ministères, à des Ali Belhadj d’aspirer à des postes suprêmes, tout en ayant le culot de jeter des journalistes vaillants, comme Mohamed Benchicou, en prison et de vilipender des Kamel Daoud, ces valeureux berbères d’Oran !
    Nul besoin d’autres dessins ou discours que le Dilem de ce mardi 4 août pour appréhender la catastrophe à sa juste mesure: Sur les traces des islamistes, les militaires se retrouvent justement à l’entrée d’une école, ces lieux de savoir transformés en usines à terroristes. Ce terrorisme s’est d’ailleurs répandu sous forme verbale sur les réseaux sociaux pour prendre des proportions effrayantes. Les débats se transforment couramment en insultes grossières et autres insanités qui ne laissent place à aucun argumentaire digne d’un cursus académique opérationnel.
    Même les dinosaures militaro-politiques l’avaient compris dès les années 1990. Le général Smaïn Lamari et l’ex-ministre de l’intérieur Yazid Zerhouni n’ont-ils pas, tour à tour, postulé que le terrorisme islamiste ne pouvait être vaincu si on ne s’attaquait pas à la matrice idéologique qui le produisait et en assurait la transmission d’une génération à l’autre ? Quelle autre matrice que l’école pourrait mieux assurer le transfert de ces messages d’aliénation qui ont transformé nos chérubins en bombes à retardement, au service d’une cause idéologique indigne du XXIe siècle ? En théorie, ils sont nombreux à l’avoir compris, mais en pratique on a laissé faire Benbouzid pendant 20 ans. Ce ministre qui s’en allait gaiement discourir dans les écoles privées avec pour unique souci, en guise de toute pédagogie, celui de défendre la langue du Coran ! Car c’est bien de cela qu’il s’agit, l’école algérienne n’a pas été arabisée au sens académique du terme, mais bel et bien islamisée, et de façon bien barbare, suite à des recrutements accélérés d’enseignants de très bas niveau, et qui ont conduit aux résultats que tout le monde connaît : Des Ali Belhadj qui n’ont pas le QI suffisant pour décrocher le bac après plusieurs tentatives, mais qui ont retenus suffisamment de versets pour s’estimer capables de diriger un pays, quitte à en éliminer toute la plèbe considérée impie. Comme du temps des références historiques barbares auxquelles on a attelé l’Afrique du nord.
    Pourtant, il suffirait d’une quinzaine d’années pour redresser la barre et former le citoyen de demain. Encore faut-il que tout le monde se conforme à une représentation absolue de l’action d’éduquer, c.a.d. à la définition qu’en donnent les dictionnaires « former quelqu’un en développant et en épanouissant sa personnalité ». Définition à laquelle il est facile d’intégrer tout un arsenal de ramifications dont toute école qui se respecte se doit de faire germer :
    – Éduquer c’est apprendre à produire et non à reproduire !
    – Éduquer c’est civiliser et non aliéner !
    – Éduquer c’est mener l’enfant, l’adolescent ou l’adulte à une réflexion propre et non à des récitations de « kala Allah kala rasoul » insipides, incohérents et infertiles!
    – Éduquer c’est apprendre à reconnaître les voies d’une sagesse accomplie et universelle et non se laisser berner par l’illusion que l’on peut l’y puiser de ces textes violents et incohérents véhiculés par toutes les religions!
    – Éduquer c’est apprendre à tracer son chemin pour devenir responsable, pour soi et pour les autres !
    – Éduquer c’est jeter les bases de la tolérance afin d’éradiquer le fanatisme dangereux qui mène irrémédiablement au terrorisme !
    – Éduquer c’est apprendre à aimer les siens et les autres et ne pas réserver son potentiel affectif à ce créateur méchant, vengeur et exterminateur que présente le livre du «achraf el-mourssalines», de la Sourate al-fatiha à la sourate el-khitm !
    – Éduquer c’est formater les cœurs à vibrer à l’extase et éveiller les sens pour apprécier la beauté des choses et des êtres !
    – Éduquer un enfant c’est lui apprendre à rêver, que ce soit au passage d’une jolie fille en sachant refouler d’éventuels débordements primitifs, ou en voyageant dans le ciel et les étoiles aux rythmes des découvertes scientifiques !
    – Éduquer c’est apprendre à militer pour la paix, l’égalité, la fraternité entre tous les peuples de la Terre !
    – Éduquer c’est apprendre à être conscient que notre monde, le mien, le vôtre, n’a qu’une seule origine: la femme ; seul être digne de vénération, de la mère à l’épouse, de l’épouse à la fille !
    – Éduquer c’est apprendre à sourire, à rire et non à baigner dans la tristesse permanente de la soumission mystique !
    – Éduquer c’est apprendre à croquer la vie, tout en respectant celle des autres, et non à vénérer la mort !
    Est-ce que le l’école Benbouzid a suivi ces fils conducteurs simples et universels ? Bien sûr que non ! Au lieu de cela, on a formaté des esprits vierges sur des commandements, pour le moins violents du style « Combattez ceux qui ne croient ni en Dieu ni au Jour dernier, qui n’interdisent pas ce que Dieu et Son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le Livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, en état d’humiliation ». No comment, n’est-ce pas ?
    – Éduquer c’est faire chevaucher l’intelligence aux rythmes des galops du 21e siècle et non la sacrifier sur l’autel des sornettes et autres barbaries du 7ème!
    – Éduquer c’est apprendre à construire un regard intérieur sur la vie et non se contenter de reproduire le schéma de la djahilia tel qu’il est martelé dans nos écoles par des instructeurs qui ne dépassent pas le QI d’Amar Ghoul.
    -Eduquer c’est apprendre à persévérer pour être meilleur d’une année sur l’autre en développant ses propres capacités et non se laisser berner par la triche, ce sport national infécond pratiqué au vu et au su de la plupart des enseignants, du primaire au Collège, du Lycée à l’Université !
    – Éduquer, c’est rehausser le niveau de conscience du citoyen pour qu’il s’implique dans les enjeux et les défis auxquels il sera inévitablement confronté dans les prochaines décennies ! Des défis qui compromettent la survie même de l’espèce humaine.
    – Éduquer l’Algérien enfin c’est lui apprendre à reconnaître les véritables référentiels de son histoire, s’en imprégner dans le respect de chaque individu, de chaque composante de nos sociétés dont le socle commun existe mais que les dictateurs, qui se suivent et se ressemblent depuis 1962, ont décalé pour le placer en un lieu spatio-temporellement éloigné et contre-nature par rapport à l’Afrique du nord.
    Se pose alors la question fondamentale : quelle langue est à même de formater le citoyen de demain pour le rendre conforme à ces postulats et bien d’autres ? La langue d’Eldjahit et autres Moutanabi ? Et que Nenni ! Nos divers dialectes, qui divergent d’un endroit à un autre ? Non plus ! Reste la seule langue, le véritable butin de guerre, celui qui a éveillé les consciences pour dire non au colon : La langue de Voltaire et de Molière ! Et ça, la plupart des familles aisées, commerçants, cadres civils et militaires l’ont bien compris. La grande majorité des citoyens qui appartiennent à la classe sociale supérieure confie l’éducation de ses enfants à des écoles privées. Et les programmes dans ces établissements sont calqués sur des formats universels, la langue de Molière y jouant le rôle prioritaire. J’ai eu la chance de visiter une école privée dans l’Algérois, au printemps 2013. Chaque fois que nous nous introduisions dans une salle de cours, accompagnés de la directrice, les enfants se levaient en posture garde-à-vous, comme du temps de «nos ancêtres les Gaulois». Alors pourquoi les enfants issus de familles aisées seraient-ils ainsi favorisés pendant qu’on cherche gauchement et mollement le moyen d’extirper les enfants du peuple des bras de la bête immonde tout en la caressant dans le sens du poil ?
    Il faut oser dire les choses sans complexe ni démagogie: L’arabisation, strictement basée sur une islamisation stérile véhiculée par des enseignants incultes, a été un fiasco, un facteur de division, un agent d’abêtissement, un virus qui a inhibé toute réflexion dans les cerveaux vierges de nos enfants, lesquels devenus adultes se laissent berner par les discours trompeurs du premier venu, au point de croire que servir de chair à canon est le chemin le plus court pour rejoindre le paradis et ses illusions !
    Les dialectes du terroir peuvent-ils vraiment redresser la barre pour tracer les chemins d’une éducation qui puisse englober les ingrédients précédents ? Permettez-moi d’en douter ! S’il s’agit juste de faire décoder des lettres de façon différente, alors nous n’avancerons pas du moindre iota.
    De toute façon, comme le sommet de la pyramide du pouvoir a toujours été le seul habilité à trancher, l’avenir de nos petits chérubins dépendra, comme toujours, n’en déplaise à Madame Benghebrit, dont il faut saluer le courage de faire face à la vague de protestations islamiste, des résultats des dribbles entre aâmou Salah, Aaamou Tewfik et Aaamou Saïd ! Ce lot de novices politiques qui n’ont rien compris à la pédagogie d’un peuple !
    Et là, quelque soit l’angle de vision sous lequel on entrevoit ces remous, on y décèle l’empreinte d’un pouvoir qui se moque allègrement de la formation des générations futures, pourvu que soit assuré l’avenir de leur propre progéniture. Pour cela, ils sauront leur léguer les codes nécessaires pour perpétuer le pillage et la rapine d’un peuple qu’il est préférable de laisser embourbé dans l’ordonnance divine.
    La langue arabe est belle, nos dialectes (au sens noble du terme) ou nos langues régionales, si vous préférez, sont beaux, mais respectons-les en ne leur faisant pas porter la charge de nos échecs. Nous avons un butin de guerre, le français, sachons le faire fructifier. Cela n’enlèvera rien à nos identités, bien au contraire, nous saurons mieux les défendre et en puiser nos fiertés !
    Il est peut-être utile d’insister sur le fait que l’idée développée çà et là, selon laquelle ce n’est qu’à travers la langue maternelle que l’on transmet des valeurs et un imaginaire, est inexacte ! Bien au contraire, il est admis que plus tôt un enfant baigne dans une deuxième langue, meilleur est le développement de son cerveau, lequel s’accélère dans les deux lobes frontaux suivant le même rythme. De ce fait, apprendre une autre langue dès la maternelle est bien plus un gage de réussite que d’échec, comme voudraient nous le faire croire les partisans d’une fixation aux langues maternelles ! D’ailleurs, ne somme-nous pas tous passés par là ?
    Arrêtons de jouer à cache-cache et attelons-nous tous à la tâche pour soustraire l’Algérie de ce demi-siècle de gabegies et d’entaches ! La condition nécessaire et suffisante pour ce faire est un retour sans complexe au butin de guerre, la langue de Molière. Encore faut-il que ceux qui l’ont confisqué à leur unique profit daignent bien le partager, ce dont il est permis de douter

  22. Béjaia subit toute sorte de sabotage!On a définitivement plombé le secteur et l’école dans cette wilaya.On a programmé l’illéttrisme et l’analphabétisme pour nos enfants !L’académie est une entité qui veille au sacage de l’avenir de nos enfants.

    C’est un grand ‘’OUF ‘’ se soulagement poussé par l’ensemble de la communauté éducative de la wilaya de BEJAIA et par l’ensemble des citoyens et parents d’élèves de la wilaya de BEJAIA.
    Meme au sein de l’académie,les quelques fonctionnaires sérieux et d’un certain niveau d’érudiction sentent l’avenement d’un bout de confiance et de sérénité.Mais sur la bouche de tous le monde,il ya beaucoup d’autre parasites à chasser mani militari de cette institution pour lui faire revenir sa noblesse.
    Les délinquants TOUCHEN MAJID et BOUZIDI MABROUK ne séviront plus au niveau de l’académie de BEJAIA.
    Ils ont été précipité vers la porte de sortie en les obligeant à la retraite forcée.
    Pour rappel,TOUCHEN (menuisier de profession)occupe indument les fonctions de chef de service du personnel.
    BOUZIDI(moniteur de niveau 2 ème année moyenne)occupe indument les fonctions de chef de bureau des professeurs des écoles.
    A eux deux,ces malfrats réputés dans toute la wilaya ont Sali l’image du secteur éducatif dans la wilaya.Ils sont rompus aux trafiques,auxfraudes,aux falsifications des documents officiels,à l’escroquerie,à la pratique de mauvaises mœurs,…
    L’attente de leur radiation par les citoyens de la wilaya a été longue.Depuis 2009 au moins,tout le monde réclamait leur exclusion définitive du secteur.
    Les autorités ne doivent pas en rester là.Ilfaut les traduire en justice pour les divers et innombrables délits et préjudices graves qu’ils ont infilgé au secteur ,ils sont souvent cités par la presse nationale pour avoir trempé dans des scandales et des affaires scabreuses.
    La seule répudiation de ces deux délinquants ne suffit pas pour purifier et assainir l’académie de la gangrène qui l’a toujours rongé et qui la ronge toujours et tout le secteur dans la wilaya avec.
    D’autres délinquants plus nuisibles et plus dangereux les uns que les autres,dont la pésence au niveau de l’académie porte à celle-ci un grave préjudice et entache tout le secteur dans la wilaya.
    Les plus dangereux ,véreux et ripoux sont :
    HAMMOUCHE HAKIM(de niveau lycée ou moins)qui occupe actuellement les fonctions de chef de bureau des PES et des PEM.Ce va nu pied,prêt à manger à tout les rateliers,sans scrupule et sans dignité,il accepte toutes les humiliations,pourvu que le chef le garde comme Toutou et boniche.
    Celui là est mouillé dans plusieurs affaires de corruption.Entreautre,l’affaire de triche et de fraude dans les examens de recrutement des OP ,ou il a fait admettre indument 4 membres de sa famille sur le poste de concièrges.Cette affaire est révélée par la presse ,malgré cela il est toujours en poste.Sans compter les affaires de corruption dans la satisfaction illégale de demandes de rapprochement et dans le mouvement des personnels ou il falsifie des documents officiels pour éliminer les uns et avantager les autres.
    BOUDJEMAA ABDELKRIM ,moniteur du primaire détaché par piston pour rouler les pouces à l’académie et faire des affaires,au lieu d’aller enseigner en classe comme ses camarades enseignants.C e larbin (chyate) hors norme,menteur et délateur à souhait,il est prêt à faire toutes les courbettes possibles ,quitte à brader son honneur,pourvu qu’on le laisse rouler les pouces et se reposer à l’académie. Ceci au lieu d’aller enseigner comme tous le monde dans son école primaire et gagner sa croute dignement.Celui là est le bras droit de BOUZIDI MABROUK cité en haut.Vous déduirez de vous-même le dégré de nocivité de cet individu pour le secteur,car qui s’assemblent se ressemblent.C’est ensemble qu’ils fomentent des complots et trafiquent et falsifient les documents officiels.Sa femme est enseignante dans le secteur de l’éducation et a des notes d’inspection excellentes qui lui permettent de passer au choix dans les promotions ,car son mari travaille dans le bureau de l’inspection et il se croit tout permit.Les collègues de sa femme pourtant de loin plus compétents qu’elle n’ont pas des notes aussi exhaustives .Elle est privilégié dans son établissement ,elle s’absente quand et comme elle veut,et jamais elle n’a eu une ponction sur salaire.
    OUNAHI OMAR agent d’administration .Celui là est cité dans les scandales de falsification des résultats des examens de recrutement des professeurs et des autres corps de fonctionnaires,là ou il a brillé par l’audace de porter indument des membres de sa famille sur des listes d’admis et en éliminant de malheureux admis légalement.

    BOUAKAZ NOUREDDINE (moniteur détaché par piston à l’académie)il fait fonction de secrétaire du Directeur,alors qu’il ne sait meme pas taper sur le clavier d’un ordinateur.Ceci vous donne une idée de ce qu’est venu faire cet abrutit au sein de l’académie.
    Celui-ci a dépassé et dépasse toute les limites.En plus d’etre un brosseur et une lavette,C’est un trafiquant,fraudeur,escroc et falsificateur de documents hors normes.On dit meme de lui qu’il signe des documents officiels à la place du DIRECTEUR en imitant sa signature à la perfection.
    Il est mouillé dans plusieurs affaires de fraude,deRACHWA,de vente et de marchandage illégaux de services divers.Il usurpe meme sa fonction en se faisant passer pour le secrétaire général de l’Académie !!!
    Il est membre actif du réseau de vente de faux certificat de scolarité et de réinscription des élèves exclus contre des sommes d’argent faramineuses,avec la complicité de quelques chefs d’établissements ripoux.Ils travaillent meme avec quelques inspecteurs véreux dans un réseaux d’établissement de rapports d’inspection exhaustifs et illicites,au profit de quelques enseignants pour se voir augmenter leur note d’inspection,contre versement de pots de vin.
    Il est trempé dans le réseau d’établissement de faux ordres de missions fictives,pour bénéficier indument de frais de mission qui se chiffrent à plusieurs millions de centimes chaque année,avec la complicité des responsables véreux du service finances et moyens.
    Il détourne les carnets de bons d’essence qu’il se fait rembourser en espèce chez les pompistes.
    AMAROUCHE RABAH(moniteur d’école primaire) originaire d’un village de BARBACHEN,sans aucun scrupule ni dignité,détaché par piston pour rouler les pouces à l’académie,avec l’aide de BOUZIDI MABROUK à qui il a versé une somme impressionnante sous forme de pots de vin.Celui là est le TOUTOU ou la femme de ménage de BOUZIDI MABROUK,ensemble ils ont foutu la merde à l’académie.Ils se rendent meme dans la nuit dans les bureaux de l’académie,pour fuiner dans les dossiers des professeurs et autres personnels,pour oter et ajouter De fausse pièces administratives dans des dossiers,afin d’ avantager illégalement les uns au détriment des autres,contre versement de dimes ,surtout quand c’est la période des promotions.
    On parle meme de falsification de rapports d’inspection,ou d’établissement de faux rapports d’inspection en complicité avec des inspecteurs des circonscriptions de BEJAIA VILLE.
    Pour redonner du crédit à l’académie,il est urgent de suspendre :
    HAMMOUCHE HAKIM
    BOUDJEMAA ABDELKRIM
    OUNAHI OMAR
    BOUAKAZ NOUREDDINE
    AMAROUCHE RABAH
    Et de les affecter dans dans les établissements scolaires(écoles primaires) en attendant que la justice s’encquérisse de leurs dossiers.
    D’ailleurs personne n’arrive à comprendre quoi que ce soit !!
    A lire les CV de ces moniteurs d’écoles primaires,on se demande comment ils se sont trouvés au sein de l’académie ?Qu’est qu’ils font là bas ?Quel plus vont-ils apporter à l’académie ?Qui a osé leur délivrer un détachement et dans quel but ?
    On croit savoir qu’ils sont meme montés en flèche dans le grade,les échelons et les postes supérieurs en introduisant frauduleusement de faux rapports d’inspection,de faux certificats de scolarité,de faux diplomes et meme de faux arretés de nomination,dans leurs dossiers de carrière.
    Il suffit aux autorités compétentes d’ouvrir leurs dossiers pour mettre à nu toutes les falsifications de documents officiels et tout les usages de faux.
    Voilà comment l’académie,tutelle du secteur de l’éducation au niveau de la wilaya est trainée dans la boue puis vidée de toute sa crédibilité.

    L’académie,tutelle du secteur de l’éducation ne peut accepter en son sein des escrocs et des voyous.
    Nous attendons une décision urgente et très rapide

  23. les peuples cherchent la science dans les grands pays de ce monde!Nous on fait étudier à nos enfants les poètes de Palestine,d’Egypte,de Syrie, du Liban….
    L’Algérie ne tardera pas à disparaitre du globe.
    Voilà pourquoi notre système éducatif fabrique des abrutis !
    Les peuples avancent,nous regressons !
    Il est temps que le peuple livre une guerre féroce aux ignards qui sont aux commandes du MINISTERE de l’Education

    • Il n’y a pas que TOUCHENE et BOUZIDI qui ont foutu la merde à l’académie.
      BOUAKAZ,BOUDJEMAA KARIM,HAMMOUCHE HAKIM ,OUNAHI,AMAROUCHE ,KHABER sont plus nuisibles et très nocifs pour l’académie et pour tout le secteur.
      Nous au sein de l’académie ,on les appelles les protituées au service du proxénète BOUZIDI MABROUK.C’est lui leur protecteur.
      Il n’est un secret pour personne que ceux là ne font que faire des affaires illégalement sur le dos de l’académie et du secteur de l’éducation.
      D’ailleurs ils sont tous fichés meme chez les services de sécurité pour divers délits.
      C’est clair qu’ils n’ont aucune dignité.Ce sont des larbins(chyatine) de premier ordre.Ils sont prêt à toute les courbettes,meme celles de baisser le pantalon ou d’envoyer leurs femmes et leurs filles et soeurs , faire le menage dans la maison du chef,pourvu qu’ils restent cramponnés à l’académie à tourner les pouces et à faire du business.
      Je leur dis dégagez et rejoignez vos établissements pour enseigner en classe,car vous n’avez rien à faire à l’académie.
      Vous n’avez aucune dignité,vous etes entrain de faire le travail de domestique indigne en brossant aux responsables de l’académie.
      J’appelle l’ensemble des cadres et fonctionnaires du secteur dans la wilaya à s’organiser pour chasser ces brebis galeuses de l’académie et si possible de les radier de la fonction publique.
      Rien que leur présence dans cette institution,lui donne un statut d’endroit insalubre

  24. Mais votre Angerie est une bourgade hilalienne, donc forcément ignorante et rétrograde à la traîne avec le progrès, par contre en avance avec l’obscurantisme et l’ignorance c’est cela l’influence et la colonisation arabo-islamique.

  25. ayez l’amabilité de pratiquer la censure des commentaires très judicieux des adorateurs de notre cher journal Tamurt.
    C’est vilain la censure et nous l’avons combattus et nous la combatterons toujours!
    Et puis de quoi avez vous peur?Déjà le fait d’emeetre en dehors de votre pays est en soit une humiliation de la part des ces tenants du poiuvoir en Algérie!
    Comme dirait l’autre,on est mort et on a peur de mourir!
    Arrete avec ces pratiques très vilaines svp!Ne nous decevez pas!!

  26. Voici la clef de la réussite du secteur de l’éducation qui se trouve plombé pour le moment et ça dure depuis au moins 2009.La communauté éducative et l’ensemble des citoyens de la wilaya invite la MINISTRE pour la nième fois à :
    1-Actionner le parquet pour juger l’affaire de la destruction du siège de l’académie durant les émeutes provoquées par le Directeur de l’académie en février 2014.
    2-Remettre dans les établissements et en classe tout les directeurs et enseignants du primaire ainsi que les intendants ,les surveillants et les chauffeurs et ouvriers.Ils sont en surnombre au niveau de l’académie.Ils sont détachés là bas par piston pour fuir le travail dur dans les établissements avec les élèves.Les établissements souffrent du manque de personnels pourtant.
    3-Débarasser l’académie des vermines qui la gangrène et qui portent atteinte à sa crédibilité et à celle de tout le secteur dans la wilaya.
    Déjà,OULBSIR,MERCEL,TITOUAH,KHETTACHE,BOUZIDI,TOUCHENE,BENNACER sont chassés comme des rats.
    Les chasser de l’académie ne suffit pas.Il faut qu’ils répondent de leurs nombreux délits devant les juges.Toute la famille éducative attend leur traduction en justice pour répondre des délits qu’ils ont commis.
    Il reste encore des parasites qui vivent sur le dos de l’académie,du secteur et des travailleurs honnetes et intègres.Il s’agit de BOUAKAZ ,HAMMOUCHE HAKIM,IDIR MADJID,BOUAOUDIA NOUREDDINE ,KHABAR MOHAMED,TOUCHENE NOUREDDINE ,DJOUADI ,MERZOUK,…
    4-Récupérer les logement d’astreinte (qui se trouvent dans des CEM)octroyés illégallement aux nombreux agents fraudeurs qui travaillent au niveau de l’académie,et les distribuer pour ceux qui ouvrent réellement droit et qui se trouvent sur leurs postes pour fournir plus de rendement à ces établissements.
    BOUZIDI ,MERCEL,BENNACER HACENE,TOUCHENE NOUREDDINE,DJOUADI ,et le autres dans leur cas,doivent restituer les clefs des logements d’astreinte occupés induments dans des CEM pour les distribuer aux fonctionnaires méritants qui se trouvent dans ces établissements.
    Ceux qui ont bénéficié illégallement de logements sociaux qu’ils ont vendu au marché noir,doiventetre convoqués pour s’expliquer.Idir, Bouaoudia et beaucoup d’autres sont concernés .
    5-Rendre publique la longue liste des enseignants et autres fonctionnaires payés sur des poste fictifs.
    Rendre publique le procédès envisagé par le DIRECTEUR de l’académie pour leur faire rembourser l’argent perçu sous forme de paies et de primes de rendement durant des années sans travailler.
    Rendre publique les tetes pensantes complice de ce réseau de fraude très dangereux et quelles sont les mesures prises à leur encontre .Normalement ils sont passibles de sanctions pénales lourdes.
    6-Quelles sont les mesures prises à l’encontre des instigateurs du réseau d’établissement et de remboursement des ordres de missions fictives ?Les noms de BOUAKAZ ,OULBSIR ,TITOUAH,BENACER,MERCEL reviennent dans toutes les discutions dans la wilaya.
    7-OULBSIR et BOUAKAZ ne sont toujours pas inquiètés au sujet du réseau maffieux d’inscription et d’admission en classes supérieures des élèves exclus ,contre de dizaines de millions de centimes,avec la complicité de quelques responsables ripoux d’établissements scolaires.Pourtantla presse et tout BEJAIA ne parlent que de ça.Qu’a fait le DIRECTEUR de l’académie à ce sujet ?A-t-il actionné la justice ?
    8-Rendre publique l’état d’avancement dans l’affaire des falsifications des listes d’amis aux concours de recrutement des professeurs et des autres corps session aout 2012,septembre 2013,fevrier 2014.
    Les fraudeurs sont connus et cités meme dans la presse.Malgrécela,BOUZIDI,TOUCHENE ,OUNAHI entre autres ne sont jamais inquiètés à ce jour.
    9-L’affaire du rajout de fausses pièces administratives(faux certificats de scolarité,fauxdiplomes,fauxarrétés de nomination,faux rapports d’inspection) dans des dossiers de plusieurs moniteurs et instructeurs pour les faire bénéficier de promotions indues,n’a toujours pas trouvé sont épilogue.
    Pourtant il suffit de consulter les dossiers de TouchèneMadjid,Hammouche Hakim ,BouzidiMabrouk,AmaroucheRabah,IdirMadjid,Khabar Mohamed et plusieurs autres instructeurs détachés indument pour faire semblant de travailler comme agents de bureaux à l’académie,pour constater l’inimaginable faux et usage de faux.
    10-L’affaire d’établissement illégal de rapports de titularisation et d’inspection par des inspecteurs des circonscriptions de LA COMMUNE DE BEJAIA,durant les années 1990 et 2000 au profit des directeurs et enseignants du primaire ,sans que ceux-ci n’aient jamais exercé dans un quelconque établissement scolaire,ou de présenter un cour en classe avec les élèves,n’est toujours pas jugée.
    Il y a là une infraction très grave à la réglementation.Les inspecteurs de la circonscription de BEJAIA ont été corrompus.Ils ont fraudé.Ce qui est grave.Ils sont reconnaissables facilement,car les faux rapports qu’ils ont établi indument et portant leur griffes, figurent dans les dossiers de BOUZIDI,AMAROUCHE,HAMMOUCHE ,IDIR,KHABAR…et de l’ensemble des enseignants du primaire détachés par piston pour se terrer dans les bureaux de l’académie et fuir le travail dans les établissements avec les élèves.
    L’instruction de cette affaire et son verdict sont attendus par toute la famille éducative de la wilaya de BEJAIA.
    11-L ’affaire du réseaux maffieux qui délivre des détachements pour des enseignants du primaire et autres surveillants et intendants vider les établissements scolaires et aller se reposer à l’académie et faire des affaires.Ce privilège bénéficie aux membres des familles des pseudos responsables de l’académie et des responsables du syndicat SETE ou bien contre versement de pots de vin concernant les autres enseignants désireux de fuir le travail en classe.
    12-L’affaire du détournement et de la dilapidation des budgets des Œuvres sociales,de la LWSS,desFDOCE,de la FWOCE,des FINANCES et MOYENS,de la FORMATION,des CANTINES SCOLAIRES ,des dotations des bureaux de l’académie et des établissements scolaires en meubles et matériel de duplication et d’informatique.
    Meme la presse à fait sa une sur ce sujet.Les budgets des oeuves sociales sont volés et détournés par les KHOULALENE ,TAAZIBT,BEKHOUCHE,BENMOUHOUB,ABRIKH,comme ils se sont accaparés de logements,de voitures de meubles,et ils sont devenus miliardaires.Depuis au moins 2009,les budgets destinés aux prestations essentielles que devaient t assurer la LWSS,lesFDOCE,laFWOCE,le service FINANCES et moyens,le service de la FORMATION,les CANTINES scolaires ,ont été siphonnés et personne n’en a vu la couleur.
    Les responsables de l’académie en complicité avec des gestionnaires et chefs d’établissement plus véreux et ripoux les uns que les autres ont soufflé ces budgets en toute impunité.
    La famille éducative de la wilaya de Bejaia attend toujours l’instruction de ce dossier très sensible.
    13-L’affaire de l’ex CRDDP qui est devenu une entreprise familiale,au point qu’une meme famille en a fait sa poule aux œufs d’or.Cette annexe du livre de la wilaya de BEJAIA a fait d’un simple moniteur du primaire en un laps de temps très court,unmilliardaire.Inimaginable !Au point qu’il ne veut plus s’en séparer,car après avoir été mis en retraite à presque 65 ans,il a usé de méthodes louches pour introniser son jeune fils qui n’a aucune expérience à la tete de cette annexe,pour préserver cette vache nourricière.Un audit sérieux de la comptabilité de cette annexe mettra à nu des détournements de sommes astronomiques d’argent.
    14-Ouvrir une enquete sur les fiches d’évaluation exhaustives que ce DIRECTEUR rempli indument et illégallement pour quelques uns de ces corrupteurs en vu de les avantager pour bénéficier de promotions sur des postes supérieurs.Donner une très bonne note d’évaluations à un fonctionnaire connu et reconnu médiocre,incompétent et sans aucune carrure,pour le propulser indument sur un poste supérieur est un crime contre la société, l’école,l’éducation et le savoir.C’est aussi un grave affront à l’éthique et la déontologie.Le DIRECTEUR de l’académie en place multiplie ces pratiques honteuses.Ils se croit tout permis.

    Voilà,nous souhaitons avoir aiguillé Mme la MINISTRE ainsi que toutes les autorités compétentes du pays pour aller droit au but et procèder à une investigation sans tarder

  27. La réforme Benghebrit, le caïd Zaïkouk et l’école des talebs du FLN
    Nouria Benghebrit, ministre de l’Education
    Nouria Benghebrit, ministre de l’Education

    Permettez-moi de vous dire les choses dans la clarté « les valeurs algériennes et les principes de la révolution n’ont pas de code bar comme les produits consommables exposés dans les supermarchés. Ils ne sont ni en solde ni en liquidation ».

    Perdus dans un environnement pas assez clair nos enfants recherchent le Nord sans boussole et sans gouvernail. Il est temps de surveiller sérieusement la non-contradiction des valeurs idéologiques, tant au sein de l’École qu’entre l’École et la société.

    Nos pertes légendaires dans le souk des connaissances s’affichent en gains dans la superette de l’ignorance. Les négociations entre le perdant et le demi-gagnant continuent et les gamins dans nos écoles sinistrées crient faillite et demandent secours. Pis encore, au cœur des fléaux les plus graves dans nos écoles – telles les violences, la drogue, l’autodestruction des cerveaux jeunes – se découvre une nouvelle arrogance intellectuelle. Une arrogance qui célèbre l’échec et chante la décadence pour exprimer la grande réussite dans nos écoles. Il est malheureux de reconnaître que les idées farfelues détruisent nos écoles et Zaïdouk, l’escroc sur son mulet chinois, galope sur les estrades officielles pour défendre nos principes. Ce tableau oblige les pauvres parents de chanter les paroles de Maṭub Lwennas : « Mon fils je ne te garantis pas, le savoir et la paix, dans un pays qui dévore les siens ».

    Nouria Benghebrit parle des zaouïas, des taleb et des étudiants envoyés en bourse d’études par le FLN pendant la révolution d’une manière vague et dérisoire. Je l’invite de consacrer cinq minutes de son temps libre pour lire le septième Mawqif de l’Emir Abdelkader avant de transformer notre école en Tour de Babel «Dieu m’a ravi à mon « moi » [illusoire] et m’a rapproché de mon « moi » [réel] et la disparition de la terre a entraîné celle du ciel. Le tout et la partie se sont confondus. La verticale (tul) et l’horizontale (‘ard) se sont anéanties. L’œuvre surérogatoire a fait retour à l’œuvre obligatoire, et les couleurs sont revenues à la pure blancheur primordiale. Le voyage a atteint son terme et ce qui est autre que Lui a cessé d’exister. Toute attribution (idafat), tout aspect (i’tibarat), toute relation (nisab) étant abolis, l’état originel est rétabli. « Aujourd’hui, J’abaisse vos lignages, et J’élève le Mien! ». Puis me fut dite la parole de Hallaj, avec cette différence qu’il la prononça lui-même alors qu’elle fut prononcée pour moi sans que je l’exprime moi-même. Cette parole, en connaissent le sens et l’acceptent ceux qui en sont dignes; en ignorent le sens et la rejettent ceux chez qui l’ignorance l’emporte»

    Après cette introduction, je continue mes idées par un passage d’un papier intitulé : «Ecole et religion» rédigé par Benghebrit et publié dans un recueil d’articles titré «Où va l’Algérie ?» sorti en 2001. Je vous rappelle qu’en 2001, Nouria Benghebrit faisait partie de la commission dite commission Benzaghou, chargée de proposer un rapport visant à réformer le secteur de l’éducation en Algérie. Le titre de ce livre sème la confusion et appelle au trouble. Il nous rappelle le héros Boudiaf mais le hasard a voulu que le numéro du papier de Benghebrit dans la table des matières coïncide avec le matricule de sa willaya. Dans ce papier nous lisons «Des personnes ayant pour seul antécédent scolaire – si l’on peut appeler ainsi – que la fréquentation de la zaouïa accédèrent à l’université. D’autres ayant le même cursus profitèrent dans les écoles théologiques des pays arabes ou ils furent envoyés par le FLN à partir de 1956. A leur retour au pay,s ils n’eurent aucune difficulté à obtenir des équivalences académiques ; le brevet, le Bac ou la licence. L’article 120 de l’ex-parti unique leur ouvrit les portes des emplois stratégiques de la fonction publique. Pour un même poste de la fonction publique, c’est l’ancien taleb de la zaouïa qui est choisi». A la manière du titre du recueil je dis :«Où va Benghebrit avec cette idée?»

    Dans le parcours éducationnel les sages ont toujours su comment franchir le double obstacle d’une tradition figée et d’une modernité débarrassée de toute âme. 53 ans après l’indépendance, Benghebrit veut opposer l’une et l’autre dans ce parcours. Cette idée obsolète ne peut qu’engendrer l’expérience horrible de la décennie rouge. Dans ce jeu politique de clans animé par Zaïdouk, des fondamentalistes religieux aussi bien que les intégristes laïques tirent les ficelles des marionnettes qui proposent des réformes bidons pour s’éterniser dans le décor politique. Benghebrit et son entourage ne voient pas la gravité de leur projet. Ils ignorent la profondeur de la déculturation et l’étendue de la désintégration des esprits de nos enfants par la drogue marocaine à l’école et retouchent le superficiel.

    Généralement, au centre de toute réflexion sur l’éducation se place le couple que celle-ci forme avec la société. Pour Benzaghou ce couple s’étend à un groupe adapté à un espace restreint «Eli-Outlek» (Il m’a dit et je t’ai dit) avec un accent tlemçani. Il le définit comme suit : un groupe est un couple dont le premier terme est un ensemble T et le second une opération sur cet ensemble «•» qui, à deux éléments Bandou et Azza de T, associe un autre élément a • b. Le point relie les deux éléments par une affinité régionale ou une fidélité clanique. Cette définition est un peu confuse. Les bouches secrètes de l’université de Bab Ezzouar disent que la confusion venait de la traduction de la langue italienne à la langue française via Google quand Benzaghou exerçait la fonction d’ambassadeur à Rome.

    Toute école s’adapte à la société et lui reflète les valeurs qu’elle mérite. Dans les sociétés civilisées l’école est le milieu sain où le respect des idées est maitre. Mon métier de pédagogue me permet dire que l’école éducationnelle est tout à la fois un lieu de scolarisation, un creuset de culturation, un foyer d’apprentissage de la langue et de transmission de liberté de penser dans le monde. En plus clair le lieu qui favorise chez les écoliers le développement des sentiments d’appartenance culturelle et l’amour de servir la nation d’une manière sincère et honnête.

    La sincérité et l’honnêteté nous mènent à la culture citoyenne si l’éducation reflète notre citoyenneté. Il est donc obligatoire d’intégrer au savoir des jeunes générations la culture de la citoyenneté pour éviter le dérapage civilisationnel. Cette idée ne peut pas se développer dans toutes ses dimensions quand les politiciens retransmettent des discours, des pratiques et des valeurs qui sont en contradiction ou opposés à notre culture. Dans les pays qui se respectent, on met en avant un discours cohérent qui insiste sur le respect de la diversité dans l’unité de la nation.

    Puisque nous philosophons et nous politiquons éducation, généralisons le problème et politisons de couple (Bandou • Azza) dans toutes nos écoles.

    Dans nos écoles Bandou et Azza forment un couple qui représente quelques faits assez curieux. Les faits nous permettent d’en douter sur leurs intentions. Bandou aide Azza à rédiger en bon français. Azza est honnête. Elle le cite comme référence dans ses écrits scientifiques mais ne mentionne jamais qu’il est son mari. Ce couple est commutatif en arabe dialectale. Il image bien l’expression purement algérienne «Moussa El Hadj et El Hadj Moussa». Et la belle musique continue.

    Après 40 ans de mariage dans une Algérie libre et indépendante, un premier miracle s’est produit entre les parenthèses qui unissent ce vieux couple. Azza veut traduire en Arabe la phrase «L’ouvrier Zaïdouk pousse sa bérouette pleine de béton». Azza est convaincue que cette phrase illustre bien les travaux de construction de monsieur Teboul dans une école du douar Hna-Oula-Houma dans la région de Tébessa.

    Elle demande à son mari et son entourage linguistique de l’aider dans cette tâche pénible. Bandou et ses amis traduisent le texte mot à mot en arabe dialectale en utilisant leur génie dialectiquement didactique. Ils traduisent la phrase comme suit «Azoufri Zaïdouk rah ydezz fi bérouettou maâmra baghli». Dans cette phrase académiquement ghebritienne aucun mot ne reflète ni la langue calme et rigoureuse de l’ancien Ministre de l’éducation Dr. Taleb Ibrahimi ni la langue révolutionnaire et patriotique de Moufdi Zakaria.

    Enthousiasmée par le farfadet de son mari dans son entourage, Azza pense qu’en utilisant l’analogie pédagogique des mots de cette phrase nos petits enfants ne seront plus désorientés dans leur environnement scolaire et maitriseront bien la langue de Youcef Ibn Tachfin. Selon Louisa Hanoune, cette méthode génialement conçue va permettre aux générations futures de lever le défi technologique dans le monde moderne.

    Regardons de près cette phrase qui fascine Hanoune. Le mot «Azoufri» rappelle aux écoliers la chanson de Rai «Rani Nsoufri» puisque chab Mami mâche le A et allonge le S. Le mot «baghli» leur rappelle mon mulet, un petit jouet en plastique chinois, importé spécialement pour les bambins qui fréquentent la crèche El-Hayat à Hydra pour leur apprendre à consommer chinois. C’est dans cet environnement sans repères, que la brouette est devenue bérouetta et le béret de François a évolué en bérita. Zaïdouk est le diminutif de débrouillard chez monsieur Albert.

    Le mot Dezz est facile à retenir par nos enfants. Ils l’ont déjà entendu dans l’expression des gens de la rue «Dezz maahoum» qui veut dire pousse avec eux dans la langue de Françoise. Je ne sais pas si nos jeunes connaissent l’origine de cette expression purement algérienne ou non. Cette expression est née dans le douar de Zaïdouk. Ce douar était commandé par un caïd nommé par les colons. Le caïd utilisait ses mouchards pour contrôler le douar. Il récompensait celui qui lui rapportait un évènement exceptionnel ou extraordinaire dans le douar. Il donnait 1000 DA pour chaque évènement rapporté à temps. Zaïdouk est connu dans le douar comme l’expert des indicateurs. Il était toujours le premier à gagner les 1000 DA.

    Un jour le douar était tranquille et calme. Pas d’évènement à rapporter au caïd. Zaïdouk quitte son gourbi de bonne heure et se dirige vers la maison du caïd pour une courte halte chez le grand patron. Zaïdouk voulait faire son briefing.

    Sachant que Zaïdouk est venu pour récupérer les 1000 DA comme d’habitude, le caïd demande à Zaïdouk les nouvelles du douar. Cette fois-ci le douar est au statuquo et son baromètre affiche R. A. S (rien à signaler).

    Zaïdouk répond au caïd d’un ton sérieux « le douar était calme cette nuit mais j’ai fait un rêve qui mérite d’être raconté. J’ai vu dans mon rêve que les habitants de ce douar voulaient votre tête. Dans ce rêve j’ai vu un groupe de jeunes de ce douar vous transporter dans une bérouetta. Ces jeunes voulaient se débarrasser de vos idées en vous jetant dans la mer. Vous savez monsieur que je suis votre homme de confiance. Je ne veux point de mal ni pour vous ni pour votre famille. Je me suis hâté vers la mer. J’ai fait un grand saut dans l’eau. Pendant que ces jeunes poussaient la bérouetta vers la mer pour vous noyer, moi le Zaïdouk du douar, je poussais seul contre eux tous pour vous protéger et éviter votre péril. »

    Le caïd a bien compris le message de Zaïdouk. Il lui tend 1000 DA et dit : « Si ce rêve se répète, je vous conseille de passer de l’autre coter de la rive pour pousser avec eux. Dezz maâhoum est un acte de bienveillance. Il symbolise la liberté dans mon douar ».

    En conclusion : Le caïd, Zaïdouk et les colons illustrent une période de l’Histoire coloniale. Les colons sont partis. Le caïd est mort. Benghebrit est ministre de l’Education et la vie continue. Dans cette vie, Zaïdouk est toujours là pour accomplir sa mission de dezz maâhoum dans nos écoles

  28. Mohamed Djemai, président du groupe parlementaire FLN : « Benghebrit doit apprendre à parler l’arabe »

    Source TSA

    Mais Monsieur qu’est-ce que vous avez fait avec cette belle langue arabe ? Tout simplement des analphabètes trilingues, nos étudiants ne maîtrisent correctement ni l’arabe, ni le français, ni l’anglais.

    Pourquoi envoyez-vous vos enfants à l’étranger si l’école algérienne avait fait du chemin tout simplement avec la langue arabe ; au niveau universitaire nos étudiants sont obligés de recourir à une langue étrangère pour poursuivre leurs études.

    Le problème est simple pour moi, vous voulez niveler les niveaux afin de ne pas être complexé par rapport à la langue français, car cette dernière est dispensée comme il se doit, la médiocrité règne encore, il n’y a qu’à voir l’état de nos hôpitaux, notre agriculture, notre industrie, vous avez tout sinistré regardez autour de vous, regardez ce que vous avez fait du citoyen algérien, il ne raisonne pas vous lui avez inculqué le parcoeurisme comme méthode d’enseignement. Toute une génération sacrifiée. C’est honteux !

  29. Les partis islamistes,Colonnel BENAOUDA,DJAMAI chef de groupe du FLN,AMAR GHOUL ,les députés de l’APN ,…ont brillé par leur excès de zéle à faire du populisme et à s’ériger en protecteur affirmés de la conscience et des constantes nationales.
    Ils se sont érigés en donneurs de leçons en matière de nationalisme et surtout en matière de concepteurs de l’école et du système éducatif.
    Tous ceux là ont quelque chose de communs.Ils ont tous usurpé des fonctions au sein du système pourri qui a massacré le pays de décennies durant ,ce sont enrichis illicitement sur le dos du peuple en vivant en parasites sur le dos du peuple.
    En l’absence de pouvoirs publique légitime pour sévir,ils gueulent et chient partout sans qu’aucune autorité de ce pays ne daigne les rappeler à l’ordre et les sommer d’arreter de polémiquer et souler l’opinion publique par leurs discours d’ignorants et de l’age de la pierre..
    Si vraiment cette soldatesque de BAGHDAD,ces nains aux culottes courtes avaient un grain d’amour pour ce pays ils auraient appelé ou fait une pétition pour :
    Extrader Chékib Kellil pour rembourser les milliards d’euros qu’il a pillé.
    Compresser les effectifs d’AIR ALGERIE qui emploie 10000 fonctionnaires pour une flotte de 40 appareils ,une première absurdité dans l’histoire.80°/° des employés sont payés sur des postes fictifs.
    Mettre au arrets AMAR GHOUL et commencer à démarcher afin que les 7 milliards de dollars volés sur le projet de l’autoroute soient rembousés.
    Livrer SAADANI à la justice et saisir ses biens en France.Rappatrier les 300 millions d’euros qu’il a volé et qu’il a fait sortir illégallement en France pour acheter de l’immobilier de luxe.
    L’affaire Bouchouareb,Sellal,Bedjaoui,les frères Bouteflika,chérif Hamani concernant l’immobilier acheté au centre de Paris.
    L’affaire des soins et des analyses dans les laboratoires Suisses,qui se chiffrent à plusieurs dizaines de milliers d’Euros par BENHABILLES au frais du Croissant rouge algérien.
    L’affaire des soins des gens au pouvoir qui pour un moindre pépins de santé se rendent qui en France,qui en Bélgique,qui en SUISSE aux frais de l’état.
    Pourquoi ces zélés aux culottes courtes n’ont pas demandé la suppression du Sénat qui revient cher à l’état et qui ne sert à rien ?
    Pourquoi ils ne demandent pas la réduction drastique du nombre de députés qui sont très onéreux pour le trésor et qui ne servent à rien ?
    Pourquoi ils ne demandent pas la réduction de leurs salaires et indemnités de moitié,du moment que l(Algérie est en crise et il n’y a que le pauvre peuple qui souffre ?
    Pourquoi ils ne demandent pas la diminution drastique des frais de logistique des Ministres et de l’ensemble des commis de l’Etat ?La réduction des déplacement et réunions inutiles qui coutent trop à l’état ?
    Pourquoi ils n’exigent pas la compression du nombre d’ambassades et de consulats à l’étranger qui regorgent de personnel inutile mais pistonné et qui est payé en devise à ne rien faire,car tous le monde sait que les ambassade sont un lieu de retraite pour les privilégiés ?

    Au lieu de s’en prendre à la MINISTRE de l’éducation qui est le seul Ministre qui est a son poste par mérite,et qui est là pour travailler sincèrement et œuvrer pour instaurer une école de la réussite et du savoir,ces démagogues de politicards devraient plutôt se meler des vrais maux de la société.
    Basta l’hypocrisie !
    Comble de l’ironie,ils défendent la langue arabe et inscrivent leurs enfants dans les écoles francophones et de France.
    Il est temps que les Nationalistes de ce pays se dressent et doublent de vigilance pour mettre au pas ces démagogues ,voyous,magouilleurs,contrebandiers et nationalistes TAIWAN.

  30. ça y est !le vers est dans le fruit !L’Algerie ne tardera pas à connaitre les ténèbres.
    Ce troupeaux d’ignards et d’idiots qui prennent la parole pour traiter la Sage et appliquée MINISTRE de l’éducation de tout les noms d’oiseaux sont le mal absolu du pays !Ils mangent,ils chient et aboient.Ils n’ont rien dans la tete !Je parie qu’ils n’ont meme pas le niveau de qualification requis pour avoir une place dans l’amphithéatre de l’université ou professe cette MINISTRE.
    Cette pacotille sans aucune étoffe ni bagage intellectuelle se permet de s’ériger en experte.
    Au pays des aveugles le borgne est roi.
    Ce sont les ainés(les mouchards et collaborateurs) de ceux là qui ont vendu à la France BEN M’HIDI,ZABANA,ALI LA POINTE,AMIROUCHE,EL HAOUES,ZIGHOUD,BEN BOULAID, qui a pu les assassiné comme des lapins.
    Ce sont les ennemis de l’Algerie !Ils ne lui apportent rien !Ils sont là juste pour la saboter et s’octroyer illégallement des avantages.

  31. Le PT réitère son soutien à la ministre de l’éducation : «Notre modèle d’école ne saurait être ni saoudien ni qatari»

    Le Parti des travailleurs n’a pas lésiné sur les mots pour dénoncer de la manière la plus forte la campagne «odieuse» menée par des «idéologues» arabo-baâthistes et islamistes contre la réforme de l’école.
    Ulcérés par ces voix qui «versent dans la calomnie et l’insulte contre une ministre de la République», dont certains occupent des postes au sein de l’administration publique ou même à l’université, les cadres dirigeants du PT ont dénoncé ce qu’ils qualifient de «cabale misogyne et calomnieuse à l’encontre de Mme Benghebrit» à laquelle ils réitèrent «leur soutien total» pour la remise sur les rails de l’école algérienne.

    Vision dogmatique
    «S’il est normal que toute idée nouvelle suscite des débats de société, rencontre des résistances, dans ce cas, nous assistons à une dérive grave. En effet, au lieu d’un débat démocratique sur les recommandations audacieuses de la conférence nationale sur l’école, visant à la sortir de la médiocrité et du marasme, certaines voix versent dans la diffamation et l’insulte car incapables d’apporter des arguments pédagogiques et scientifiques à leur position, confirmant ainsi leur caractère idéologique dogmatique», a relevé le PT dans un communiqué sanctionnant la session hebdomadaire du secrétariat du bureau politique, tenue hier à Alger.
    Le PT admet que chacun est libre de ses opinions politiques, mais il souligne que la réforme de l’école est une affaire de spécialistes. «C’est d’abord aux pédagogues, aux linguistes, aux académiciens et autres acteurs du système d’enseignement qu’incombe la responsabilité d’apporter les améliorations nécessaires au système scolaire malade d’instrumentalisation politique et idéologique qui a massacré plusieurs générations», soutient le PT, qui milite pour une école moderne, portée sur le savoir et la civilisation.
    Le parti de Louisa Hanoune, qui multiplie depuis plus d’une année ses sorties critiques de l’action du gouvernement, estime que les recommandations de la conférence sur l’école sont «porteuses de progrès et traduisent une recherche sincère des solutions aux nombreux problèmes». Autrement dit, la démarche de Mme Benghebrit pour la réforme du système est, pour le PT, saine, loin de l’idéologie qui mine l’école jusqu’à présent.
    Étrange Silence de Sellal
    Cette formation politique considère que «notre école doit être d’abord algérienne, républicaine et donc pensée par des Algériens tenant compte de nos réalités, notre histoire et notre identité». «Une école ouverte sur l’universalité, vecteur de savoir et de progrès», poursuit le PT, selon lequel «notre modèle ne saurait être ni saoudien ni qatari».
    Ce parti dénonce également le fait que Mme Benghebrit n’est pas suffisamment soutenue par le gouvernement. Il s’interroge, dans ce sillage, sur «le silence assourdissant du gouvernement face au lynchage odieux» dont est elle victime.
    Le PT met en avant les compétences et le courage avérés de la ministre de l’Education nationale et fait remarquer que la conférence sur l’école a été ouverte par le Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Et parmi ceux qui versent dans «la surenchère et l’invective», selon ce parti, se trouvent aussi «des voix porteuses d’ambitions personnelles et/ou de calculs politiciens».
    «Privatisation de l’état»
    S’il soutient la réforme de l’école, le PT n’a pas été particulièrement critique vis-à-vis des choix et de l’orientation économique du gouvernement de Abdelmalek Sellal. Il dit ainsi constater «avec effroi» que «l’orientation qui se confirme chaque jour à travers les annonces et déclarations de ministres, annonce le désengagement total de l’Etat sous couvert de chute du prix du baril, préparant le terrain au bradage du patrimoine public alors que se poursuit le dé- tricotage des missions de l’Etat».
    Comme cas précis, le PT cite la sortie du ministre des Transports qui a annoncé l’intention de «l’Etat de cesser ses investissements dans la SNTF». Pour le PT, le changement de statut de la Société nationale des transports ferroviaires d’EPIC en SPA «est un prélude à la privatisation».
    «C’est exactement la même démarche qu’avait empruntée Chakib Khelil en 2000 lorsqu’il voulait ouvrir jusqu’à 70% le capital de Sonatrach, la suite est connue de tous», a rappelé cette formation, qui était foncièrement opposée à la politique menée dans les années 2000 par l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil. Le PT va jusqu’à rappeler l’article 17 de la Constitution qui protège les chemins de fer comme propriété collective de la nation, inaliénable, se demandant si le ministre des Transports, Boudjema Talai, est au courant de cette disposition juridique.
    Ce parti évoque aussi ce qui se passe dans le secteur de la santé sous couvert de lacunes et insuffisances. Il ne s’agit pas, précise le PT, de «cautionner les insuffisances et les lacunes des services publics de santé, de transport ou autres, dont les responsabilités incombent en premier lieu aux hauts responsables de l’Etat qui dirigent les secteurs concernés». «Mais le procédé, à savoir la dénonciation via des reportages diffusés par l’ENTV, soulève moult interrogations car qui veut noyer son chien dit qu’il a la rage», soutient cette formation, qui se demande s’il n’y a pas une volonté de «préparer l’opinion publique à la privatisation tous azimuts en présentant un tableau sombre des services publics»…

  32. Libérons l’école et gare aux islamo-conservateurs !

    Pour une école ouverte sur le monde.
    Les islamistes sont en train d’aiguiser leurs armes pour étouffer dans l’œuf toute tentative de mettre l’index sur la cause, la seule, du sinistre scolaire: l’arabisation!
    En face, les partisans d’une école moderne, ouverte, réellement publique débarrassée du fardeau religieux, sont restés très timides. Voire indifférents aux enjeux de la controverse.
    Comme la meilleure défense, c’est l’attaque, alors, attaquons et libérons l’école de cette idéologie arabo-islamique qui a montré ses limites désastreuses.
    Qu’on se le dise: ces jeunes terroristes ne sont pas venus de Paris, ni de Bruxelles, ni de Genève ! Ils sont le produit de l’école algérienne que Houari Boumediène avait arabisée un certain jour obscur de l’année…1976. Et que les chefs d’Etat qui lui ont succédé ont poursuivi avec un zèle qui frise la paranoïa.
    Pour ma part, je n’ai aucun complexe, je suis francophone, partisan d’une refonte radicale de notre école où la langue française aura toute sa véritable place. Qui ne le sait pas: tous ces chauvins revanchards qui s’opposent à la langue française, se soignent à Paris, envoient leurs rejetons à Paris!
    D’autres défenseurs de la langue arabe, voulant garder notre école dans cette voie suicidaire, n’hésitent pas à opter pour la langue anglaise, juste par haine « francophone »!
    La guerre des choix a commencé. Et l’école, la vraie est publique, laïque, citoyenne et républicaine. Celle qui forme le citoyen, non pas le militant malléable à merci!
    Ce n’était pas un hasard si, durant les années 1990, au moment où le terrorisme islamiste tuait, égorgeait, violait, a voulu interdire l’enseignement de la langue française!
    Nous avions tenu, pourquoi pas maintenant ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here