Les Kabyles et les Grecs

9
350
Kabylie
Kabylie

Contribution de Hsen Ammour ( Tamurt ) – Le 20 août 2015, est jour anniversaire de deux évènements dirigés contre le colonialisme français. Le 20 août 1955, Zighout Youcef organisa une attaque dans le constantinois et le 20 Août 1956 Abane Ramdane structura la révolution algérienne contre les prédécesseurs du colonialisme actuel algérien. Pourquoi « prédécesseurs » ? Les kabyles furent tout simplement trahis.

Cette journée anniversaire fut encore une fois l’occasion des arabobaathistes algériens de se conduire en conquérants arabes. Ces nostalgiques de la conquête islamique de  l’Afrique du Nord et du Royaume arabe de France ne veulent pas s’arrêter de mépriser les peuples berbères et le peuple kabyle en particulier par leur jabotage publique, en déclarant toujours et pour toujours que tamazgha (l’Afrique du Nord ) est un « Maghreb arabe » et que « l’arabe est la langue du peuple », comprendre de tous les algériens (voire la presse algérienne sur le WEB).

Où sont dans toute cette cacophonie les Kabyles, les Chaouis, les Mozabites, les Touaregs et les autres peuples berbères qui ne veulent pas être assimilés à des arabes? Cette flèche assassine est dirigée spécialement contre les kabyles. Pourquoi toujours cette arrogance du système et de ses chasseurs buissonniers à l’affût pour tirer sur les amazighs?

Si le système algérien persiste du haut de son piédestal  à appeler ses « sujets » à détruire leurs racines identitaires et à se haire, c’est que la souveraineté de l’Algérie n’est finalement assurée que par les monarchies arabes du Moyen-Orient et par les gouvernements français. Il lui faut des anges- gardiens. La baisse du Pétrodollar ne suffira pas à faire déguerpir ce système de son trône, qu’il occupe depuis un demi- siècle. De par la violence représentée par ses trois forces armées( la police, la gendarmerie et l’armée ), il peut assurer éternellement sa survie par les gains provenant des richesses minières, mais aussi, par le soutien quasi éternel des pays arabes qui considèrent l’Afrique du Nord comme leur colonie. Un support non négligeable ! Additionné à celui des islamistes, il devient très puissant et durable. Ce soutien est une assurance-vie, qu’ils considèrent non résiliable, car les nord-africains n’ont pas encore réussi à déchirer ce lien faussement compris entre être musulmans et être arabes. Cet amalgame est repris hélas (on ne cesse de le dénoncer ) par le parti kabyle RCD dans son slogan : islamité , arabité et berberité. Noter que berberité vient en troisième position!!!. L’ erreur étant commise, les kabyles par conformisme accepte de nos jours très facilement l’ arabisation. Ils ne sont plus de la sorte à craindre, car le RCD les a apprivoisés. Le FFS , de nos jours , en fait de même. La création du MAK a réussi à stopper l’utopie d’ une Algérie algérienne en Kabylie et à maintenir les kabyles en éveil contre leur disparition et travailler ainsi à sortir du joug araboislamiste algérien.

Si on devait comparer les kabyles et les grecs aujourd’hui, l’ indépendance de la Kabylie est une priorité pour tout le peuple kabyle. Les grecs, malgré la faillite économique de leur état, ont réussi à créer dans les pays de Union Européenne, un sentiment de sympathie, qui minimise les vraies causes de la situation financière actuelle de leur pays : la corruption, une politique fiscale inadéquate, etc..Ils ont même réussi à opposer la politique du gouvernement français à celle du gouvernement de Mme Merkel en Allemagne. Cette dernière pratique la Real-Politique  à travers son ministre des Finances Mr. Schäuble, alors que Mr. Hollande parle de l’ apport civilisationnel de la Grèce antique à la société occidentale (voire presse quotidienne européenne). Si la solidarité européenne doit être toujours mise en évidence, même en cas de faute de gouvernance d’ un état membre de l’UE, les problèmes économiques ne peuvent être maîtrisés que par une analyse objective de la situation. Pour la presse française, la politique des pays nordiques de l’UE, est une démarche méprisante pour les grecs!

Comment alors nommer, la politique d’ extermination du système arabobaathiste algérien envers les kabyles? La politique hégémonique du pouvoir d’ Alger en Kabylie est bien-sûr plus qu’un mépris. Il œuvre pour la disparition de la nation kabyle! Si le peuple kabyle avait un état , la solidarité des états dans le monde, des amis de l’ état kabyle, des institutions internationales et de l’ ONU pèsera de tout son poids contre cette occupation de la Kabylie par le pouvoir centrale arabobaathiste d’Alger.

Hsen Ammour

9 COMMENTS

  1. Trés trés bonne Analyse. J’espere ça va contribuer à secouer les meuronnes de certains de nos hommes intelligents. Il est grandement temps.
    Tanemmirt Mr. Ammour.

  2. Les kabyles sont assimilés aux arabes à l’insu de leur plein gré ,pour la plupart .Des millions de kabyles vivent à travers le monde et subissent l’opprobre à cause des méfaits de l’araboislamisme :Terrorisme,esclavagisme,sous développement et conflits pérpétuels!
    Voici comment la kabylie doit réagir contre tous ceux des médias qui propagent cet amalgame qu un kabyle est un arabe!
    —————————————————————————————————————————–
    Masin de tamazgha.fr l’a fait !
    Que faut-il faire pour que cet amalgame qui consiste à mettre les Berbères dans diverses « sauces » ? Que les régimes arabo-musulmans en place en Afrique du Nord fassent cet amalgame, rien n’est étonnant : c’est leur projet et ils ont programmé l’éradication du fait amazigh. Mais que le monde dit « occidental », et à sa tête la France, verse dans ce jeu, cela est choquant et scandalisant. Ne pouvant justifier cela par l’ignorance, il ne peut s’agir là que d’une volonté délibérée de confondre Imazighen (les Berbères) et leur civilisation dans un ensemble arabo-musulman… Et quel est l’intérêt de faire cela ? Peu importe… l’urgence c’est que nous réagissons. Il faudra rappeler à l’ordre toutes celles et tous ceux qui versent dans l’amalgame et le mépris.

    C’est ce que fait l’organisation Tamazgha, basée à Paris, par cette lettre adressée au Directeur du magazine « Des Racines et des Ailes », concernant l’émission diffusée le 19 décembre 2007 par la télévision française, France 3.

    Nous publions ci-après l’intégralité de la lettre de Tamazgha.

    La Rédaction.

    [/Monsieur Patrick Charles,
    Directeur du Magazine « Des Racines et des Ailes », ,
    France 3,
    7 esplanade Henri de France,
    75015 Paris /]

    Monsieur,

    Après la diffusion, le 19 décembre 2007 de 20h50 à 22h50, de l’émission « Des racines et des ailes : un voyage entre Orient et Occident », sur les ondes de France 3, nous, membres de l’association Tamazgha, ONG internationale pour la défense des droits du peuple amazigh, tenons à vous écrire afin de dénoncer, une fois de plus, l’indignation que votre émission a suscitée au sein de la communauté berbère, à cause du regrettable amalgame dont vous avez fait preuve lors de cette émission.

    Appeler officiellement l’Afrique du Nord « Maghreb » nous choque : il y a de quoi faire perdre le nord à tout un continent ! Cela dit, rien ne nous surprend… et ce, pour plusieurs raisons :

    1) Raison politico-économique. Cette partie du monde est gouvernée par des dictateurs qui se disent Arabo-musulmans et qui n’ont rien d’autre à offrir aux peuples qu’ils dominent hormis l’opium et le bâton. En revanche, ces sanguinaires sont de bons clients et nous illustrons notre propos avec cet adage japonais qui dit « La meilleure langue, c’est la langue du client ».

    2) Les résidus de la pensée coloniale. Certains intellectuels français ont du mal à se débarrasser des préjugés que leurs ancêtres coloniaux ont de l’Afrique du Nord. Afin de soumettre le Nord-africain, ils lui ont confisqué son Histoire jusqu’à faire de lui un déraciné, un être religieux, un Arabe de seconde zone dont les vrais Arabes ne veulent pas. Autrement dit, ils ont créé en lui un sentiment d’infériorité que la classe politico-médiatique française continue de nourrir en faisant la promotion d’une certaine pensée de l’Islam des « lumières » et de la langue arabe classique que personne ne parle d’ailleurs, ni en Afrique du Nord, ni au Moyen Orient. Mais le souci de maintenir les populations de l’Afrique du Nord en dehors de l’Histoire, voire même de l’Humanité, est monnaie courante chez une certaine intelligentsia française.

    3) Différence civilisationnelle. A part les Pharaons d’Egypte et les Phéniciens de Carthage (grandes nations antiques), les médias français ont tendance à ignorer – serait-ce du mépris ? – les indigènes de la Libye antique, en l’occurrence les Africains du Nord, donc les Berbères. Lorsque les médias français parlent de l’Egypte et de Carthage antiques, ils se gardent de parler d’Orient, au point que le téléspectateur non averti croirait que l’Egypte et Carthage se trouvaient en Europe ou en Amérique. Mais dès qu’il s’agit de l’Afrique romaine, on passe les Libyens sous silence, on parle de ruines romaines en Afrique du Nord. Pourtant lorsqu’il s’agit d’évoquer les ruines romaines dans l’Hexagone, ne dit-on pas « ruines gallo-romaines » ?

    4) Le terrorisme. Il semblerait que plus on tue, plus on est redouté et respecté. A chaque attentat, on offre les plateaux télé aux rescapés de l’islam des « lumières », tel Malek Chebel, pour venir nous vanter les grandeurs de l’Islam et ses poésies sensuelles. Mieux encore, on les reçoit même au sein des institutions de la République où on les désigne aux têtes d’organisations religieuses afin de maintenir les Français d’origine « maghrébine » dans la croyance. N’est-ce pas là une façon de les éloigner ainsi de la citoyenneté.

    Tout cela, nous ne l’avons que trop compris. Mais là n’est pas l’objet de notre lettre. Revenons plutôt à votre émission du 19 décembre 2007 intitulée « Des racines et des ailes : un voyage entre Orient et Occident, » diffusée de 20h50 à 22h50. Ce qui nous a surpris dans cette émission, c’est d’abord le lieu choisi pour parler de la Libye romaine : l’Institut du Monde arabe. Un endroit où l’idéologie arabo-islamiste, révisionniste et négationniste, règne. Une officine où l’on contribue à occulter l’Histoire africaine antique.

    – Qu’est-ce que donc le Monde arabe vient faire dans l’Afrique antique ?

    – Qu’est-ce que l’Orient et l’Occident viennent faire dans l’Histoire antique ?

    A quand donc la fin de l’amalgame qui consiste à échafauder des phrases absurdes faites de mots cocoricos tels Yémen, Afrique du Nord, Monde arabe, Institut du Monde arabe, Moyen Orient, Syrie, la Libye romaine… ? Ce genre de phrases n’aide pas à la connaissance de l’Histoire des peuples. Bien au contraire, elles trompent les téléspectateurs et blessent les descendants des bâtisseurs de la civilisation berbéro-romaine, filles et fils des Massinissa, Jugurtha, Juba I, Juba II, Ptolémée, Apulée, Septime Sévère, Maxime de Madaure, Tertullien, Saint Cyprien, Saint Augustin… que les Arabo-islamistes, avec l’aide de l’Etat français, entre autres, tentent de faire disparaître jusque dans les livres d’Histoire.

    Nous regrettons profondément que votre belle émission, « Des racines et des ailes » , censée être culturelle, historique et scientifique, n’ait montré ce soir-là aux téléspectateurs que Sindbad sur les Ailes de l’oiseau vert (roc)… Quant aux Racines libyennes, personne ne les a vues… celles-ci relèvent-elles de la recherche ? Les téléspectateurs seraient-ils attachés aux histoires légères d’oiseaux ? Et la télé n’aurait-elle, peut-être, pas le temps de creuser ?

    Berbèrement votre.

    Tamazgha,

    [|Lire la réponse du médiateur de France Télévisions |]
    http://www.tamazgha.fr/Reponse-du-mediateur-de-France-Televisions,2151.html

  3. Dans un livre de Benkhedda, l’auteur a inséré un document correspondant à une lettre adressée à un responsable de la fédération de France du Fln, et dans laquelle il a été explicitement écrit qu’il fallait liquider les berbéristes. Cette lettre a été signée par Abbane Ramdane, entre autres.
    Ce que vous appelez « politique d’extermination des kabyles par le pouvoir arabo-baathiste d’Alger » a été fondée par les kabyles du Fln-Aln eux-mêmes, qui étaient d’authentiques NATIONALISTES ALGERIENS. En tant que tels ils considéraient que le particularisme kabyle était un danger mortel pour leur cause et devait donc être éradiqué. Cetains kabyles militants de valeur du mouvement national algérien mais qui voulaient intégrer
    la dimension kabyle ont été écartés, et pour Bennaï Ouali, carrément liquidé par ces kabyles du Fln-Aln.
    Il ne faut pas détourner l’histoire, tous les kabyles engagés dans le Fln-Aln entre 1954 et 1962, absolument tous, ont lutté pour une Algérie arabo-islamiste. Ils étaient courageux certes mais on ne peut pas détourner ce courage vers une cause qui, non seulement n’était pas la leur, mais qu’ils ont combattue sans pitié.

  4. Mais bon sang, on s’en prend le plus souvent au pouvoir, aux arabes, aux islamistes, aux ennemis de la culture et de l’identité Amazigh, alors que nous passons outre jusqu’à même ignorer la responsabilité quasi totale des Amazighs dans le désarroi identitaire et mental dans lequel ils ne cessent de se débattre. Q’on se le dise une bonne fois pour toute en toute franchise, ce qui arrive aux Amazighs, Kabyles compris, relève avant tout de leur responsabilité et ce, depuis la nuit des temps. Il y’a ce qu’on appelle la loi de cause à effet qui signifie que rien n’existe ou ne se produit de manière aléatoire, spontanée ou sans raisons visible ou invisible. La situation actuelle de la Kabylie n’est pas le fruit d’un hasard, elle résulte d’une combinaison de facteurs exogène et endogène façonnés par un long processus historique. L’histoire de l’humanité est jalonnée par des conquêtes de pays par d’autres et de la prédominance d’une civilisation sur d’autres, cependant, certains des peuples soumis arrivent à reconquérir leur souveraineté et à renouer avec leur propre être identitaire, pendant que d’autres qui se croient libérés ne font que changer de chaînes. C’est la cas des Amazighs d’Algérie et particulièrement des Kabyles qui n’ont jamais réussi dans le passé à se fixer dans leur identité de façon immuable. En fait, les faits identitaire et temporel ont toujours été confondus avec les faits cultuels et spirituels. On en arrive au fameux concept de laïcité qui a peu ou jamais été adopté en raison du fort ascendant de la religion dans la gestion de la cité. Du coup, le problème crucial auquel la société Kabyle est confrontée n’est pas tant l’Arabité ou l’Arabisation, mais bel et bien de la difficulté si ce n’est de l’impossibilité à adopter une approche plus rationnelle vis-à-vis de la religion musulmane. Celle-ci s’est tellement incrustée dans l’ esprit des Kabyles qu’ils l’assimilent volontiers comme élément de leur identité. Or, la foi religieuse, particulièrement si elle est exacerbée, n’a jamais fait bon ménage avec la loi de type temporelle qui est l’émanation des grands Hommes de la période de la renaissance et des lumières à ce jour. Le défi des Kabyles est de surmonter cet obstacle de la religion pour aérer les esprits, faire valoir la raison, booster l’effort intellectuel pour enfin pouvoir libérer l’Homme de ses chaînes invisibles. Il ne s’agit pas non plus de remiser cette religion dans un placard, mais seulement de la resituer à sa juste place pour la protéger des errements de ceux qui prétendent faussement la servir plus que de raison. On évoque souvent le caractère laïcisant de la société Kabyle, mais est-ce concrètement le cas dans les faits? Rien n’est sûr.

    Par ailleurs, il n’ y a pas matière à comparer la Kabylie avec la Grèce qui demeure le berceau de la civilisation occidentale actuelle, un pays millénaire qui a contribué à façonner l’histoire de l’humanité. La Grèce ne fait que traverser une simple crise économique, autant dire une tempête passagère qu’elle finira par surmonter parce que ce pays est fondé sur des valeurs humanistes d’une grande portée morale qui demeurent sa meilleure richesse même après avoir tout perdu. Par contre, la Kabylie doit rechercher ses valeurs, se les réapproprier, les faire siennes, les consolider, les exhiber, les porter haut et fort et les immuniser contre toute atteinte extérieure. A ses propres valeurs, elle doit en greffer d’autres plus universelles, telles que la liberté de culte, de pensée et de conscience, la justice et le respect de la dignité humaine. Les élites Kabyles ont du pain sur la planche.

  5. Des kabyles qui sont tentés par la culture arabo-islamique, ils en existent malheureusement. Des femmes qui portent le voile islamique, des jeunes habillés en tenues afghanes etc… Ce sont des personnes à l’esprit simplet qui sont généralement la cible des islamistes et des activistes en Kabylie. La plupart d’entre eux sont d’un niveau qui frise le crétinisme. Mais à qui la faute? A une école qui enseigne depuis le premier palier la matière islamique. Ensuite l’arabisation menée une cadence effrénée a fini par jeter dans les bras de cette religion des milliers de kabyles…. Et je n’oublierai pas la démission des parents et des personnes sages de la région. Chez moi dans mon patelin, un cousin qui s’est converti au christianisme a été tout simplement isolé par les autres membres de la famille. Je me demande si ce n’est pas trop tard aujourd’hui pour y remédier. Cette religion a causé énormément de dégâts. Faut-il pour autant déclarer cette religion personna-non-grata. Est-ce la solution?

  6. pour enlever le nom arabe de l afrique du nord il faut les peuples amazigh se montre au monde entier avec une guerre contre les arabes qui colonisent notre thamazgha thanmirth

  7. les arabes en tamazgha brandissent leur légitimité coloniale sur les terres et peuples amazighs par le fait cultuel …!
    Ainsi L ISLAM DONNERAIT DROIT AUX ARABES DE COLONISER LES TERRES AMAZIGHS ET DE LES APPELER TERRES DU MONDE ARABE!!!!
    La monarchie marocaine est entrain de comprendre que ces mensonges et cette hogra contre les imazighenes a assez duré et que désormais elle doit se rendre à l’évidence que l’autonomie des régions est la seule issue pour rendre à ces peuples amazighs et à leurs terres une sorte de légitimité identitaire,historique et ancestrale!
    De toutes les façons le maghreb arabe ne se fera JAMAIS,car basée sur une imposture et une injustice coloniale!

  8. Personne ne peut faire une guerre aux colons arabes représentés par les royaumes arab’ islamistes et la France, dans la mesure où les colonisés (imazighen) intègrent la composante « islam » dans dans le patrimoine Amazigh (on ne peut pas prendre aux arabes ce qu’ il leur revient de plein droit).
    De plus les gens sensés pouvoir faire la guerre aux colons arabes s’ avèrent pacifistes et considèrent ces colons comme frères dans la mesure où ils sont « musulmans donc légitimes ».
    Ce n’est pas les colons arabes qu’il faut combattre, mais leur cheval de Troie (islam), ce qui semble impossible notamment chez les Kabyles maraboutiques.
    Ne pas oublier que même la France participe activement au processus d’arabisation et islamisation des Kabyles via l’école laïque de la République.
    La guerre contre les colons arabes n’est possible que dans la mesure où Imazighen rejettent complètement l’ islam.
    Il est faut de croire que la monarchie arabe du Maroc a compris qu’ il est tant d’ installer Imazighen dans leurs droits légitimes Amazigh.
    Contrairement aux Kabyles, les Amazighs du Maroc sont très attachés à l’islam colonial sous sa forme royale et reconnaissent aveuglément ce pouvoir « divin » émanent d’ un pseudo-descendant du prophète, émir des croyants (ou calife arabe). Mais dans ce pays l’ Amazighité n’est pas plus reconnue qu’ en Algérie, sauf que le Makhzen est moins sanguinaire.
    Au Maroc comme en Algérie, l’amazighité c’es juste pour calmer les esprits, et ne joue qu’ un rôle inférieur de sous langue, face  » l’ éminente la langue divine d’ Allah » qui est la langue obligatoire de tous et de toutes.
    Le combat pour l’ Amazighité reste entier et difficile à mener car truffé d’ embûches et de contraintes insurmontées.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here