Tizi-Wezzu: Rédha Malek refuse de parler de l’assassinat de Abane Ramdane

10
1420
Rédha Malek
Rédha Malek

TIZI-OUZOU (Tamurt) – Je vais vous parler de tout sauf de l’assassinat de Abane Ramdane, c’est le message qui a été transmis jeudi dernier à Tizi-Wezzu par l’ancien chef du gouvernement et témoin privilégié de la guerre d’Algérie Rédha Malek.

Il a animé une conférence à la maison de la culture Mouloud-Mammeri. Il a été invité par une association pour parler de Abane Ramdane, sous toutes ses facettes. Mais il se trouve que Rédha Malek a opposé un niet ferme à ses interlocuteurs et ils étaient fort nombreux à lui avoir demandé d’évoquer l’assassinat de Abane Ramdane quand le débat a été ouvert.

Certes, Rédha Malek n’a pas tari d’éloges en parlant du grand héros qu’était Abane Ramdane et de son apport à la révolution, notamment la planification du congrès de la Soummam mais aussi et surtout le fait qu’il a été un rassembleur de tous les courants qui se déchiraient à la veille du déclenchement de la guerre en novembre 1954. Ce que tout le monde sait, même si certains feignent de l’oublier et de le faire oublier. Ce qu’a raconté Rédha Malek au sujet de Abane Ramdane a été mille et une fois ressassé  en de nombreuses occasion et fait l’objet de centaines de pages d’Histoire. Le virage auquel était attendu Rédha Malek, en revanche, est l’épisode de l’assassinat de l’architecte du congrès de la Soummam. Là, Rédha Malek a observé un mutisme total.

En effet, Rédha Malek n’aurait pas pu aborder le sujet de l’assassinat de Abane Ramdane, non sans être gêné. La raison pourrait être toute simple. Et, une bonne partie de l’assistance l’ignorait certainement, surtout les jeunes. Quand l’information de l’assassinat de Abane Ramdane avait été donnée officiellement par le journal du FLN, El Moudjahid, en décembre 1957, c’est Rédha Malek qui était le directeur de cette publication. Et à l’époque, ce journal n’avait aucunement parlé d’assassinat. Il y était plutôt écrit, noir sur blanc que : « Abane Ramdane était tombé au champs d’honneur, en chahid ». Rédha Malek aurait eu du mal, sans doute, à se défendre si, dans la salle, quelqu’un lui aurait reproché : comment en tant que directeur de publication du journal El Moudjahid, il avait toléré le passage d’un tel mensonge historique concernant un assassinat masqué en mort en martyr.

Lyès Medrati

10 COMMENTS

  1. C’est honteux toute cette mascarade! Ce type avait peut-être participé à l’assassinat d’Abane! C’est un envoyé de la bande des quatre, le clan marocain et tunisien. Il est venu noyer le poisson, ce n’est pas la peine d’inviter ce charognard fossoyeur FLN, il ne vous dira rien, il faisait parti du complot, c’est une évidence même .

  2. Reda Malek, un arabo-baathiste, a goutte a toutes les sauces du pouvoir. ON se rappelle que pendantt l’assassinat de Boudief il etait assis a son cote mais pas egratigne par quoique ce soit. On lui a surement dit que rien ne lui arriveras ce jour. Je n’aime pas cet individu qui a vendu son ame a la peste arabo-baathiste. Je pense que lui aussi a les mains pleines de sang par complicite.

  3. Comment peut – on encore continuer à inviter des ex-bourreaux de l’etat arabo-integriste en kabylie pour animer une conférence sur abane Ramdane? Vous vous attendez à quoi? Est ce que la vérité sort de sa bouche sur les circonstances de l’assassinat de cet homme politique kabyle. Vous rêvez! !!!
    Les éloges post-mortem envers abane ou autres personnalités kabyles victimes de crimes politiques, ou morts dans l’exil, ça suffit maintenant!!! Je pense qu’on a pas encore tiré les leçons du passé.

  4. Monsieur redha malek, vous allez mourir a jour comme tout monde, alors réfléchir bienavant que vous serai entre les mains de dieu, et comme dit GEORGE ORWELL: Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteur, des voleurs et des traitres n’est pas victime! Il est COMPLICE.

  5. Moi ce dont je me souviens que cet ancien négociateur des accords d’Evian !!! et ancien premier ministre en poste dit:
    « la peur doit changer de camps » c.à.d. la peur ne va jamais disparaître de l’Algérie colonisée à l’Algérie de « qui tue qui ».

  6. Ce type depuis 62 du cote du clan d Oujda. On remarquera par exemple deux choses graves dont il était l’un des responsable : 1) C’est lui qui avait rédigé la constitution de Houari Boukharouba. 2) Il a tenté d éloigner Taous Amrouche de Bessaoud au milieu des années 70 en lui promettant que ces disques seraient diffusés en Algerie. Ce qu’elle refusa biensure.

  7. Maintenant que l’on sait qui a tué Abane…c’est la question ci-dessous qu’il fallait justement lui poser et non qui l’a tué.
     » comment en tant que directeur de publication du journal El Moudjahid, il avait toléré le passage d’un tel mensonge historique concernant un assassinat masqué en mort en martyr ».

  8. Ceux qui l’ont placé comme directeur d’el moudjahed à l’époque sont les assassins d’Abane et ils sont encore au pouvoir aujourd’hui et la maison de la culture où il a animé cette conférence y a que ceux qui leur font allégeance qui y organisent des activités là-bas donc sa non réponse est logique.

  9. el moudjahid a été créé sur l initiative de abane ramdam et c est lui même qui a placé si redha a sa direction tout comme il a placer boussouf au renseignement .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here