Votre répression et notre conviction

2
156
3e congrès du MAK, At Zellal, le 26/02/2016
Votre répression et notre conviction

(Contribution d’Amar At-Ali-Usliman) – Plus de 200 militants du Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie (MAK), ont été arrêtés et empêchés de se rendre à At-Zellal pour prendre part aux travaux du 3econgrès du mouvement souverainiste kabyle par des policiers algériens. Plusieurs d’entre eux ont été malmenés et passés à tabac dans les commissariats de Tizi-Wezzu, Iwadiyen, Adekar, Michelet, Bouzguene, etc.

Le monde entier a découvert, à travers les témoignages des militants arrêtés, dont le responsable à l’organique du MAK, Mass Boussad Becha et l’infatigable militant Mass Bouhas Menouar, la brutalité et l’acharnement des services de Tartag (police politique algérienne) contre des militants pacifistes qui ne réclament rien d’autre que le droit du peuple kabyle à son autodétermination. Pourtant, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes constitue l’un des fondements de la Charte des Nations unies. Un droit faisant « officiellement » partie des constantes de la « diplomatie » algérienne selon le porte-voix du régime d’Alger, le fameux journal télévisé de 20h de « l’unique ». Les diplomates du régime des caporaux s’empressent, toute honte bue, à chaque occasion de le rappeler à haute voix au Maroc et à Israël, quand il s’agit de défendre 300 000 Sahraouis ou les sacro-saints frères palestiniens !

Le peuple kabyle se souviendra qu’au moment où des chefs terroristes notoires sont reçus avec tous les honneurs sur des plateaux de télévision et dans les salons fastueux du régime des caporaux de l’armée française, des jeunes militants pacifistes kabyles sont pourchassés et brutalisés, chez eux, comme des malfrats par les sbires des autorités d’Alger.

La Kabylie qui s’est réveillée en ce vendredi 26 février 2016, sous un dispositif répressif impressionnant, mis en place afin de perturber le bon déroulement du 3e congrès du MAK, n’oubliera pas d’aussitôt cette énième provocation d’Alger. La « stratégie » des janissaires de la régence d’Alger était d’arrêter le maximum de délégués durant de longues heures pour empêcher les différentes commissions de mener à bien leurs travaux. La région de Mekla, où naquit Benai Wali, pionnier du combat kabyle, a été assiégée durant toute cette journée historique du 26 février 2016. Malgré cet arsenal de guerre digne d’une armée coloniale, le 3e congrès du MAK a bel et bien eu lieu en terre Kabyle. Il a, en outre, pu réunir dans une ambiance bon enfant, plus de 700 délégués venus des quatre coins de la Kabylie et de la diaspora, brisant ainsi le blocus de la honte.

La jeunesse kabyle qui a payé un lourd tribut durant le printemps noir de 2001, n’attend plus rien de l’Algérie. Qu’il s’appelle Toufik, Boutef ou Tartag, nul ne peut arrêter la marche pacifique du peuple kabyle pour l’édification de la République de Kabylie. Désormais, ce n’est plus une utopie comme disait Matoub Lounes !

Amar At-Ali-Usliman

2 COMMENTS

  1. A travers l’histoire de l’humanité aucun peuple n’a pu se libérer à travers un mouvement uniquement pacifique.
    La revendication pacifique est généralement un prélude à la l’action armée.
    Pour atteindre ces objectifs le mouvement de libération doit marcher sur deux (2) pieds
    1. L’action politique.
    2. La rébellion, contre l’occupant.
    Les exemples sont légion à travers l’histoire des peuples opprimés.
    Regardez les Kurdes (victimes des accords Arabo – Franco – Britanniques dits « Sykes Picot » de Mai 1916.).
    Ils ont subis le même sort que les AMAZIGH; ils ont crée un Mouvement armée « les PESHMERGAS » qui a combattu l’armée du baathiste SADDAM Hussein et maintenant l’armée TURC du diable ERDOGAN et son clone DAESH.
    Ils finiront par créer leur propre Etat un jour ou l’autre, c’est l’unique destinée de tout peuple qui passe à l’action armée. TANEMIRT à bientôt.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here