Des enseignants donnent des leçons sur le nationalisme kabyle à Tizi-Ouzou

3
168
enseignement kabyle

KABYLIE (Tamurt) – Si des enseignants arabophones  font tout pour inculquer la langue arabe et diaboliser la langue Tamazight aux algériens, des enseignants kabyles, assurent, discrètement, eux aussi, des leçons de nationalisme kabyle dans des écoles du régime colonial.

« Je suis enseignant dans un collège et je consacre souvent une dizaine de minutes pour expliquer à mes élèves que la Kabylie est un pays colonisé. C’est ma manière de militer pour la cause kabyle. Je ne m’affiche pas comme étant un proche du MAK, mais je fais mon devoir envers notre pays, la Kabylie bien sûr, discrètement » nous confie un enseignant de la région de Tizi-Ouzou qui a requis l’anonymat pour des raisons évidentes.

L’enseignant en question affirme qu’il n’est pas le seul à agir de la sorte. «  On est presque un réseau. On dit souvent à nos élèves qu’on est sous occupation algérienne et la Kabylie est notre patrie qu’il faut libérer. On leur enseigne oralement l’histoire de la Kabylie et comment on a perdu notre souveraineté en 1871 et d’autres détails », ajoute-t-il. «  Je lance un appel à tous les enseignants kabyles de faire de la sorte et d’initier nos enfants à la lutte pour notre indépendance et ne pas les laisser comme proie aux islamiste et au régime colonial », ajoute notre interlocuteur.

Le courage et le nationalisme de cet enseignant, ainsi que ses amis, est salutaire à plus d’un titre. Le nationalisme kabyle a gagné toutes les couches de la société. L’indépendance de la Kabylie est devenue une affaire de tout le monde. Pour rappel, à la veille des marches du 20 avril dernier en Kabylie, des policiers kabyles ont affiché courageusement leur refus de mater les manifestants et de ne pas obéir  aux ordres de leurs chefs pour réprimer les kabyles.

Lounès B pour Tamurt

3 COMMENTS

  1. Notre souveraineté a été perdue en 1857, c’est juste un rappel qui me semble nécessaire. Permettez-moi d’essayer de soulever une question qui me paraît d’une importance capitale. Il me semble, à mon humble avis, qu’il est beaucoup plus judicieux d’enseigner le patriotisme ( AFERFAN ) que le nationalisme qui s’apparente plus à la guerre qu’à l’amour de la partie -TAFERFANT- comme vous le savez tous. Ces enseignants patriotes forcent le respect et c’est le moins qu’on puisse dire. Il faut qu’ils sachent que leur bravoure sera inscrite dans notre histoire et que la KABYLIE indépendante leur décernera sa plus haute reconnaissance et qu’ils ont déjà gagné notre meilleure considération et notre inconditionnel RESPECT !

  2. Des actions comme celles-ci sont à encourager et il faut les propager sur tout le territoire
    Ces enseignants méritent un grand respect.
    Demain la kabylie vous sera reconnaissante.

  3. Ce qu’il faut surtout apprendre aux enfants Kabyles et au dela (imazighen), sont les valeurs ancestrales: La Liberte, l’esprit de Justice et d’egalite, la tolerance. Tout le reste en decoule.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here