Tizi Ouzou Le siège de la daira de Tizi Ouzou toujours fermé

1
282
daira
TIZ WEZZU (Tamurt) – Pour la troisième journée consécutive, le siège de la daira de Tizi-Ouzou est toujours fermé par des centaines de citoyens qui y observent également un sit-in de protestation. Les protestataires, des habitants de la daira de Tizi-Ouzou, sont les demandeurs de logements ayant vu leurs dossiers rejetés suite à la publication des 2000 bénéficiaires dudit projet.
Pour rappel, depuis mardi dernier, les citoyens de la région de Tizi-Ouzou et ses environs ont investi la rue, dès les premières minutes de la matinée. Le chef-lieu de wilaya était livré à lui-même et à la colère citoyenne. Des rues du centre ville ont été barricadées à l’aide de pneus et d’objets divers, le siège de la daira a été fermé alors que des sit-in de protestation sont observés par des centaines de citoyens depuis mardi passé.
Rappelons que lors de la première journée de cette vague de protestation, le climat était très tendu en ville. Les automobilistes qui voulaient se rendre au centre ville ont eu à affronter plusieurs obstacles et ont été souvent contraints de rebrousser chemin. La colère qui a subitement surgi dans la ville de Tizi-Ouzou a été engendrée par un mécontentement généralisé des citoyens qui ont pris connaissance, dès le matin, de la liste des 2000 bénéficiaires des logements sociaux distribués ces derniers jours par la commission mixte, présidée par le chef de daïra de Tizi-Ouzou. Les citoyens ont d’ailleurs assiégé le siège de la daïra de Tizi-Ouzou, situé en face des locaux de l’Union générale des travailleurs algériens.
Les personnes mécontentes, qui étaient des centaines, ont d’abord scellé le portail d’entrée de la daira avant d’observer un rassemblement en présence de dizaines de policiers. En tentant de calmer les esprits, le chef de daira a été tout simplement hué par les protestataires qui n’ont pas voulu l’entendre et qui ont exigé qu’une commission d’enquête soit diligentée directement par le Ministère de l’habitat pour dévoiler les zones d’ombre qui entourent la liste des 2000 personnes ayant bénéficié de logements sociaux dans la capitale du Djurdjura.   
Lyès Medrati

1 COMMENT

  1. ruheth a leqvayel, ruheth ayizmawen !!
    anechth aki merra iwekham, on est tombe bien bas.
    techfam i tezlits nni n ferhat zikenni ? : nnif d lherma …
    helas la kabylie est bien foutue !!! tant pis pour nous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here