Le RCD, le PT, le FNA…Les partis du Général Tewfik ont calé aux législatives

5
261
leaders partis politiques

ALGÉRIE (Tamurt) – Les partis politiques qui activaient sous le parrainage direct du Général Tewfik (écarté par le clan de Bouteflika) ont été ceux qui ont obtenu les plus mauvais résultats aux élections législatives du 4 mai dernier.

C’est le cas notamment des partis les plus connus comme le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le Parti des Travailleurs (PT) et le Front national algérien (FNA). D’ailleurs, les résultats obtenus par ces partis politiques sont les plus piètres de leur histoire. Des scores minces qui reflètent, si besoin est, que du temps du Général Tewfik, la politique des quotas favorisaient amplement les partis proches de l’ex-premier responsable du DRS (Département du Renseignement et de la sécurité, héritier de la sécurité militaire). Le FNA a même été pénalisé en n’ayant obtenu aucun siège à l’APN alors qu’il y a dix années, il a arraché la troisième place après le FLN et le RND, aux législatives. Le RCD aussi a payé le prix de sa fidélité au Général Tewfik en n’ayant pu obtenir que neuf sièges à l’APN, le 4 mai dernier. Et même en Kabylie, ce parti, créé dans le bureau du Général Larbi Belkheir (ancien directeur de cabinet du Président Chadli Bendjedid), n’a pas pu s’imposer comme première ou, au moins, deuxième force politique.

Les partis qui ont échappé à cette « purge » sont ceux qui ont réussi à renier leur passé avec Tewfik en regagnant, armes et bagages, le clan de Bouteflika. C’est le cas du Mouvement populaire algérien d’Amara Benyounes et Taj (Le rassemblement de l’espoir algérien) de l’islamiste et transfuge du MSP, Amar Ghoul. Ces derniers ont été récompensés avec treize sièges à l’APN pour chacun.

Tahar Khellaf   

5 COMMENTS

  1. A bas les machos !
    En illustrant votre article avec la photos de six virils bonhommes avec leur chique sous la lèvre ou sous la langue, vous faites de la discrimination sexiste en refusant de publier la photo de la seule femme politique algérienne, madame Louisa Hanoun .

  2. Mr Tahar khelaf ,vous n’avez pas évoquer le FFS qui n’est que l’ombre de lui même ou pire c’est un cadavre dépecé par son ralliement à sais Bouteflika par l’entremise de mohand amokrane cherifi Ex ministre.du commerce au temps du parti unique, alors, Mr Tahar khelaf sûre le.courage d’aller au bout de.votre logique a moins que vous manquez de cran

  3. L’expression « force politique » en Kabylie est inappropriée pour ces partis, rcd ou autre. Le terme qui conviendrait serait premier ou deuxième quota au lieu de première ou deuxième force. Les Kabyles n’ayant pas voté, il faut appeler les choses par leur nom, l’élection s’est faite à la bougie dans les bureaux du pouvoir arabo algérien. Pour expliquer le mauvais résultat du rcd relativement aux autres partis en terre Kabyle, il faut savoir que les citoyens sur lesquels comptait le rcd ont rejeté cette mascarade à l’exception d’une poignée de moutons, il suffisait donc aux partis du pouvoir de faire voter en leur faveur quelques fonctionnaires sans honneur et sans dignité pour faire un meilleur score.

    « Ttifis » aux Kabyles opposés à l’indépendance !

  4. Il faut arrêter de faire croire que ce toufik est un faiseur de rois! c’est un étendard du régime d’alger pour faire peur à la populace et il s’est débarrassé de lui comme un caniche!

  5. Ce Tewfiq n’était qu’un épouvantail à moineaux. Il ne maîtrisait même pas complètement son DRS (traversé de divers courants avec lesquels il devait composer), et on a voulu nous faire croire que c’était Rab Dzayer

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here