Proposé par Amara Benyounes : Un repris de justice ministre du tourisme

12
218
Benaggoune Messaoud

ALGÉRIE (Tamurt) – Quarante-huit heures après sa nomination, il a été mis fin aux fonctions du nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Messaoud Benagoun, puisqu’il s’est avéré être un repris de justice et un escroc.

C’est sur proposition d’Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA) qu’a été proposé le nom de Messaoud Benagoun, en tant que ministre dans le cadre du quota réservé au MPA. Un choix qui a été imposé puisque Amara Benyounes ne pouvait prétendre à ce porte feuille ministériel dès lors que la présidence a décidé, la veille du scrutin du 4 mai passé, que les chefs de partis n’auront plus droit d’être nommés ministres. Le nouveau ministre du Tourisme et de l’Artisanat, limogé hier matin, a été présenté par Amara Benyounes, comme étant une grande compétence dans le domaine du tourisme, quand Tebboune, le nouveau premier ministre a sollicité l’avis du numéro 1 du MPA. C’est suite à un dossier judiciaire remis à la présidence par les services de sécurité, concernant Messaoud Benagoun, que de nombreux délits dont aurait été coupable ce dernier sont apparus au grand jour.

Ainsi, Messaoud Benagoun aurait été condamné à quatre reprises par la justice algérienne dans des affaires qui seraient jugées graves. Il aurait ainsi écopé de six ans de prison dans l’une de ces affaires. Aussi, Messaoud Benagoun aurait  trafiqué son diplôme de licence après avoir passé huit ans à l’université sans succès. Le drame, c’est que Messaoud Benagoun a même été élu dans la wilaya de Batna en tant que député suite aux dernières élections législatives du 4 mai dernier. Comment une personne, avec un tel dossier judiciaire, a-t-elle pu valider sa candidature ? Il  est évident que ce personnage a des complicités locales à Batna, où il s’est présenté, qui ont permis de cacher sa face sombre. Mais le plus grave, c’est le fait qu’Amara Benyounes n’ait pas trouvé mieux à proposer pour le poste ministériel qui a échu à son parti. Même si Amara Benyounes  ignorait le véritable profil de Messaoud Benagoun, sa responsabilité reste entière. Il est le premier à être sensé connaitre les gens avec qui il travaille depuis des années.

Tahar Khellaf  

12 COMMENTS

  1. Ha ha ha! Avec cette histoire le pouvoir voulait nous faire croire qu’il ne tolère pas d’escroc dans son gouvernement. Il aurait mieux fait de taire l’affaire au lieu de chercher à se montrer blanc. Bon, contrairement aux autres, celui-là a fait de la prison, autrement il ne poserait aucun problème. Seulement voilà: même s’il est viré du gouvernement il gardera tout de même, je pense, son poste de député, puisque le peuple a voté(?) pour lui. C’est là justement où cette affaire se corse. Le pouvoir ne peut pas le priver de ses quarante millions de centimes par mois, même si c’est un escroc, sinon, le pouvoir, toujours lui, remettra en cause le choix du peuple, et comme c’est le peuple qui l’a désigné, il doit être intouchable, protégé par l’immunité. Donc, dans cette assemblée, un tel escroc vaut son pesant d’or, d’abord pour lui qui va profiter d’un pactole mensuel, ensuite pour les boycotteurs qui représentent les trois quart de la population et à qui il offre un argument de taille contre la légitimité de cette institution. Ah, tilufa n’amara benyounes! Le pouvoir l’a recruté pour casser la Kabylie et voilà que par sa stupidité les coups se retournent contre ses maîtres protecteurs.

  2. Un escroc de plus ou de moins au gouvernement ; qu’est ce que ça change .Au point où ils en sont même le parrain de la mafia peut gouverner l’Algérie . Evidemment ce Messaoud là s’est fait attraper et mettre en prison ,d’où sa disqualification , car en Algérie il faut en cas de pépin partir à l’étranger le temps de se faire oublier avant de revenir blanchi par le temps, Bouteflika et bien d’autres de son entourage sont là pour en témoigner.

  3. est il le seul????
    Bouteflika himself n’aurait jamais dû être Président puisque condamné par la justice pour détournement de fonds publics. Tebboune premier ministre aurait dû être condamné dans l,affaire Khalifa, si la justice était indépendante, puisqu’il a participé en tant que ministre de l’habita, dans le détournement de milliards de dinars des « OPGI » qui ont placé tous leurs fonds auprès de la banque khalifa sur son ordre. Beaucoup d’autres doivent certainement traîner des casseroles si on cherche un peu. Avec le clan Boutef, il faut être incompétent, escroc notoire, voleur pour prétendre à intégrer le groupe. Ce type, s’il a été, exclu c’est plus à cause de ses origines Chaoui, un peu pour dire, vous voyez il n’y’a pas qu’a Oujda qu’il y’a des voyous.

  4. La présidence vire Messaoud Benagoun, ministre du Tourisme et de l’Artisanat
    La présidence vire Messaoud Benagoun, ministre du Tourisme et de l’Artisanat

    Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a démis dimanche, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l’Artisanat, indique un communiqué de la présidence de la République

    Le plus jeune ministre du gouvernement Tebboune serait un faussaire. Il vient d’être sèchement limogé. « Conformément aux dispositions de l’article 93 de la Constitution et sur proposition de M. Abdelmadjid Tebboune, Premier ministre, son excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a démis ce jour, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l’Artisanat », précise le communiqué.

    Messaoud Benagoun n’aura été ministre que trois jours. Pour se consoler, il aura sans nul doute battu le triste record du plus court mandat de l’histoire d’un gouvernement.

    Bien entendu l’information officielle ne donne aucune raison de ce limogeage unique dans l’histoire. M. Benagoun, proposé par le MPA d’Amara Benyounes, aurait un casier judiciaire long comme un bras. Mieux encore, il aurait trafiqué son diplôme universitaire, révèle Ennahar. Encore, une fois, à la lumière de ce grave précédent, on mesure l’improvisation qui a précédé la mise en place de ce gouvernement. Comment en effet un ancien ministre a-t-il présenté un homme à un poste aussi important avec des antécédents aussi compromettants ? Où se situent les responsabilités dans ce scandale ? Au MPA ? A la présidence ? Ou va-t-on charger le désormais ex-ministre ? En attendant de répondre aux questions, on sait au moins que ce jeune a été un candidat malheureux aux législatives sous les couleurs du MPA d’Amara Benyounès.

    Notons enfin que le communiqué qui annonce le limogeage de l’indélicat Benagoun est signé de la présidence, pas du Premier Ministère.

    Commentaires (9) | Réagir ?
    avatar
    khelaf hellal
    Il y a 3 heures 28 minutes

    Comment a-t-il pu passer comme candidat du MPA aux Législatives? Si ne n’est que tout est permis aux opportunistes de tout bords. Allons donc, un système pourri jusqu’à l’os qui veut se faire propre et se donner des airs d’honorabilité et de vertu.
    1
    avatar
    oziris dzeus
    Il y a 13 heures 23 minutes

    appartement il était grossiste en produits alimentaires à batna il voulait peut être le fournisseur exclusif de tous les hôtels, les cantines scolaires et de toutes les administrations et entreprise du pays, un joli projet

    mais il lui reste son PV d’installation qui lui donne droit à salaire ministériel à vie, une bonne affaire,

    il vient de battre plusieurs records,

    plus jeune ministre,

    le plus court mandat ministériel,

    la durée de travail la plus courte, quelques heures,

    plus jeune retraité de la fonction public,

    il est un ex ministre,

    et il portera toute sa vie le titre de ministre avec la retraite qui va avec, il peut vivre 50 ans au frais de la vache laitière, c’est l’affaire du siècle,

    pour faire du tourisme, un type fait un casse c’est de l’artisanat (travail manuel),
    1
    avatar
    mourad fakou
    Il y a 13 heures 55 minutes

    Ce scandale et d’autres peuvent être évités grâce à la presse. Il suffit de publier les CV de tous les ministres ou de s’intéresser à ceux qu’on évite de publier. A-t-on tous les CV? la réponse est NON
    1
    avatar
    Atala Atlale
    Il y a 15 heures 36 minutes

    Soyons sérieux ! Nos institutions ne sont plus que des coquilles vides. L’imposture, le faux et l’usage de faux sont devenues banales dans un pays où l’on décide au nom d’un Président qui ne parle pas ou mieux ne s’adresse plus à son peuple depuis des années. Cela relève évidemment de l’article 102 de notre tchectchouka de constitution cuvée 2016 ! Alors qui mène le bateau Algérie ?

    On n’en sait rien ! Cette situation est gravissime !! Faut-il alors s’étonner que d’anciens taulards soient bombardés hauts cadres de l’État ? Le cas Sonatrach est édifiant ! À croire que ceux en charge du pays ne sont plus maîtres du destin Algérie ! Et dans ce cas qui pourrait y remédier à part notre ghachi ?!
    1
    avatar
    mourad fakou
    Il y a 13 heures 55 minutes

    Ce scandale et d’autres peuvent être évités grâce à la presse. Il suffit de publier les CV de tous les ministres ou de s’intéresser à ceux qu’on évite de publier. A-t-on tous les CV? la réponse est NON
    1
    avatar
    Atala Atlale
    Il y a 15 heures 36 minutes

    Soyons sérieux ! Nos institutions ne sont plus que des coquilles vides. L’imposture, le faux et l’usage de faux sont devenues banales dans un pays où l’on décide au nom d’un Président qui ne parle pas ou mieux ne s’adresse plus à son peuple depuis des années. Cela relève évidemment de l’article 102 de notre tchectchouka de constitution cuvée 2016 ! Alors qui mène le bateau Algérie ?

    On n’en sait rien ! Cette situation est gravissime !! Faut-il alors s’étonner que d’anciens taulards soient bombardés hauts cadres de l’État ? Le cas Sonatrach est édifiant ! À croire que ceux en charge du pays ne sont plus maîtres du destin Algérie ! Et dans ce cas qui pourrait y remédier à part notre ghachi ?!
    1
    avatar
    mourad fakou
    Il y a 13 heures 55 minutes

    Ce scandale et d’autres peuvent être évités grâce à la presse. Il suffit de publier les CV de tous les ministres ou de s’intéresser à ceux qu’on évite de publier. A-t-on tous les CV? la réponse est NON
    1
    avatar
    Atala Atlale
    Il y a 15 heures 36 minutes

    Soyons sérieux ! Nos institutions ne sont plus que des coquilles vides. L’imposture, le faux et l’usage de faux sont devenues banales dans un pays où l’on décide au nom d’un Président qui ne parle pas ou mieux ne s’adresse plus à son peuple depuis des années. Cela relève évidemment de l’article 102 de notre tchectchouka de constitution cuvée 2016 ! Alors qui mène le bateau Algérie ?

    On n’en sait rien ! Cette situation est gravissime !! Faut-il alors s’étonner que d’anciens taulards soient bombardés hauts cadres de l’État ? Le cas Sonatrach est édifiant ! À croire que ceux en charge du pays ne sont plus maîtres du destin Algérie ! Et dans ce cas qui pourrait y remédier à part notre ghachi ?!
    1
    avatar
    urfane
    Il y a 18 heures

    Relayer une information factuelle, même émanant d’un régime de voyous, relève du journalisme y a sidi! mais la parer d’une argumentation politique revient à légitimer des voyous!! qui par la même, nous avilissent depuis 1962. Alors bon, l’APS on sait ce que c’est des « aplaventristes » mais vous LeMatin, un peu de discernement…
    1
    avatar
    oziris dzeus
    Il y a 18 heures 10 minutes

    depuis quand on exige des diplômes pour le poste de ministre,

    comme il à raté sa candidature à la députation on a voulu le consoler avec un poste de ministre, et pourquoi ça?

    et si le monsieur a payé pour être député et comme ça n’ a pas marcher on le rachète comme ministre, si c’est vrai il va réclamer sa mise de départ, et ça risque de faire un autre scandale,
    1
    avatar
    Caton L’ancien
    Il y a 21 heures 4 minutes

    Un simple quidam aurait été mis immédiatement en taule pour moins qu’une falsification de diplôme; pourquoi celui-là fait figure d’exception ou sont-ils si nombreux ainsi et tapis dans l’ombre ?

    Toujours que ce type doit répondre pénalement de sa fraude comme ceux qui l’ont sponsorisé sont comptables politiquement de leur choix; ils doivent expliquer leur bourde.
    1
    avatar
    Khalida Tichert
    Il y a 21 heures 18 minutes

    Les faussaires sont, au contraire, adulés et préférés par le pouvoir, l’entourage de Boutef aime bien avoir des dossiers solides sur les marionettes qu’il nomme aux différents postes pour les controler. Il faut chercher la raison du limogeage de Benagoun ailleurs, probablement une question d’affinités et de pédigree.
    1
    avatar
    Mourad BENKALFATE
    Il y a 23 heures 53 minutes

    Des nominations dans la précipitation. Son parrain Amara BENYOUNES doit s’expliquer sur cette affaire.
    2

  5. Scander un Jeune pour couvrir un vieux , un examplaire pour prouvé le sens du contraire ! Une réponce indirect au Peuple par un rapport au Djamel ould Abbes ? un medecin , un combattant , un condamné , les documents archivés
    soit disant .
    Un message aucune personne le détecte ??? manque de maturité moins adultère , laisser la continuité a la vieux du
    système .

  6. Avec un CV comme celui de Messaoud, on peut prétendre au mieux à un poste de pré-emploi.
    Arrêtons d’aller dans toutes les directions pour justifier l’injustifiable, même en sachant que bcp de ministres du gouvernement sortant non aucune expertise dans leur domaine respectif.
    Ceci me rappelle le cas de Habib Chaouki qu’on a cherché de la cité U pour occuper un poste de ministre et d’un autre jeune cadre qui travaillait à l’époque dans le laboratoire de l’usine d’ El hadjar à Annaba qui a été installé comme ministre de l’industrie.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here