Des habitants d’Aokas réclament l’ouverture des cafés durant le Ramadan

7
208

AOKAS (Tamurt) – Plusieurs personnes de la localité d’Aokas, ville côtière situé à 30 km l’ouest de Bougie, activent et réclament l’ouverture des bars, restaurants durant le mois de ramadan. Une initiative largement saluée et cautionnée par les habitants de la région. « Le nombre de jeûneurs  se compte sur les doigt d’une seule main chez nous et ils ne sont pas contre l’ouverture de cafés durant le ramadan.

Banderole Aokas
Banderole Aokas

Il est injuste d’interdire  aux commerçants d’ouvrit durant le mois de ramadan. Toute la population doit se soulever et mettre fin à cette injustice », préconise Halim, un jeune d’Aokas que nous avons contacté à ce sujet. Des banderoles sont accrochées par les activistes au niveau de certains endroits de la cette ville à vocation touristique  pour exprimer leur revendication. On parle même de l’organisation d’un déjeuner  en plein jour et en plein public à Aokas. Les jeunes de la localité sont exaspérés et ont du mal à cacher leur colère devant l’interdiction d’ouverture des restaurants et cafétéria  durant le ramadan.

« Même au nom de la religion les autorités n’ont pas le doit de nous imposer d’observer ou pas le jeûne. Chacun est libre. Que celui qui est pratiquant ne rentre pas dans ces commerces et point à la ligne », nous déclare avec colère notre interlocuteur.  A travers toute la Kabylie, la population dénonce les lois islamistes du régime d’Alger. Même les kabyles musulmans sont en général pour la liberté de culte. A signaler que plusieurs restaurants sont ouverts clandestinement durant le mois de ramadan en Kabylie, plus particulièrement dans les zones rurales.

Ravah Amokrane News 

7 COMMENTS

  1. EN TANT QUE PEUPLE LAIC il est temps de boycotter les lois islamique en kabylie avec l ouverture de tous les commerces restos bars cafes … apres chacun et libre de suivre la voie qu il veut …

  2. Certains bigots qui par passent leur temps à donner des leçons de morale aux militants se portent absents dès qu’ils s’agit de soutenir la liberté d’opinion, comme si la laïcité pour eux est uniquement synonyme de respect du seul point de vue religieux. La laïcité est la liberté de conscience c’est à dire du respect de tous les points de vue qu’ils soient religieux ou athée ou autre, qu’ils soient majoritaires ou minoritaires. Chacun doit être libre en Kabylie d’opter pour une idéologie, une philosophie ou une religion de son choix, et ce quelque soit le nombre de citoyens concernés. Les libertés individuelles sont aussi sacrées que les libertés collectives.

    Voilà justement une différence fondamentale entre le projet de société Kabyle et celui des algériens. Nous voulons une république laïque ou la démocratie et la liberté iront de paire. Ce n’est pas le cas des algériens, qui tout en aspirant comme c-tous les peuples à la liberté et à la démocratie, sont en revanche opposés catégoriquement au principe de la laïcité. Le terme laïcité est même banni des textes algériens, pas seulement à cause de l’idéologie du pouvoir mais le peuple algérien ne se reconnait pas dans la laïcité. Un exemple typique de cette différence est la position des uns et des autres vis à vis du ramadan : les Kabyles considèrent que cela relève de la liberté de chacun et par conséquent l’ouverture des restaurants ne dérange nullement ceux qui observent le jeûne, en revanche pour les algériens il est strictement interdit à chacun de ne pas observer le jeûne et par conséquent ils sont majoritairement d’accord pour interdire l’ouverture des restaurants.

    Le principe de laïcité est inscrit dans la constitution des Etats démocratiques à travers le Monde, il est en revanche banni des constitutions d’autres pays. Les lois d’un pays doivent se conformer à sa constitution. Ainsi, l’algérie, par la volonté de sa majorité écrasante arabo islamique, ne peut avoir dans le futur comme dans le présent qu’une constitution d’où est bannie la laïcité. Les lois algériennes seront donc des lois anti-laïques puisqu’elles ne peuvent pas contredire la constitution dite Loi Fondamentale. Ceux qui veulent pour la Kabylie une autonomie au sein de l’algérie condamnent donc les Kabyles à vivre sous la constitution algérienne car il ne peut y avoir deux constitutions dans un même pays. Ils condamnent par avance les Kabyles à vivre comme aujurd’hui sans vraie liberté, ils seront comme aujourd’hui pourchassés par les gendarmes pour non observation du jeûne. Et plus grave encore les femmes Kabyles subiront toujours l’injustice et un statut inférieur dû aux lois qui découlent de la constitution arabo islamique algérienne.

    Seule l’indépendance de la Kabylie peut garantir une vraie liberté de conscience pour les Kabyles, le respect de toutes les religions, une vraie égalité en droits entre les hommes et les femmes, l’abolition définitive du code de la famille propre aux algériens. Nous ne pouvons hypothéquer l’avenir de la Kabylie en misant sur une improbable volonté des algériens à opter pour la laïcité. Personne ne peut miser sur ce cas qui n’a qu’1 chance sur un milliard d’avoir lieu, car les algériens comme tous les autres peuples dits arabes ou qui se revendiquent comme tels sont attachés à leur culture millénaire, et ils en sont fiers, et c’est bien leur droit le plus absolu. Des algérianistes Kabyles prétendent pouvoir changer les algériens pour les amener à la laïcité ! Cela est aberrant et d’une prétention exagérée, la réponse des algériens leur a été donnée à toutes les élections algériennes : en un mot pas de vote ni pour le rcd ni pour le ffs. D’autres algérianistes persistent à maintenir la Kabylie au sein de l’algérie avec l’espoir chevillé au corps que les algériens changeront d’eux-même et viendront un jour à la laïcité, c’est de l’optimisme béat et de l’aventurisme au dépens de la Kabylie, et c’est mépriser l’attachement de ces algériens à leur idéologie arabo islamique.

    Qu’on nous montre une voie pour la Liberté autre que l’indépendance, et on la suivra ! Le statu quo conduit à l’assimilation, à la disparition de son identité ou à l’esclavage.

  3. la démocratie dans le cadre islamique c’est ce qui a été déclaré dans la lettre de novembre ; ce passage repris intégralement d’un article de la constitution Egyptienne comme d’ailleurs le reste des pays khoroto-musulmans

  4. Comment M Ravah osez vous parler au nom des gens d’Aokas ? Vous n’etes meme pas de la région. Ma belle famille est d’Aokas et très peu (les doigts d’une main comme vous dites) ne font pas le jeune du Ramadhan. Au contraire et à plusieurs reprises ils ont demandé la fermeture desz bars (qui attire la faune nocturne on respectueuse des familles venant de l’Oranie). de grace alors, parlez pour vous et non en celui des autres.

  5. pour quelle raison ceux qui ne jeunent pas demandent l’ouverture des restaurants tout simplement que chez eux il ne trouvent rien à se mettre sous la dent car les parents eux respectent le ramadhan et refusent de leur faire à manger.
    je suis un vieillard qui a longtemps vécu avec des berbéristes, chacun ayant le droit d’avoir les opinions qu’il veut sur cette pauvre tamurt où pour certains comme moi (arabophone) doivent accepter les insultes de cette autre partie de la composante s’arrogeant le droit de propriété de ce pays, où en fait il ne fait pas bon vivre ni pour les uns ni pour les autres mais j’aimerais par contre donner mon point de vue avec la permission de certains:
    pourquoi ne pas fédérer l’Algérie chaque fédération aura ainsi le droit de légiférer selon les bons vœux de la population locale , puisque nous aimons copier les occidentaux faisant comme eux,
    pour mon compte si la kabylie devient autonome bien c’est une expérience et ce sera un modèle à suivre pour toutes les régions de ce pays.
    bien que situé hors d’une région berbérophone notre douar porte le nom de tagousimt et ses habitants ath zigham qui est un anagramme du mot mazigh .
    et si la petite mère loumima tamurt est malade c’est un peu de notre faute à tous qui vivant dans l’indifférence totale de tout ce qui nous entoure n’avions jamais pensé à créer ce lien d’amour qui unit les autres peuples.
    du temps de la France nous chantions une chanson « Algérie ô pays de rêves de lumière et d’enchantement »
    malgré l’absence de ces trois qualificatifs j’aime l’Algérie.
    A mes compatriotes œuvrez pour une vie meilleure certes mais laissez la religion hors de votre acharnement le combat contre ALLAH est vain.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here