L’UGTA et le FCE défendent Ali Haddad

6
156

ALGÉRIE (Tamurt) – Après avoir été humiliés et offensés par le premier Ministre Abdelmadjid Teboune, l’homme d’affaires Ali Haddad et le patron des syndicalistes Madjid Sidi Saïd, ont actionné leurs deux organisations pour ouvrir le feu sur Tebboune. Un communiqué, premier du genre mais sans doute pas le dernier, a été rendu public, ce mardi, afin de réagir à ce qui s’apparente à une guerre des clans à peine voilée.  

En plus de l’UGTA et du FCE, six autres organisations patronales ont pris la défense de Sidi Saïd et Ali Haddad en s’en prenant, en même temps à Tebboune en des termes, certes pas virulents, mais qui reflètent et confirment qu’il y a vraiment un bras de fer entre les deux parties. Ainsi, le traitement réservé à Haddad et Sidi Saïd, lors d’une cérémonie officielle, ayant eu lieu samedi dernier près d’Alger, a été déploré et dénoncé dans le communiqué en question où l’on peut même lire entre les lignes des menaces en direction de Tebboune. Ce dernier serait, selon les rédacteurs du texte, en train de porter atteinte « à la cohésion au plus haut niveau de l’Etat construite depuis plusieurs années ». Dans le communiqué en question, les organisations patronales et l’UGTA soulignent : « Les signataires du Pacte national économique et social de croissance, UGTA, FCE, CNPA, CIPA, CAP, UNI, CGP-BTPH, AGEA, expriment leur vive préoccupation après le traitement réservé au président du FCE, Ali Haddad, le samedi 15 juillet 2017 à l’Institut supérieur de la Sécurité sociale ».

Et d’ajouter : « Le geste de Abdelmadjid Tebboune, qui ordonné à ce que Haddad n’assiste pas à la cérémonie de remise de diplômes qu’il devait présider, a indéniablement porté préjudice au Pacte économique et social ». Les « avocats » de Haddad ajoutent : « La sagesse et la sérénité nous commandent de ne pas y voir, pour l’instant, un coup de canif au consensus douloureusement construit et qui porte, par le geste de Monsieur le Premier ministre, indéniablement préjudice à l’esprit et la lettre du Pacte national économique et social de croissance, moment fondamental de la consécration de la culture du dialogue social entre le gouvernement et ses partenaires sociaux ».

La déclaration souligne que l’acte incriminé est difficilement admissible.  En revanche, à aucun moment, le communiqué ne fait allusion à ce que cache véritablement cet incident très grave qui démontre que la cohésion apparente au plus haut sommet de l’Etat n’est qu’une façade factice, menacée d’effondrement à tout moment. Surtout que la guerre des clans est relancée, à moins de trois ans des élections présidentielles.

Tahar Khellaf pour Tamurt

6 COMMENTS

  1. Les kds sont en train de comprendre qu’on n’ a plus besoin d’eux.
    L’intervention du chef de la dgsn à propos des subsahariens pour contrer ouyahia entre dans le même ordre d’idées.

  2. A l’image de REB – El-DJAIR, les K.D.S (Amara BENYOUNES, SIDHUM Said, Ali HADDAD, OU-YAYA et SELLAL) ne sont plus en odeur de sainteté en haut lieu, leur mission: (trahison de leur patrie la Kabylie) est terminée, ils ne servent plus à rien… !!!
    Ces androïdes, d’OUJDA, savent comment manipuler les pauvres kabyles pour les jeter par la fenêtre, une fois usés, comme un papier mouchoir…..!!!

  3. Un syndicaliste qui défend le patron des patrons à moins que ce ne soit un patron qui vient au secours d’un autre patron. Allez savoir !
    La devise  » prolétaires de tous pays, unissez vous », en Algérie elle est traduite par « patrons du pays, unissez vous ».
    Je comprends mieux pourquoi on l’appelle le pays des Mickey .

  4. Il a fini comme Amara benyounes , touffik, , Sellal , Ramdane lamamra bientôt ça sera le tour du borgne El Hadi ould Ali . On utilise les kabyles pour faire la promotion et les campagnes électorales de tyran , on leur accorde un poste dans des ministères , pour les services rendus dans leur rôles de courtisans du roi , puis on les éjecte . Les kabyles sont persona non grata au pouvoir et à l armée , on leur fait appel pour exploiter leur savoir faire et leur instruction . Ali haddad a été bien remercié pour les services rendus à Boutesrika et compagnie en l empêchant d assister à une réunion . Bien fait pour sa gueule .

  5. Les avocats de Haddad menacent directement le deuxième premier ministre de Boutef (le premier c’est sont frère Saïd. Je le dis à Tebboune au cas ou lui même ne le saurait pas) de mesure de rétorsion de tous les organismes qui se cachent sous les acronymes UGTA, FCE, CNPA, CIPA, CAP, UNI, CGP-BTPH, AGEA qui représentent au moins autant de divisions militaires que l’armée algérienne.
    A quand le premier baroud ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here