Pour la libération immédiate et inconditionnelle de Massinissa

1
150

COMMUNIQUE (Tamurt) – Le 29 du mois dernier, la gendarmerie algérienne a procédé à l’arrestation au chef-lieu d’Ifarhounene, du jeune artiste et militant souverainiste Massinissa Ben Alioua. Le lendemain, il a été présenté devant le procureur et mis sous mandat de dépôt en attendant son procès qui s’annonce joué d’avance. Accusé à tort et sans fondements, le dossier est monté de toutes pièces pour attenter à la liberté d’un jeune militant.

Nous dénonçons énergiquement cette énième ignominie. De surcroit elle intervient  la veille de la célébration mondiale de la journée internationale des droits humains. Ainsi l’état algérien ne cesse de prouver au monde entier, de scandales en bavures depuis 1962, son caractère colonial agissant en pays kabyle et discriminant son peuple. Devant cet acharnement, la jeunesse kabyle se mobilise en faveur de l’avènement d’un État moderne et indépendant qui garantira la pérennité de notre existence, la promotion de notre langue et culture. L’état algérien qui n’est qu’un instrument au service de l’entreprise coloniale arabo-islamiste, ne ménage aucun effort dans sa provocation et ses atteintes envers la grande famille politique souverainiste kabyle en particulier et la Kabylie en générale. Il nourrit l’espoir qui n’est un secret pour personne de provoquer un autre printemps sanglant. A l’image de notre camarade Massinissa, le peuple kabyle et ses forces souverainistes, ne cesseront jamais de répondre par l’intelligence à la bêtise et à la barbarie. Par de la résistance à l’excitation honteuse d’une colonisation aux abois qui tente vainement d’endiguer la marche majestueuse du peuple kabyle vers son but ultime d’édification de son Etat. Par de  la solidarité aux tentatives désespérées de semer les graines de la discorde.

La contestation populaire qui gagne toute la Kabylie, est à inscrire non seulement dans le cadre du recouvrement du pays Kabyle de sa complète souveraineté perdue depuis 1857. Mais aussi dans la mobilisation populaire  et la lutte pour la libération de tous les Kabyles qui se trouvent en ce moment dans les geôles algériennes, et la liste ne cesse de gagner en épaisseur : Slimane Bouhafs, Merzoug Touati, le poète Moukrani Samir et maintenant Massinissa Ben Alioua , sans oublier la dizaine de militants kabylistes privés de leurs passeports et de leur droit à la libre circulation depuis des mois que ce soit ici à Tamurt ou dans la diaspora. Peuple kabyle, ton combat est à l’image de tes enfants : digne. La gravité de la situation nous dicte l’impératif rassemblement autour d’un idéal commun qui est la construction d’une république de Kabylie moderne et indépendante. Pour se faire, tout un chacun doit s’imposer le réalisme, l’humilité, la solidarité et l’union dans la diversité. Nos vrais ennemis, les tenants du colonialisme arabo-islamiste, nous attendent au tournant, à nous d’être vigilants, intelligents et responsables

Vive le Peuple kabyle libre et indépendant

Bouaziz Ait Chebib
Nacer Tigrine

1 COMMENT

  1. Massinissa est en prison depuis 12 jours pour avoir osé expliquer le projet du MAK sur facebook. Son implication dans les pièces de théâtre autour de grandes œuvres pour apporter sa critique de notre société , en faisant participer les enfants, dérange au plus haut point.
    Il a eu le malheur d’expliquer le projet du MAK, de s’y impliquer et de critiquer la construction de casernes qui nous ramènent du terrorisme: il a été emprisonné pour apologie du terrorisme alors que ces derniers sont créés et instrumentalisés par les donneurs d’ordres au pouvoir.
    La Kabylie paie encore un lourd tribu pour sa soif de liberté, sa liberté d’expression et son inébranlable envie de recouvrer son indépendance !
    Toute notre gratitude Massinissa pour ton combat, que tu puisses retrouver la liberté rapidement et vive notre Kabylie libre et indépendante !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here