Que deviendrait la Kabylie, si le régime algérien chutait ?

6
1725
Liberté pour la Kabylie
Liberté pour la Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – La révolte populaire en Algérie risque de tourner au vinaigre. La Kabylie, qui était toujours emportée par la tourmente des guerres et des manifestations algériennes, ne s’en est jamais sortie gagnante. son implication dans les affaires de l’Algérie a toujours été préjudiciable à son honneur et à sa réputation.

L’affaire « Bouteflika », vieux, jeune, grabataire ou vigoureux, ou autres, ne la concerne pas. Le plus important est de préserver son énergie pour parer à la chute de l’Etat algérien. S’organiser pour faire face à de nouvelles situations ou scénarios afin de proclamer son indépendance.

La chute de l’Etat algérien pourra jouer en sa faveur comme en sa défaveur. Tout dépendra de la position du peuple kabyle au cas ou le chaos l’emporte en Algérie. Il ne sert absolument à rien de prendre part à la révolte algérienne. Le peuple doit garder son calme, ses comités de villages et s’emparer des institutions en place au moment opportun. Les clans du régime essayent chacun à sa manière de faire impliquer la Kabylie, mais peine perdue, pour le moment.

Le refus des deux partis politiques kabyles, le FFS et le RCD, de s’impliquer dans la présidentielle algérienne est une occasion supplémentaire pour la Kabylie de s’unir ne serait-ce que conjoncturellement. Pour le moment, hormis Mokrane Aït-Larbi, aucune personnalité politique kabyle n’est impliquée dans ces présidentielle. Un autre avantage pour la Kabylie. Par contre, si jamais les Kabyles commettent l’erreur de s’impliquer dans cette mascarade, ils le payeront encore une fois cher comme par le passé. Il est temps pour la Kabylie de se démarquer. Le monde est témoin.

Ravah Amokrane

6 COMMENTS

  1. Si la situation dégénère, la kabylie désarmée se trouvera face d’une part a l’oligarchie prédatrice qui n’hesitera pas à s’unir aux islamistes et d’autre part face à l’armée, qui quoi que divisée, n’hésitera pas à s’attaquer aux kabyles qui seront désignés comme le prolongement de l’ennemi extérieur pour unir ses rangs. Tout les militaires du rang, et les officiers subalternes, devraient défendre la terre de leur ancêtres la kabylie. La diaspora kabyle devrait se tenir prête, à apporter le soutien politique et financier nécessaire à ceux qui vont lutter sur le terrain. Un scénario a la Syrienne ou a lAfgane de l’époque de Najibullah, n’est pas à exclure, si des forces extérieures entre en jeu, les kabyles ne devraient pas accepter de devenir les « Yazidis » des arabos islamiques et accepter que leurs filles soient vendus sur internet par les barbus qui viendraient des quatres couns de la planète.

  2. Le grand risque n’est pas entre Kabyles et arabes, parcequ’ils- les arabes – savent que la Kabylie a ses institutions et son terroir culturel dans lesquels notre peuple se ressource et en tire les pratiques politiques. Le comble est que le reste de l’Algerie a l’islam comme substrat culturel comme identité de rèference, comme l’Algérie est un gruyère là où vous croyez avoir des algériens se cachent souvent des kouliglis qui manipulent, l’ouest est culturellement marocain l’est est plus irakien et les chaouis ne se metteraient jamais contre l’armée et donc l’unique lien politique serait l’islamisme. Pour la berbérité, les mozabites qui préferent le caractére arabe meme pour transcrire Thamazight trouveraient refuge dans leur islamisme.
    En sommes, la oumma s’affirmera clairement et les clivages seront les differentes pratiques islamiques, ce qui rendra accéssible l’Etat islamique comme necessité.

    • Nous avons vu le scénario à une échelle réduite se produire au M’Zabe. Les Chambis, arabes, instrumentalisés par les services du régime ont pillé, volé, incendié et massacré les Mozabites. Les médias Algériens et le reste des algériens ont désigné les victimes mozabites comme coupables, coupables d’être à la solde de l’étranger et coupable de diviser la « oumma » parce que de rite » Ibadites ».

      • En effet malgré le fait que les mozabite soient arabisants et exigent la transcription de Thamazight en caractère arabe, ils restent percues comme corps étranger par le fait que l’identité religieuse n’admet pas de différenciation meme minime comme entre malékites et ibadite, la selection est toujours pointue. C’est leurs contradiction ils sont islamistes et arabisants par option et entre laicité et république islamique ils choisiront l’islam. Ils sont l’exemple réduit de ce qu’est le rapport entre l’Algérie arabe et islamique et les monarchies arabes du golfe, plus on s’arabise moins l’on est réspécté. Il n ya pas de polycentrisme en islam parce qu’il est religion et identité, qui en est membre est d’abord dépersonnalisé pour rentrer dans la masse/oumma.

        • Le vote Mozabite en 1992 a plus bénéficié au RCD ET FFS qu’au fis ou au FLN, d’où la décision de la police politique de réduire cette solidarité naissante entre la Kabylie et le M’Zab. Cela aurait pu donner des idées aux Touaregs, surtout qu’a un moment donné, le Dr Kamel eddine Fekhar et ses partisans les plus éduqués se sont rapprochés des idées politiques des autonomistes du MAK avant 2010. Pour le régime c’est le casus belli. Ceci pour dire qu’il peut y avoir convergence entre la kabylie laïque et certaine minorités religieuses qui savent que leur existence sera menacée par l’arrivée des islamistes au pouvoir.

          • Je suis allé en 82 et c’était un peuple autonome en tout. Je ne connais pas les partis, il est impératif de soutenir le MAK meme si l’on fait pas partie, car il y a la sauvegarde de la dimension civilisationnelle. Une fois divisés le régime s’emparera de toute la kabylie. L’erreur de Said saadi est d’avoir cru que l’enjeu serait la représentation dans le parloir arabe, résultat, ni le RCD ni le FFS ne sont que l’ombre de ce que le régime leurs donne en charité

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here