Déclarations de Kamel Daoud: vague d’indignations en Kabylie

13
6774
Kamel Daoud
Kamel Daoud

KABYLIE (TAMURT) – Les dernières déclarations sur la Kabylie, faite par l’écrivain-journaliste Kamel Daoud, dans son article écrit en guise d’hommage au chanteur Idir, ont provoqué une vague d’indignations en Kabylie. De nombreux écrivains et militants ont dénoncé les affirmations de l’auteur de « Meursault, contre-enquête».

L’une des personnalités à avoir réagi est Rachid Oulebsir, écrivain et éditeur qui, sous le titre de « le bon Kabyle selon Kamel Daoud », souligne « Je viens de lire la sortie de Kamel Daoud après le décès du chanteur Kabyle Idir, Daoud voit dans Idir l’exemple parfait du  »Bon Kabyle  » qui s’occupe de sa guitare et pas de politique ! ». Rachid Oulebsir enchaine : « Kamel Daoud vient d’ouvrir le bureau de délivrance des certificats de bonne « Algerianité » d’où sont exclus toutes celles et tous ceux qui manifesteraient une quelconque accointance avec ce qu’il appelle la famille identitaire qu’il aligne sur la famille révolutionnaire légitimiste et la famille islamiste criminelle ».

De son côté, le romancier-journaliste Tahar Ould Amar (auteur du roman « Bururu » a souligné, en guise de réaction aux dires de Kamel Daoud : « Oui, la Kabylie est sublimée. Mais elle n’est ni haine ni vanités reconverties en radicalités. Le « ghetto » est juste un fragment, pas des moindres, de votre algérianité claironnée. Cependant, je me joins à votre prière : puissions-nous un jour guérir comme Idir ».

De son côté, l’intellectuel et journaliste Amar Nait Messaoud réplique en soulignant : « Si j’ai une réserve à émettre au sujet de l’article de K. Daoud, c’est bien cette façon un peu trop facile de créer l’amalgame dans ce qu’il appelle les radicalités, les monopoles, l’accaparation , en en citant une série: la famille révolutionnaire , les enfants et les petits enfants de chouhadas et de moudjahidine,… et ceux qui ont tenté de définir l’amazighité par l’exclusivité, la famille identitaire, celle qui croit que les racines sont aussi un monopole pour fonder une supranationalité, une algérianité meilleure que celle des autres, une caste ou une race ». Pour Amar Nait Messaoud, « Si Daoud croit avoir décelé quelque part ce genre d’attitude ou de philosophie, lui, l’intellectuel averti, est censé savoir que c’est là une minorité écrasée par la culture et l’engagement de Idir au beau visage qui fait l’effet de la mer calme e voyageuse, pour reprendre les termes de Daoud ».

Des centaines d’autres réactions n’ont pas tardé à pleuvoir, à Bgayet, Tizi Ouzou et Bouira, après les déclarations faites par Kamel Daoud qui compte pourtant de nombreux lecteurs aussi bien de ses romans que de ses chroniques à l’époque où il signait au « Quotidien d’Oran ».

Tarik Haddouche

13 COMMENTS

  1. Idir n’était effectivement pas un chanteur très engagé au sens où Kamel Daoud définit l’engagement identitaire et souverainiste des kabyles indépendantistes, mais il était cependant engagé d’une autre manière, car n’oublions pas qu’il a été l’embassadeur le plus brillant et le plus diffusé de la langue et de la culture Taqbaylit. Il est aussi à noter que sa musique n’avait aucune connotation orientale, contrairement à beaucoup d’autres chanteurs kabyles qui se sont laissés emporter par la mouvance chaabi très chère à Mohamed Sifaoui. Par respect ne faisons pas dire à Idir ce qu’il n’a jamais dit, et rendons hommage à l’artiste, car l’engagement politique est une affaire personnelle. Ceci étant, le régime tyrannique arabo-islamiste avait rendu la vie sur place tellement impossible, qu’idir avait préféré s’exiler en France, très beau pays de liberté, laïque, démocratique et civilisé. On ne peut que le comprendre.

  2. Il faut boycotter le « journal » qui a donné de l’envergure au fumier. Quant aux arabes, les meilleurs d’entre eux vous demanderaient de vous autocensurer et aisni leurs reconnaitre la primauté de l’arabité. Paradoxalement les arabistes meme laics préfèerent l’islamisme à l’Amazighité. Sadam et Kadafi nageaient dans les limites de l’islam. La rupture ne peut etre partielle.

  3. K Daiud, à l’instar de ses compatriotes arabophones, porte en lui, dans son subconscient, la haine du kabyle instillée par des années de dressage dans le système éducatif algérien, puis par la propagande direct du régime et de son système médiatico-politique. Il est très difficile d’en sortir indemne. Ce système de dressage, au nom d’une unité nationale fictive, fait en sorte de mettre tout le monde dans le même moule. Durant plus de 50 ans, le slogan était : « un seul pays,( algérie terre arabe), une seule langue ( langue arabe, langue du coran); une seule religion ( l’islam); tous ceux qui s’en écartent sont voués aux gémonies.
    En bonne conscience, nourrit par ce système, K Daoud, pense, seul, détenir la vérité et prétend excommunier ceux qui pensent différemment. Il est, de ce point de vue, comme les intellectuels encartés, ceux qui ont une bride au cou; qui ne ratent jamais une occasion pour insulter et mener une campagne diffamatoire à l’encontre de ceux qui dérangent, les têtes qui dépassent, ….. les moutons noirs… .
    A la recherche des honneurs et des gratifications, sans rigueur d’analyse, et loin d’un idéal de réflexion intellectuelle qui échappe à la conjoncture, K Daoud, ne peut comprendre l’anthropologie kabyle, ce souffle, ce mécanisme qui met en marche l’ordre social et politique kabyle. Son esprit ne peut donc, accepter qu’une seule catégorie de kabyle, celle qui accepte l’enrôlement, celle qui se renie, pensant faire réussir le projet algérien.

  4. La France/arabie à ses pions, ils sont soient dans la version benadis soit pseudo laïcs qui fleurent avec le régime mais aussi ces tentacules du régime fait de demi-finale arabes demi-finale kabyle, qui forment le bureau arabe. Le  » journal  » liberté qui avait fait les louanges de benbadis offre le corps inerte de Yidhir comme levier contre les kabyles récalcitrants. Dans une tribune honteuse ce pseudo journal a donné place à l’arabisme, ou plutôt à un appel aux kabyles de se faire moins kabyles pour ne pas fâcher ceux qui sont déjà au sommet de la pyramide identitaire, les arabes et assimilés.

    Comme par hasard, le même jour lui fera écho alg360, qui publie la nouvelle mouture de la constitution à promulguer  » Après débat « . On y peut lire une panoplie d’ action, qui relèvent plutôt d’ un manque de cohérence contextuel que l’ administration devrait interdire. Comme par exemple interdire les comités de villages » qu’ on assimile à tribal « . Là c’ est les Araches qui sont visés, tradition ancestrale en kabylie..
    Cerise sur le gâteau et pour mieux cloître le débat identitaire on se limite à rappeler que thamazight restera telle qu’ elle est positionnée, nationale, et si vous faîtes les braves elle pour être officielle  »Après débat » . Un marché de dupes. Il est question de domestiquer la vision laïque et kabyle dans un Algérie arabe qui aura une langue officielle Amazigh, c’ est comme apprendre aux agneaux la langue des loups et en faire donc un troupeau unique.

  5. En général un arabophone,surtout celui de l’Afrique du nord,sauf exception très très minime (0.0001%),est automatiquement,anti-kabyle anti-amazigh de par son éducation arabo-islamiste haineuse formaté depuis son enfance.Cela pour ne pas dire par extension,contre toutes les cultures et langues du monde,à part la sienne,laquelle,au passage,fût,était,est un mélanges improvisé d’anciennes langues sumériennes,araméennes,chaldéennes,d’Iran et d’Inde ,etc.Un conseil ne croyez jamais un arabophone modéré ou « pieux »,sauf ou peut-être et seulement s’il est vraiment athée et encore çà reste à confirmer au cas par cas.

  6. C’est le future Berzidan que nous prépare le couple France/arabie. La  » constitution  » qu’on nous prépare a besoin de kabyles/ lessive, ceux qui essuient les crachats et continuent dans le rôle établit par les plus algériens, par le choix du destin venant du machrek/ arabe ou du Nord méditerranée.

    Jetez un coup d’oeil à la mystification constitutionnelle élevée à réforme on y peut voire toute l’ hypocrisie du régime qui a pour but de faire adhérer la kabylie à la discussion, puis comme à l’accoutumée infliger le fait accompli. De par les journaux l’ esprit de la truffe ressort comme avec le mouvement citoyens de 2001, quand l’État arabe islamique feignant le dialogue le temps de la normalisation/ récupération, puis renverser la table.

  7. Azul! Oui Kamel Doued nous sommes la famille identitaires et nous le resterons. Tu sais qui fait partie de cette famille aussi? Le grand, l’étoile qui ne s’éteindra jamais et qui continuera à éclairer nos nuits IDIR. Viens, joins toi à cette famille. Elle est tellement belle. Pleine d’amour de sagesse et du respect. Rejoins ta famille Kamel celle d’IDIR qu’il n’a jamais cesser de chérir. Le feu a lu le message de Yugurten et il l’a clairement dit il est fier d’en être le fils. Et le digne fils de ce grand homme qui ne cesse de traverser des millénaires. Nous sommes cette famille qui ne cessera d’éclairer le monde l’humanité et l’histoire. Le secret? On ne se renie pas. IDIR comme MATOUB, MAMMERI et plein d’autres étoiles qui continuent à briller sont la et le seront pour nous montrer le chemin pas de nord mais de l’Afrique du Nord. IDIR ne mourra pas. Il est éternel comme nos anciens rois et nos princes qui siégeront sur leurs thrones faits de asefru et de mélodie qui emplissent nos esprits. Kamel c’est ce que IDIR n’a cessé de dire et ne cessera de dire. Viens et prends ta place parmi nous ta famille si tu veux revenir.

  8. Je suis une chaoui et en ce moment je n’ai jamais été aussi Kabyle. TANNEMIRTH un milliards de fois, merci pour votre constance, merci de n’avoir jamais cédé, merci pour l’exemple. Merci MERCI MERCI. Je vous aime.

  9. Plus encore que K Daoud c’est le raciste mystificateur Youcef Benzatat, ou Benzototo, si l’on préfère, qui a commis la plus dégoûtante vomissure a l’endroit d’Idir, au deuxième jour du décès de l’artiste, sans aucun respect pour le deuil de sa famille et ses proches.
    Cette canaille à publié le 4 mai 2020 un texte sur Mediapart intitulé: “L’érosion d’Idir, de la régression vers le folklore au racisme fascisant”.
    Cet article a finalement été dépublié par Mediapart, mais il reprend les mêmes abjections qui ont été déjà publiées sous le même titre en 2015, relevé et dénoncé par Tamurt, également publié auparavant en 2013, articulet auquel il a rajouté une introduction dans laquelle, il dit ne pas faire partie de ceux qui font dans le battage médiatique et l’éloge d’Idir etc.

    Ce Benzototo, connu pour son antikabylisme primaire, ne manque jamais une occasion pour déverser son fiel sur tout ce qui touche à l’identité et la culture amazighes avec ses litanies creuses : le repli identitaire, la pureté ethnique et sa marmelade du grand métissage des Nord-Africains, sans aucun argumentaire scientifique, historique ou anthropologique.
    En réalité, le discours déroule ses paramètres et ses fourberies uniquement pour dévaluer l’emprise et la légitimité historique du socle amazigh en usant de contrevérités et d’inepties aussi farfelues les unes que les autres.

    Il est certain que la suppression du texte-vomi de l’écrivassier par Mediapart de son site est le signe indéniable du rejet de son contenu mesquin et diffamatoire.
    Il aurait été mieux de le garder en ligne pour que les gens puissent constater par eux-mêmes jusqu’où la bassesse peut conduire dans la morgue, l’infamie et l’indignité de tristes individus chargés de haine, dont ce Benzatat est le parfait exemple.

  10. « -En premier, il convoque l’islamisme qui compte à son actif plus de 200 000 morts et tue encore. »
    Erreur ces victimes, bien plus nombreuses, sont le fait des seuls généraux issu du clan du FLN corrompu et injuste imposé en 1962 par les armes et par le sang. Ils ont fait un nouveau putsch en 1992 interrompant les élections et déclarant la guerre aux civils pour maintenir leur dictature sur le pays et poursuivant sa destruction et celle de son peuple. Soyons juste et précis.

  11. « -En premier, il convoque l’islamisme qui compte à son actif plus de 200 000 morts et tue encore. »
    Erreur ces victimes, bien plus nombreuses, sont le fait des seuls généraux issu du clan du FLN corrompu et injuste imposé en 1962 par les armes et par le sang. Ils ont fait un nouveau putsch en 1992 interrompant les élections et déclarant la guerre aux civils pour maintenir leur dictature sur le pays et poursuivant sa destruction et celle de son peuple. Soyons juste et précis.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here