Tizi Ouzou : les transporteurs refusent de reprendre le travail

0
1140
Greve des transporteurs Tizi Ouzou
Greve des transporteurs Tizi Ouzou

TIZI OUZOU (TAMURT) – Les transporteurs de voyageurs exerçant sur le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou ont refusé de reprendre le travail après trois mois de cessation d’activité suite aux mesures prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie du coronavirus. Parmi les raisons de cette colère, figure en tête la hausse du prix du carburant.

C’est donc une décision ferme qui a été prise par les transporteurs de la wilaya de Tizi Ouzou lesquels ont été les plus affectés par les mesures liées à la lutte contre la maladie de Covid-19. En apparence, ils ont donc tout intérêt à renouer avec leur activité. Mais expliquent-ils, dans les conditions actuelles, il leur est guère possible de reprendre le travail. En effet, l’autorisation de la reprise du travail coïncide avec la mise en œuvre de l’augmentation des prix des carburants en Algérie. « Avec l’augmentation des prix des carburants, il nous est impossible de travailler car notre activité ne sera plus rentable avec la mise en œuvre des nouveaux prix », ont expliqué les concernés. Ces derniers ajoutent aussi que leur situation est aggravée avec les conditions exigées pour la reprise de l’activité.

En effet, les transporteurs sont obligé de diminuer le nombre de passagers par navette de moitié afin d’assurer la mesure de distanciation sociale à l’intérieur des véhicules. « Déjà qu’avec le fourgon plein, notre activité était à peine rentable, qu’en serait-il avec les nouvelles mesures, c’est impossible de travailler avec de telles conditions ajoutée à la hausse du prix de l’essence », dénoncent les représentants des transporteurs de voyageurs de la wilaya de Tizi Ouzou qui ont observé un rassemblement de protestation devant le siège de la wilaya.

Dans le même sillage et pour dénoncer la hausse des prix des carburants, des transporteurs de marchandises ont barré la route Tizi Ouzou-Bgayet, hier, à hauteur d’Azazga (RN 12). Ces derniers dénoncent la mesure en question en affirmant qu’avec les nouveaux prix de l’essence, ils risquent de mettre la clé sous le paillasson.

Tarik Haddouche

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here