Demain, la Kabylie se prononcera sur son indépendance

0
4608
Kabylie libre et indépendante
Kabylie libre et indépendante

COMMUNIQUÉ URK (TAMURT) – L’administration coloniale algérienne, en Kabylie, s’est d’ores et déjà emparée du nombre de votants recquis pour valider le prochain referendum sur la révision de la constitution algérienne. Ce tour de passe-passe a été rendu possible, grâce aux relais du pouvoir algérien, qualifié de KDS par la population. Ils ont été discrètement convoqués par l’administration pour offrir leur voix aux autorités coloniales algérienne. 

À Bgayet, Tizi Wezzu, Tuvirett, Bordj et Boumerdes des centaines de milliers de « oui » ont été recueillies. Ce chiffre sera additionné au nombre de votants des corps constitués. Il suffira pour légaliser le vote en Kabylie et rassurer les autres peuples d’Algérie quant à la participation des Kabyles. 

L’Union pour la République Kabyle (URK) informe l’opinion nationale kabyle et internationale que la Kabylie ne reconnaît pas ce vote algérien sur son territoire. Elle boycottera massivement ce referendum et les autres élections algériennes à venir pour la simple raison que ces élections ne la concernent pas. Ce n’est pas ce qu’elle revendique ni ce qu’elle souhaite. Le peuple kabyle demande à s’exprimer sur son propre destin. Seul un referendum sur son autodétermination l’anime. L’occasion lui sera offerte de confirmer son désir d’indépendance – déjà exprimé le 12 décembre 2019 – à chaque fois que l’Etat algérien viole son territoire en y organisant des élections qui ne la concernent pas.

La question qui anime les Kabyles est plutôt de savoir quand le débat sur l’indépendance de la Kabylie aura lieu. Si les islamistes et les démocrates algériens, qui se découvrent des vertus de modernisme et d’ouverture sont sérieux et soucieux du devenir de l’Afrique du Nord et de ses peuples, ils ne peuvent pas au nom de la démocratie repousser ce débat. Selon ces deux tendances, qui bipolarisent actuellement le débat, le gage d’émancipation du pouvoir actuel est l’écoute, le refus d’exclusion et de marginalisation des forces politiques existantes. Par conséquent, l’indépendance de la Kabylie s’impose aux algérianistes.  C’est l’équation qui attend et les islamistes et les démocrates algériens. À défaut, ils ne seront, pour nous, que des instruments des services algériens pour la pérennité de la dictature d’un Etat colonial. Pour l’URK, seuls les pourparlers sur l’autodétermination de la Kabylie seront considérés.

En attendant, soyons mobilisés pour la libération de tous les militants indépendantistes kabyles ainsi que de tous les détenus politiques. L’Etat algérien doit cesser sa politique de harcèlement pratiquée sur les femmes et les hommes libres des peuples d’Algérie. La terreur et l’obscurantisme sont condamnés par le temps. L’URK condamne la tyrannie et l’obscurantisme exporté par des pays tel l’Algérie dont est victime Samuel Paty. Que sa famille trouve ici l’expression de notre profonde sympathie. Notre solidarité aussi au généreux peuple français.  

La Kabylie a hâte de goûter à la liberté. Elle n’attendra pas éternellement sa libération. Il est vital pour elle de retrouver sa place parmi les Nations libres. Si les Algériens veulent nous en empêcher, l’avenir les dissuadera. Notre démarche épouse celle du siècle et notre détermination n’a d’égal que notre ambition de liberté. À travers le prochain referendum, la Kabylie confirmera l’existence éphémère du Hirak et la fin de l’aventure algérienne en Kabylie. L’indépendance de la Kabylie s’approche chaque jour un peu plus. Soyons prêt à s’en emparer pour ne plus jamais la relâcher ! 
 
Lyazid Abid
Porte-parole de l’URK 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here