Algérie : L’hypocrisie des internautes algériens qui appelaient à brûler Djamel Bensmaïl avant de découvrir son innocence

0
2298

TAMAZGHA (TAMURT) – Les algériens qui veulent faire le procès à toute la Kabylie sur l’assassinat de Djamel Bensmaïl, victime d’une machination ourdie soigneusement fomentée par les services secrets algériens, appelaient eux-mêmes au lynchage du défunt sur les réseaux sociaux. Lorsqu’il s’est avéré que le défunt était innocent, ils ont changé de discours, se sont transformés subitement en humanistes et s’acharnent sans retenue sur le peuple kabyle. Mais, leur terrible hypocrisie a été immortalisée sur le réseau social Facebook.

L’annonce de l’arrestation d’un présumé pyromane à Tizi Wezzu par certains médias algériens avait suscité une grande indignation auprès des internautes algériens. Ceux-ci appelaient massivement à l’exécution de l’individu appréhendé à travers des posts pleins de haine. L’on a pu vérifier cette triste réalité sur la page Facebook de la chaine algérienne El Djazairia One. Des milliers de commentaires d’internautes algériens, écrits en arabe, exigeaient tout simplement la mise à mort de Djamel Bensamaïl, en le brûlant, parfois même au nom d’un châtiment divin. Pour Me Bakouri Amirouche, avocat au barreau de Vgayet, il s’agit là « d’incitation à la mort et à brûler », ce qui est puni par la loi. « L’incitation à la mort a été aussi attisée à travers ces commentaires. Nous sommes devant un crime abominable auquel ont appelé beaucoup de gens à travers leurs commentaires sur la nouvelle de l’arrestation du défunt », a réagi cet avocat, tout en appelant le procureur de la République à ouvrir une enquête sur « ce crime électronique flagrant».

L’ironie est que ces mêmes algériens qui ont exigé le meurtre du fils de Miliana, accusent aujourd’hui, non seulement les kabyles qui étaient présents sur la scène du crime, mais tout le peuple kabyle, d’avoir tué un innocent. Pour Bakouri Amirouche, ces internautes sont aussi coupables. Malheureusement, cette hypocrisie est présente dans les sociétés dominées par la culture arabo-islamique. Elles se réjouissent lorsque des groupes terroristes islamiques commettent des attentats contre les occidentaux, elles justifient ces crimes, et en même temps, elles désirent vivre dans ces pays qu’elles qualifient de « mécréants ».

Arezki Massi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here