Covid-19 : les enseignants de tamazight en deuil

0
772
HAMDANE MERAIHI
HAMDANE MERAIHI

KABYLIE (TAMURT) – La maladie de la covid-19 vient encore de frapper dans les milieux du combat identitaire amazigh et celui des enseignants de la langue kabyle. Hamdane Meraihi vient de nous quitter.

Le monde de la culture et de l’identité amazighes, et la Kabylie de manière générale, sont encore endeuillés par la maladie de la covid-19. Cette fois-ci, c’est Hamdane Meraihi, un homme humble pétri de qualités humaines, un militant sincère et dévoué de la cause identitaire amazighe, qui vient de décéder. Le regretté Hamdane Meraihi a lutté pendant des semaines contre le coronavirus qu’il a contracté dans le sillage de la très virulente troisième vague. Depuis des semaines, tous ses amis, à Boumerdès, à Bgayet, Tizi Ouzou, Alger, Bouira, etc. n’ont pas cessé de prier pour lui. L’espoir pour que Hamdane Meraihi s’en sorte a été gardé jusqu’à l’ultime seconde comme en témoignent l’infinité de messages partagés par ses amis sur les réseaux sociaux.

Jusqu’à la veille de son décès, on n’a pas cessé d’espérer que Hamdane Meraihi s’en sorte vivant. Mais, en ce triste et fatidique 23 août 2021, l’information fatale de son décès a circulé telle une trainée de poudre. Le choc a été brutal et total. Les enseignants de tamazight, des quatre coins de la Kabylie ont été anéantis par la nouvelle du décès de Hamdane Meraihi. Le défunt est l’un des plus anciens enseignants de langue tamazight. Il a fait partie de la toute première promotion d’enseignants de tamazight, portant le nom de Mouloud Mammeri et ayant commencé à enseigner dans les écoles dès la rentrée scolaire 1995/1996. Le défunt enseignait dans la commune d’Ait Amrane, dans le département administratif de Boumerdès. Les anciens militants de la cause berbère et du Mouvement Culturel Berbère ont aussi reçu la nouvelle de la mort de Hamdane Meraihi avec une immense consternation.

La liste des militants de la cause berbère, décédés après avoir contracté le coronavirus, s’allonge donc. Le coronavirus a déjà emporté les militants Boussad Boudiaf, Rachid Ait Ouakli (l’un des 24 détenus d’Avril 1980), Abderrahmane Si Ahmed, Samir Arkam, Cherif Melbouci, etc.

Idir Tirourda

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here