URK : Lyazid Abid élu nouveau Secrétaire général

0
146
Lyazid Abid, URK
Lyazid Abid, URK

KABYLIE (TAMURT) – Les membres du secrétariat de l’Union pour la République kabyle (URK) viennent d’élire Lyazid Abid au poste de secrétaire général de ce mouvement indépendantiste. Il remplace à ce poste Kader Dahdah, qui occupe désormais la charge de secrétaire à la promotion de la culture kabyle.

Réunis le 15 novembre dernier en vue de renouveler la direction de leur mouvement, les membres de l’URK ont élu à l’unanimité Lyazid Abid au poste de secrétaire général, a-t-on appris d’un communiqué sanctionnant cette rencontre. « Lyazid Abid, qui occupait le poste de Porte-parole, a été élu à l’unanimité Secrétaire Général pour succéder à Kader Dahdah dont le mandat est arrivé à terme le 16/11/2021). Cette élection s’est tenue dans des circonstances très particulières et très difficiles au regard de la répression qui s’est abattue sur les militants kabyles qui sont classés comme terroristes à la suite de la récente modification du code pénal algérien », a-t-on lu dans le communiqué de l’URK.

Les membres du nouveau secrétariat de ce mouvement indépendantiste kabyle, créé le 15 décembre 2017, souhaite, selon le même document, imprimer « une nouvelle impulsion à l’URK afin de mieux se déployer sur le terrain dans ce moment si particulier et si difficile de notre lutte pour l’indépendance ». La nouvelle direction l’URK compte également les militants Adrar G. (Chargé à l’organique), Aksil Amari (Secrétaire aux relations extérieures) et Murad Itri (Secrétaire aux relations avec les institutions). Les présents à cette réunion avaient une pensée particulière aux victimes des incendies meurtriers d’août dernier et celles emportées par le Covid-19. « Les membres du Secrétariat ont tous observé une minute de silence en hommage aux victimes des feux de forêt criminels et à tous les Kabyles victimes de la Covid-19 suite aux refus des autorités algériennes d’acheminer l’aider nécessaire pour les sauver », a souligné le communiqué de l’URK.

Pour ce mouvement, qui milite pacifiquement en terre kabyle et ailleurs dans le monde pour l’indépendance de la Kabylie, les kabyles font face à une opération génocidaire baptisée « zéro kabyle », mise en œuvre avec la bénédiction de la junte militaire au pouvoir en Algérie. « Rappelons que depuis plusieurs mois, le Gouvernement algérien développe graduellement une pratique génocidaire qui cible les Kabyles en procédant à l’arrestation de toute personne susceptible d’avoir une pensée ou une opinion de liberté. Plus de deux cents militants kabyles pacifiques croupissent dans les geôles du pouvoir colonial algérien dont Hocine Azem, ex-Secrétaire Général de l’URK. Cette répression tous azimuts s’inscrit dans le projet « zéro kabyle » entériné en 2019 par les hautes instances militaires et civiles de l’Etat algérien », a dénoncé l’URK, qui lance un appel impérieux à « la solidarité et la coopération entre les organisations et les acteurs politiques kabyles convaincus par l’option indépendantiste » en vue d’éviter « le péril à la Kabylie ».
Tout en réaffirmant que son objectif stratégique clairement signifié dans son texte fondateur demeure « l’indépendance de la Kabylie », l’URK a réitéré « ses remerciements aux pays amis de la Kabylie dont le Maroc qui vient de reconnaître le droit de la Kabylie à son autodétermination ».

En outre, tout en condamnant « les arrestations arbitraires qui pleuvent sur les Kabyles », l’URK exige dans son communiqué « la libération de tous les prisonniers politiques kabyle et demande au Peuple kabyle de ne pas céder devant la tyrannie algérienne ». Pour rappel, le 30 juin 2021, l’URK avait remis un rapport sur la répression algérienne en Kabylie au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), dont le siège se trouve à Genève, en Suisse.

Arezki Massi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here