Aokas : L’association « Tadukli Aït Aissa » menacée de dissolution

2
1526
Théâtre de verdure d'Ait Aissa, Aokas
Théâtre de verdure d'Ait Aissa, Aokas

VGAYET (TAMURT) – Créée en 2007, l’association « Tadukli Aït Aissa » vient de recevoir une mise en demeure, signée par le maire de la commune d’Aokas, la sommant de se « conformer à ses objectifs » sous peine de dissolution. On lui reproche « de bafouer les constantes nationales ». L’association se défend et affirme avoir toujours agi dans la légalité.

L’association « Tadukli Aït Aissa », activant dans la région d’Aokas, est sérieusement menacée de dissolution. Sa présidente Djabri Farida a dernièrement été destinataire d’une mise en demeure envoyée par le nouveau maire d’Aokas, Bournane Said. Il est demandé à cette association culturelle et caritative de se conformer « aux objectifs tracés » dans son règlement intérieur, sinon elle encourt une dissolution conformément aux articles 40 et 41 de la loi sur les associations. Le wali de Vgayet semble être à l’origine de cette mise en demeure. Nous venons de recevoir une mise en demeure, signée par le maire d’Aokas, fraichement installé à la tête de notre commune. En se rapprochant du SG de l’APC, ce dernier nous a expliqué que ça émane du wali de Béjaia », a indiqué « Tadukli Aït Aissa » sur sa page Facebook.

L’association es sommée par cette mise en demeure de ne pas violer « les constantes et les valeurs nationales » et « ne pas porter atteinte à l’ordre et aux mœurs publiques ». Toutefois, la missive du maire ne précise pas clairement comment cette association aurait violé son règlement intérieur. Aucun exemple de dépassement ou de violation n’a été cité dans ladite mise en demeure. Pour se défendre, l’association « Tadukli Aït Aissa » a publié un bilan de ses activités, tout en affrimant qu’elle n’a pas cessé d’activer et a à son actif de merveilleuses réalisation au profit de la jeunesse, la culture et l’environnement ». A titre d’exemple, elle rappelle qu’elle a planté environ 1000 arbres de 2007, date de sa création, à 2009. Elle souligne aussi sa participation à un projet PPDRI, « lancé par l’Etat » en 2009, et auquel TADUKLI a saisi l’opportunité en proposant un projet de développement rural comportant plusieurs actions suivantes, dont l’ouverture de piste agricole et forestière, correction torrentielle des oueds et la réalisation d’un bassin d’accumulation d’eau pour irrigation.

En outre, cette association s’est distinguée par ses activités en faveur de la jeunesse et de la culture, en organisant des excursions et randonnées au profit des jeunes et diverses manifestations culturelles, comme le théâtre et des galas. A cela s’ajoute la réalisation d’un théâtre de verdure, dont les travaux ont été lancés en 2016. Ce projet « d’un impact national et international », selon cette association, est le fruit d’une année de volontariat. 2018, « Takukli Aït Aissa » avait entamé la construction d’une salle multiculturelle jouxtant ce théâtre et dont la livraison est imminente. Au chapitre de l’environnement, cette association a participé deux ans consécutifs, soit en 2019 et 2020, au concours du village le plus propre initié par l’APW de Vgayet, ainsi qu’au concours « Appel à projet ». La dernière activité de cette dynamique association fut sa participation en 2021 à la réalisation d’un manège pour enfants, projet inscrit par l’APC d’Aokas. Ceci dit, les responsables de cette association se défendent d’avoir violé le règlement en vigueur. « Nous présumons n’avoir piétiné en aucun cas les textes de loi régissant les associations ou perturber la sérénité citoyenne », a-t-on affirmé.

Dans son communiqué publié, hier, l’Union pour la République Kabyle (URK) a rendu hommage à cette association et a dénoncé les intimidations dont elle fait objets de la part du régime algérien. « Après le responsable de la dynamique association culturelle Asaki (Eveil) de Tichy, Karim Smaili, qui a été injustement placé sous mandat de dépôt, le régime algérien menace désormais de dissolution pour des raisons farfelues l’Association Tadukli Ait Aissa, à l’origine de la formidable initiative du théâtre de verdure d’Aokas, lequel a vu défiler une pléthore d’artistes de Kabylie et d’ailleurs », écrit Lyazid Abid, responsable de l’URK.

Passeport confisqué pour un membre de l’association
Convoqué par la police, Brahim Djabri, un citoyen d’Aokas, activant au sein de l’association « Tadukli Aït Aissa », s’est rendu, ce dimanche 02 janvier, au commissariat central de Vgayet, muni de son passeport, tel que mentionné dans sa convocation, reçue le 29 décembre dernier. Après un long interrogatoire, son document de voyage lui a été confisqué par la police, a annoncé Brahim Djabri à sa sortie du commissariat.

Lyes B.

2 COMMENTS

  1. Azul.

    Pour celles et ceux qui n’ont pas compris, les constantes nationales auxquelles l’association a porté atteintes sont l’incompétence, la corruption, le détournement de l’argent public, la délation, le vol, le piston, la mauvaise foi, la traîtrise, les coups bas, le mensonge, la falsification… et la liste est ouverte, car ce ne sont là que les CONSTANTES NATIONALES les plus en vue.

    Qui est ce maire « fraîchement élu »? Comment s’appelle-t-il? Pourquoi ce ne sont pas directement les services de la wilaya qui ont adressé l’avertissement? Ils ne veulent pas se salir les mains, sans doute, et préfèrent confier toutes les sales besognes aux serviteurs KDS.

    Bon courage aux membre de l’association! Ne baissez pas les bras!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here