Affaire des détenus d’Aqvu : Trois militants kabyles quittent la prison

0
637
Rassemblement du MAK à Akbou
Rassemblement du MAK à Akbou

VGAYET (TAMURT) – La Cour de Vgayet a rendu, le 02 janvier, son verdict dans le procès en appel des dix militants kabyles, arrêtés au mois de mai 2021, à Aqvu. Le verdict a confirmé les jugements du procès de première instance, rendus le 26 octobre dernier, par le tribunal d’Aqvu, avec modification de la peine infligée à trois détenus, a indiqué Allaoua Benabdelam, l’un des avocats de la défense.

C’est un grand soulagement pour les militants indépendantistes Mennad Maouche, Younes Kaced et Zahir Ait Mansour, qui ont pu rejoindre leurs familles au début de ce nouvel an, après avoir purgé une peine de six mois de prison ferme au pénitencier d’Aqvu. En effet, la Cour de Vgayet a réduit, à l’issue du procès en appel, qui s’est déroulé le 02 janvier, leur peine d’une année de prison ferme à six mois de prison, en plus de six autres mois avec sursis. Ces militants ont été interpellés en compagnie d’autres activistes kabyles, le 22 mai 2021, à Aqvu, où ils se sont déplacés pour prendre part à un hommage au militant berbériste Masin U Harun (1949-1996), à l’occasion du 25eme anniversaire de sa disparition. Poursuivis notamment pour « outrage à corps constitué », « atteinte à l’unité nationale » et « attroupement-armé », ils ont été condamnés par le tribunal correctionnel d’Aqvu, le 26 octobre dernier, à diverses peines et amendes.

Par ailleurs, ils ont été tous relaxés concernant le chef d’inculpation «attroupement-armé ». Pour rappel, les militants Maouche Menad, Ait Mansour Zahir et Kaced Younes ont été condamnés à 1 an de prison ferme assorti d’une amende de 100 000 DA, alors que leurs camarades Fatah Karim, Boussalem Boudjemaa, Laoubi Merzouk, Abache Massinissa, Chokri Fawzi et Djoudi Djamel ont écopé chacun un an de prison dont six mois ferme et six autres avec sursis, ainsi qu’une amende de 50 000 DA pour chacun d’eux. Ils ont quitté la prison d’Aqvu, le 24 novembre dernier. Toutefois, le militant Djoudi Djamel, natif de Seddouk, a été interpellé à sa sortie de la prison et immédiatement transféré à Alger en exécution d’un mandat d’amener délivré à son encontre par le tribunal de Sidi M’hamed. Il est placé en détention à la prison de Koléa. Il n’est pas encore auditionné à ce jour.

Pour sa part, la militante Wissem Nasri a été condamnée à six mois de prison avec sursis assorti d’une amende de 50 000 DA. Elle avait quitté la prison, le 26 octobre. Le parquet avait requis au terme de son réquisitoire une peine d’un an de prison ferme assortie d’une amende de 100 000 DA à l’encontre de l’ensemble de ces militants.

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here