Révélation de Me Nabila Smail sur Radio M : Un détenu d’opinion en grève de la faim perd sa vue à la prison de Berrouaghia

1
1937
Prison
Prison

ALGER (TAMURT) – L’avocate Nabila Smail a récemment fait une grave et triste révélation sur Radio Megreb (RM). Elle a affirmé qu’un détenu d’opinion en grève de la faim, qui se trouve actuellement à la prison de Berrouaghia, a malheureusement perdu la vue. L’avocate s’est refusée de citer son nom pour que dit-elle, « ses parents ne soient pas inquiétés ».

« Les avocats d’un détenu, qui est à Berrouaghia, viennent d’apprendre qu’il a perdu la vue. Je n’ai pas envie de citer son nom pour que ses parents ne soient pas inquiétés. Il a fait la grève de la faim. Les avocats qui l’ont vu aujourd’hui (16 février, NDLR) ont constaté qu’il a perdu la vue et qu’il refuse encore d’arrêter la grève de la faim », a déclaré Me Nabila Smail, membre d’un collectif des avocats des détenus d’opinion.

Pour rappel, une quarantaine de détenus politiques et d’opinion incarcérés à la prison d’El Harrach ont entamé une grève de la faim le 28 janvier dernier pour dénoncer leur détention arbitraire par le régime algérien. Pour casser leur mouvement de grève, les autorités algériennes les ont transférés, le 02 février, vers les prisons de Bouira et de Berrouaghia. A noter que le procureur général près la cour d’Alger avait nié le recours de quelques détenus de la prison d’El Harrach à cette action de protestationdans un communiqué, publié le 29 janvier, en déclarant qu’«aucun mouvement de grève n’a été enregistré au sein de cet établissement pénitencier ». Pourtant, les avocats de ces détenus, qui ont réagi au démenti du parquet, en affirmant qu’il «est soit basé sur des contrevérités soit a occulté de dire toute la vérité », ont été informés par leurs mandants qu’ils ont bel et bien entamé une grève de la faim.

C’est ce qu’a déclaré Me Yamina Alili, qui avait rendu visite, dernièrement, aux détenus transférés de la prison d’El Harrach vers celle de Bouira. En effet, il a souligné que les détenus grévistes étaient«épuisés physiquement et psychologiquement», néanmoins«décidés à poursuivre leur grève de la faim».

Arezki Massi

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here