Mira Moknache à propos de l’acharnement judiciaire qu’elle subit : « Une aventure qui me mènera vers la lumière »

0
929
Mira-Moknache avec Nadir Chelbabi et Khaled Tazaghart
Mira-Moknache avec Nadir Chelbabi et Khaled Tazaghart

KABYLIE (TAMURT) – Cela fait plusieurs mois que la militante et universitaire Mira Moknache subit un acharnement judiciaire et policier sans précédent de la part du régime algérien. Elle « passe l’essentiel de son temps dans les commissariats, les tribunaux et chez ses avocats », a écrit l’un de ses amis, qui lui a manifesté son soutien. Malgré cet acharnement, la native d’El Kseur reste confiante et optimiste.

« Aujourd’hui (24 février, ndlr), en route vers le tribunal d’Akbou pour être jugée sur trois accusations (atteinte à l’unité et la sécurité nationale, destruction de biens publics et violence contre la police). Le 01 mars 2022, mon procès en appel d’Amizour, où j’ai écopé de deux ans de prison ferme. Il sera tenu à la Cour de Vgayet.

Accusée d’atteinte à l’unité et à la sécurité nationale.Je dois (encore) me rendre vers la Cour d’Oran, où j’ai reçu une convocation du juge d’instruction sans motif assigné. J’ai reçu une dernière convocation du commissariat d’Elkseur, qui me notifie une convocation de la BRI de Vgayet. Une nouvelle affaire ! », a écrit Mira Moknache dans un post sur sa page Facebook, qu’elle a intitulé « Une aventure qui me mènera vers la lumière ! »

Issue d’une famille révolutionnaire, cette enseignante à l’université de Vgayet fait preuve d’un courage exemplaire et entrevoit avec patience et dignité la fin de l’acharnement dont elle est victime. « Kulec itfaka (toute chose a une fin). Liberté à tous les détenus politiques », a-t-elle affirmé dans son message.

Arezki Massi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here