Détenu à la prison de Laghouat : En grève de la faim, la vie du bloggeur kabyle Marzouk Touati « en danger », alerte son épouse

4
3452
Marzouk Touati
Marzouk Touati

ALGERIE (TAMURT) – La femme du journaliste freelance et bloggeur Marzouk Touati, qui lui a rendu visite, mercredi 06 avril, à la prison de Laghouat, où il croupit depuis quelques semaines, a tiré la sonnette d’alarme devant la dégradation de la santé de son mari. Elle a même dénoncé « une mort programmée » de son époux, qui est à son dixième jour de la grève de la faim.

C’est un témoignage très inquiétant sur le bloggeur kabyle Marzouk Touati que sa femme, Nfissa, a livré, hier, au terme d’une visite qu’elle lui a rendu au pénitencier de Laghouat, en compagnie de sa belle-mère. « … Ça fait 9 jours qu’il ne s’alimente plus pour dénoncer les conditions inhumaines de son incarcération (et) l’éloignement de sa ville de résidence (…) Marzouk avait du mal à se tenir debout, il n’y avait pas de chaise pour s’assoir, alors il s’est assied sur ses genoux pour pouvoir nous parler. Il avait du mal à parler, je l’entendais à peine », a raconté la femme du militant Marzouk Touati. Celui-ci, qui a entamé une grève de la faim depuis une dizaine de jours, est décrit par son épouse comme étant très affaibli. « (…) Marzouk trainait les pieds, une bouteille d’eau à la main ; il a perdu la moitié de son poids. Il n’était pas pâle, (mais) il était jaunâtre. Je n’ai pas de mots pour exprimer la détresse que j’ai ressentie. Il m’annonce qu’il a entamé une grève de la faim le 29 mars dernier », a-t-elle affirmé.

Aucune prise en charge médicale n’est assurée au détenu, dont la vie est en danger, a déploré Nfissa. « Donc, ça fait 9 jours qu’il a entamé cette grève. Il n’a reçu aucun suivi médical (et) il est toujours dans la même salle (transit COVID) avec 17 autres personnes à dormir par terre. Il souffre de troubles gastriques. (Il) s’est rendu à l’infirmerie pour avoir un pansement gastrique, on lui a dit qu’il n’y en avait pas, alors il m’a demandé de lui en acheter », a relaté l’épouse de ce bloggeur et fondateur du journal électronique « El Hogra ». Après six longues heures d’attente, la femme du détenu a pu voir le directeur de la prison de Laghouat pour lui exprimer ses doléances. Toutefois, ce responsable « a nié carrément la grève de la faim de Marzouk, tout en disant que ses revendications de rapprochement sont en dehors de ses prérogatives », a déploré l’épouse de ce militant, originaire de Vgayet.

A la fin de son post Facebook qu’elle a intitulé « une mort programmée », Nfissa dit « que la vie de (son) époux le journaliste Marzouk Touati est en danger ». Pour rappel, cet activiste kabyle avait été convoqué, fin décembre dernier, par la brigade de lutte contre la cybercriminalité de la police judiciaire de Ghardaïa. Il a été placé en garde à vue le mardi 28 décembre et mis sous mandat de dépôt le lendemain pour « outrage à corps constitué » et « diffusion de fausses informations ». Le 03 janvier 2022, il a été condamné à un an de prison ferme et 100.000 DA d’amende. Il a été transféré, depuis un mois, de la prison de Ghardaïa à celle de Laghouat, alors que sa famille habite en Kabylie, dans le département de Vgayet.

Ce n’est pas la première fois que Marzouk Touati fait la prison. En 2017, il a été condamné à cinq ans de prison dont deux fermes pour « intelligence avec des agents d’une puissance étrangère ». La justice algérienne lui a reproché d’avoir publié sur son blog un entretien vidéo avec un porte-parole des affaires étrangères d’Israël, Etat avec lequel l’Algérie n’entretient pas de relations officielles.

Lyes B.

4 COMMENTS

  1. Il faut absolument que tu arretes cette greve de la faim,ne crois pas que tu leur fera de la peine de te voir mourrir, »c’est plutot l’inverse, ils se rejouiront de ta mort…
    Reste en vie et resiste…
    Moi cela me ferai de la peine d’apprendre ta mort.
    Courage et resiste!!!

  2. Arrêtez de dire que c’est un journaliste et bloggeur Kabyle.
    Il a refusé ce terme, il se considérait journaliste, bloggeur Algérien, il était hirakiste.
    Il a choisi son camp et nous le notre.
    On peut le défendre par convictions démocratiques qui nous anime.

  3. Ur ihziv ara uman-is d aqvayli am kra n ihirakiyen, macca d widak ik erran iman-nsen d izayriyen. Xilla n imazal ar tura teddun deg ubrid n Messali Lhadj asekkak. Ilaq ad d-fiqen iqvayliyen d akken ma nkemmel-itt akk-a ad nenger.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here