Café Littéraire de Barbacha : La laïcité et le vivre-ensemble en débat

1
3750
Café Littéraire de Barbacha
Café Littéraire de Barbacha

VGAYET (TAMURT) – Un café littéraire autour des problématiques liées à la citoyenneté, au vivre-ensemble et à la laïcité sera organisé, ce jeudi 30 juin, à Barbacha. Deux intervenants sont invités par l’organisateur, en l’occurrence le comité El-Khems Yirmen, pour animer cette rencontre. Il s’agit de l’enseignant universitaire Mahrez Bouiche et de l’écrivain Tarik Djerroud.

Jadis considérée comme une valeur endogène à la culture kabyle, la laïcité est aujourd’hui menacée, en Kabylie, particulièrement par l’idéologie arabo-musulmane, qui l’assimile à l’athéisme. Il faut reconnaître que plusieurs mosquées, en terre kabyle, sont tombées entre les mains de salafistes, qui s’attaquent ouvertement aux valeurs et aux traditions ancestrales de la Kabylie. Voilà pourquoi l’initiative entreprise par le comité El-Khems Yirmen, dans la commune de Barbacha, d’organiser un café littéraire sur des sujets comme la laïcité et le vivre-ensemble est plus que louable, voire nécessaire. « Depuis des décennies, les idéologies arabo-islamiques et les États qui s’en réclament, ont dépensé des milliards de dollars pour lutter contre le concept de laïcité, assimilé à de l’athéisme », a écrit Kader Sadji, militant politique et animateur du café littéraire de Bejaia, qui s’est réjoui de l’organisation de cette rencontre. Pour cet activiste politique, « un débat populaire doit être engagé avec beaucoup de détermination sur ce que peut apporter la laïcité au développement mental, culturel, scientifique dans notre société ».

Il est utile de souligner ici que le projet de Constitution kabyle, soumis officiellement au débat public depuis le 14 juin dernier, stipule dans son article 7 que « la Kabylie est une République laïque » et que « la gestion des cultes relève du domaine privé » (art7.1). En outre, l’article 7.2 affirme sans ambiguïté la liberté de croyance : « la liberté de conscience est garantie. Nul ne peut se voir imposer une croyance religieuse ou en être inquiété ». Mahrez Bouiche, enseignant à la faculté des sciences humaines et sociales de l’université Abderrahmane Mira de Bejaia, et l’écrivain Tarik Djerroud, auteur de ‘’Chère laïcité : combien de crimes commis en ton absence’’, expliqueront au public qui sera présent à cette rencontre littéraire pourquoi la laïcité promeut en fin de compte la fraternité.

Aksil K.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here