Ighzer Ouzarif (Oued Ghir) : Le nouveau pôle urbain dans un état catastrophique !

0
1230
Ighzer Ouzarif, danger de glissement de terrain
Ighzer Ouzarif, danger de glissement de terrain

VGAYET (TAMURT) – Les centaines de familles bougiotes qui ont récemment déménagé dans la nouvelle cité, érigée sur le plateau Ighzer Ouzarif, dans la commune d’Oued Ghir, sont choquées par l’état catastrophique dans lequel se trouve ce nouveau pôle urbain. Affaissements de terrain, voiries délabrées, fuite d’eau, manque de réseau mobile et internet, insécurité, sont autant de défaillances qui distinguent ce conglomérat de béton. En l’absence d’infrastructures et autres commodités élémentaires pour une vie décente, ce pôle urbain de milliers de logements tient déjà son nouveau nom : « Ville-dortoir ».

Après de longues années d’attente, des centaines de familles qui occupaient des habitations précaires dans la ville de Vgayet ont enfin été relogées au niveau de la nouvelle cité Ighzer Ouzarif. Mais, quelle fut leur surprise à la découverte de leur nouveau cadre de vie désagréable, qui se distingue par de multiples incommodités et déficit flagrant en équipements publics. Ce nouveau pôle urbain, réalisé tout récemment, cumule les défaillances et ressemble encore à un chantier inachevé. Une simple virée à cette nouvelle cité, construite dans la commune d’Oued Ghir, à la sortie sud de la ville de Vgayet, suffit pour constater cet énorme gâchis urbanistique. « Ce site est livré en mai 2021. Les travaux sont bâclés et inachevés. Les acquéreurs payent chaque mois pour des appartements dortoirs. Les responsables corrompus octroient des marchés à des entreprises incompétentes », s’est indigné un habitant devant l’état lamentable de la cité 2000 AADL (Agence algérienne de l’Amélioration et du Développement du Logement), faisant partie du nouveau pôle urbain d’Ighzer Ouzarif, et où un dangereux affaissement de terrain menace d’écroulement quelques immeubles.

« C’est le résultat du bricolage et de la corruption des entrepreneurs », dira un autre citoyen. Les responsables d’urbanisme doivent agir rapidement en vue d’éviter le pire, d’autant plus que la région connait une forte pluviométrie durant l’hiver. En outre, les habitants de plusieurs quartiers de cette nouvelle cité souffrent des pénuries récurrentes en eau potable et du déficit de transport de voyageurs en commun.

« C’est vraiment un projet de ville-dortoir. Pas de viabilisation des réseaux divers. Il y a des glissements de terrain, des fuites d’eau à répétition. Les entreprises ont signé leurs PV de réception et elles ont pris leurs argents pour un travail médiocre ! », s’insurge l’un des acquéreurs des logements AADL 2, livrés il y a plus d’une année. A noter que ce nouveau pôle urbain renferme pas moins de 16 000 logements, toutes formules confondues.

Aksil K.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here