Procès contre Ferhat Mehenni : Une diversion destinée à disculper la junte militaire de ses crimes en Kabylie

14
2599
La UNE du Soir d'Algérie du dimanche 07 08 2022
La UNE du Soir d'Algérie du dimanche 07 08 2022

ALGER (TAMURT) – L’information est publiée, ce dimanche 07 août, par le quotidien algérien Le Soir d’Algérie, proche de la junte militaire. Le président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), Ferhat Mehenni, serait « jugé » en septembre prochain par contumace au tribunal Sidi M’hamed (Alger). Il est accusé principalement d’être à l’origine des incendies criminels ayant endeuillés la Kabylie l’été 2021. Alors que le peuple kabyle s’apprête à commémorer ces évènements tragiques, le régime algérien, qui veut se disculper de ses crimes, continue son opération de diversion et ses comédies de mauvais goût.

A en croire le journal Le Soir d’Algérie, connu pour ses accointances avec le régime militaire algérien, le tribunal Sidi M’hamed aurait programmé un procès contre le président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) durant la prochaine session criminelle, prévue fin septembre 2022. Ce même quotidien a rapporté que le leader indépendantiste kabyle sera jugé par contumace pour « Constitution de groupe terroriste », « atteinte à l’unité nationale », « appel et incitation à la haine » et « trahison ». Il est aussi accusé, selon la même source, d’être, comble de l’absurde, « derrière les incendies criminels ayant endeuillés la Kabylie, l’été 2021 ». Le choix de ce timing pour publier une telle information par un quotidien inféodé à la junte militaire n’est pas fortuit. Alors que le peuple kabyle s’apprête à commémorer dans la douleur ses victimes, tuées dans des incendies meurtriers perpétrés par la junte militaire qui détient le pouvoir en Algérie, les vrais commanditaires et exécutants de ces crimes tentent vainement de se disculper. L’annonce et la tenue de ce procès n’est qu’une opération de diversion destinée au peuple algérien. Les kabyles, l’opinion internationale, et même des algériens honnêtes savent que le MAK et les militants indépendantistes sont innocents. Le militantisme pacifique des kabyles, toutes sensibilités politiques confondues, est connu et reconnu par tous.

En tous les cas, cette propagande nauséabonde et ces comédies de mauvais goût ne trompent personne. « On incrimine Ferhat et on gracie les criminels tels que Toufik et Nezzar », commente un internaute, qui fait allusion à la récente réhabilitation des généraux algériens par le président Abdelmadjid Tebboune. « J’aurais aimé voir les hauts officiers de l’armée algérienne comme ce fut le cas des deux ex généraux Nezar et Toufik, décorés de légion, affichés sur les premières pages des journaux et comparaître devant les tribunaux », écrit un autre internaute. « C’est sûrement lui qui a ruiné le pays », a ironisé un autre commentateur de l’article du journal Le Soir d’Algérie. Pour rappel, après avoir classé le MAK comme « organisation terroriste » le 18 mai 2021 et incendié la Kabylie en août de la même année, le régime algérien a émis, le 26 août 2021, un mandat d’arrêt international à l’encontre de Ferhat Mehenni, mais sans qu’aucune chancellerie n’en tienne compte. Une vaste vague d’arrestations de militants kabyles s’en est suivie.

Pour leur part, le MAK et le GPK (Gouvernement provisoire kabyle en exil) ont déposé, l’année dernière, une plainte auprès de la Cour Pénale Internationale (CPI) contre le régime algérien, accusé d’avoir perpétré des incendies criminels en Kabylie, faisant des centaines de morts, de blessés et des dégâts matériels et écologiques incommensurables.

Lyes B.

14 COMMENTS

  1. L’ année 2021 est symbole de la répétition du cauchemar de 2001 20 ans après. Qui des familles n’étaient pas endeuillées durant la décennie noire ont été profondément déchirés par la brûlure de l’an dernier.

    Je suis de ceux qui privilégient le dialogue, comme nécessité historique mais aussi en considération de la conjoncture internationale, qui exige moralement de trouver des solutions structurelles et fonctionnelles. C’est dans cette optique que j’ai tenté mon devoir d’homme de paix, l’appel à un Front interne.
    Une initiative qui se voulait transversale aux clivages politiques et les luttes d’intérêts. Une idée issue de la sincérité de mon analyse quant aux vrais problèmes qui re de t incertaines toutes activités en aval des procédés. À la base de l’incertitude et de l’ entropie politique il y a cette crise profonde sur le plan identitaire qui conditionne tout volonté d’aboutir à une communication systémique. Beaucoup ont cru que le problème algérien était lié à la  » gouvernance « , ce qui est en partie vrai, mais ce n’est que la partie visible de l’iceberg, car l’ homme reproduira dans son activité les pratiques intériorisées. Donc si le pays ne dégage pas une vision de soi solide qui serait en mesure de tenir dans le temps long, nous aurions raté le train de la modernité, laquelle en fin de compte un relecture contextuelle de soi. Comme il y a toujours cette volonté d’éviter au pays la cassure définitive J’ avais cru nécessaire que les,parties en conflit se mettent de la partie, en participant comme citoyens à cette dynamique civilisationnelle. Signer son territoire n’est pas l’expression de cette disponibilité, alors que ce moment de pas en arrière ne fait que renforcer les raisons du pays et la cohésion qui nourrissent les institutions futures du pays.
    Si en 63 il y eut fracture, la superposition d’institutions sur un processus qui manquait de solidarité et de solidité, vu que l’accaparement du pouvoir n’a abouti à rien, vache maigre ou grasse, la famille algérienne est toujours clouée à la survie. Le misérabilisme e peut plus être caché par de sursauts d’image de rebond, fictifs, vu que l’import import favorisé par le renchérissement du baril ne fera que renforcer la volonté de maintenir le pouvoir.

    C’est dans des moments de répit économique que se font les réformes structurelles et les urgents Ajustements politiques identitaires pour mieux affronter les incertitudes croissantes qui iront en s’ accentuant dans le futur, avec la compression des ensembles politiques économiques.

    Croire donc faire l’économie des procédés c’est condamner le pays à ce rang des illusions politiques, qui compte sur le contexte politique comme levier compétitivité sera une future victime. Le pays a longtemps été sacrifié pour servir les projets des classes  » dirigeantes « , lesquelles plutôt que de former ont utilisé les tâtonnements, utilisant le pays comme cobaye de leurs hérésies.
    Le pays a un laps de temps très réduit, pas plus de 5 ans pour remettre au travail le pays bâtir de vraies institutions et pas un parlementarisme fictif et des partis autant imaginaires et des  » élections  » sans même pas d’ urnes ni d’ électeurs!
    La confiance est un élément essentiel, un sentiment subjectif mais sans lequel les puissances finissent leur courbes et les bourses aussi. Ce n’est pas la grandeur  » mal placée » qui rendra cette harmonie entre gouvernant et gouverné. Le peuple veut compter et exige d’ être le centre de gravité politique. Un État civile et démocratique est l’unique minimum vital. Ce modèle existe dans la culture politique institutionnelle kabyle. Un État en symbiose avec son peuple sera fort même et solide, cette ruissellerait le long du pays. Les armes sans la confiance ou pire, malgré le peuple, c’est une victoire de Pyrrhus.

  2. Le pouvoir en Algérie ne respecte que les rapports de force basés sur la violence.
    Par conséquent il ne peut négocier avec les partisans du pacifisme , il juge inopportun car il juge être en position de force , donc tout le monde doit se soumettre à son dictat et à ses propres lois.
    Il cherche la soumission totale du peuple.
    Ils se concilient avec les anciens généraux car il y’a un équilibre de force entre les clans et ceci pour se partager les richesses du pays surtout à ce moment où les prix du pétrole et du gaz augmentent sur les marchés mondiaux.
    Compte tenu de cette alliance d’intérêt entre les clans ,les décideurs ont les mains libres pour s’attaquer a tous les opposants comme ferhat pour le condamner par contumace pour des faits sans preuves.
    Une injustice assumée car le pouvoir doit réagir suite à des actions du MAK auprès des du TPI et riposte internationale qui a manifesté aujourd’hui à Paris.
    Une commission internationale s’impose pour une vraie enquête pour éclaircir les aboutissants et les responsabilités de ces faits.
    Le pouvoir doit répondre à cette revendication s’il veut prouver sa crédibilité.
    Mais j’en suis sûr , il ne fera aucun effort dans ce sens car ils n’ont pas besoin.
    Le plus fort a toujours raison , c’est la logique des dictatures.
    Mais jusqu’à quand?
    Je crains , Le pouvoir n’a rien appris des histoires des peuples.

    • Les militaires algériens sont violents, incultes, vulgaires et incapables de défendre ce grand territoire légué par la colonisation française. Ils sont prêts à exterminer la moitié des « algériens » pour se maintenir au pouvoir afin de traire la vache Algérie et satisfaire leurs mentors russes.

        • Tamazgha n’existe plus. C’est une relique de l’histoire. C’est l’indépendance de la Kabylie qui m’intéresse. Le territoire légué à la Monarchie Marocaine ne m’intéresse pas, non plus. Je te laisse le soin de le libérer avec tes semblables, si vous avez des c…

          • @ben, Si les résultats qualifient les entreprises, la tienne est moins que zéro de gauche. Aujourd’hui vous avez juste donné une occasion en or au régime algérien de se repositionner en plus fort. A’ ta place je me terrais plutôt que de gueuler parce qu’Internet le permet.

    • Ferhat en prison, celle des hommes libres et des héros et les autres à la poubelle, celle des soumis et des collabos.
      Hélas,c’est l’histoire qui se répète.

  3. je reponds a nedia je pense c’est khaled nezar qui a assassiné 500 milles algeriens qui va etre comdané a mort ,farhat cherche juste son identité comme tous les kabyles

  4. Khaled nezzar il ta sauvé des wahabites takfirittes oui dont ton mak fait aliance avec eux (rashad)

  5. @Balayer devant chez soi
    Le régime algerien n’est pas fort pour se repositionner et n’a pas attendu ma petite personne pour le faire. Ce sont des esprits etroits et pretentieux comme le tien qui l’ont rendu fort et surtout agressif. Allez vas te moucher et ramasses ton sachet de lait..

    • @ben, Esprit étroit et celui ouvert! Tas raison sur une chose: mon sachet de lait et ta petite personne !

  6. Nezar a sauvé sa peau , sa famille et sa fortune. Il na nullement sauvé ni le pays ni son peuple.
    Les islamistes est une création du pouvoir pour brouiller les jeux politiques notamment détruire toute espoir de démocratie en Algérie,
    La preuve , il est toujours au pouvoir pour transmettre sa fortune pour ses enfants et ses petits enfants grâce au soutien de Nadia et ses semblables.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here