Elle a émis un timbre à son effigie : La Tunisie honore la mémoire de la reine berbère Dihya

2
1584
Tunisie, le nouveau timbre à l’effigie de la Reine Dihya
Tunisie, le nouveau timbre à l’effigie de la Reine Dihya

TUNIS (TAMURT) – La poste tunisienne a émis, dernièrement, un timbre à l’effigie de la reine berbère Dihya, connue aussi sous le nom de « La Kahina ». Dans un communiqué publié à cet effet, la Poste tunisienne a évoqué les valeurs de la mythique reine berbère, qui demeure « un symbole du combat féministe et une héroïne (…)».

Considérée comme « une figure emblématique au 7ème siècle après J. C. », la reine Dihya est qualifiée par la Poste tunisienne, qui vient d’éditer un timbre postal à son effigie, de personnalité berbère à la fois «la plus célèbre et la plus mystérieuse ». Les qualités et valeurs de cette héroïne, qui a marqué l’histoire des berbères, ont été évoquées dans un communiqué diffusé par la Poste tunisienne à l’occasion de l’émission du timbre à l’effigie de la reine berbère. « Descendante de la tribu des Djraoua, tribu royale numide, elle représente un exemple de l’intelligence politique et de la stratégie militaire », lit-on dans le document de la Poste tunisienne. Celle-ci a aussi rappelé la courageuse résistance de la reine berbère face à l’invasion des armées arabes. « Dihya a refusé la soumission de son peuple et a repris le flambeau de la résistance après la mort de Akcil (Kossayla), contre la conquête arabo-islamique.

Son courage lui a valu le titre de la dame d’Afrique. Lors d’un ultime affrontement avec l’armée arabe sous les ordres de Hassan Ibn Nouamane, dans les Aurès, la reine amazighe est assassinée après 35 ans de règne et de résistance », a écrit la Poste tunisienne dans son communiqué intitulé « Dihya : Reine de guerre et de paix ». En Algérie, le régime préfère honorer l’envahisseur Oqba Ben Nafaa, en baptisant des écoles en son nom et en érigeant des statues à son effigie, comme celle élevée à Biskra, au Sud-Est algérien.

Aksil K.

2 COMMENTS

  1. Lors de la restauration du tombeau d’okba par les italiens à la demande des décideurs.
    Ceux-là ont déclaré leurs stupéfactions que l’Algérie honore un agresseur et un envahisseur.
    Par conséquent , pour nos gouvernants, Tinhinan est une sorcière et une égarée qui voulait résister aux envahisseurs venus de l’est sous prétexte de propager une religion.
    Chez nos décideurs , elle ne mérite donc pas d’être glorifiée et honorée par un système qui se revendique exclusivement arabo-islamiste.
    Il s’agit juste d’une évidence colonisatrice d’un pouvoir qui veut anéantir notre histoire et nos héroïnes et héros en dehors de la ligne idéologique imposée depuis 1962.

  2. Peut-on s’abstenir d’user de ce terme inapproprié de ‘’berbère’’ au lieu d’amazigh, tout comme celui encore plus péjoratif de ‘’berbériste’’ épithète réductrice qui stigmatise tout élan ou personne dédiés au combat pour le preservation de l’Amazighité et de son patrimoine historique, linguistique et culturel. Ces termes réducteurs de berbériste et berbérisme sont utilisés dans le but de dénaturer, pour ne pas dire diaboliser, et ôter toute légitimité à la lutte pour la préservation, la protection de la dimension historique et culturelle amazighes. Quant aux moyens mis à disposition par l’Etat pour la promotion de l’Amazighité, on y repassera. Tout est ramassé dans une propagande stérile, mais rien dans les faits pratiques (ex. Documents officiels, Justice, Enseignement, Médias, Présence dans les festivals ou expositions à l’étranger, voir Dubai 2020 etc.) car il ne faut pas se leurrer, le but inavoué est l’éradication à moyen et long terme du fait Amazigh en Algérie particulièrement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here