Algérie : Enième report de la visite du rapporteur spécial de l’ONU

2
1281
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU
Conseil des droits de l’Homme de l’ONU

ALGER (TAMURT) – Prévu pour le 12 septembre prochain, la visite en Algérie du Rapporteur spécial des Nations Unies, chargé des libertés d’association, de réunion et de manifestations pacifiques, a été officiellement reportée en 2023 à la demande du régime algérien, a indiqué, ce mercredi 07 septembre, Said Salhi, vice-président de LADDH. Il s’agit d’un huitième report depuis 2011.

Décidément, le régime algérien refuse d’assumer ses engagements devant les mécanismes onusiens de protection des droits humains. L’énième report de la visite du rapporteur spécial des Nations Unies, chargé des libertés d’association, de réunion et de manifestations pacifiques en est la preuve irréfutable. C’est le pouvoir algérien lui-même qui a formulé la demande du report de cette visite.

Pour le militant des droits de l’homme, Said Salhi, originaire de la ville d’Aqvu (Vgayet), le pouvoir algérien veut cacher la réalité de la répression qu’il pratique sur son peuple, mais aussi en Kabylie. « Le report de la visite du rapporteur de l’ONU en Algérie n’est qu’un refus déguisé du pouvoir tellement les violations des libertés publiques sont flagrantes. Que dira-t-il devant le rapporteur d’autant qu’il a prévu de rencontrer des acteurs politiques et associatifs autonomes », s’est-il interrogé.

Par ailleurs, d’autres observateurs estiment que l’occident a cédé à la demande d’Alger pour s’assurer en contrepartie un approvisionnement en gaz. A noter que l’Algérie refuse toujours d’accorder une invitation ouverte aux rapporteurs onusiens. Ce refus les empêche de se rendre à Alger quand ils veulent.

Aksil K.

2 COMMENTS

  1. La junte militaire islamiste algerienne, en fuite à l’avant, est mise à l’épreuve par la crise energetique. Cela ne changera rien à la donne. Ce n’est que partie remise.

  2. Porter secours aux populations opprimées n’a jamais été du ressort du gouvernement militaire algérien, sa politique charnière du bâton de berger est toujours présente dans son protocole de soumission, le peuple algériens a toujours subi les pires humiliations humaines depuis l’époque du dinozaur boukharouba dit boumédiene. que dieu le range dans les tiroirs de l’histoire des dictateurs aveuglés par le pouvoir et l’absurdité humaine. Quant à l’espoir de l’avenue de l’organisation onusienne n’est que chimère et utopique dans sa recherche d’installation d’une démocratie réelle dans un pays dictatorial comme l’algérie, le peuple a largement cesser de rêver et d’espérer. Le champ est libre aux laboureurs militaro-sanguinaires .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here