Tribunal Sidi M’hamed : Les détenus politiques kabyles Kamira Nait Sid et Bouaziz Ait Chebib auditionnés dans le fond 

2
1223
Nna Nouara, mère de Kamira Nait Sid, entourée par des avocats de la défense
Nna Nouara, mère de Kamira Nait Sid, entourée par des avocats de la défense

ALGER (TAMURT) – Avant-hier dimanche, le juge d’instruction près le tribunal Sidi M’hamed, à Alger, a auditionné dans le fond les deux militants kabyles Kamira Nait Sidi et Bouaziz Ait Chebib. Cela fait plus d’un an qu’ils ont été placés sous mandat de dépôt pour des accusations farfelues liées au « terrorisme » sur la base de l’article 87 bis du code pénal algérien.

Assistés par un collectif d’avocats (es) qui se sont constitués pour assurer leur défense, les détenus politiques et d’opinion Kamira Nait Sid et Bouaziz Ait Chebib, natifs du département de Tizi Wezzu, en Kabylie, ont été auditionnés par le juge d’instruction du tribunal de Sidi M’hamed, dimanche 02 octobre. Connus pour leur combat foncièrement pacifique, ces deux leaders politiques kabyles sont victimes d’un acharnement judiciaire de la part du régime algérien, qui invoque de fausses accusations de terrorisme pour poursuivre en justice des militants pacifiques.

Pour rappel, Bouaziz Ait Chebib a été interpellé fin juin 2021 dans une brigade de la gendarmerie algérienne, à Tizi Wezzu, où il s’est rendu lui-même en réponse à une convocation. Il a été placé sous mandat de dépôt en compagnie d’autres militants kabyles, en l’occurrence Hocine Azem (URK), Hemou Boumedine (RPK) Boussad Becha et Belaid Ammarkhodja. Tous ces militants croupissent, en ce moment, à la prison de Koléa dans l’attende de la programmation de leur procès.

Pour sa part, Kmira Nait Sid, coprésidente du Congrès Mondial Amazigh (CMA), a été kidnappée par les services secrets algériens, le 24 août 2021, à Draa Ben Khedda (Tizi Wezzu) et transférée discrètement à Alger. Actuellement, elle est détenue à la prison de Koléa sans procès ni jugement. Pour l’ONU, Kamira Nait Sid est une défenseure des droits humains et sa détention est arbitraire.

En effet, le groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire (GTDA-ONU), après avoir examiné les plaintes pour enlèvement, séquestration et détention arbitraire de Kamira Nait Sid, déposées par le CMA et suite aux réponses aux questions posées par le GTDA-ONU au gouvernement algérien, il a jugé dans son rapport du 1er avril 2022 (A/HRC/WGAD/2022/15) que « Mme Nait Sid a été enlevée et séquestrée par des agents de l’Etat algérien, ce qui constitue une forme particulièrement grave de détention arbitraire ». Ce même rapport a aussi révélé que Kamira Nait Sid « est privée de liberté pour des motifs discriminatoires, à savoir son origine nationale, ethnique ou sociale et sa qualité de défenseuse des droits humains, en violation des articles 2 et 7 de la DUDH et des articles 2 et 26 du Pacte sur les droits civils et politiques » et, en conséquence, « aucun procès concernant Mme Nait Sid ne devrait avoir lieu ».

Du haut de ses 80 ans, Nna Nouara a tenu à se déplacer au tribunal Sidi M’hamed d’Alger pour apporter son soutien à sa fille injustement incarcérée par un régime militaire aux abois.

Aksil K.

2 COMMENTS

  1. Comme en 1963, le colonialisme intérieur révèle toute sa splendeur! Les oulèmas soutenaient boumediene et sa clique criminelle dans le massacre des 400 membres du FFS qui avaient l’audace de dire haut et fort, le roitelet est nu comme un ver.
    Cette fois ci c’est des faux procès contre de vrais leaders qui seraient élus par toute la Kabylie comme représentants de la Kabylité.
    Un tribunal du régime qui tait les crimes de ses membres qui n’ont rien à envier à la gestapo.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here