Tribunal de Chérraga : Deux ans de prison ferme requis contre l’ex députée algérienne Naima Salhi

1
2204
Naima Salhi
Naima Salhi

ALGER (TAMURT) – Le parquet près le tribunal de Chéraga (Alger) a requis, ce mercredi 05 octobre, une peine de deux ans de prison ferme et une amende de 50.000 DA à l’encontre de la présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP), Naïma Salhi. L’ex députée islamiste est poursuivie pour « atteinte à l’unité nationale » et « diffusion de publications racistes ». L’accusée s’est illustrée par des propos racistes contre la Kabylie et ses symboles.

Placée sous contrôle judiciaire depuis février dernier et privée de son passeport, suite à son audition par le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga, Naima Salhi encourt deux ans de prison ferme pour notamment des propos racistes tenus contre la Kabylie sous le règne du général Gaid Salah (2019-2020). Agissant en toute impunité, une plainte a été pourtant déposée contre elle par deux avocats du barreau de Tizi Wezzu, en l’occurrence Kader Houali et Sofiane Dekkal. Selon ces deux avocats, le verdict dans cette affaire est mis en délibéré pour le 26 octobre prochain.

Arezki Massi

1 COMMENT

  1. Elle dit haut ce que pratique l’Etat arabe dans ses institutions.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here