Pour dénoncer la dictature du régime algérien : Des kabyles lancent un appel à une grève générale ce 02 novembre

0
1589
Appel à une grève générale en Kabylie
Appel à une grève générale en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – « Kabyles, nous sommes en danger, réagissons avant qu’il ne soit trop tard ». Un appel à une grève générale vient d’être lancé ainsi par des citoyens kabyles pour ce 02 novembre. Des affiches sont placardées aux quatre coins de la Kabylie appelant les kabyles « à être solidaires et à unir leurs forces » pour dénoncer la dictature du régime algérien, sa politique de la terre brûlée menée en terre kabyle et les détentions arbitraires. Cet appel, largement partagé sur les réseaux sociaux, a été salué par des internautes kabyles, qui y voient une preuve que le peuple kabyle n’a pas baissé les bras.

Est-ce le sursaut kabyle tant espéré ? En tous les cas, une forte adhésion des kabyles au mot d’ordre de la grève générale de ce 02 novembre 2022, en Kabylie, est salutaire pour le peuple kabyle, qui subit depuis près de deux ans une répression féroce de la part du régime algérien. Le fait que cet appel ait été affiché et placardé un peu partout en Kabylie et non diffusé uniquement sur internet prouve que l’initiative est largement partagée par les kabyles de différentes régions. « Pour celles et ceux qui ne sont pas au courant ou qui essayent de détourner l’attention des Kabyles, cet appel à la grève vient d’une réunion d’éléments de plus de 60 communes et d’anciens militants des années 90 et 2000 en Kabylie et n’a rien avoir avec l’extérieur ou des mouvements de la diaspora ! », a écrit un citoyen kabyle natif du département de Tizi Wezzu.

L’appel à cette grève générale, qui durera de 06h jusqu’à midi, est lancé par des citoyens kabyles pour dire « non à la dictature », « non à la diabolisation de la Kabylie » et « non aux emprisonnements illégaux ». En effet, le régime algérien, à travers ses relais médiatiques et une presse servile, s’est livré à une propagande mensongère et nauséabonde contre la Kabylie dans une vaine tentative de la diaboliser. Il a lancé une chasse aux militants kabyles, qu’il accuse sans fondement de terrorisme sur la base d’une loi scélérate, en l’occurrence l’article 87 bis du code pénal algérien, criminalisant l’acte politique. Des centaines de citoyens kabyles pacifiques ont été illégalement arrêtés et détenus dans les geôles algériennes.

Cette action de protestation pacifique est aussi initiée pour dire « non à la dislocation économique de la Kabylie », « non à (son) appauvrissement) et « non au désastre écologique de la Kabylie ». Le pouvoir algérien a tout le temps œuvré pour le blocage des projets de développement en Kabylie. Les projets structurants sont implantés dans les régions d’Algérie, comme ceux des usines de fabrication automobile.

Arezki Massi

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here