Lyazid Abid, porte-parole de l’URK, sur Radio Mau-Nau (RMN): « Le but de notre mouvement est la mise sur pied d’une république kabyle. »

0
1182
Radio Mau-Nau 90.6, Chalons-en-Champagne
Radio Mau-Nau 90.6, Chalons-en-Champagne

FRANCE (TAMURT) – Invité ce mercredi 09 novembre sur Radio Mau-Nau, le porte-parole de l’Union pour la République kabyle (URK) a réaffirmé le caractère pacifique de la lutte que mène son mouvement pour l’indépendance de la Kabylie. Le seul moyen pour y parvenir, souligne-t-il, est de s’appuyer sur le droit international des peuples à disposer d’eux-mêmes.

« Le but de l’URK est la mise sur pied d’une République kabyle indépendante », a répondu d’emblée Lyazid Abid à la question du journaliste de Radio française Mau-Nau, qui l’interrogeait sur la raison de la création de son mouvement politique. Pour atteindre cet objectif, l’URK, selon son porte-parole, compte « faire valoir le droit international à l’autodétermination », ainsi que sur le savoir-faire et la sagesse des militants et leaders indépendantistes kabyles. Malgré la répression féroce, les arrestations et les emprisonnements arbitraires que subit le peuple kabyle de la part du régime militaire algérien, cet homme politique reste attaché à la lutte pacifique. « Nous luttons par les moyens pacifiques et politiques », a-t-il insisté.

Dans ce sillage, il se réjouit de la percée diplomatique réalisée par la Kabylie ces derniers temps. Il évoquera notamment le voyage qu’il a effectué en 2012 en Israël avec son ami et actuel président du Gouvernement provisoire kabyle (GPK), Ferhat Mehenni. Alors ministre des Relations internationales au sein du GPK, Lyazid Abid et le président de l’Anavad ont été accueillis à la Knesset et par d’éminents responsables politiques israéliens.

Mais la victoire diplomatique retentissante de la Kabylie réalisée dernièrement est sans doute la reconnaissance officielle du Maroc du droit du peuple kabyle à l’autodétermination au niveau des instances internationales. « La Kabylie commence à émerger », s’est-il félicité. Ce triomphe de la diplomatie kabyle a provoqué, selon lui, la rage de la junte militaire d’Alger. « Le régime algérien a pété un plomb depuis la reconnaissance du Maroc au peuple kabyle son droit à l’autodétermination. Il a brûlé la Kabylie et assassiné le jeune Djamel Bensmaïl pour accuser la Kabylie de terrorisme », a-t-il affirmé.

Le fondateur de l’URK a rappelé qu’en 2019 déjà un conclave anti-kabyle a été organisé à l’Ouest algérien sous les auspices des autorités algériennes. Animés d’une haine viscérale envers la Kabylie, les organisateurs de cet événement ont adopté l’opération génocidaire « zéro kabyle », mise en œuvre depuis près de deux ans avec des centaines d’arrestations arbitraires de citoyens kabyles, les incendies criminels perpétrés en terre kabyle durant l’été 2021 et le refus du pouvoir algérien de l’acheminement de médicaments achetés par la diaspora kabyle en faveur des hôpitaux de la Kabylie durant la pandémie de la Covid-19. Pour cet homme politique kabyle, les instances internationales doivent impérativement « se mêler » pour « imposer » un référendum d’autodétermination en Kabylie.

La France gagnerait à corriger sa vision de la Kabylie.
Par ailleurs, l’enfant de Lota, une région située sur le littoral Est de la ville de Vgayet, a déploré la position de l’Etat français sur la Kabylie, qu’il dissocie toutefois de la position du peuple français. « Il faut faire la différence entre l’Etat et les Français, qui savent que les Kabyles sont de culture laïque, un peuple travailleur qui s’intègre facilement dans la culture occidentale », a expliqué Lyazid Abid. Celui-ci appelle la France officielle à considérer les Kabyles comme un peuple qui existe parmi d’autres. « Les officiels français nous confondent avec les arabes. La France ne veut pas faire la différence entre le peuple kabyle, qui a ses valeurs propres, et les Arabes. On est un peuple qui sacralise la liberté et le droit. La France gagnerait à changer de vision sur son jacobinisme », a déclaré le leader indépendantiste kabyle sur le plateau de Radio Mau-Nau.

La Kabylie défendra ses valeurs.
Pour Lyazid Abid, l’indépendance de la Kabylie reste la seule solution au peuple kabyle pour sauvegarder son identité et sa culture. « Nous sommes arrivés à un stade où nous avons compris que si nous voulons vivre dignement dans notre culture, il faut se prendre en charge. L’Algérie a décidé d’être arabe et musulmane ». La Kabylie, quant à elle, a décidé de défendre ses propres valeurs. Des valeurs universelles qui sacralisent la vie. Notre choix est imposé par l’histoire. La Kabylie est un allié des pays et des civilisations qui ont choisi la vie et la liberté. Ce monde doit aider les peuples qui portent les mêmes valeurs, surtout en ce moment de crise et d’examens de conscience des grandes puissances, dira-t-il.

L’émission sera rediffusée le dimanche 13 novembre à 17h30, avant de la retrouver en podcast sur le site de Radio Mau-Nau.

Ecoutez l’émission

Suivre Radio Mau-Nau sur Facebook
sur Twitter
sur Instagram

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here